En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

02.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

07.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 1 min 53 sec
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 27 min 56 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 47 min 45 sec
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 14 heures 59 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 16 heures 13 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masqué

il y a 10 min 52 sec
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 41 min 3 sec
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombre les débats publics français

il y a 53 min 35 sec
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 15 heures 35 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 16 heures 53 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 22 heures 11 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 22 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Amélioration

Les patrons français croient à la croissance et agissent en conséquence

Publié le 20 novembre 2017
Que se passe-t-il dans la tête des patrons français : plein de choses, et surtout du mieux.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que se passe-t-il dans la tête des patrons français : plein de choses, et surtout du mieux.

Pourquoi ne pas en parler ? « Pensée bisounours », ou plus utile que notre lancinante critique des « déficits budgétaires qui n’arrivent pas à baisser, faute de courage politique » ? Bien sûr, il faut s’inquiéter des nouvelles mondiales, européennes et locales. Mais les patrons français voient aussi devant eux un sentier de croissance plus élevé, moins inflationniste et plus équilibré. Et semblent s’y engager. 

Des chiffres d’abord.

Pour la France, selon l’Insee, une amélioration est en cours, qui doit être consolidée. La croissance accélère vers 1,8% cette année, et peut-être 1,9% l’an prochain. L’inflation reste modeste à 1,1%, avec des salaires à garder sous contrôle. Ils sont à 38,55 euros (par heure) dans l’industrie en France contre 41,12 en Allemagne, ce qui permet de renforcer peu à peu notre compétitivité coût, donc d’investir pour gagner en compétitivité hors coût, celle qui fait la différence. Mais ils sont à 37,07 euros contre 35,51 dans l’industrie plus les services, ce qui veut dire que nos services sont plus chers que les leurs. Seule la modération salariale permet aux profits de remonter. Le taux de marge des entreprises atteint 31,8%, en mieux, mais toujours au-dessus du taux allemand de quatre points. Et c’est bien parce que le taux de marge remonte, avec des taux d’intérêt bas, que l’investissement industriel repart, vers 4% cette année. 

L’emploi salarié privé augmente, en même temps, de 30 000 personnes, après 80 000 au deuxième trimestre. Une progression qui ralentit de 0,4% à 0,2% d’un trimestre à l’autre, du fait de l’intérim. Sur 19,2 millions de personnes qui travaillent dans le privé en France, soit +1,3% sur un an, 12 millions sont dans les services marchands (+2% sur un an), dont 718 000 dans l’intérim. C’est le « sas d’entrée » dans le CDI, avec 88 100 emplois nouveaux sur un an (+14 %). Et c’est parce que l’intérim a peu augmenté au troisième trimestre (1 500 emplois, contre 28 000 au deuxième) que l’on a eu ce ralentissement. 

Reflet du ralentissement récent de l’emploi, le taux de chômage en France métropolitaine a interrompu sa baisse. Temporairement souhaitons-le, montrant que rien n’est gagné. Il s’établit ainsi à 9,7% de la population active, soit 0,2 point de plus qu’au deuxième trimestre, mais 0,3 point de moins qu’il y a un an. Ce retournement vient d’une détérioration de 0,4% pour les 25-49 ans et de 0,1% pour les 50 ans et plus, malgré une amélioration de 0,7% pour les 15-24 ans.

Deux analyses ensuite.

Au fond, les patrons attendaient d’être plus sûrs de l’amélioration économique, et plus encore politique, pour se lancer. L’ « effet Macron » n’est pas tant, à ce moment, une adhésion à un programme que le refus de deux autres. C’est bien le sens économique à donner à la montée de l’intérim, rattrapage « pour voir », sachant que, de son côté, l’embauche « écrème » surtout les mieux formés, les plus jeunes, les plus disponibles. La prolongation est donc décisive.

Actuellement, les patrons inscrivent leurs prévisions et décisions dans une perspective de croissance plus soutenue. Une enquête Deloitte auprès de directeurs financiers français montre ainsi qu’ils sont plus enclins à investir pour les douze prochains mois que leurs homologues européens. Ils resserrent en même temps leurs priorités : à côté de la réduction des coûts, monte celle de la croissance externe. Ils se jugent donc prêts, avec leurs compétences internes, pour avancer. Ils désirent alors s’endetter pour investir et acheter des entreprises, et si les taux montent, ceci ne les fera pas changer de trajectoire. D’où, pour la Banque de France, la forte progression des financements de marché en euros (+7,7% en septembre sur un an, pour un total de 495 milliards) et des crédits bancaires (+5,4% sur un an, pour atteindre 941 milliards).

Comment continuer ?

D’abord, il ne faut pas dérailler, en particulier faire repartir les salaires. La base de la profitabilité française reste bien plus faible que celle de l’Allemagne et de l’Espagne, les deux pays qui nous concurrencent, l’un par la qualité, l’autre par les prix. C’est pourquoi faire monter le pouvoir d’achat « en dedans », par la baisse des charges, est bien plus efficace qu’ »en dehors », par la hausse des salaires. Mais il faut comprendre que la baisse des charges par la CSG en janvier aura un effet choc, qui s’oubliera bien vite. La hausse du pouvoir d’achat par la modération salariale implique donc la faible hausse des prix par la concurrence et la baisse des charges dans la durée.

Ensuite, il faut lier la modernisation privée, avec l’emploi, à la modernisation publique, avec la réduction des normes, des contraintes, et plus encore avec la digitalisation. Ceci permet, dans le temps, la réduction et des réaffectations de l’emploi public, en réduisant les coûts et en augmentant la qualité des prestations. 

Enfin, il faut permettre une concentration des entreprises. La France compte 69 robots pour 10 000 salariés selon la Fédération Internationale de la Robotique et, dans l’industrie, 301 en Allemagne contre 127 en France… et 150 en Espagne. Et l’Allemagne est en plein emploi et l’Espagne remonte la pente à vive allure, après sa crise de l’immobilier. La vraie raison derrière la sous productivité et sous robotisation française, c’est la faible taille de ses unités, largement pour des raisons syndicales de seuils sociaux. Nous n’avons pas les ETI allemandes, pour une part par souci de certains patrons de ne pas ouvrir leur capital ou par crainte de revendications syndicales. Les fiscalités avantageuses des petites unités n’ont fait qu’entretenir cette « préférence pour le petit », au détriment de l’industrie, de l’investissement et de l’internationalisation, et in fine de l’emploi.

Comment le dire ?

Profit, dialogue social, croissance et concentration, sont nos tabous. Et la réduction des inégalités est notre objectif, comme si le chômage n’était pas la pire de toutes, avec la dette fiscale et sociale que nous refusons de réduire. Nous préférons critiquer les autres. Ce sont l’euro (trop fort), l’Allemagne (trop exportatrice), l’Europe (trop bruxelloise)… Et, pour nous en sortir, nous cherchons « le modèle », « la stratégie », « la méthode »… alors que les remontées en croissance et en compétitivité, les deux étant liés, sont les seules solutions. Elles passent par le débat dans l’entreprise, le partage des profits et des risques, pour des années. Rien de simple, de rapide, de nouveau, de people, de glamour, d’original, mais… what else ? 

Et si on se disait que ce qui passe dans la tête des patrons français n’est pas nécessairement faux, avec un meilleur partage des informations, des résultats et des risques de part et d’autre, dans un monde plus compliqué et qui se soigne vite ?  

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

02.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

07.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires