En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 15 min 20 sec
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 2 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 50 min 52 sec
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 6 heures 38 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 9 heures 8 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 9 heures 50 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 10 heures 25 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 1 jour 2 heures
La conviction de François Fillon et de son équipe est que le pays a besoin d'une politique pro-business
La conviction de François Fillon et de son équipe est que le pays a besoin d'une politique pro-business
Atlantico Business

La quadrature du cercle de François Fillon : faire une politique pro-business sans donner l’impression de faire des cadeaux aux patrons

Publié le 30 novembre 2016
Si François Fillon est aussi attaqué aujourd’hui, c’est qu'il donne l’impression de présenter une politique en faveur des entreprises et de leurs dirigeants.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si François Fillon est aussi attaqué aujourd’hui, c’est qu'il donne l’impression de présenter une politique en faveur des entreprises et de leurs dirigeants.

La vie politique française est tellement perverse, les codes qui permettent de comprendre la société politique sont tellement tordus, que François Fillon va devoir résoudre la quadrature du cercle. Comment appliquer une politique pro-business sans donner l'impression de tout faire pour les patrons et éviter ainsi un phénomène de rejet qui serait autobloquant de la réforme.

Du coup, les patrons qui sont visiblement satisfaits de certaines orientations, ont du mal à le dire clairement soit parce qu'ils ne souhaitent pas faire savoir qu’ils soutiennent les efforts de François Fillon, soit parce qu’ils craignent que leur soutien affiché publiquement ne provoque de telles critiques que François Fillon en serait gêné dans l'application de la politique.

Donc les patrons se taisent pour la plupart. Le premier d’entre eux, Pierre Gattaz, use et abuse de contorsions douloureuses pour dire sans le dire tout le bien qu’il pense d’une politique qui prépare l’écosystème au dynamisme des entreprises.

Le président de la CGPME, François Asselin, est pris dans le même dilemme. Une grande partie de ses adhérents ont voté Fillon, il considère lui que le travail de réforme proposé par François Fillon est nécessaire, mais il ne peut pas donner de consignes de vote ou marquer son approbation personnelle parce qu’il craint que ses positions provoquent des réactions négatives qui viendraient alors hypothéquer les projets.

Chacun doit donc éviter soigneusement de s’avancer à visage découvert. C’est un jeu de rôle très français qui touche depuis toujours la droite française coupable d’être de droite, coupable d’être libérale.

François Fillon est celui des hommes politiques qui, depuis sa sortie de Matignon, a défini un discours très engagé à droite et s’y tient. C’est peut-être pour cette raison que la majorité des adhérents de la droite et du centre ont voté pour lui. Enfin quelqu’un qui ne se cache pas !

Est-ce que cette attitude radicale peut tenir lors de la campagne présidentielle où il s’agira de parler non plus à 4 millions d’électeurs de la primaire à droite mais aux 45 millions d’électeurs français pour espérer en séduire au moins la moitié (plus un) ?

François Fillon et ses proches semblent vouloir tenir le pari. Se faire élire sans s’asseoir sur ses convictions, ni renoncer à ses ambitions. Pas de petits calculs pour acheter des voix à droite ou à gauche, et en l’occurrence il faudra surtout aller chercher des voix au centre.

Dans la mise en place de la stratégie de campagne présidentielle, il n’y aura pas plus de pression idéologique que de combinaisons politiciennes. En fait, pour gagner le pari présidentiel, la garde rapprochée de François Fillon compte marier une conviction forte, une intelligence politique et une certitude.

La conviction est que le pays a besoin d'une politique pro-business. C’est la seule alternative possible. Le pays a besoin de croissance, la croissance apporte les emplois, les richesses. La croissance ne dépend que du dynamisme des entreprises. Il faut donc tout faire pour favoriser l’activité des entreprises. Tout faire. Ça va de la baisse des charges, de l'allègement des contraintes administratives (code du Travail), à la mise en place d‘une fiscalité light et d’un environnement sécurisé en Europe.

L'intelligence politique est de s'organiser pour que cette politique pro-business ne se déploie pas au détriment des salariés. Il va donc falloir expliquer en long et en large, et démontrer que toutes les réformes sociales visent à améliorer l’efficacité et la pérennité du système. C’est évidemment le cas des réformes sur la retraite, la durée du travail, l'assurance santé, le fonctionnement de l'administration.

Ça va être forcement le plus difficile à réussir. Les réformes oui, mais comment et selon quel timing ?

La certitude est que la réussite du projet dépendra très vite des résultats tangibles ou des signes de résultats. Si les anticipations de chefs d’entreprises permettent un accroissement des créations d’emplois marchands, ce sera gagné. Si la gouvernance peut délivrer des résultats, c’est gagné.

Mais tout se tient. Il n’y aura de résultats que si la politique pro-business s’applique complètement. Cette politique pro-business ne s’appliquera que si elle rencontre l’adhésion de tous ceux qui la vivront au quotidien.

C’est à la fois très simple et très compliqué. Ce qui est sûr, c’est que François Fillon est loin d’une application aveugle des crédos libéraux, il est loin des préceptes idéologiques et des préjugés. Il a totalement les deux pieds dans la réalité. Sortir de la crise, c’est, pour tout le monde, réapprendre à marcher droit.

On n’est pas dans l’Allemagne de l’avant-crise, on n’est pas dans l'Angleterre de Mme Thatcher qui, soit-dit en passant, avait dû faire la guerre aux Malouines pour sceller l’adhésion de son peuple à sa politique, on n’est pas dans l’époque de Reagan, ni dans la logique de Trump. En revanche, on n’est pas très loin de ce que propose Emmanuel Macron ou Manuel Valls. Du concret.

En fait, on est beaucoup plus près d’une parenthèse libérale que la France a connu entre 1986 et 1988. C’était paradoxalement avec Jacques Chirac, mais le vrai pilote de la réforme à l’époque était Edouard Balladur.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 30/11/2016 - 14:17
Propositions de Fr. Fillon
De nature à ramener la confiance dans les entreprises, oui, si Martinez, Bailly et tutti quanti sont capables de comprendre que c'est la préalable à la reprise de l'embauche. C'est plus ou moins une dernière chance Je fais confiance à Fr. Fillon: il saura en expliquer la nécessité et les bénéfices seront pour tous, salariés et chômeurs, pas nécessairement pour les dirigeants.