En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 38 min 38 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 59 min 43 sec
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 1 heure 23 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 1 heure 46 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 2 heures 3 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 2 heures 24 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 3 heures 10 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 3 heures 51 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 4 heures 14 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 49 min 13 sec
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 1 heure 3 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 1 heure 48 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 2 heures 21 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 3 heures 13 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 4 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
Houston, on a un problème

Décollage au ralenti : comment la lente progression du PIB français en 2016 masque l’énorme manque à gagner d’une économie française percutée par la crise 2008

Publié le 19 mai 2017
Selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE, la croissance française aurait atteint 1.2% en 2016, contre 1.1% en 2015 et 0.9% en 2014. Mais derrière l'apparente lente progression se cache une économie qui semble tourner à un régime bien plus faible que son potentiel.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE, la croissance française aurait atteint 1.2% en 2016, contre 1.1% en 2015 et 0.9% en 2014. Mais derrière l'apparente lente progression se cache une économie qui semble tourner à un régime bien plus faible que son potentiel.

​Atlantico : ​Les chiffres du PIB relatifs à l'année 2016 font état d'une croissance de 1.2% de l'économie française, contre 1.1% en 2015 et 0.9% en 2014. Comment interpréter cette progression qui, bien que faible, reste positive ?

Nicolas Goetzmann : Il est préférable de regarder les chiffres de la croissance nominale pour se faire une idée plus précise de la tendance actuelle. La croissance nominale, c'est, pour simplifier, la somme de la croissance au sens où on l'entend classiquement, et de l'inflation. Or, la croissance nominale française a atteint le chiffre 1.6% pour l'année 2016 alors qu'elle était de 2.2% l'année précédente. Elle est donc en légère baisse d'une année sur l'autre, mais il est surtout important de préciser qu'il s'agit d'un chiffre qui a été divisé par deux depuis la crise de 2008. Entre 1997 et 2007, la croissance nominale, qui correspond à ce que l'on appelle la croissance de la demande, était de 4% par an, en moyenne, et ce, sur un rythme quasi-métronomique. La question qu'il revient de se poser, dans une telle configuration, c'est de savoir comment une économie comme celle de la France a pu voir la croissance de sa demande être divisée par deux plus ou moins du jour au lendemain. Parce que les conséquences de cette situation, c'est un chômage de masse qui ne se résorbe que sur un rythme de sénateur, un déficit public que le gouvernement a du mal à maîtriser, et une dette qui continue de culminer à un niveau élevé. Pour ces trois points, chômage, déficits, dette, la question est d'ordre macroéconomique, le point essentiel est de permettre une accélération de la croissance nominale pour que celle-ci corresponde aux capacités de productions du pays. Il est probable que ces capacités aient été entamés lors de ces 10 dernières années, justement parce que la croissance faible a participé à la destruction du potentiel du pays. Mais cette question ne relève que d'une autorité; la Banque centrale européenne. Elle est seule à pouvoir remettre la croissance nominale du pays "en marche", il serait donc plutôt utile de regarder de ce côté pour qui voudrait améliorer le sort économique du pays. Il y a toujours des arguments qui viennent défendre l'idée que la BCE "fait tout ce qu'elle peut", mais cela ne tient simplement pas la route. La BCE pourrait faire beaucoup plus encore, et notamment rattraper tous les dégâts causés depuis 10 ans, parce que partir en retard avec sa politique de relance en 2015, soit 6 ans après les États Unis, devrait supposer de faire ce qu'il faut pour corriger le retard pris. Cela n'est tout simplement le cas. Il suffit de regarder les chiffres du chômage pour s'en rendre compte.

Que peut-on attendre de l'évolution future de l'économie française, principalement de la croissance, au regard des annonces faites par le pouvoir en place ?

Le plus révélateur consiste peut-être à regarder les prévisions de croissance de long terme formulées par les équipes du nouveau Président. Pour 2016, la croissance est prévue à 1.4% pour 2017, 1.6% pour les années 2018, 2019, et 2020, puis à 1.7% pour 2021 et 1.8% pour 2022. Bref, la supposition est que la croissance potentielle du pays, après les réformes envisagées, serait de 1.8%. Mais ce qui frappe dans ces prévisions, c'est qu'il n'est absolument pas question de "rattraper" tout le chemin perdu depuis la grande récession de 2008. La crise, qui est la plus grâve depuis 29, est tout simplement ignorée, et les réformes proposées ne tiennent pas compte de cette situation. Le droit du travail n'était fondamentalement pas plus "libéral" pendant la décennie des années 2000, et pourtant la croissance de la demande était largement supérieure à ce que nous constatons aujourd'hui, ce qui est en fait parfaitement normal parce que la croissance de la demande n'a rien à avoir avec le droit du travail. L'ambition proposée par En Marche est de créer plus d'emplois avec une croissance équivalente, ou en légère progression. Soit, mais la question fondamentale n'est pas celle-ci, mais celle de faire tout ce qu'il est possible pour que la croissance française soit au maximum de son potentiel, ce qui n'est absolument pas le cas aujourd'hui en raison d'une politique monétaire qui reste encore trop restrictive. Et le seul coup d'œil à l'évolution de la croissance nominale de la zone euro depuis 2008 permet de le révéler. La zone euro fonctionne au frein à main depuis 10 ans, et personne ne semble avoir l'idée de changer cela. Une fois que l'idée est intégrée, il faudra convaincre les partenaires de la France, mais il ne faudrait pas oublier que lorsque les règles de Maastricht ont été définies, le cadre de pensée était le suivant : 3% de déficits, 60% de niveau d'endettement, et 5% de croissance nominale. Évidemment, quand la croissance nominale explose à la baisse, il est tout à fait évident que le reste va exploser à la hausse, simple logique. Mais si les 5% de nominal étaient respectés par la BCE (et on peut envisager de passer ce niveau à 4% au regard du nouveau contexte européen) les questions de déficits et de dettes ne se poseraient plus. On se concentre sur le superflu, et on oublie l'essentiel.

Quels seraient les moyens permettant d’accélérer le rythme de progression de l'économie du pays ? Quels en seraient les écueils ?

Pourquoi ne pas jouer la provocation. Réunir les pays de la zone euro autour de la table, constater simplement le cadre évoqué des critères de Maastricht, et se demander pourquoi la croissance nominale qui était "attendue" autour de 5% lors de la définition des critères a été divisée par 2. Et là, on pourrait se retourner vers la BCE, parce que s'il y a une institution qui ne respecte pas les règles, c'est avant tout celle-ci. La BCE poursuit un objectif de maîtrise des prix, l'inflation devant être proche mais inférieure à 2% (ce qui est déjà un objectif très restrictif à la base), or, depuis 2009, la moyenne de l'inflation en zone euro est de 1.17%, soit un écart de plus de 40% avec l'objectif. Il n'est pas nécessaire d'aller chercher beaucoup plus loin les causes des déficits et de dettes excessives ; la demande a été détruite au sein de la zone euro. La réponse doit donc être provenir de la demande, c’est-à-dire du pouvoir monétaire. En se concentrant exclusivement sur les questions de politique de l'offre, qui ne pourront avoir qu'un effet marginal sur le potentiel du pays, on se condamne à accepter d'encaisser les pertes dues à la crise. C'est donc vers la demande, vers la BCE, qu'il faut agir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Babaswami
- 17/05/2017 - 12:16
Irresponsabilité
"Évidemment, quand la croissance nominale explose à la baisse, il est tout à fait évident que le reste va exploser à la hausse, simple logique" Oui logique dans cette cette république démagogique où les politiciens achètent les voix avec des promesses qui ruinent le pays. Exemple: exemption de la taxe d'habitation : qui va payer ?
vangog
- 17/05/2017 - 11:01
La BCE a tout essayé, tout épuisé, tout raté...
On est au maxi de ce que peut réaliser la France gauchiste, dans un contexte de normes écolo-débiles et de contraintes europeistes paralysantes. Cela n'a plus aucune relation avec la crise de 2008, mais ces contraintes europeistes sont venues se substituer et ont fait les mêmes dégâts que la crise de 2008...les responsables? Les banquiers et lobbys des multinationales étaient responsables de la crise de 2008, dont le passif a été apuré par le peuple européen, et les mêmes, en connivence avec les immigrationnistes et écolo-réacs trotskystes, sont responsables des contraintes europeistes...Ces requins, qui ne voient que l'intérêt de leur lutte finale. profitent de ces contraintes pour peser à la baisse sur les salaires et delocaliser vers les pays à bas coût social et fiscal. La Chine socialiste à parfaitement compris la faiblesse économique de cette UE de soumission, et prépare sa Mega-autoroute pour approvisionner en biens de consommation marchant l'UE soumise. La solution? Exclure les lobbys financiers et les écolo-trotskystes des instances europeistes, et réparer le cadre européen sur la base de la coopération entre Nations libres...il n'y a plus à tortiller!