En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlantico Business

Le quinquennat de François Hollande se termine en catastrophe : plus de 48 milliards d'euros de déficit extérieur et impossible de dire que c'est de la faute des autres

Publié le 09 février 2017
Les chiffres catastrophiques du commerce extérieur prouvent que la France a complètement raté la sortie de crise...
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chiffres catastrophiques du commerce extérieur prouvent que la France a complètement raté la sortie de crise...

Les chiffres du commerce extérieur prouvent que le quinquennat de François Hollande a complètement raté sa politique économique. Et là impossible d’accuser la BCE, Bruxelles ou l’Allemagne. Nous avons raté la sortie de crise et nous sommes pratiquement les seuls (avec la Grèce) à ne pas avoir su rebondir.

Les chiffres sont catastrophiques. Nous étions déjà le pays en Europe qui affiche le nombre de chômeurs le plus important (plus de 500 000 chômeurs de longue durée sur 5 ans), la croissance la plus faible (1%), la dette publique la plus grosse (plus de 2000 milliards), le déficit budgétaire en retard ... nous avons maintenant le déficit extérieur le plus abyssal avec près de 50 milliards d’euros.

C’est assez incompréhensible parce que le monde entier a bénéficié au cours des quatre dernières années d’une conjonction de facteurs très favorables, et notamment un pétrole pas cher et des taux d’intérêt proches de zéro, ce qui représente des injections de pouvoir d’achat considérables. Le fameux alignement des planètes : pétrole, taux, monnaie.

Si on y ajoute en France, la relance budgétaire constamment alimentée par le déficit de fonctionnement qu’on a jamais pu réduire, en bonne logique Keynésienne, on aurait gagner tous les hit-parades et rafler tous les oscars de croissance.

Plus que nos partenaires européens, nous aurions dû rebondir plus rapidement. Or c’est le contraire. Nous avons été incapables pendant ces quatre ans de transformer cette injection de pouvoir d’achat en croissance et en emploi.

Le modèle économique de la France est très simple. C’est une machine à fabriquer des importations et à relancer la croissance et les emplois mais chez les autres. Démonstration :

La politique économique injecte des tonnes de pouvoir d’achat par le biais des prestations sociales, des emplois publics, des prix du pétrole très bas, et des taux zéro. Ces tonnes de pouvoir d’achat alimentent la demande de consommation. Du coup, les magasins, et les concessionnaires automobiles font le plein, mais cette demande s’adresse principalement en produits étrangers, fabriqués ailleurs en Europe ou en Asie.

Nos principaux partenaires européens sont massivement excédentaires en commerce extérieur.

Ce qui est désolant, c’est que l’appareil de production français a été incapable au cours des 5 dernières années de répondre à la demande des consommateurs français.

Et ce déficit abyssal n’est imputable ni à l‘Allemagne, ni à l‘Europe, ni à la Banque centrale européenne. Impossible de trouver un coupable à l’extérieur.

Les seuls secteurs industriels français qui réussissent de belles performances à l’étranger sont le luxe (bravo LVMH), le militaire (bravo la Défense nationale, et "vive les guerres" qui permettent de montrer le matériel) et le tourisme (merci à la tour Eiffel).

L’appareil de production français ne répond pas à cette demande parce qu’il ne fabrique pas les produits dont les clients ont besoin à un prix compétitif. C’est tout simple. Pas besoin d’avoir lu Schumpeter pour comprendre la faillite française.

Nous avons évidemment un problème de compétitivité, coût et hors coût. Et ce problème est imputable à notre système fiscal (trop lourd), notre système social (trop rigide et trop couteux), des frais généraux trop chers et un écosystème peu favorable à l’entreprise.

Le système politique français et le système administratif n’aiment pas l’entreprise et ne savent pas comment les entreprises fonctionnent. La destruction créatrice pour permettre l’innovation est en France une coutume réactionnaire et ignominieuse. D’autre part, comme cette politique d’offre dépend des entrepreneurs et que les entrepreneurs sont considérés comme des voyous, il n ‘y a rien à attendre.

La plupart des responsables politiques, à commencer par Benoit Hamon, Jean-Luc Mélenchon, les Verts ou Marine le Pen, passent leur temps à taper sur les chefs d’entreprise, les grands comme les moyens, les banquiers, le système de marché, les européens, l’euro, bref le système économique dans lequel on vit.

Les seuls qui assument cette modernité sont fragilisés. François Fillon est abimé, et Emmanuel Macron encore futile et léger.

Le résultat : 50 milliards de déficit extérieur qu'il faut bien financer par la dette. Alors on peut comme Benoît Hamon dire « qu‘on se fout de la dette », on peut comme Marine le Pen dire qu’il faut sur-taxer les importations pour en freiner l’achat ... on peut toujours s’enfermer. Mais il faut savoir que si on s’assoit sur une dette, on se prive de tout financement (la Grèce dans ses délires les plus fous n’a pas osé couper le cordon ombilical des financements). Il faut savoir que si on ferme la frontière aux produits importés, on la ferme aussi aux exportations, mais les magasins n’auront plus rien à vendre et ce sont les consommateurs qui paieront les droits de douanes (enfin les consommateurs qui en auront les moyens).

On peut toujours réclamer une politique monétaire encore plus généreuse qu’elle ne l’est, on peut toujours dire que Mme Merkel pourrait faire un effort (mais lequel ?) on peut dire que Bruxelles nous étrangle. La vérité est que nous sommes incapables d’affronter la concurrence internationale, mais que nous voulons vivre comme des riches sans en avoir les moyens.

De deux choses l’une : ou bien on se couche, on respire peu et on vit au ralenti. On ne travaille pas, on n’innove pas, etc.etc. Il y a dans l’histoire des peuples et des cultures qui se sont éteints de cette façon.

Ou bien, on prend conscience de ce risque d’étouffement et on considère que l’entreprise est le seul acteur capable de créer des richesses pour tous. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 10/02/2017 - 13:01
@toutpoilu
Prothèse auditive un côté : fabriquée en Chine pour 50 euros.... revendue en France 2000 euros...
Totor Furibard
- 10/02/2017 - 12:15
Effectivement, ce n'est pas la faute des autres !
C'est bien nous qui choisissons de laisser faire cette Europe dont le régime est illégitime et ploutocrate, avec ses règles budgétaires qui nous coulent. Nous pourrions imposer une relance Européenne tout azimut, une défense minimale des frontières commerciales (comme les autres pays!), une base sociale minimale raisonable et une imposition des sociétés unique pour éviter le dumping fiscal et sociale, mais non ... on laisse faire l'Europe néo-libérale. Avec ses résultats catastrophiques, non pas pour la France Mr Sylvestre, mais pour la plupart des pays et surtout ceux du sud (Et la France n'est pas la dernière: pas du tout !). Effectivement si la politique de Fillon est appliquée, alors tout le monde coulera, ... beaucoup plus vite: mais cette fois-ci, il n'y aura plus de "free rider": l'Allemagne coulera aussi ! Finalement c'est peu être la seule solution pour qu'une nouvelle trajectoire se dessine !
Michdep'
- 10/02/2017 - 10:29
Bravo Monsieur Sylvestre
On ne pourra pas dire que ce journaliste est gauchiste ...
Juste une remarque :
soigner l'orthographe "on aurait gagner tous les hit-parades et rafler tous les oscars de croissance"