En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 11 min 5 sec
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 33 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 4 heures 2 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 19 heures 8 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 20 heures 17 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 42 min 33 sec
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 46 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 47 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 23 heures 21 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 1 jour 18 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Edito

Pourquoi la France continue d’accroître la complexité qui paralyse le bon fonctionnement de l’économie

Publié le 13 octobre 2017
Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. Cette vieille maxime n’a rien perdu de son actualité. A son tour Emmanuel Macron y recourt pour reprendre le fil des réformes souhaitées par ses prédécesseurs et qui se sont terminées par un fiasco face aux ambitions affichées pour transformer le pays.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. Cette vieille maxime n’a rien perdu de son actualité. A son tour Emmanuel Macron y recourt pour reprendre le fil des réformes souhaitées par ses prédécesseurs et qui se sont terminées par un fiasco face aux ambitions affichées pour transformer le pays.

Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. Cette vieille maxime  n’a rien perdu de son actualité. A son  tour Emmanuel Macron  y recourt pour reprendre le fil des réformes souhaitées par ses prédécesseurs et qui se sont terminées par un fiasco face aux ambitions affichées pour transformer le pays. Après la revue générale des politiques publiques (RGPP) créée par Nicolas Sarkozy,  ou encore la modernisation de l’action publique de François Hollande, (MAP), il vient d’installer le comité de l’action publique 2022, composé de vingt-cinq personnalités, qui sera chargé d’ouvrir cinq principaux chantiers parmi  lesquels trois thèmes principaux : la simplification  administrative, la transformation numérique et l’organisation  territoriale.

Tout cela donne l’idée de déjà vu, tant  les  mauvaises habitudes héritées depuis des générations  ne  cessent  de refaire surface dans  ce pays. On  le  voit même à l’Assemblée nationale,  où l’on  aurait pu espérer que l’énorme coup de balai procuré par les dernières élections aurait permis de créer un esprit nouveau . Mais, soulignent  certains  observateurs sarcastiques,  en dehors de  la buvette  dont la fréquentation connait  une chute spectaculaire, les nouveaux élus auraient  tendance à retrouver inconsciemment certaines mauvaises pratiques des anciens , ce qui implique un encadrement sans  faille du pouvoir  pour ne pas retomber dans les ornières du passé.

On le  voit à propos du budget. Le gouvernement  a réussi à faire passer en commission des finances l’essentiel  de son projet, mais  bon nombre  de députés  ont retrouvé le goût inné  du Parlement pour imprimer sa marque grâce à une  créativité fiscale débridée,  en proposant une multitude de taxes,  concernant aussi bien les inondations que le tabac, l’essence, les sodas, les yachts, les voitures de luxe ou les métaux précieux. Autant de propositions qui donnent le tournis et développent dans l’opinion le sentiment d’une marée d’impôts prêtes à  submerger les contribuables.  Alors que la sagesse voudrait que l’on  s’oriente vers une diminution des taxes et le recours à des taux faibles pour éviter d’aller à l’encontre du message officiel sur la  diminution des  prélèvements obligatoires  au risque de faire resurgir le raz le bol fiscal, sans compter  le  coup de grâce que pourrait porter la mise en place  du prélèvement à la source en 2019, avec les complications  qu’il va engendrer. On attend toujours l’annonce de la suppression de certains impôts .Pour l’heure la complexité risque de s’accroître encore. Et les niches fiscales sont toujours aussi éclatantes : on en recense  au moins  450 qui représentent  80 milliards  d’euros, qui pourraient  recevoir  une affectation plus souhaitable  pour l’économie.

Quant à la simplification  administrative, le chantier reste totalement ouvert.  La Cour des comptes vient de porter un constat sévère  sur les  deux quinquennats  précédents : le millefeuille territorial est plus présent que jamais. Les objectifs de simplification et de spécialisation annoncés n’ont pas été atteints.  Aucun niveau de l’administration publique n’a été  supprimé avec la multiplication  des métropoles, au nombre de vingt-deux désormais et de répartition  très inégale. La clarification des compétences se fait toujours attendre. Il en résulte  des surcoûts de fonctionnement dans  les collectivités  fusionnées, avec un développement de la  réunionite,  cette maladie  bien française. Et devant cette paralysie croissante, les élus ont l’audace (ou l’inconscience) de demander  au pouvoir une pause dans les réformes dont l’opinion  ne voit pourtant pas  la  trace.

Emmanuel Macron a sans doute raison de vouloir reprendre le combat. Cela suppose une volonté et une énergie dont ses prédécesseurs n’ont pas été capables, car il  faut surmonter les conservatismes de l’administration et des lobbies qui souhaitent  la réforme dans les  paroles, mais  pas  dans  les  actes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
walchp
- 14/10/2017 - 10:02
Le changement et la modernité du FN par vangog
"Dehors les étrangers" accompagné d'un programme économique qui plairait à Pierre Laurent et autre Martinez,assorti d'un retour au franc plus un renforcement des services publics, on sait ce que ça veux dire .....
on trouve ça moderne chez les boulistes de La Ciotat....
Carl Van Eduine
- 13/10/2017 - 11:59
Simplifier ? Oui mais en agissant sur les causes
Pour réduire la complexité, il faut réduire la complication, cause de complexité inutile. Les principes sont connus :

- ce qui se fait sans moi se fait contre moi ; ne voir que les chefs ne suffit pas, il faut impliquer les gens ;

- réduire le mille-feuilles : supprimer les services et postes sans valeur ajoutée ;

- jamais deux coqs sur le même tas de fumier : pas de responsabilité majeure partagée entre instances sur des sujets majeurs

- pas de pouvoir sans contre-pouvoir : il existe une instance de contrôle qui alerte et une instance de décision exogène qui agit quand ça dérape _ sous peine de forfaiture _

- principe de subsidiarité : ne jamais traiter centralement ce qui peut se faire localement pour un coût comparable

- principe de suppléance : le central a la double mission d'assurer le global, et de soutenir et nourrir le local temporairement en difficulté

Avant tout : un visionnaire avec un projet clair, fédérateur ; un être humain ayant confiance en lui et en les autres ; un humain qui ressent bienveillance, respect empathie, sans sombrer dans la compassion, et sans oublier l'exigence. Président Macron, nous t'espérons !
Alain Proviste
- 13/10/2017 - 09:56
Le fond culturel qui ressort
C'est la mentalité dominante qui bloque les politiques qui auraient éventuellement de bonnes idées. L'argent gagné dans le secteur marchand est suspect, surtout quand on a un revenu > au revenu médian, par contre les revenus venant du secteur public (salaires des fonctionnaires + allocations diverse + subventions aux associations) sont considérés comme plus légitimes. C'est très pervers et on voit où ça nous mène.