En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 20 min 21 sec
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 2 heures 8 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 4 heures 3 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 7 heures 23 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 59 min 28 sec
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 4 heures 26 sec
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 5 heures 17 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 6 heures 54 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 7 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles
il y a 7 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Contre le chômage, on a tout essayé ? Pourquoi la question de l'emploi est toujours sujette au fatalisme et à la contrition

Publié le 13 mai 2017
Ce livre bat en brèche le consensus qui règne sur le sujet du chômage. À force de se focaliser sur les rigidités du marché du travail et sur son coût, on oublie de poser des questions simples. Extrait de "Un avenir pour l'emploi, Sortir de l’économie administrée" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob (1/2).
Bruno Coquet est docteur en économie, reconnu comme l’un des meilleurs experts français des politiques du marché du travail et de l’assurance-chômage. Intervenant auprès de l’Institut de l’entreprise et de l’OFCE, il a été président du comité de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Coquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Coquet est docteur en économie, reconnu comme l’un des meilleurs experts français des politiques du marché du travail et de l’assurance-chômage. Intervenant auprès de l’Institut de l’entreprise et de l’OFCE, il a été président du comité de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce livre bat en brèche le consensus qui règne sur le sujet du chômage. À force de se focaliser sur les rigidités du marché du travail et sur son coût, on oublie de poser des questions simples. Extrait de "Un avenir pour l'emploi, Sortir de l’économie administrée" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob (1/2).

Le combat contre le chômage constitue le point focal des politiques publiques depuis des lustres, et il se traduit dans les faits, car contrairement à une opinion largement répandue, les gouvernements ont beaucoup agi, toutes couleurs politiques confondues. Les réformes du marché du travail et les politiques publiques mises en oeuvre ont été innombrables.

« On a tout essayé ! » La célèbre formule résume admirablement bien le sentiment mêlé de devoir accompli, de fatalisme et de contrition. On sait avec le recul que lorsqu’elle fut prononcée au début des années 1990 on n’avait pourtant pas essayé grand-chose : blocage des prix, dévaluations, nationalisations, désindexation pour rompre la « boucle prix-salaires » et se défaire de la « contrainte extérieure ». Les politiques du marché du travail à proprement parler s’étaient consacrées à réduire le nombre d’actifs par tous les moyens. Contre le chômage on avait donc surtout essayé le malthusianisme.

Un renversement de perspective s’engage au crépuscule du XXe siècle, conforté dans les années 2000 par l’impulsion européenne de la Stratégie de Lisbonne : ce qui va dominer ce n’est plus le « contenu en emploi de la croissance », ce partage d’un gâteau existant, mais l’augmentation du taux d’emploi pour stimuler la croissance, et in fine renforcer la cohésion sociale. Il ne s’agit plus d’écarter les individus du marché du travail, mais de les y amener toujours plus nombreux, afin de maximiser la croissance économique.

Un déferlement de lois et de règlements s’ensuit : environ soixante réformes majeures ont été entreprises depuis 2000, une par trimestre ! Et encore, ce décompte ne recense que les lois directement axées sur le marché du travail et la protection sociale ; on pourrait légitimement y inclure celles qui ajoutent à leurs motifs des effets indirects sur l’emploi, comme dans les domaines de l’éducation ou de l’environnement, ou encore les dispositions incorporées dans les lois de finances ou les lois de financement de la Sécurité sociale dont certaines sont très massives (barème des exonérations de cotisations sociales, crédit d’impôt compétitivité emploi [CICE]), ainsi que les mesures introduites en marge de textes dont l’emploi n’est pas l’objet premier. De même pour les accords interprofessionnels et les textes d’ordre réglementaire qui peuvent avoir des effets très conséquents, parfois plus sensibles et décisifs qu’une loi votée au Parlement, comme la revalorisation ponctuelle du Smic ou son absence.

Ce mouvement s’incarne à la fois dans le domaine juridique (Code du travail), et dans le domaine économique par l’entremise des budgets dévolus aux politiques publiques : exonérations de cotisations sociales, assurance-chômage, contrats aidés, formation professionnelle, dépenses sociales et niches fiscales, etc. La plupart de ces budget n’ont cessé de croître au fil des ans, jusqu’à peser aujourd’hui environ 6 % du PIB au total, soit près de 130 milliards d’euros par an.

À ce montant, il serait possible d’ajouter le CICE, le Pacte de responsabilité, les soutiens divers aux activités de services à la personne, même si la destination de ces politiques n’est pas exclusivement l’emploi. En incluant tous ces dispositifs, l’addition s’alourdirait d’environ 45 milliards d’euros par an (2 % du PIB), et encore 40 milliards de plus si l’on ajoutait la politique du logement (encore 2 % du PIB), dont les liens avec le marché du travail sont nombreux et étroits (cf. chapitre6). Considérés largement, les moyens consacrés chaque année à intervenir directement sur le marché du travail, ou afin de compenser indirectement des effets fâcheux de son fonctionnement, représentent donc presque 10 % du PIB.

Les données de comparaison internationale attestent que la France est structurellement dépensière sur le marché du travail : elle figure parmi les pays européens dont les budgets d’intervention sont les plus élevés, et ce depuis très longtemps. Certes, le niveau actuel des dépenses contracycliques (assurance-chômage, emplois publics aidés) est dopé par la crise profonde et durable que nous traversons depuis 2008. Mais l’atonie de l’emploi a aussi pour effet de modérer des budgets volumineux très dynamiques en temps normal (formation professionnelle, allégements de cotisations sociales, apprentissage, etc.).

Extrait de "Un avenir pour l'emploi" de Bruno Coquet, aux Editions Odile Jacob

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 14/05/2017 - 17:07
À Moneo
Une chose n'a pas été tenté, faire travailler les français comme tous les autres européens ; 40 heures /semaines et 4 semaines de congés. Les allemands travaillent 200 heures / ans de plus que les français et on trouve ça naturel. Apres guerre on travaillait 46/ semaines et 3 semaines de congés, et la France etait alors la première puissance économique européenne . Ce n'est pas plus compliqué que ça mais les français qui travaillent le moins au MONDE s'étonnent d'avoir un pouvoir d'achat faible. Alors on regarde la vérité en face ou on continue à faire l'autruche?
tananarive
- 14/05/2017 - 08:40
Dans les années 60.
Quand je suis rentré en apprentissage je travaillais 50 heures par semaine, 10 heures par jour, et les ouvriers travaillaient cinq heures en plus le samedi matin. je me souviens que lors de la suppression du travail le samedi ils n'étaient pas content. Ils avaient acheté leurs appartement, leur voiture, et avaient tout le confort. C'est vrai qu'ils ne faisaient pas de jogging et ne dépensaient pas leurs argent en loisirs, mais ils devenaient de sales propriétaires.
tananarive
- 14/05/2017 - 08:31
La différence.
Pourquoi nous avons plus de chômage que d'autres pays, c'est parce que nous avons trop de fonctionnaires qui premièrement font augmenter les charges sur les entreprises et sur le salaire des employés, deuxièmement ils s'occupent de l'éducation nationale et de l'enseignement professionnel et on voit que le résultat n'est pas bon, et après ils s'occupent des chômeurs et c'est catastrophique. Pour chaque fonction l'état dépense une fortune qui empêche la France d'être compétitive et de vendre sur les marchés étrangers en ayant une rentabilité normale. La chasse aux patrons notamment fiscale les incitent à vendre leurs sociétés et elles sont rachetées par des fonds de pension qui n'ont aucun scrupules à licencier.