En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Immigration : ce que les autorités constatent sur le terrain

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 16 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 17 heures 27 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 18 heures 28 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 22 heures 8 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 22 heures 10 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 22 heures 12 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 16 heures 23 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 17 heures 58 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 18 heures 52 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 22 heures 10 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 22 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
Changement de cap

Trump et l'Iran : une guerre froide, pas un retour à l'axe du mal de George Bush

Publié le 23 mai 2017
Le discours à Riyad marque un tournant dans la politique américaine. Après le néo-conservatisme et les tentatives d'apaisement d'Obama, Trump replace l'Iran au coeur d'un dispositif de lutte classique hérité de la Guerre froide.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours à Riyad marque un tournant dans la politique américaine. Après le néo-conservatisme et les tentatives d'apaisement d'Obama, Trump replace l'Iran au coeur d'un dispositif de lutte classique hérité de la Guerre froide.

Atlantico : Dans son discours à Riyad devant les principales nations du monde musulman (Iran, Liban et Syrie exclues), Donald Trump a appelé ses "partenaires" à l'épauler dans sa lutte contre le fondamentalisme terroriste et a dénoncé le rôle de l'Iran dans la propagation du terrorisme. Ne s'agit-il pas d'un retour aux positions néoconservatrices défendues par son prédécesseur George W. Bush, lequel avait dès 2002 déjà placé l'Iran dans la liste des forces de l'Axe du Mal ? Comment expliquer cette nouvelle approche, qui semble, à priori, être à un revirement après l'ère Obama ?

Cyrille Bret : La présidence Trump est très clairement en train de revenir au réseau d'alliance traditionnel des Etats-Unis depuis les années 70. Ce réseau est composé d'Israël et de l'Arabie Saoudite. L'objectif est de contenir les puissances montantes de la région que sont l'Iran et désormais la Russie. Mais on ne peut pas parler de néoconservatisme. Car les néo-conservateurs et le classement dans l'Axe du Mal de la Corée du Nord ou de l'Iran comme l'avait décrit George W. Bush avaient pour ambition une démocratisation du monde. Ce qu'on dénonçait au travers de l'Axe du Mal était l'absence de démocratie et en réponse on prônait une démocratisation par l'exportation. Aujourd'hui, nous avons à faire à une stratégie beaucoup plus traditionaliste qui consiste à contenir par les armes et les moyens militaires et pas du tout par une lutte dans le domaine idéologiques ou des institutions.

Il s'agit dès lors de soutenir les institutions établies, à commencer par la monarchie saoudienne sur les bases du pacte du Quincy, qui consiste à garantir la stabilité de la dynastie de Saoud contre l'approvisionnement en pétrole et avec un approvisionnement en armes. Et aussi Israël, et de ce point de vue là, on voit bien qu'il y a un infléchissement net par rapport aux résolutions prises le 14 juillet 2015 dans l'accord sur le nucléaire iranien. Avec l'intervention russe en Syrie, tout a été remis en question. Pour les Etats-Unis, le discours de Riyad est une réponse au discours du 24 septembre 2015 du Président Poutine qui élaborait un axe Moscou-Téhéran-Damas appuyé par le Hezbollah. A l'est rien de nouveau pour Trump : ce sont les stratégies conservatrices classiques (et non néo-conservatrice) qui sont ici à l’œuvre !

Quelle est la pertinence d'une ferme opposition à l'Iran du point de vue américain ? Depuis la révolution de 1979, quelle a été la logique défendue par l’administration américaine ? Quelle est la nature de la crainte de Teheran par Washington, au travers du prisme de la géopolitique globale américaine ? 

La logique de l'administration Obama était de sortir du régime de sanction qui datait de 1979 et de la prise d'otages des diplomates américains dans l'ambassade afin de mettre fin au cercle vicieux qui faisait que chaque sanction entrainait un durcissement du régime. Les sanctions avaient un effet sur la mobilisation de l'opinion autour des leaders les plus conservateurs et anti-occidentaux. Ce qui s'est passé avec Obama, c'est la conjonction d'un changement de diplomatie américaine prônant l’apaisement, le désengagement en Irak et la recherche d'une solution au problème nucléaire en Iran d'un côté et de l'autre l'élection d'un gouvernement plus moderne, plus libéral, et en tout cas partisan d'une modernisation de l'économie iranienne par son insertion dans les flux internationaux. La pertinence actuelle de la nouvelle stratégie (pas si nouvelle donc) de Trump est de rétablir un rapport de force clair avec la Russie. Le choix est clair, et c'est le même que celui fait par la France : les monarchies sunnites et les régimes traditionnels contre le régime iranien. Toute la difficulté actuelle va être de réussir à manier le démantèlement des sanctions qui a été promis par les Américains dans l'accord de 2015 et la ligne dure afin de rassurer les Alliés saoudiens et israéliens.

Hassan Rohani a été réélu en Iran et s'il avait symbolisé le réchauffement des relations avec les Etats-Unis d'Obama, que peut-on anticiper de l'avenir du nouveau couple américano-iranien à partir de ce choix des Iraniens ?

D'un côté, les Iraniens sont très fortement engagés militairement et économiquement en Syrie par l'intermédiaire directement des Pasdarans ou indirectement du Hezbollah qui mènent une campagne très dure contre les opposants au régime d'Al Assad et en coordination très étroite avec la Russie.

Mais de l'autre il faut prendre en compte le résultat des élections : la mobilisation électorale a été forte, et les Iraniens ont réélu avec une forte majorité le Président sortant Hassan Rohani. Ce qui s'exprime dans ce vote, c'est la volonté de soutenir l'ouverture économique, et le retour d'une certaine prospérité. L'Iran patine d'un point de vue économique du fait de l'application des sanctions sur plusieurs décennies. Et l'autre signal envoyé par les Iraniens, c'est que pour préparer une éventuelle succession de Khamenei le guide suprême, ce sera un président favorable à l'ouverture du pays et favorable à certaines réformes du régime institutionnel de la République islamique d'Iran qui sont à privilégier. Ce qui ne veut pas dire qu'ils soient prêts à tous les accommodements avec les Etats-Unis. Ce que souhaite les Iraniens des Etats-Unis, c'est un démantèlement des sanctions et certainement un empiétement sur leur souveraineté et sur leur rayonnement international. L'Iran est donc aussi prise dans une situation très compliquée : d'un côté obtenir plus de libéralisation économique et de prospérité en coopérant avec les Etats-Unis mais d'un autre côté maintenir une diplomatie régionale ambitieuse car Téhéran est la puissance montante actuelle de la région. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Immigration : ce que les autorités constatent sur le terrain

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 23/05/2017 - 17:53
complément d'un discours largement ignoré
http://www.dreuz.info/2017/05/22/en-arabie-saoudite-donald-trump-a-decapite-50-pays-musulmans/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29