En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Zone franche
La France doit-elle nationaliser Facebook ?
Publié le 08 mars 2012
Quand Facebook est hors-ligne, il laisse 850 millions d’utilisateurs sur le carreau mais ne fournit aucune explication. La patrie des droits de l’homme et du service public peut-elle rester sans réaction ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand Facebook est hors-ligne, il laisse 850 millions d’utilisateurs sur le carreau mais ne fournit aucune explication. La patrie des droits de l’homme et du service public peut-elle rester sans réaction ?

J’ai une idée formidable pour réorienter le débat pré-présidentielle sur une thématique au moins aussi grotesque que la viande halal ou la confiscation des revenus jugés trop élevés par la morale progressiste, mais plus marrante et high-tech : pourquoi ne pas exiger la nationalisation par la France de Facebook ?

Ok, dit comme ça, ça à l’air un peu étrange, comme suggestion, mais il y a un angle.

Le « réseau social », comme on dit désormais, est resté hors-ligne trois heures durant hier matin, laissant des centaines de millions d’utilisateurs européens et asiatiques sur le carreau. Pour les gens qui, comme ma mère (oui je sais, je prends souvent ma mère comme exemple de technophobe de compète mais si vous la connaissiez vous comprendriez), préfèrent bavarder avec les voisins près des boîtes aux lettres plutôt que d’échanger des lolcats sur Facebook pour tuer le temps, ça n’est pas si grave. Mais pour les autres, pour tous les autres, qui dépendent presque intégralement du bidule pour garder le contact avec le reste du monde et s’épanouir pleinement en tant qu’humains, c’est une catastrophe d’ampleur fukishimesque.

Pour ne rien dire des millions d’entreprises qui l’utilisent désormais comme « apporteur d’affaires » et perdent du temps et de l’argent lorsqu’il est en rade.

Comme le dit Spider Man, qui n’est pas qu’un bodybuilder sans neurones, « with great power comes great responsability ». Et si près d’un milliard d’inscrits, ce n’est pas un immense pouvoir, où va-t-on ? Tiens, rien que pour la France, c’est 24 millions d’abonnés, soit cinq fois plus que l’effectif total de notre fonction publique, pour comparer de grandes masses entre elles !

Plus de courrier transporté par Facebook que par La Poste

Si Facebook devient aussi essentiel à la vie sociale et économique du Terrien moyen, et donc du Français standard (sauf ma mère, qui n’est pas standard, comme on l’a vu), et élimine graduellement la concurrence (regardez un peu où en sont MySpace et Copains d’avant), on n’est plus trop loin de la notion de « service public monopolistique » à la gauloise. M’est d’ailleurs avis que le site transporte bien plus de courrier que La Poste, même si j’ai la flemme d’aller chercher les stats. Et un service public authentique, ça ne se laisse pas aux mains d’un ploutocrate en claquettes de piscine dont le seul but dans la vie est d’accumuler des brouzoufs par milliards. Oh non !

Surtout s’il se révèle incapable d’expliquer pourquoi ses affiliés sont privés de « likes » et de « pokes » pendant des heures et ne s’en excuse que du bout des lèvres. Merde alors, je veux bien qu’en France, quand il y a une grève de métro, on ne s’en aperçoive plus mais « Facebook down », c’est limite prise d’otage des usagers.

Oui vraiment, la transformation de Facebook en un grand service public mondial de la relation sociale est une évidence et je subodore qu’un Mélenchon pourrait parfaitement l’intégrer à son programme (Hollande, je n’ai pas confiance : il se contenterait d'une participation minoritaire et refuserait de nommer les dirigeants directement, ce social-libéral !). Et qu’on n’aille pas ergoter en mentionnant que l’entreprise est américaine : au Venezuela, Chavez a nationalisé Exxon et Total et on n’en pas fait tout un fromage.

Après tout, nous sommes quand même le pays où l’on exige du président qu’il ferme les paradis fiscaux (quoi, cinq ans à l’Élysée et il en reste encore ?!) et réorganise les flux financiers mondiaux (quel échec patent !). Et s’il faut vraiment attendre le reste du monde avant d’initier des trucs un peu courageux, on n’est pas arrivés : en 1789, on ne s’est pas arrêté de couper la tête des aristos au prétexte que ça mettait les Anglais ou les Allemands mal à l’aise… Être le phare du monde, ça se mérite.

D’autant plus qu’en nationalisant Facebook, on pourrait ramener la rémunération du boss à un niveau plus raisonnable, quelque chose comme 20 fois le SMIC, ce qui est amplement suffisant pour s’acheter une Renault Mégane toutes options et investir dans de l’immobilier locatif à loyer plafonné en petite couronne.

Mais bon, Mélenchon aura-t-il le courage de s’en prendre à un tel géant et de rendre le pouvoir au peuple, seul propriétaire légitime de la première agora électronique de la planète ? Pas si sûr. Bah, qu’importe : s’il ne réagit pas, je poke Poutou.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
04.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 9 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rhytton
- 10/03/2012 - 13:42
Et si on nationalisait Internet?
Le Minitel, c'etait l'internet nationalise avant que l'Internet existe. Ca n'a pas fonctionne internationalement car qui aurait voulu d'un "bidule" bien trop francais dans son pays? C'est comme la norme SECAM ou la methode Merise: en voulant s'approprier nationalement ce qui est destine a tous, on n'a fait que se marginaliser. Et je ne parle pas que de Bull ou Thomson :P Quand on aura nationalise Facebook, un dilemme se posera: faudra-t-il le rebaptiser 3615 Ludo ou "Le petit trombinoscope bleu" pour faire plaisir a Melenchon??? J'aimerais tant qu'on comprenne que la gauche a saborde le virage numerique de la France dans les annees 80, qu'une generation de geeks a ete sacrifiee sur l'autel des retrogrades qui auront empeche le developpement d'un triptyque a quatre volets: Lire Ecrire Compter Programmer; et que la Droite n'a su saisir que tardivement les enjeux du Numerique, avant de ne plus rien y comprendre elle-meme.
Before
- 08/03/2012 - 15:39
@ropib : pas vraiment pareil
Les libéraux sont pour la concurrence. Le monopole de fait d'un acteur privé n'est pas souhaitable mais il peut être contesté dans un environnement économique libre.
Lorsque c'est l'état qui détient un monopole, c'est le plus souvent grâce à la loi qui interdit la concurrence : (SNCF, La Poste la sécurité sociale, l'éducation, EDF, ...)
Hugues Serraf
- 08/03/2012 - 12:09
@Before
Oh pétard, je l'aurais bien faite, celle-là !