En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

07.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 51 sec
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 39 min 35 sec
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 3 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 15 min 48 sec
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 2 heures 12 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 2 heures 40 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 4 heures 10 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 4 heures 15 min
Presse
Une trentaine de kiosques à journaux cambriolés à Paris
il y a 4 heures 45 min
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 5 heures 4 min
Atlantico Business

Réformes économiques : si le diagnostic et la stratégie globale établis par Emmanuel Macron sont cohérents, les modalités d’application, elles, souffrent de quelques points faibles criants

Publié le 03 octobre 2017
Si la stratégie de réformes est cohérente, la mise en œuvre a révélé depuis un mois une série de maillons faibles.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la stratégie de réformes est cohérente, la mise en œuvre a révélé depuis un mois une série de maillons faibles.

Pour la majorité des analystes, la stratégie de réformes mise en œuvre par Emmanuel Macron répond aux problèmes de la France de façon cohérente, mais les modalités d’application ont révélé des points faibles difficiles à dissoudre assez rapidement.

Sur le diagnostic, il n’y a pas ou peu de débat. Le pays souffre d’une sous compétitivité structurelle qui l'empêche de dégager des marges nécessaires au financement d’un modèle social trop généreux par les temps qui courent.

Trop de chômage, trop de dépenses publiques et sociales nous mènent tout droit au déficit extérieur et budgétaire. D’où l’endettement excessif. D’où la faiblesse de l’investissement. D’où l‘atonie de l‘activité.

A partir du moment où on adhère à ce diagnostic, la thérapie coule de source. Il s’agit de restaurer la compétitivité des entreprises de marché, par les réductions des coûts sociaux (baisse des charges) et par la montée en gamme par l’investissement massif dans les secteurs à haute valeur ajoutée. D’où la baisse de la fiscalité pour les acteurs de la création de richesses et pour les apporteurs de capitaux à risques. D’où la baisse des dépenses publiques et sociales afin de regonfler les capacités d’intervention dans le secteur productif.

Ce modèle économique est partagé par tous les acteurs du système et particulièrement soutenu par les dirigeants d’entreprise.

Ce faisant, il faut reconnaître que la publication des premières réformes, loi travail et projet de loi de finances, n’a pas convaincu les foules. Ça peut donc à terme rendre l’application de ces réformes un peu compliquée et hypothéquer les résultats qui, au final, seront les seuls et vrais marqueurs de réussite ou d’échec.

La mise en place de la loi travail et la présentation du projet de loi de finances, donc de la réforme fiscale ont révélé les maillons faibles de la gouvernance  Macron.

1er point de faiblesse : l’absence d’une Assemblée nationale compétente, fertile et responsable. Il a fallu moins de trois mois pour s’apercevoir qu’une assemblée principalement composée de représentants de la société civile n’était pas la panacée. Intéressante par le sang neuf que ces députés ont apporté, mais décevante quant à leur capacité de fabriquer la loi et surtout d’en assurer la pédagogie. Ce qui manque, c’est moins leur engagement partisan que leur expertise législative et leur capacité à séduire, à convaincre et à transmettre.

Corollaire de cette situation, ni le président de la République, ni le gouvernement n’ont les relais nécessaires dans le pays. Il va falloir les inventer, ou les installer.

2e point de faiblesse : le syndrome de la cagnotte. Le gouvernement d’Edouard Philippe n’est pas protégé contre le risque de céder au syndrome de la cagnotte. Pour les hommes politiques, la cagnotte apparaît quand les recettes fiscales sont meilleures que prévues compte tenu d’une reprise de croissance. Plus de croissance, c’est plus d’activité, plus de consommation, plus de revenus distribués ; donc plus de rentrées fiscales. Dans ce cas de figure, la nécessite de redresser la barre des finances publiques apparaît moins urgente. La tentation de reporter à plus tard certaines réformes un peu douloureuses est donc très forte.

En voulant lancer des réformes de structures en période de conjoncture forte, le gouvernement se comporte de façon très orthodoxe. Il pourra aller assez loin dans les réformes avant que la rigueur ne soit pas supportable.

En retardant ou en amortissant les réformes, il tombe dans le laxisme qui se paiera beaucoup plus cher quand la conjoncture se retournera. Difficile pour un gouvernement de ne pas céder à cette tentation de facilité. La loi de finances présentée la semaine dernière apparaît très courageuse au niveau fiscal, mais laxiste en ce qui concerne les dépenses publiques. Cette loi de finances ne programme pratiquement pas de baisse des dépenses publiques et sociales d’ici à deux ans. Le déficit est toujours attendu aux environs de 3%. Ce qui veut dire en clair que les baisses d’impôts auront été financées par de la dette. En clair, le syndrome de la cagnotte rend le gouvernement très faible sur la restructuration budgétaire.

3e point de faiblesse : la nécessité d’investir l’Europe. Dans la stratégie Macron, la refondation de l’Union européenne est omniprésente. Emmanuel Macron a d’ailleurs été le seul candidat à être aussi clair dans cette ambition européenne. Sauf que le passage à l’acte consiste à convaincre un maximum de pays membres, une majorité de l’opinion publique et gagner le soutien de l’Allemagne. Aucun de ces trois leviers n’est au rendez vous. L’opinion publique française est encore très eurosceptique même si elle est sincèrement attachée à l’euro. Les pays membres sont assez réticents à aller plus avant sur la voie de l’intégration parce qu‘ils considèrent que le respect de la discipline et des règles serait difficile à supporter. Enfin du côté de l’Allemagne, il n’existe pas de majorité pour accepter une mutualisation des dettes. Or, le message subliminal dans tous les discours sur les avantages d’une Europe intégrée passe par l’idée que les riches partenaires pourraient payer un peu pour les plus pauvres. C’est un peu ce qui s’est passe pendant 30 ans avec les fonds structurels qui ont permis de sortir l’Europe du sud de la pauvreté. A l’heure de la mondialisation et de la concurrence mondiale, après la crise terrible de 2008/2009, l’urgence devrait être de découvrir une performance globale. Malheureusement, la réaction naturelle de chaque partenaire est de se protéger.

4è point de faiblesse : l’absence de contrepouvoirs syndicaux forts et donc responsables. A partir du moment où les ressorts mis en place par Emmanuel Macron ne passent pas le transfert de pouvoir et de responsabilité au niveau des entreprises, il faudrait disposer de contrepouvoirs syndicaux forts au niveau local. Ça n’est pas le cas. Les syndicats français travaillent au niveau de l’Etat et de la branche avec une très faible représentativité. Cette situation bancale n’est pas tenable. La loi travail et la loi de finances donnent en théorie plus de liberté aux entreprises. Cette liberté ne peut s’exercer que si elle est est confrontée au pouvoir syndical. Les syndicats ne sont pas équipés, formés et financés pour exercer cette fonction au niveau des entreprises. Il faut qu‘ils innovent également de leur côté, assument ce changement et « sachent se rendre désirable » par les salariés ; ça n’est qu’à ce prix que le système abandonnera progressivement une logique de conflit au niveau national dans le cadre d’un paritarisme archaïque, pour intégrer une logique de compromis au niveau décentralisé de l’entreprise dans le cadre de ce qui pourrait ressembler à de la cogestion. On en est loin.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 04/10/2017 - 05:50
UNE MUTATION CULTURELLE?
Croire qu'évolueront efficacement les syndicats français accros à la sébile et au parasitisme tient tout simplement du rêve éveillé! Rappelons-nous le sort indigne réservé à l'excellent rapport Perruchot par une classe politique plus complice que clairvoyante. L'indépendance et le libre jeu des institutions exigent que les syndicats ne vivent que des cotisations de leurs adhérents et uniquement d'elles, c'est loin d'être le cas!
OLYTTEUS
- 03/10/2017 - 20:39
Incapcité à convaincre
L’exécutif présente un déficit de communication criant:le président ne s’adresse pas au peuple directement,donc aucune pédagogie;le premier ministre est incapable de communiquer utilement:pourquoi le coup de rabot là ,pour quel objectif etc....
Dans un pays à l’inculture économique criante, c’est inquiétant pour la suite.
hermet
- 03/10/2017 - 11:09
enfin Mr Sylvestre ouvre les yeux sur cette imposture
Loin, oui et très loin
Il était évident que le programme de Macron était bancal et en plus complètement irréaliste, pire que celui du FN et c'est peu dire.
Les résultats ne seront pas là, et on accusera le libéralisme alors que le pays n'aura jamais autant crouler sous le poids de la dépense publique, les Français vont s'appauvrir et se diviser mais à force d'élire des tanches depuis 40 ans ils n'ont que ce qu'ils méritent.