En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Contre le chômage, on a tout essayé ? Pourquoi la question de l'emploi est toujours sujette au fatalisme et à la contrition
Publié le 13 mai 2017
Ce livre bat en brèche le consensus qui règne sur le sujet du chômage. À force de se focaliser sur les rigidités du marché du travail et sur son coût, on oublie de poser des questions simples. Extrait de "Un avenir pour l'emploi, Sortir de l’économie administrée" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob (1/2).
Bruno Coquet est docteur en économie, reconnu comme l’un des meilleurs experts français des politiques du marché du travail et de l’assurance-chômage. Intervenant auprès de l’Institut de l’entreprise et de l’OFCE, il a été président du comité de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Coquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Coquet est docteur en économie, reconnu comme l’un des meilleurs experts français des politiques du marché du travail et de l’assurance-chômage. Intervenant auprès de l’Institut de l’entreprise et de l’OFCE, il a été président du comité de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce livre bat en brèche le consensus qui règne sur le sujet du chômage. À force de se focaliser sur les rigidités du marché du travail et sur son coût, on oublie de poser des questions simples. Extrait de "Un avenir pour l'emploi, Sortir de l’économie administrée" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob (1/2).

Le combat contre le chômage constitue le point focal des politiques publiques depuis des lustres, et il se traduit dans les faits, car contrairement à une opinion largement répandue, les gouvernements ont beaucoup agi, toutes couleurs politiques confondues. Les réformes du marché du travail et les politiques publiques mises en oeuvre ont été innombrables.

« On a tout essayé ! » La célèbre formule résume admirablement bien le sentiment mêlé de devoir accompli, de fatalisme et de contrition. On sait avec le recul que lorsqu’elle fut prononcée au début des années 1990 on n’avait pourtant pas essayé grand-chose : blocage des prix, dévaluations, nationalisations, désindexation pour rompre la « boucle prix-salaires » et se défaire de la « contrainte extérieure ». Les politiques du marché du travail à proprement parler s’étaient consacrées à réduire le nombre d’actifs par tous les moyens. Contre le chômage on avait donc surtout essayé le malthusianisme.

Un renversement de perspective s’engage au crépuscule du XXe siècle, conforté dans les années 2000 par l’impulsion européenne de la Stratégie de Lisbonne : ce qui va dominer ce n’est plus le « contenu en emploi de la croissance », ce partage d’un gâteau existant, mais l’augmentation du taux d’emploi pour stimuler la croissance, et in fine renforcer la cohésion sociale. Il ne s’agit plus d’écarter les individus du marché du travail, mais de les y amener toujours plus nombreux, afin de maximiser la croissance économique.

Un déferlement de lois et de règlements s’ensuit : environ soixante réformes majeures ont été entreprises depuis 2000, une par trimestre ! Et encore, ce décompte ne recense que les lois directement axées sur le marché du travail et la protection sociale ; on pourrait légitimement y inclure celles qui ajoutent à leurs motifs des effets indirects sur l’emploi, comme dans les domaines de l’éducation ou de l’environnement, ou encore les dispositions incorporées dans les lois de finances ou les lois de financement de la Sécurité sociale dont certaines sont très massives (barème des exonérations de cotisations sociales, crédit d’impôt compétitivité emploi [CICE]), ainsi que les mesures introduites en marge de textes dont l’emploi n’est pas l’objet premier. De même pour les accords interprofessionnels et les textes d’ordre réglementaire qui peuvent avoir des effets très conséquents, parfois plus sensibles et décisifs qu’une loi votée au Parlement, comme la revalorisation ponctuelle du Smic ou son absence.

Ce mouvement s’incarne à la fois dans le domaine juridique (Code du travail), et dans le domaine économique par l’entremise des budgets dévolus aux politiques publiques : exonérations de cotisations sociales, assurance-chômage, contrats aidés, formation professionnelle, dépenses sociales et niches fiscales, etc. La plupart de ces budget n’ont cessé de croître au fil des ans, jusqu’à peser aujourd’hui environ 6 % du PIB au total, soit près de 130 milliards d’euros par an.

À ce montant, il serait possible d’ajouter le CICE, le Pacte de responsabilité, les soutiens divers aux activités de services à la personne, même si la destination de ces politiques n’est pas exclusivement l’emploi. En incluant tous ces dispositifs, l’addition s’alourdirait d’environ 45 milliards d’euros par an (2 % du PIB), et encore 40 milliards de plus si l’on ajoutait la politique du logement (encore 2 % du PIB), dont les liens avec le marché du travail sont nombreux et étroits (cf. chapitre6). Considérés largement, les moyens consacrés chaque année à intervenir directement sur le marché du travail, ou afin de compenser indirectement des effets fâcheux de son fonctionnement, représentent donc presque 10 % du PIB.

Les données de comparaison internationale attestent que la France est structurellement dépensière sur le marché du travail : elle figure parmi les pays européens dont les budgets d’intervention sont les plus élevés, et ce depuis très longtemps. Certes, le niveau actuel des dépenses contracycliques (assurance-chômage, emplois publics aidés) est dopé par la crise profonde et durable que nous traversons depuis 2008. Mais l’atonie de l’emploi a aussi pour effet de modérer des budgets volumineux très dynamiques en temps normal (formation professionnelle, allégements de cotisations sociales, apprentissage, etc.).

Extrait de "Un avenir pour l'emploi" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 14/05/2017 - 17:07
À Moneo
Une chose n'a pas été tenté, faire travailler les français comme tous les autres européens ; 40 heures /semaines et 4 semaines de congés. Les allemands travaillent 200 heures / ans de plus que les français et on trouve ça naturel. Apres guerre on travaillait 46/ semaines et 3 semaines de congés, et la France etait alors la première puissance économique européenne . Ce n'est pas plus compliqué que ça mais les français qui travaillent le moins au MONDE s'étonnent d'avoir un pouvoir d'achat faible. Alors on regarde la vérité en face ou on continue à faire l'autruche?
tananarive
- 14/05/2017 - 08:40
Dans les années 60.
Quand je suis rentré en apprentissage je travaillais 50 heures par semaine, 10 heures par jour, et les ouvriers travaillaient cinq heures en plus le samedi matin. je me souviens que lors de la suppression du travail le samedi ils n'étaient pas content. Ils avaient acheté leurs appartement, leur voiture, et avaient tout le confort. C'est vrai qu'ils ne faisaient pas de jogging et ne dépensaient pas leurs argent en loisirs, mais ils devenaient de sales propriétaires.
tananarive
- 14/05/2017 - 08:31
La différence.
Pourquoi nous avons plus de chômage que d'autres pays, c'est parce que nous avons trop de fonctionnaires qui premièrement font augmenter les charges sur les entreprises et sur le salaire des employés, deuxièmement ils s'occupent de l'éducation nationale et de l'enseignement professionnel et on voit que le résultat n'est pas bon, et après ils s'occupent des chômeurs et c'est catastrophique. Pour chaque fonction l'état dépense une fortune qui empêche la France d'être compétitive et de vendre sur les marchés étrangers en ayant une rentabilité normale. La chasse aux patrons notamment fiscale les incitent à vendre leurs sociétés et elles sont rachetées par des fonds de pension qui n'ont aucun scrupules à licencier.