En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 18 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 4 heures 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 4 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 9 heures 12 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 4 heures 5 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 9 heures 35 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 9 heures 18 min
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Atlantico Business

SOS efficacité : Emmanuel Macron entend redresser la France sans se soucier de l’origine politique de ses recettes

Publié le 24 octobre 2017
La politique et le comportement d’Emmanuel Macron ne sont compréhensibles qu‘à l‘aune de l’efficacité.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La politique et le comportement d’Emmanuel Macron ne sont compréhensibles qu‘à l‘aune de l’efficacité.

Toutes les analyses et tous les jugements qu’ont pu faire les professionnels de la politique, les acteurs ou les observateurs, commentateurs sur le comportement et les ambitions d’Emmanuel Macron apparaissent erronés et parfois toxiques.

Parce qu’il se déclarait pendant la campagne ni de gauche, ni de droite, les uns (parce que ça les arrange le voient complètement à gauche. Les autres (parce que ça les arrange aussi) le considèrent complètement à droite.

Du coup, il est successivement soupçonné de faire une politique pour les riches, puis accusé de massacrer les classes moyennes et surtout de ne pas s’intéresser aux plus pauvres.

Résultat : on n’avance guère dans la connaissance de ce qu’essaie de faire le président.

Si on observe à la loupe, mais sans lunettes partisanes, l’action et la pensée d’Emmanuel Macron, on s’aperçoit qu’il appartient à une race d’homme politique assez rare qui ne s’inscrit dans aucune idéologie connue sur le marché politique.

En réalité, il ne se détermine qu’avec un seul critère : le critère d’efficacité en fonction de l’objectif qu’il s‘est fixé et qui est partagé par la grande majorité des français.

Son objectif, faire redémarrer la France qui est plantée depuis presque 20 ans dans la stagnation et le chômage. C’est le premier de ses objectifs.

A partir de cette ligne de mire, il va retenir les mesures et les réformes qui peuvent marcher et abandonner ou refuser toutes celles qui ont échoué dans le passé. 

Ou ça marche ou ça ne marche pas. Tout ce qui a été fait par l’équipe Macron est lisible avec cette grille d’analyse. Les exemples sont multiples.

1° l’Education nationale : ça ne marche pas. Trop d’enfants sont en situation d’échec sans savoir lire ou écrire, trop d’adolescents sortent du système sans formation ni espoir de trouver un travail, avec une administration qui coute trop cher.

Emmanuel Macron ne s’embarrasse pas de savoir si l’Education nationale est de droite ou de gauche. Il entreprend de changer son organisation, ses programmes de façon à ce que ça marche. Exactement comme dans une entreprise quand le patron modifie les process de fabrication qui engendrent à une perte de clientèle et qui mettent en danger l’organisation. L’Education nationale met en danger l’équilibre de la société française et ça n’est pas une question d’argent. C’est une question de management et d’efficacité.

2ème exemple : le système d’assurance chômage. Ça ne marche pas parce qu‘il sert à produire des chômeurs alors qu’il devrait contribuer à le résorber. La machine Pole emploi, le système d’assurance chômage ne permet pas la rencontre entre l’offre et de la demande d’emplois. Il y a donc un problème. Il faut donc que ça marche. Là encore, c’est une question de management.

3ème exemple, le système d’assurance maladie. Ca ne marche pas puisqu’il est au bord de la faillite. Il faut donc sans dépenser plus d’argent rendre le système plus efficace. Ca doit être possible si la médecine coute un peu moins cher et si le malade accepte de payer un peu plus le service rendu. Idem pour le système des retraites qu’on reformera sans doute l’année prochaine.

4ème exemple : la politique économique et la stratégie industrielle offrent une caricature de la méthode Macron. L’ISF, ça n’a jamais marché, puisque ça a fait fuir les capitaux, donc on le supprime. Le système de production a besoin de capitaux, on va donc les attirer par une fiscalité plus séduisante d’où la flat taxe.

Et on pourrait ainsi lister tous les chapitres de l’action politique qui ne sont ni de droite, ni de gauche ; c’est vrai, sauf si on considère que de vouloir à tout prix délivrer des résultats serait de droite ou de gauche.

Le comble dans ce logiciel, c’est qu’on ne peut pas dire que Macron travaille pour les riches au détriment des pauvres ou des classes moyennes.

Les riches n’ont guère besoin qu'on s’occupe d’eux. Si l'écosystème dans lequel ils vivent ne leur convient pas, ils s’en vont. Et c’est ce que beaucoup ont fait. En revanche, si on veut que les riches restent, ils ont besoin que les pauvres soient moins pauvres et que les classes moyennes vivent correctement et puissent s’enrichir. Sinon, le système est bancal.

L’économie nationale fonctionne exactement comme une entreprise intelligente.

Une entreprise intelligente qui marche doit poursuivre plusieurs objectifs :

Des objectifs financiers. Il faut nécessairement rémunérer les actionnaires et dégager de quoi investir pour l’avenir.

Des objectifs sociaux parce que l’entreprise ne peut fonctionner qu’avec un personnel compétent, qui adhère au projet de l’entreprise et qui reçoit une rémunération qui le satisfait.

Des objectifs environnementaux parce que l’entreprise ne peut pas se développer sans se préoccuper de son environnement. Personne ne l’accepterait. Ni les clients, ni les salariés, ni les actionnaires.

La Maison France sous Macron travaille selon le même logiciel. Il ne peut pas faire une politique pour les riches. Son objectif est de faire une politique qui permette au pays de se redresser. Restaurer la compétitivité, l’activité, la croissance et l’emploi.

Cette stratégie ne se moque pas des débats à court terme certes, mais elle se préoccupe d’une seule chose : délivrer des résultats à la fin du mandat. Ou ça marche ou ça ne marche pas. Ou ce qui est fait est efficace et cohérent ou ça ne l’est pas.

Que ce soit de gauche ou de droite n’a strictement aucune importance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 24/10/2017 - 23:22
Le risque des fausses réformes parasites.
Le problème c'est qu'il ne suffit pas d'avoir des bonnes intentions et objectifs , ce qui est à la portée de n'importe qui. Pour l'instant, concrètement, Macron a réduit le périmètre de l'ISF, ce qui est une bonne chose. Les autres mesures en cours ( baisse des cotisations chômage au profit de la CSG) et la suppression partielle de la taxe d'habitation me semblent très discutables , assez démagogiques et aboutissant en fait à une certaine déresponsabilisation des acteurs intermédiaires et locaux au profit d'un Bercy qui recentralise tout. Cette toute-puissance renforcée de Bercy me semble injustifiée quand on examine le bilan pour le moins peu édifiant de cette institution dans son métier de base, à savoir la gestion financière de la France. Mais c'est un peu comme le socialisme ou l'Europe, moins les résultats sont évidents, plus il faut en rajouter en socialisme, en Europe et en centralisation autour des grandes directions de ce ministère.
Le noeud du problème c'est la réforme à faire du monstre étatique français et de sa myriade d'organismes et agences parallèles, la redéfinition des vaches sacrées du Social qui excuse tout.
Pharamond
- 24/10/2017 - 17:38
Et en même temps...
"Sans se soucier de l'origine politique..."Il a bien raison.Encore une promesse tenue:ni droite,ni gauche. Quand la droite est au pouvoir,elle craint d'aller trop loin pour appliquer des mesures dites de droite et réciproquement. Résultat:on n'avance pas.
Deneziere
- 24/10/2017 - 10:51
L’état français, ça ne marche pas non plus....
... et pourtant Micron n’y touche pas ! Macron est un étatiste, mais, comme Baroin l’a justement fait remarquer, qui n’a pas les moyens de ses ambitions, et qui donc reste dans les postures (EdNat) et les mesurettes (loi travail). A l’EdNat, le chef des pédagos est parti, mais tous les autres sont encore là, sans parler du bolcho-syndicalisme qu’on continue de subventionner.