En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 1 heure 17 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 6 heures 9 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 8 heures 24 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 12 heures 2 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 58 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 6 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 6 heures 24 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 1 heure
La conviction de François Fillon et de son équipe est que le pays a besoin d'une politique pro-business
La conviction de François Fillon et de son équipe est que le pays a besoin d'une politique pro-business
Atlantico Business

La quadrature du cercle de François Fillon : faire une politique pro-business sans donner l’impression de faire des cadeaux aux patrons

Publié le 30 novembre 2016
Si François Fillon est aussi attaqué aujourd’hui, c’est qu'il donne l’impression de présenter une politique en faveur des entreprises et de leurs dirigeants.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si François Fillon est aussi attaqué aujourd’hui, c’est qu'il donne l’impression de présenter une politique en faveur des entreprises et de leurs dirigeants.

La vie politique française est tellement perverse, les codes qui permettent de comprendre la société politique sont tellement tordus, que François Fillon va devoir résoudre la quadrature du cercle. Comment appliquer une politique pro-business sans donner l'impression de tout faire pour les patrons et éviter ainsi un phénomène de rejet qui serait autobloquant de la réforme.

Du coup, les patrons qui sont visiblement satisfaits de certaines orientations, ont du mal à le dire clairement soit parce qu'ils ne souhaitent pas faire savoir qu’ils soutiennent les efforts de François Fillon, soit parce qu’ils craignent que leur soutien affiché publiquement ne provoque de telles critiques que François Fillon en serait gêné dans l'application de la politique.

Donc les patrons se taisent pour la plupart. Le premier d’entre eux, Pierre Gattaz, use et abuse de contorsions douloureuses pour dire sans le dire tout le bien qu’il pense d’une politique qui prépare l’écosystème au dynamisme des entreprises.

Le président de la CGPME, François Asselin, est pris dans le même dilemme. Une grande partie de ses adhérents ont voté Fillon, il considère lui que le travail de réforme proposé par François Fillon est nécessaire, mais il ne peut pas donner de consignes de vote ou marquer son approbation personnelle parce qu’il craint que ses positions provoquent des réactions négatives qui viendraient alors hypothéquer les projets.

Chacun doit donc éviter soigneusement de s’avancer à visage découvert. C’est un jeu de rôle très français qui touche depuis toujours la droite française coupable d’être de droite, coupable d’être libérale.

François Fillon est celui des hommes politiques qui, depuis sa sortie de Matignon, a défini un discours très engagé à droite et s’y tient. C’est peut-être pour cette raison que la majorité des adhérents de la droite et du centre ont voté pour lui. Enfin quelqu’un qui ne se cache pas !

Est-ce que cette attitude radicale peut tenir lors de la campagne présidentielle où il s’agira de parler non plus à 4 millions d’électeurs de la primaire à droite mais aux 45 millions d’électeurs français pour espérer en séduire au moins la moitié (plus un) ?

François Fillon et ses proches semblent vouloir tenir le pari. Se faire élire sans s’asseoir sur ses convictions, ni renoncer à ses ambitions. Pas de petits calculs pour acheter des voix à droite ou à gauche, et en l’occurrence il faudra surtout aller chercher des voix au centre.

Dans la mise en place de la stratégie de campagne présidentielle, il n’y aura pas plus de pression idéologique que de combinaisons politiciennes. En fait, pour gagner le pari présidentiel, la garde rapprochée de François Fillon compte marier une conviction forte, une intelligence politique et une certitude.

La conviction est que le pays a besoin d'une politique pro-business. C’est la seule alternative possible. Le pays a besoin de croissance, la croissance apporte les emplois, les richesses. La croissance ne dépend que du dynamisme des entreprises. Il faut donc tout faire pour favoriser l’activité des entreprises. Tout faire. Ça va de la baisse des charges, de l'allègement des contraintes administratives (code du Travail), à la mise en place d‘une fiscalité light et d’un environnement sécurisé en Europe.

L'intelligence politique est de s'organiser pour que cette politique pro-business ne se déploie pas au détriment des salariés. Il va donc falloir expliquer en long et en large, et démontrer que toutes les réformes sociales visent à améliorer l’efficacité et la pérennité du système. C’est évidemment le cas des réformes sur la retraite, la durée du travail, l'assurance santé, le fonctionnement de l'administration.

Ça va être forcement le plus difficile à réussir. Les réformes oui, mais comment et selon quel timing ?

La certitude est que la réussite du projet dépendra très vite des résultats tangibles ou des signes de résultats. Si les anticipations de chefs d’entreprises permettent un accroissement des créations d’emplois marchands, ce sera gagné. Si la gouvernance peut délivrer des résultats, c’est gagné.

Mais tout se tient. Il n’y aura de résultats que si la politique pro-business s’applique complètement. Cette politique pro-business ne s’appliquera que si elle rencontre l’adhésion de tous ceux qui la vivront au quotidien.

C’est à la fois très simple et très compliqué. Ce qui est sûr, c’est que François Fillon est loin d’une application aveugle des crédos libéraux, il est loin des préceptes idéologiques et des préjugés. Il a totalement les deux pieds dans la réalité. Sortir de la crise, c’est, pour tout le monde, réapprendre à marcher droit.

On n’est pas dans l’Allemagne de l’avant-crise, on n’est pas dans l'Angleterre de Mme Thatcher qui, soit-dit en passant, avait dû faire la guerre aux Malouines pour sceller l’adhésion de son peuple à sa politique, on n’est pas dans l’époque de Reagan, ni dans la logique de Trump. En revanche, on n’est pas très loin de ce que propose Emmanuel Macron ou Manuel Valls. Du concret.

En fait, on est beaucoup plus près d’une parenthèse libérale que la France a connu entre 1986 et 1988. C’était paradoxalement avec Jacques Chirac, mais le vrai pilote de la réforme à l’époque était Edouard Balladur.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 30/11/2016 - 14:17
Propositions de Fr. Fillon
De nature à ramener la confiance dans les entreprises, oui, si Martinez, Bailly et tutti quanti sont capables de comprendre que c'est la préalable à la reprise de l'embauche. C'est plus ou moins une dernière chance Je fais confiance à Fr. Fillon: il saura en expliquer la nécessité et les bénéfices seront pour tous, salariés et chômeurs, pas nécessairement pour les dirigeants.