En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 8 min 47 sec
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 14 heures 14 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 17 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 18 heures 52 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 19 heures 50 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 20 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 13 min 44 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 56 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 17 heures 32 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 34 min
© REUTERS/Rick Wilking
© REUTERS/Rick Wilking
Débâcle

Nouveau locataire à la Maison Blanche : pourquoi nous sommes entrés de plain-pied dans une nouvelle ère de l’histoire occidentale

Publié le 11 novembre 2016
Alors que pendant les Trentes Glorieuses régnait l'illusion que croissance économique et démocratie s'auto-nourrissaient, le monde occidental est entré dans une économie "ordinaire" et les taux de croissance y sont faibles voire négatifs. Cette contrainte économique limite l'action gouvernementale et la mise en oeuvre de politiques sociales ambitieuses. Une réalité dont les responsables politiques comme les électeurs doivent désormais tenir compte.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni Berton est professeur de sciences politiques. Il a enseigné à Paris, Montréal et Bordeaux et enseigne depuis 2009 à l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Spécialiste de politique comparée, il travaille sur les régimes, les élections et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Raul Magni Berton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni Berton est professeur de sciences politiques. Il a enseigné à Paris, Montréal et Bordeaux et enseigne depuis 2009 à l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Spécialiste de politique comparée, il travaille sur les régimes, les élections et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que pendant les Trentes Glorieuses régnait l'illusion que croissance économique et démocratie s'auto-nourrissaient, le monde occidental est entré dans une économie "ordinaire" et les taux de croissance y sont faibles voire négatifs. Cette contrainte économique limite l'action gouvernementale et la mise en oeuvre de politiques sociales ambitieuses. Une réalité dont les responsables politiques comme les électeurs doivent désormais tenir compte.

Atlantico : La campagne électorale américaine a été celle du rejet par les électeurs des discours traditionnels des deux grands partis, qui associaient ouverture, mondialisation, liberté d'entreprendre et prospérité. Alors que les Trente Glorieuses ont reposé sur l'illusion que démocratie et richesse (croissance économique) se nourrissaient mutuellement, dans quelle mesure l'élection américaine marque-t-elle l'entrée dans une nouvelle ère politique ? 

Jean-Paul Betbèze : Le rejet politique a surtout été celui de politiques qui n’arrivaient pas à formuler un projet pour la société américaine dans son ensemble. Le slogan d’Hillary Clinton, Stronger Together, menait à la question : pour quoi faire ? Et celui de Donald Trump, Make America Great Again, avait un côté nostalgique non pas de l’économie, puisque les Etats-Unis sont sortis de la "crise" si l’on prend le PIB ou le taux de chômage, mais bien de leur hégémonie passée. Or, le retour à l’ancienne Pax Americana est impossible, avec le succès même de la globalisation, dont la Chine est la grande gagnante. Par rapport au projet d’Hillary Clinton, il faut dire "Pour quoi faire ?" en liaison avec la révolution de la communication et de l’intelligence.

La période passée a été celle où la croissance régulière s’est faite autour de la diffusion des biens durables du ménage, de l’automobile, de la maison et du crédit. Cette évolution d’une demande prévisible a suscité la montée de grandes unités de production de biens et de services, permettant au système démocratique de fonctionner convenablement. Ce n’est pas une illusion, mais une construction qui s’est renforcée, étendue et sans doute trop complexifiée, au point d’être moins efficace et surtout moins visible. Aujourd’hui, quand une décision politique est prise, on connaît de moins en moins ses effets. Il n’est pas sûr, dans ce cas, que les élections américaines vont aider. Les politiques ont promis, mais le Congrès peut bloquer. Il sera alors de plus en plus difficile de réunir un peuple qui a été autant "antagonisé". Nous vivons une crise du projet social, correspondant à la révolution technologique en cours.

Raul Magni-Berton : Aux Etats-Unis comme en Europe, durant les Trente Glorieuses, outre la croissance, tous les pays avaient une marge de manœuvre économique extrêmement forte car les politiques menées étaient plutôt protectionnistes et chaque pays avait sa propre monnaie et un fort contrôle sur son économie.

L'ouverture des frontières, qui est un phénomène progressif (au début du siècle dernier jusqu'aux années 1930, il y avait déjà eu une dynamique d'ouverture des frontières), réduit les enjeux de toutes les élections. En effet, un grand nombre de politiques deviennent infaisables ou inefficientes au niveau national. 

Le fait que l'enjeu des élections devienne plus faible a deux effets : d'une part, une montée de la demande pour plus de contrôle et de souveraineté sur la politique, et d'autre part, dans la mesure où pour les électeurs les enjeux politiques diminuent avec la mondialisation, l'abstention est en hausse, et les scores cumulés des principaux partis de gouvernement diminuent un peu partout.

Concrètement, que peut changer, du côté des politiques menées comme du côté des demandes des électeurs, la prise de conscience que nous sommes entrés dans une économie "ordinaire" et que nous ne renouerons probablement jamais avec les taux de croissance post-Seconde Guerre mondiale ?

Jean-Paul Betbèze : La thèse de Levinson selon laquelle nous entrons dans une "économie ordinaire" me semble complètement erronée (Marc Levinson : An Extraordinary Time : The End of the Postwar Boom and the Return of the Ordinary Economy). Nous vivons une période de mutation économique et sociale qui, par son ampleur et sa vitesse, est sans exemple historique. Il est vrai que la période d’après-guerre, celle de la grande croissance ou bien du rêve américain généralisé, a permis un développement économique et social dans le monde développé avec la montée des dépenses de transfert et des programmes sociaux. Aujourd’hui, avec une croissance qui ralentit, les promesses électorales, elles, n’ont pas ralenti ! C’est bien pour cela que les élections s’engagent dans des dépenses et des déficits croissants dans l’espoir que l’économie procurera ensuite des ressources suffisantes pour combler l’écart. Mais c’est de moins en moins vrai. Le politique n’arrive pas à intégrer ce qu’apportera la nouvelle économie. Il fait donc de "vieilles promesses" qui ne correspondent plus aux conditions actuelles de production et moins encore de demande. Il y a donc à la fois creusement des déficits budgétaires, insatisfactions et gâchis. 

Nous ne savons pas bien mesurer la croissance par le PIB, et moins encore aujourd’hui. Une économie plus efficace en utilisant les nouvelles technologies nous permettrait plus de satisfaction, moins de pollution, sans pour autant avoir plus de PIB traditionnel. Ne pas renouer avec les anciens taux de croissance n’est donc pas un drame si nous sommes plus productifs, plus compétitifs et plus précis pour répondre aux nouvelles demandes, notamment celles des populations vieillissantes.

Raul Magni-Berton : Dans le monde occidental, la croissance se stabilise sur des taux faibles ou négatifs, selon les cas. Nous ne renouerons effectivement probablement jamais avec les niveaux de croissance que l'on a connus auparavant, mais cela ne signifie pas que l'Occident est entré dans une crise économique chronique. Il est certain que la conception de la politique sociale qui existait auparavant ne peut plus s'appliquer : toutes les politiques keynésiennes menées misaient sur la croissance de demain pour rembourser les dettes d'aujourd'hui. Ce n'est désormais plus possible. Or, nos systèmes politiques démocratiques continuent de produire des dettes. Ils doivent s'adapter. 

En revanche, si le monde occidental a des taux de croissance qui sont faibles, la richesse, en termes absolus, est plus élevée qu'au moment des Trente Glorieuses. Il y a encore donc beaucoup de marges pour des politiques redistributives, mais à condition qu'elles ne creusent pas la dette. Il faut comprendre que la redistribution n'est pas synonyme de dette. 

L'une des causes de la défiance des électeurs vis-à-vis de la démocratie réside dans le décalage entre les promesses faites par les candidats lorsqu'ils sont en campagne et les difficultés à les tenir une fois qu'ils sont au pouvoir, du fait de contraintes économiques qui limitent le champ de l'action gouvernementale. Dans quelle mesure une campagne électorale plus "sincère" permettrait-elle de faciliter l'exercice du pouvoir ? Quelles autres solutions peut-on envisager pour restaurer la confiance de la population dans la démocratie ? 

Jean-Paul Betbèze : Le drame actuel des responsables politiques est de faire des promesses qu’ils auront d’extrêmes difficultés à tenir, d’autant que le temps leur est compté. Le (la) Président(e) américain(e) est élu(e) pour quatre ans, mais au bout de deux ans il y a des élections de mi-parcours au Congrès et la troisième année se préparent les nouvelles élections ! 

Le risque actuel est la concurrence entre les systèmes politiques et démocratiques, même avec leurs défauts et les systèmes autoritaires (Chine au premier plan). La difficulté qu’il y a pour les pays émergents à continuer à croître rapidement est à l’origine de leurs problèmes politiques, faute de trouver des appuis suffisants de puissances plus avancées et démocratiques. C’est alors qu’ils ont tendance à devenir autoritaires. C’est la responsabilité des démocraties de les aider davantage. Il ne s’agit pas ici d’impérialisme mais de diffusion des technologies et des connaissances qui permettront de développer un nouveau système économique, social et politique. Nous vivons, au plan technologique, une révolution de l’intelligence. Comme toujours dans l’histoire, la société n’est pas au diapason. Elle freine, s’inquiète, voire désire aller en arrière. Nous n’allons pas dans une "économie ordinaire" mais dans une économie extraordinaire. Encore cinquante ans, elle sera "ordinaire" !

Raul Magni-Berton : La sincérité, je ne suis pas sûr… C'est une théorie intéressante mais cela reste une théorie. Le fait que les candidats "mentent" dans leurs programmes n'est pas nouveau. Une campagne électorale est une compétition et le but est de gagner l'élection : celui qui est sincère, ou trop pessimiste sur les conséquences que sa politique aura, réduit ses chances de l'emporter. 

Par ailleurs, si les systèmes politiques démocratiques produisent une méfiance, c'est aussi - et surtout - parce que les partis politiques ont vu leur base militante se réduire considérablement et qu'ils sont devenus autonomes financièrement (car ils ont trouvé le moyen d'avoir des financements publics et n'ont plus besoin du soutien financier des populations). En tenant compte de l'abstention, on s'aperçoit que les partis politiques - même le parti majoritaire - représentent une petite minorité du pays. Sans militants, ni électeurs, le système politique devient oligarchique et il est compréhensible qu'il soit rejeté. 

Pour restaurer la confiance, deux aspects me semblent fondamentaux : premièrement, lutter contre la dérive oligarchique du système ; deuxièmement, essayer de garder la mainmise des électeurs sur les décisions qui les concernent. La Suisse est à ce titre un exemple pour les pays occidentaux : toute décision au niveau international est toujours soumise à un référendum, ce qui donne aux électeurs l'impression de contrôler leur destin. Ce système très fédéral repose sur des procédures fortes de démocratie directe. Il me semble que la solution à la débâcle démocratique que connaissent la plupart des pays occidentaux se trouve en Suisse. Il nous faudrait donc changer de Constitution, de système politique et passer à la démocratie directe.

Si les responsables politiques continuent d'être perçus comme  incompétents ou malhonnêtes, quelles pourraient en être les conséquences politiques ? Peut-on envisager un effacement de la démocratie, au profit d'un régime plus autoritaire ?

Raul Magni-Berton : Il y a effectivement un risque de dérive autoritaire. La démocratie directe dont je viens de parler repose sur deux principes : la démocratie et la souveraineté. Or, la souveraineté peut exister sans la démocratie. Il est possible qu'émerge un leader charismatique qui prône une souveraineté sans démocratie. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 11/11/2016 - 17:59
ça va barder
Probable
finies les grandes messes écologiques mensongères et les intérêts financiers cachés
s' il y arrive , il nous aura sauvé d'une catastrophe humanitaire annoncée.
finie, enfin l'après guerre, l'ours rouge ,la guerre froide ou tiède fera place à une collaboration nécessaire ;la Russie c'est l'Europe; il faut absolument séparer la Chine de la Russie....
il lui restera à démontrer que grands travaux et nouveaux déficits vertigineux peuvent faire repartir l'économie qui n'est pas aussi flamboyante que l'annoncent les "experts " et ou les maquillages et poussière sous les tapis pré électoraux sont nombreux ' sinon Clinton aurait gagné)
question; une amérique hyper endettée peut elle vendre sa dette à la chine? en lui faisant une guerre commerciale ?
question ,nos amis financiers ayant recommencé leurs montages" un cheval une alouette" classés AAA , un nouveau big short est il impossible?
question: les USA peuvent il suivre en autarcie sans provoquer une perte importante de pouvoir d'achat de ses concitoyens,
question le problème de frontières est désormais posé ,pourrons nous l'ignorer face à la "licorne de pauvreté" qui s'abat sur l'UE
superliberal
- 09/11/2016 - 11:55
Refus d'un monde qui change trop vite ?
Crise de 2008, Immigration, Mondialisation Digitalisation, Robotisation, Intelligence Artificielle, dé-christianisation de l'occident...ça donne le vertige ! Nous changeons d'époque à grande vitesse...
Pas sûr que Trump puisse y faire grand chose mais il a bien senti que la majorité silencieuse freine des quatre fers. La promesse d' un retour aux années 60 risque néanmoins d'être difficile à concrétiser...
zouk
- 09/11/2016 - 11:30
Notre future élection présidentielle
Très intéressante contribution de J.P. Betbèze