En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > International
"A Tunisian Girl"
Tunisie : mort de Lina Ben Mhenni, symbole de la révolution de 2011
il y a 10 min 35 sec
pépites > Justice
Justice
Patrick Balkany reste en prison après le rejet de la cour d'appel
il y a 1 heure 12 min
décryptage > Société
Insultes et menaces

#JeSuisMila : la France en plein naufrage relativiste

il y a 2 heures 27 min
pépites > France
"Lutter contre l'oubli et le négationnisme"
Emmanuel Macron a inauguré le Mur des Noms rénové au Mémorial de la Shoah
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les feux de l'amour et du hasard" : ce Marivaux revisité en soap américain ne fait pas dans la nuance

il y a 4 heures 21 min
pépites > Politique
Bras de fer politique
Municipales à Paris : Stanislas Guerini, délégué général de LREM, estime que Cédric Villani n'est plus "adhérent"du parti
il y a 5 heures 44 min
décryptage > France
Perception

Bonheur, sens du travail et raison d’être : les attentes légitimes des Français et.... celles qui le sont moins

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Economie
Inquiétudes sur les marchés

Récession mondiale : une forme de virus ? Comment la traiter ?

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Politique
Une mémoire très sélective…

Quand Macron assimile la guerre d’Algérie à la Shoah !

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Religion
Paradoxe

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

il y a 8 heures 49 min
pépites > Science
Prouesse
Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles
il y a 38 min 40 sec
light > Science
Age bonifié ?
Des scientifiques écossais ont utilisé la datation au carbone 14 afin de prouver l'âge réel des bouteilles et pour lutter contre les fraudes
il y a 1 heure 44 min
pépites > Terrorisme
Terrorisme
L'Etat islamique annonce une "nouvelle phase de son jihad" et menace Israël
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr : du rififi chez les Grecs !

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Pourquoi les Américains et les Chinois sont-ils meilleurs que nous ?

il y a 4 heures 59 min
pépite vidéo > Sport
Immense tristesse
Kobe Bryant, la légende des Los Angeles Lakers, est décédé à l'âge de 41 dans un crash d'hélicoptère
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Politique
Projections financières lacunaires

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
Calendrier électoral

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

il y a 7 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Le vrai coût de l’utilisation de Google et Facebook : notre vie privée et nos données
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Economie
Matières premières

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

il y a 9 heures 30 min
Atlantico Business

Medef : le patronat cherche à convaincre le gouvernement de ne rien lâcher sur les réformes promises

Publié le 30 août 2017
Pierre Gattaz a rappelé hier aux membres du gouvernement qui se pressent à l’université d’été, les points de réformes sur lesquels ils ne pouvaient pas reculer : le code du travail et la baisse des impôts.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Gattaz a rappelé hier aux membres du gouvernement qui se pressent à l’université d’été, les points de réformes sur lesquels ils ne pouvaient pas reculer : le code du travail et la baisse des impôts.

L’université d’été du Medef de cette année ne ressemble pas aux autres. Elle se déroule dans un climat très amélioré.

D’abord, parce que la perspective de croissance est forte et principalement parce que la croissance mondiale est très soutenue.

Ensuite, parce que les chefs d’entreprise ont encore confiance dans la gouvernance Macron pour aller au bout des réformes nécessaires. Dans la forme, le résultat est que les ministres du gouvernement se bousculent pour y être vus et entendus. Alors, on peut évidemment se demander pourquoi ils viennent aussi nombreux alors qu’ils se font pour le moins tancer et parfois chahutés.

Les ministres se précipitent à Jouy-en-Josas d’abord parce qu’ils y sont invités et que le patronat, qui n’arrête pas de réclamer avec raison que l’Etat le laisse tranquille, adore la présence d’un ministre. Sans doute parce que ça impressionne les adhérents, parce qu’on ne fait rien en France sans l’autorisation ou l’adhésion d’un membre du gouvernement.

Que les ministres viennent, c’est un peu normal, ils font de la politique et toutes les occasions d’expliquer et de séduire sont bonnes àprendre. Mais que le patronat leur déroule le tapis rouge, cela paraît quand même un peu archaïque et contradictoire avec la fonction de chef d’entreprise dont la revendication première est la liberté de créer de la richesse. Et sur ce point, ils commencent à se poser des questions sur la détermination de la gouvernance à réformer.

Pierre Gattaz, d’ailleurs, a fait le job. Ministre ou pas, il a rappelé les réformes qui ont été promises et qui pourraient avoir du plomb dans l’aile pour cause de grogne syndicale et populaire.

A l’issue des premiers cent jours du quinquennat d’Emmanuel Macron, les chefs d’entreprise ont quelques raisons de douter de la capacité du président et du gouvernement à aller au bout des réformes annoncées et promises.

Le Medef a ciblé des points précis à traiter d’urgence. Les lignes jaunes qu’il ne faudrait pas franchir.

Le premier avertissement concerne la réforme du Code du travail. La ministre du travail doit présenter le texte de l’ordonnance fixant le textedans 24 heures. Globalement, le projet organise plus de flexibilité avec notamment l’inversion de la hiérarchie des normes, c’est-à-dire en déplaçant au niveau de l’entreprise une grande partie des négociations portant sur l’organisation du travail. On est à peu près d’accord sur ce qui restera de la responsabilité de la branche et sur ce qui sera descendu au niveau de l’entreprise. On est à peu près d’accord sur la simplification des contrats de travail (CDD et CDI). On est à peu près d’accord sur la simplification des institutions de représentation des personnels dans l’entreprise. Cela dit, rien n’est encore réglé concernant, d’une part le plafonnement des indemnités de licenciement et d’autre part, on ne sait pas la taille de l’entreprise en deçà de laquelle un représentant du syndicat sera obligatoire pour ouvrir une négociation. 

Actuellement, les entreprises qui ont moins de 50 salariés sont exonérées de cette obligation.Au-delà, il faut un représentantsyndical, mêmes’il n’y en a aucun d’implanté dans l’entreprise. Le résultat, c’est que les entreprises de plus de 50 salariés, mais qui n’ont pas de syndicat, sont obligées d’importer un permanentvenant d’un syndicat pour accompagner la négociation.
Le patronat voudrait relever jusqu'à 300 salariés le seuil à partir duquel les entreprises seraient contraintes d’avoir une représentation syndicale.

Les grands syndicats sont évidemment opposés à ce changement de seuil.

Le deuxième avertissement porte sur la réforme fiscale. Compte tenu des contraintes budgétaires, les chefs d’entreprise sont de plus en plus dubitatifs sur la détermination du gouvernement à donner un coup de balai dans la fiscalité des entreprises.

Plus grave, ils considèrent que la promesse de baisser l’impôt sur les sociétés est une piste intéressante, mais si cette baisse est compensée par des impôts et taxes supplémentaires sur la production, la réforme sera évidemment improductive.

Avant de toucher à l’impôt sur les bénéfices, la majorité des chefs d’entreprisepréfèrerait qu’on regarde à la loupe les impôts qui pèsent sur le capital investi ou sur la création de valeur ajoutée. Des impôts qui pénalisent l’investissement, l’embauche et l’innovation. Des impôts qui sont calculés avant même que l’entreprise n’ait réaliséle premier centime de bénéfice. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

03.

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

07.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 30/08/2017 - 22:35
Gattaz contre Gattaz
JM Sylvestre avait dans ces colonnes taillé une veste à P. Gattaz, qui s'était senti obligé de se justifier. Pas trop mal, si mes souvenirs sont bons. Mais la charge de Sylvestre avait quelque chose de bien senti. Alors que Yvon Gattaz avait amené une dimension PME, inédite à l'époque et jamais retrouvée depuis, son fils a confondu patronat de combat avec patronat d’escarmouches verbales. Au final, j’espère me tromper, mais je ne vois pas un de ces "fat cats" interrompre sa partie de golf et aller se battre pour relever le seuil de représentation syndicale
Deneziere
- 30/08/2017 - 22:22
Gattaz-Pénicaud - Lequel est mon cul ? Lequel est ma chemise ?
Le Medef... Ils vous parlent d'entreprendre, mais ce sont des dirigeants salariés de grands groupes. Ils vous parlent de prendre des risques, mais ils ont des parachutes dorés. Ils se prétendent libéraux et essayent en permanence de carteliser l'économie avec la complicité de l'état. Et d'ailleurs ils invitent des ministres. Répugnant capitalisme de connivence.
ajm
- 30/08/2017 - 12:38
Marché de dupe possible.
Il faut tenir compte du fait que l'IS est calculé sur une base imposable qui est bien délimitée par le fisc. Si le taux d'IS baisse mais que l'assiette imposable augmente ( par exemple en revoyant le régime des amortissements et provisions deductibles) ce peut être un marché de dupe pour les entreprises.