En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 53 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 48 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 44 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 16 heures 1 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 44 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 17 heures 21 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 42 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 26 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 11 heures 10 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 52 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 19 heures 13 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Edito

Pourquoi la France continue d’accroître la complexité qui paralyse le bon fonctionnement de l’économie

Publié le 13 octobre 2017
Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. Cette vieille maxime n’a rien perdu de son actualité. A son tour Emmanuel Macron y recourt pour reprendre le fil des réformes souhaitées par ses prédécesseurs et qui se sont terminées par un fiasco face aux ambitions affichées pour transformer le pays.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. Cette vieille maxime n’a rien perdu de son actualité. A son tour Emmanuel Macron y recourt pour reprendre le fil des réformes souhaitées par ses prédécesseurs et qui se sont terminées par un fiasco face aux ambitions affichées pour transformer le pays.

Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. Cette vieille maxime  n’a rien perdu de son actualité. A son  tour Emmanuel Macron  y recourt pour reprendre le fil des réformes souhaitées par ses prédécesseurs et qui se sont terminées par un fiasco face aux ambitions affichées pour transformer le pays. Après la revue générale des politiques publiques (RGPP) créée par Nicolas Sarkozy,  ou encore la modernisation de l’action publique de François Hollande, (MAP), il vient d’installer le comité de l’action publique 2022, composé de vingt-cinq personnalités, qui sera chargé d’ouvrir cinq principaux chantiers parmi  lesquels trois thèmes principaux : la simplification  administrative, la transformation numérique et l’organisation  territoriale.

Tout cela donne l’idée de déjà vu, tant  les  mauvaises habitudes héritées depuis des générations  ne  cessent  de refaire surface dans  ce pays. On  le  voit même à l’Assemblée nationale,  où l’on  aurait pu espérer que l’énorme coup de balai procuré par les dernières élections aurait permis de créer un esprit nouveau . Mais, soulignent  certains  observateurs sarcastiques,  en dehors de  la buvette  dont la fréquentation connait  une chute spectaculaire, les nouveaux élus auraient  tendance à retrouver inconsciemment certaines mauvaises pratiques des anciens , ce qui implique un encadrement sans  faille du pouvoir  pour ne pas retomber dans les ornières du passé.

On le  voit à propos du budget. Le gouvernement  a réussi à faire passer en commission des finances l’essentiel  de son projet, mais  bon nombre  de députés  ont retrouvé le goût inné  du Parlement pour imprimer sa marque grâce à une  créativité fiscale débridée,  en proposant une multitude de taxes,  concernant aussi bien les inondations que le tabac, l’essence, les sodas, les yachts, les voitures de luxe ou les métaux précieux. Autant de propositions qui donnent le tournis et développent dans l’opinion le sentiment d’une marée d’impôts prêtes à  submerger les contribuables.  Alors que la sagesse voudrait que l’on  s’oriente vers une diminution des taxes et le recours à des taux faibles pour éviter d’aller à l’encontre du message officiel sur la  diminution des  prélèvements obligatoires  au risque de faire resurgir le raz le bol fiscal, sans compter  le  coup de grâce que pourrait porter la mise en place  du prélèvement à la source en 2019, avec les complications  qu’il va engendrer. On attend toujours l’annonce de la suppression de certains impôts .Pour l’heure la complexité risque de s’accroître encore. Et les niches fiscales sont toujours aussi éclatantes : on en recense  au moins  450 qui représentent  80 milliards  d’euros, qui pourraient  recevoir  une affectation plus souhaitable  pour l’économie.

Quant à la simplification  administrative, le chantier reste totalement ouvert.  La Cour des comptes vient de porter un constat sévère  sur les  deux quinquennats  précédents : le millefeuille territorial est plus présent que jamais. Les objectifs de simplification et de spécialisation annoncés n’ont pas été atteints.  Aucun niveau de l’administration publique n’a été  supprimé avec la multiplication  des métropoles, au nombre de vingt-deux désormais et de répartition  très inégale. La clarification des compétences se fait toujours attendre. Il en résulte  des surcoûts de fonctionnement dans  les collectivités  fusionnées, avec un développement de la  réunionite,  cette maladie  bien française. Et devant cette paralysie croissante, les élus ont l’audace (ou l’inconscience) de demander  au pouvoir une pause dans les réformes dont l’opinion  ne voit pourtant pas  la  trace.

Emmanuel Macron a sans doute raison de vouloir reprendre le combat. Cela suppose une volonté et une énergie dont ses prédécesseurs n’ont pas été capables, car il  faut surmonter les conservatismes de l’administration et des lobbies qui souhaitent  la réforme dans les  paroles, mais  pas  dans  les  actes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
walchp
- 14/10/2017 - 10:02
Le changement et la modernité du FN par vangog
"Dehors les étrangers" accompagné d'un programme économique qui plairait à Pierre Laurent et autre Martinez,assorti d'un retour au franc plus un renforcement des services publics, on sait ce que ça veux dire .....
on trouve ça moderne chez les boulistes de La Ciotat....
Carl Van Eduine
- 13/10/2017 - 11:59
Simplifier ? Oui mais en agissant sur les causes
Pour réduire la complexité, il faut réduire la complication, cause de complexité inutile. Les principes sont connus :

- ce qui se fait sans moi se fait contre moi ; ne voir que les chefs ne suffit pas, il faut impliquer les gens ;

- réduire le mille-feuilles : supprimer les services et postes sans valeur ajoutée ;

- jamais deux coqs sur le même tas de fumier : pas de responsabilité majeure partagée entre instances sur des sujets majeurs

- pas de pouvoir sans contre-pouvoir : il existe une instance de contrôle qui alerte et une instance de décision exogène qui agit quand ça dérape _ sous peine de forfaiture _

- principe de subsidiarité : ne jamais traiter centralement ce qui peut se faire localement pour un coût comparable

- principe de suppléance : le central a la double mission d'assurer le global, et de soutenir et nourrir le local temporairement en difficulté

Avant tout : un visionnaire avec un projet clair, fédérateur ; un être humain ayant confiance en lui et en les autres ; un humain qui ressent bienveillance, respect empathie, sans sombrer dans la compassion, et sans oublier l'exigence. Président Macron, nous t'espérons !
Alain Proviste
- 13/10/2017 - 09:56
Le fond culturel qui ressort
C'est la mentalité dominante qui bloque les politiques qui auraient éventuellement de bonnes idées. L'argent gagné dans le secteur marchand est suspect, surtout quand on a un revenu > au revenu médian, par contre les revenus venant du secteur public (salaires des fonctionnaires + allocations diverse + subventions aux associations) sont considérés comme plus légitimes. C'est très pervers et on voit où ça nous mène.