En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Canular 2.0

Piéger le net pour donner une leçon à ses élèves... L’Education nationale est-elle une autiste du web ?

Publié le 27 mars 2012
Afin de prouver à ses élèves qu'ils utilisent sans discernement Internet, un professeur de Français les a piégés en disséminant sur le web de fausses informations sur le thème d'un devoir qu'il leur avait donné à faire à la maison. Pédagogique, vraiment ?
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Afin de prouver à ses élèves qu'ils utilisent sans discernement Internet, un professeur de Français les a piégés en disséminant sur le web de fausses informations sur le thème d'un devoir qu'il leur avait donné à faire à la maison. Pédagogique, vraiment ?

Jeudi dernier, un enseignant en Lettres, Loys Bonot, a déposé sur Rue 89 un article stupéfiant où il se vante d’avoir disséminé sur Internet, notamment sur Wikipédia, une série de fausses informations. L’objectif ? Piéger ses élèves de lycée dans un devoir à peu près infaisable qu’il leur avait demandé de rendre. Il s’est ainsi aperçu que la majorité de ses élèves utilisait Internet sans discernement et répétait sans esprit critique les informations qu’ils copiaient-collaient sur la Toile. Et l’enseignant de conclure que les élèves ne sont pas mûrs pour utiliser Internet comme objet de savoir.

Cet article, qui a attiré 300 000 visites et suscité de nombreuses réactions, laisse vraiment perplexe quand on y lit : «Avec cette expérience pédagogique j'ai voulu démontrer aux élèves que les professeurs peuvent parfois maîtriser les nouvelles technologies aussi bien qu'eux, voire mieux qu'eux.» Merveilleuse «expérience pédagogique» que celle où les enseignants disséminent des mensonges pour prouver à leurs élèves qu’ils sont meilleurs qu’eux, et pour ensuite avoir le plaisir sadique de les coller quand ils répètent les âneries qu’on leur a apprises.

Loys Bonot a cette conclusion qui en dit long sur l’obscurantisme en vigueur chez un grand nombre d’enseignants français : «Pour ma part je ne crois pas du tout à une moralisation possible du numérique à l'école. Et je défends ce paradoxe : on ne profite vraiment du numérique que quand on a formé son esprit sans lui.»

En une phrase très ramassée, il vient de délivrer le meilleur diagnostic sur la faillite de l’Education nationale à laquelle nous assistons. Alors que nos enfants naissent et grandissent dans un univers numérique, l’enjeu de certains, l’enjeu de beaucoup d’enseignants est de maintenir l’école à l’écart de cet univers, au nom d’une prétendue «morale». Pour vivre dans un monde numérique, il ne faut pas que l’école nous y prépare.

Je propose à M. Bonot un exercice de mise en situation pour souligner l’effrayante bêtise de son comportement, totalement contraire aux principes même de l’école républicaine. Il y a cinq cents ans, lorsque Gutenberg a inventé l’imprimerie, aurait-il eu l’idée d’éditer un livre truffé de mensonges pour prouver que, en dehors des incunables copiés par les moines, tout accès à la culture était dangereux ? Aurait-il cherché à montrer, par une manœuvre vicieuse comme celle qu’il a utilisée sur Internet, que les masses ne peuvent avoir accès au savoir par le livre, car elles ne sont pas assez mûres pour le digérer ? Aurait-il soutenu que, pour être un esprit cultivé, il faut avoir été formé sans lire de livre imprimé, mais seulement en pratiquant les exemplaires cachés dans les bibliothèques monastiques ?

Ces exemples ne sont pas des caricatures. Pendant des siècles, le clergé catholique s’est opposé à la lecture directe de la Bible par les fidèles, sous prétexte que ceux-ci n’étaient pas capables de l’interpréter correctement. Il est vrai que le clergé avait alors le monopole de l’enseignement, et entendait bien conserver ce monopole à son profit. Autoriser les fidèles à apprendre en dehors de lui, à apprendre librement, c’était perdre son pouvoir et son utilité.

Depuis l’invention des hussards noirs de la République, le monopole de l’enseignement est confié à des fonctionnaires dont les modèles qu’incarne M. Bonot ne sont que des copies décadentes des originaux de 1880. De l’ambition républicaine, celle d’un savoir universel, ils ont tout oublié. Du réflexe clérical de confiscation du savoir, de stigmatisation de ce qui n’est pas validé par les manuels scolaires qu’ils rédigent en toute opacité, de méfiance vis-à-vis de la plèbe profane, ils ont tout repris.

Pense-t-on raisonnablement que l’école républicaine peut survivre en discréditant Internet ? Le seul fait qu’un enseignant fanfaronne publiquement en le prétendant fait froid dans le dos.

Je ne suis pas de ceux qui considèrent qu’Internet est un alpha et un oméga. Internet est un nouveau véhicule de savoir. Le principal aujourd’hui pour les générations qui sont en âge scolaire. On y trouve de tout. Des âneries comme des vérités. L’enjeu d’une école adaptée à son époque est d’apprendre aux élèves à se servir de ce formidable outil de démocratisation du savoir. La responsabilité des enseignants est d’apprendre à leurs élèves à y distinguer le vrai du faux.

Pas à le rejeter en bloc comme source d’un savoir vulgaire, voire dangereux.

A moins que M. Bonot ne nous ait livré un fake, destiné à caricaturer les enseignants, avec le but caché de promouvoir une véritable libéralisation de l’école. Car, soyons clairs, je ne suis absolument pas décidé à confier mes enfants à des brontosaures cléricaux et pervers. J’exige, pour mes enfants, le droit à des enseignants qui partagent mes valeurs d’humanisme et de tolérance, dont l’objectif soit d’épanouir l’élève et non de le piéger pour lui montrer son ignorance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Meurtre d’un policier à Toulouse : les raisons qui expliquent cette explosion des violences gratuites (et les moyens de l’endiguer)

05.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

06.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

07.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 28/03/2012 - 11:59
Eric: concernant ton memo à laurentso de 15h15?
C'est a mourir de rire mais c'est un copier collé d'un article de 1997?
L'on a vraiment l'impression que tu viens de découvrir internet.
Il te faut un bon réveil.
En 4 jours de vente il y a plus de 3 millions d'Ipad 3 de vendu.
Les centaines de milliards d'euros pour les installations internet c'est pour l’obscurantisme?
Depuis 1998 les sites scientifiques de l'Europe sont en interconnexion.
Bon réveil
Anonymous
- 28/03/2012 - 09:59
Sur Gutemberg
Savez vous que la réforme protestante s'est développée en même temps que l'imprimerie?
Les protestants ont été encouragé à retourner à la source de l a religion: la Bible, pour construire leur propre interprétation, en dehors des hommes d’Église. Ils ont appris à lire, et à penser par eux mêmes, finalement à être libre en pensée
Que fait ce professeur:
Il donne un poème: la source, en demandant aux élèves de le comprendre par eux mêmes, de se faire confiance, d'exercer leur esprit critique, leur pensée, leur interprétation à eux seuls.
Et que font-ils? Ils vont voir les interprétations des "hommes d'Eglise" de notre époque pour demander leurs avis sans y réfléchir.
Or pour réfléchir moi-meme sur un texte, je n'ai besoin que du texte source, et de mon intelligence. Ensuite, une fois que j'ai trouvé ma propre interprétation, je peux la confronter aux autres, mais je dois d'abord réfléchir par moi-même, sinon je gobe tout et n'importe quoi.
Gutemberg a publié et rendu accessible les textes sources, et aujourd'hui on peut les trouver presque partout, même sur internet, il est donc devenu aisé de vérifier une source. Mais internet recèlent d'interprétations diverses, d'où la réflexion.
Anonymous
- 28/03/2012 - 09:47
Éric Verhaeghe sait-il lire et analyser?
Voici ce que dit le professeur dans son article:
"J'ai ensuite voulu faire la démonstration que tout contenu publié sur le web n'est pas nécessairement un contenu validé, ou qu'il peut être validé pour des raisons qui relèvent de l'imposture intellectuelle.
Et enfin j'ai voulu leur prouver que, davantage que la paresse, c'est un manque cruel de confiance en eux qui les pousse à recopier ce qu'ils trouvent ailleurs, et qu'en endossant les pensées des autres ils se mettent à ne plus exister par eux-mêmes et à disparaître.
Ai-je réussi ? Ce serait à mes élèves de le dire. Une chose est sûre : cette expérience a, je pense marqué mes élèves."
et il précise qu'il n'a pas noté ce travail
Il incite ces élèves à être critique, à penser par eux mêmes, et à vérifier leurs sources. C'est louable et internet ici n'est qu'un outil plus aisé que le livre.
Avec votre article, j'ai vérifie la source: le texte du professeur, pensé par moi-même en comparant et eu un esprit critique sur ce que je lis.
Ce qu'il a fait vaut mieux que tous les discours, ils s'en souviendront leur vie durant et ils auront plus de réflexion et d'esprit critique, je pense que c'est un bon exercice.