En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 9 heures 13 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 10 heures 32 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 11 heures 4 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 16 heures 52 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 9 heures 25 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 10 heures 40 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 11 heures 18 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 14 heures 26 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 16 heures 27 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 7 heures
Atlantico Business

Macron : tout va bien. Insee, agences économiques, entreprises et investisseurs, tous le disent... Louche, non ?

Publié le 25 novembre 2017
Et encore, s’il n’y avait que l’Insee. Mais tout le monde semble dire que le climat des affaires n’a jamais été aussi bon en France depuis dix ans.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et encore, s’il n’y avait que l’Insee. Mais tout le monde semble dire que le climat des affaires n’a jamais été aussi bon en France depuis dix ans.

Le concert de prévisions élogieuses sur le climat des affaires en France est évidemment satisfaisant. Cela faisait plus de dix ans que le pays n’avait pas bénéficié d’un climat aussi bon. La croissance est forte (plus de 2%), les perspectives d’investissement et les créations d’emplois n‘ont jamais été aussi soutenues et cerise sur le gâteau, les investisseurs américains (les fameux fonds de pensions), les observatoires de conjoncture pensent tous que ça va durer parce que cette reprise forte s’opère sans inflation, dans un monde où les rythmes de développement ne baissent pas. Il n’y a donc pas trop de risques de dérapage.

Bref tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil, comme disait autrefois Jean Yanne. Tout le monde croit et souhaite le succès de Macron.

A écouter le bruit des salles de marché et des salons, Macron ne serait pas Jupiter, mais Macron serait mi-magicien, mi-sorcier que ca n’étonnerait personne.

Donc tout va bien et par conséquent, c’est forcément louche. Tout a changé depuis François Hollande. Quand on demandait à l’ancien président comment il sentait la situation :

-« En un mot M. le président ?

-En un mot ? Bien

-Et en deux mots ?

- En deux mots ? Pas bien ! » 

Et François Hollande pensait que cette forme d’humour allait désamorcer l’agressivité de l’opinion. Il faisait « l’anguille », comme dirait Jean-Luc Mélenchon. L’arrivée de Macron lui a cruellement prouvé qu‘il se trompait.

Maintenant, si on faisait le même test auprès du président actuel, gageons qu’il répondrait :

-« En un mot ? bien !

-En deux mots ? Très bien ou presque !  » 

Ce qui est étonnant, c’est que l'assurance de l’entourage d’Emmanuel Macron ne provoque guère de sarcasme, puisque le monde entier croit qu‘il a raison.

L’Insee vient d’affirmer que la situation dans le monde des affaires n’a jamais été aussi bonne depuis deux ans, mais le moral des ménages est également très bien orienté. Quant à l’écosystème international, il ne reconnait plus cette France qui se serait débarrassée de son pessimisme structurel.

Ce bilan du « tout va bien » soulève quand même deux séries de questions.

La première est de savoir à qui la faute si tout va pour le mieux, parce que personne ne croira qu’Emmanuel Macron ait pu faire des miracles. La France va bien pour trois raisons.

D’abord, parce que tout va bien ailleurs dans le monde depuis 3 ans. Heureusement que la France a trouvé comment ouvrir la porte de ce train que les autres ont attrapé bien avant nous, mais c’est parti.

Ensuite parce que le couple Hollande/Valls a, avec le CICE, redressé la barre pour restaurer les marges d’entreprise ce qui a de la même occasion restauré la confiance. Donc, merci Manuel Valls puisque c’est lui l’auteur du virage social-démocrate.

Enfin, il faut reconnaitre qu'Emmanuel Macron a imprimé un vocabulaire nouveau, des têtes nouvelles pour piloter les affaires de l’Etat. Et il se trouve que son projet apparait tellement cohérent que les acteurs du monde des affaires et des marchés français et étrangers sont arrivés en soutien, en sponsoring... d’où l’amorce de ce cercle vertueux dans lequel la France s’est peut-être installée.

Alors, tout le monde est content sauf que cette auto satisfaction est-elle aussi auto-réalisatrice sur la durée ? En d’autres termes, est ce que cette trajectoire de sortie de crise est durable ?

Beaucoup le croient, sauf qu‘ils occultent des facteurs potentiels de freinage et même d’accident.

La croissance retrouvée, c’est bien, sauf que cette croissance est toujours tractée par la consommation intérieure et que par conséquent, elle pousse à importer massivement ce que nous ne produisons pas. D’où le déficit commercial abyssal. C’est évidemment une question de compétitivité. On a cru longtemps que ce déficit de compétitivité était creusé par des questions de coût du travail. D’où les projets de baisse des charges de travail qu’il faut poursuivre mais dont on sait bien qu’ils ne suffiront pas. Il faut pousser la compétitivité hors coût et là, nous sommes très mal équipés. C’est même le désastre français. Nous n’avons plus que quelques rares secteurs avec quelques grosses entreprises où nous sommes compétitifs : le luxe, la haute couture et accessoires de mode, bagages, parfums, bijoux… L’aéronautique et la constructionnavale, un peu d’agro alimentaire et quelques activités de services comme l’assurance, mais c’est très fragile.

Cette faiblesse structurelle sera longue et compliquée à redresser. C’est une question d’innovation, qui débouche sur la formation et l’école du risque. Dans ces domaines-là, tout est à refaire.

Mais ce handicap de compétitivité nous oblige aussi à repenser le périmètre de l’action de l’Etat. Trop lourd puisque les dépenses publiques représentent encore 57% du PIB. C’est presque un record du monde qui génère une attitude collective très simple.

Quand on sent et on sait que les revenus de redistribution sont supérieurs aux revenus de marché, les actifs sont entrainés sur une pente naturelle dont on connait les effets. En clair, si les revenus de redistribution sont plus lourds que les revenus de production, ceux qui produisent de la valeur sont écrasés d’impôts, ils sont dissuadés de travail.

Quant aux actifs qui ont compris cela, ils seront plus enclins à essayer de capter des revenus de redistribution que des revenus de production. Cette démarche sera pour eux plus rentables. `

Cette situation bancale ne contribue pas à résoudre le chômage structurel. Nous sommes donc dans une situation paradoxale où les créations d’emplois progressent assez vite mais où les entreprises ne trouvent pas les salariés correspondant à leur besoin.

Emmanuel Macron n’ignore pas ces risques de déstabilisation certes. Beaucoup de ses projets de réforme, fiscalité, mutation sociale, baisse des dépenses publiques et sociales, éducation nationale, sont fléchés sur l’appareil industriel afin de le réanimer, mais tout le monde sait que ça demandera du temps. Beaucoup de temps.

Avec cette certitude : la réussite des réformes annoncées est une des composantes de la prévision optimiste sur le climat des affaires. Donc si ça marche aujourd’hui, c’est parce que tous ces acteurs du monde des affaires pensent que le président peut réussir et ne cèdera pas sur l’essentiel de la transformation de ce pays. Pour beaucoup, ça reste à prouver!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 26/11/2017 - 18:45
HMM
BAD NEWS for Sylvestre: "Brexit : le Royaume-Uni survivrait sans accord commercial avec l'UE, juge l'OMC
Caramba! encore raté!
Anguerrand
- 26/11/2017 - 15:40
La France irait mieux c'est ( peut être )une bonne Nouvelle mais
C'est l'économie mondiale qui l'entraîne et non le resultat d'une Politique. Petit problème tout de même TOUS les pays développés font beaucoup mieux, avec une croissance parfois double de la notre, voire 1% de plus, un chômage à 5%, un deficit proche de zéro, et meme pour certain le remboursement partiel de leur dette et un deficit de - 64 milliards quand l'Allemagne fait + 250 milliards, une paille ! La France est tres, tres loin du compte en particulier avec un nombre de fonctionnaires pléthorique + 1,5 millions au pro rata que l'Allemagne ou les pays du Nord. Et la non suppression des privilèges non justifiés de ces fonctionnaires qui cassent notre reprise par le coût généré par notre fonction publique.
kelenborn
- 26/11/2017 - 10:30
Borgowrio
Si vous aviez connu ce qu'était le système communiste , vous ne raconteriez pas de telles bêtises, à moins que ce ne soit chez vous comme le fruit une sorte d'incontinence à l'instar de ce pauvre Vangode! Je me demande quelque fois si Melenchon n'a pas payé une dizaine d'abonnements à quelques uns de ses sbires pour discréditer ses adversaires et ( coup double) se débarrasser d'eux! C'est vrai que certains écrivent ici comme Obono (je parle du français)