En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 40 min 52 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 53 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 26 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 41 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 42 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 51 min 32 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 1 heure 23 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 30 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 3 heures 23 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 4 heures 7 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 21 heures 19 min
© Flickr
© Flickr
Bonnes feuilles

Remise en question plus que nécessaire : pourquoi il faut absolument arriver à financer la protection sociale sans taxer le travail

Publié le 14 mai 2017
Ce livre bat en brèche le consensus qui règne sur le sujet du chômage. À force de se focaliser sur les rigidités du marché du travail et sur son coût, on oublie de poser des questions simples. Extrait de "Un avenir pour l'emploi, Sortir de l’économie administrée" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob (2/2).
Bruno Coquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Coquet est docteur en économie, reconnu comme l’un des meilleurs experts français des politiques du marché du travail et de l’assurance-chômage. Intervenant auprès de l’Institut de l’entreprise et de l’OFCE, il a été président du comité de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce livre bat en brèche le consensus qui règne sur le sujet du chômage. À force de se focaliser sur les rigidités du marché du travail et sur son coût, on oublie de poser des questions simples. Extrait de "Un avenir pour l'emploi, Sortir de l’économie administrée" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob (2/2).

La taxation du travail doit encore être réduite, car il est contre-productif de taxer le travail quand on veut créer des emplois. Chacun sait pourquoi et comment nous en sommes arrivés là, mais aujourd’hui il apparaît indispensable de faire autrement pour sortir de l’ornière. Il faut pour cela trouver des solutions qui n’augmentent pas les coûts unitaires de production, ni ne baissent les salaires.

L’horizon des politiques publiques de développement de l’emploi ne peut être que le déplacement de toutes les taxes qui pèsent sur le travail vers d’autres assiettes. Cet objectif pourrait être atteint en poussant à l’extrême les allégements de cotisations sociales, au point de stériliser l’ensemble du coût de la protection sociale qui pèse sur le travail ; ce dernier serait détaxé, et la protection sociale serait financée avec d’autres impôts (par exemple CSG, TVA, etc.).

Derrière ce déplacement d’assiette, la logique sous-jacente de course aux armements resterait cependant inchangée : d’un côté taxer plus pour financer des besoins élevés de protection sociale, de l’autre côté exonérer plus afin de limiter l’effet sur l’emploi de ces taxes. Plus de taxes et plus d’allégements à la fois : ce que l’on appelle le « coin fiscal » épaissirait, distordant un peu plus les incitations données aux individus et aux entreprises.

Cette manière de fiscaliser le financement de la protection sociale aurait un autre inconvénient : il affaiblirait sa contributivité, ce qui aurait pour effet de distendre un peu plus le lien entre le prix de la protection sociale d’une part, les garanties et prestations d’autre part. Cela ne va pas dans le sens des incitations souhaitables pour discipliner les assurés et maîtriser le coût de la protection sociale.

L’instrument unique des allégements de cotisations sociales a rendu service, mais si tant est qu’on le juge efficace pour créer des emplois, il souffre d’une limite indépassable : il ne peut pas traiter deux objectifs à la fois, coût du travail et coût de la protection sociale.

Ces nombreuses contradictions commandent de revenir à l’essence du problème : réduire le coût du travail implique d’abaisser soit le salaire, soit le coût de la protection sociale. Le choix constant a été de ne faire ni l’un ni l’autre : d’une part baisser les salaires, notamment le Smic, aurait eu pour effet d’augmenter le nombre de salariés ne pouvant vivre de leur salaire ; d’autre part les allégements de cotisations sociales patronales ont satisfait les employeurs en réduisant leurs charges, mais aussi les assurés sociaux dont la couverture sociale n’était pas remise en cause.

Les bas salaires étant insuffisants pour vivre, il est difficile d’arguer qu’ils sont trop élevés. Dès lors si le coût du travail est élevé en France ce ne peut être qu’en raison du coût de la protection sociale, ou parce que le financement de celle-ci est assuré par des taxes assises sur le travail.

C’est donc la clé. En agrégeant les cotisations patronales et salariales de Sécurité sociale, la protection sociale des salariés absorbe plus de 40 % de leur rémunération. Cette masse énorme n’a guère été remise en question, alors que son poids augmente continûment et qu’il pèse sur l’emploi : les réformes régulièrement mises en oeuvre infléchissent les dépenses de retraites et de santé, mais sans changer radicalement le coût de la protection sociale. Rien que sur les dépenses de santé plusieurs points de PIB sont en jeu : baisser le coût de la protection sociale ne veut pas seulement dire réduire les prestations contreparties des dépenses actuelles, mais aussi transformer une efficience accrue en baisse de prix, de manière à rendre du pouvoir d’achat aux Français, en particulier aux salariés.

Extrait de Un avenir pour l'emploi de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy-André Pelouze
- 14/05/2017 - 20:55
Ok et en clair cela veut dire quoi?
je conseille la lecture du rapport de la CC sur la secu de 2015. On ne va pas réinventer la roue... Les deux mammaelles sont l'introduction d'un marché d el'assurance maladie et la possibilité d echoisir son contrat...
jurgio
- 14/05/2017 - 14:34
D'abord inculquer l'esprit de solidarité (si c'est possible...)
On ne peut plus considérer les cotisations sociales comme l'épargne d'un capital dû.