En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 4 heures 5 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 5 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 6 heures 6 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 7 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 9 heures 2 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 11 heures 5 sec
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 11 heures 35 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 12 heures 23 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 5 heures 44 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 7 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 8 heures 26 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 11 heures 24 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 13 heures 7 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 14 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Amélioration

Les patrons français croient à la croissance et agissent en conséquence

Publié le 20 novembre 2017
Que se passe-t-il dans la tête des patrons français : plein de choses, et surtout du mieux.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que se passe-t-il dans la tête des patrons français : plein de choses, et surtout du mieux.

Pourquoi ne pas en parler ? « Pensée bisounours », ou plus utile que notre lancinante critique des « déficits budgétaires qui n’arrivent pas à baisser, faute de courage politique » ? Bien sûr, il faut s’inquiéter des nouvelles mondiales, européennes et locales. Mais les patrons français voient aussi devant eux un sentier de croissance plus élevé, moins inflationniste et plus équilibré. Et semblent s’y engager. 

Des chiffres d’abord.

Pour la France, selon l’Insee, une amélioration est en cours, qui doit être consolidée. La croissance accélère vers 1,8% cette année, et peut-être 1,9% l’an prochain. L’inflation reste modeste à 1,1%, avec des salaires à garder sous contrôle. Ils sont à 38,55 euros (par heure) dans l’industrie en France contre 41,12 en Allemagne, ce qui permet de renforcer peu à peu notre compétitivité coût, donc d’investir pour gagner en compétitivité hors coût, celle qui fait la différence. Mais ils sont à 37,07 euros contre 35,51 dans l’industrie plus les services, ce qui veut dire que nos services sont plus chers que les leurs. Seule la modération salariale permet aux profits de remonter. Le taux de marge des entreprises atteint 31,8%, en mieux, mais toujours au-dessus du taux allemand de quatre points. Et c’est bien parce que le taux de marge remonte, avec des taux d’intérêt bas, que l’investissement industriel repart, vers 4% cette année. 

L’emploi salarié privé augmente, en même temps, de 30 000 personnes, après 80 000 au deuxième trimestre. Une progression qui ralentit de 0,4% à 0,2% d’un trimestre à l’autre, du fait de l’intérim. Sur 19,2 millions de personnes qui travaillent dans le privé en France, soit +1,3% sur un an, 12 millions sont dans les services marchands (+2% sur un an), dont 718 000 dans l’intérim. C’est le « sas d’entrée » dans le CDI, avec 88 100 emplois nouveaux sur un an (+14 %). Et c’est parce que l’intérim a peu augmenté au troisième trimestre (1 500 emplois, contre 28 000 au deuxième) que l’on a eu ce ralentissement. 

Reflet du ralentissement récent de l’emploi, le taux de chômage en France métropolitaine a interrompu sa baisse. Temporairement souhaitons-le, montrant que rien n’est gagné. Il s’établit ainsi à 9,7% de la population active, soit 0,2 point de plus qu’au deuxième trimestre, mais 0,3 point de moins qu’il y a un an. Ce retournement vient d’une détérioration de 0,4% pour les 25-49 ans et de 0,1% pour les 50 ans et plus, malgré une amélioration de 0,7% pour les 15-24 ans.

Deux analyses ensuite.

Au fond, les patrons attendaient d’être plus sûrs de l’amélioration économique, et plus encore politique, pour se lancer. L’ « effet Macron » n’est pas tant, à ce moment, une adhésion à un programme que le refus de deux autres. C’est bien le sens économique à donner à la montée de l’intérim, rattrapage « pour voir », sachant que, de son côté, l’embauche « écrème » surtout les mieux formés, les plus jeunes, les plus disponibles. La prolongation est donc décisive.

Actuellement, les patrons inscrivent leurs prévisions et décisions dans une perspective de croissance plus soutenue. Une enquête Deloitte auprès de directeurs financiers français montre ainsi qu’ils sont plus enclins à investir pour les douze prochains mois que leurs homologues européens. Ils resserrent en même temps leurs priorités : à côté de la réduction des coûts, monte celle de la croissance externe. Ils se jugent donc prêts, avec leurs compétences internes, pour avancer. Ils désirent alors s’endetter pour investir et acheter des entreprises, et si les taux montent, ceci ne les fera pas changer de trajectoire. D’où, pour la Banque de France, la forte progression des financements de marché en euros (+7,7% en septembre sur un an, pour un total de 495 milliards) et des crédits bancaires (+5,4% sur un an, pour atteindre 941 milliards).

Comment continuer ?

D’abord, il ne faut pas dérailler, en particulier faire repartir les salaires. La base de la profitabilité française reste bien plus faible que celle de l’Allemagne et de l’Espagne, les deux pays qui nous concurrencent, l’un par la qualité, l’autre par les prix. C’est pourquoi faire monter le pouvoir d’achat « en dedans », par la baisse des charges, est bien plus efficace qu’ »en dehors », par la hausse des salaires. Mais il faut comprendre que la baisse des charges par la CSG en janvier aura un effet choc, qui s’oubliera bien vite. La hausse du pouvoir d’achat par la modération salariale implique donc la faible hausse des prix par la concurrence et la baisse des charges dans la durée.

Ensuite, il faut lier la modernisation privée, avec l’emploi, à la modernisation publique, avec la réduction des normes, des contraintes, et plus encore avec la digitalisation. Ceci permet, dans le temps, la réduction et des réaffectations de l’emploi public, en réduisant les coûts et en augmentant la qualité des prestations. 

Enfin, il faut permettre une concentration des entreprises. La France compte 69 robots pour 10 000 salariés selon la Fédération Internationale de la Robotique et, dans l’industrie, 301 en Allemagne contre 127 en France… et 150 en Espagne. Et l’Allemagne est en plein emploi et l’Espagne remonte la pente à vive allure, après sa crise de l’immobilier. La vraie raison derrière la sous productivité et sous robotisation française, c’est la faible taille de ses unités, largement pour des raisons syndicales de seuils sociaux. Nous n’avons pas les ETI allemandes, pour une part par souci de certains patrons de ne pas ouvrir leur capital ou par crainte de revendications syndicales. Les fiscalités avantageuses des petites unités n’ont fait qu’entretenir cette « préférence pour le petit », au détriment de l’industrie, de l’investissement et de l’internationalisation, et in fine de l’emploi.

Comment le dire ?

Profit, dialogue social, croissance et concentration, sont nos tabous. Et la réduction des inégalités est notre objectif, comme si le chômage n’était pas la pire de toutes, avec la dette fiscale et sociale que nous refusons de réduire. Nous préférons critiquer les autres. Ce sont l’euro (trop fort), l’Allemagne (trop exportatrice), l’Europe (trop bruxelloise)… Et, pour nous en sortir, nous cherchons « le modèle », « la stratégie », « la méthode »… alors que les remontées en croissance et en compétitivité, les deux étant liés, sont les seules solutions. Elles passent par le débat dans l’entreprise, le partage des profits et des risques, pour des années. Rien de simple, de rapide, de nouveau, de people, de glamour, d’original, mais… what else ? 

Et si on se disait que ce qui passe dans la tête des patrons français n’est pas nécessairement faux, avec un meilleur partage des informations, des résultats et des risques de part et d’autre, dans un monde plus compliqué et qui se soigne vite ?  

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires