En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 13 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 50 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 2 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 2 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 54 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 54 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 54 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 58 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 54 min
© wikipédia
© wikipédia
Bonnes feuilles

Entre judéophobie, négationnisme et complotisme : quand les idées nazies trouvent un second souffle en terre arabo-islamique

Publié le 24 octobre 2016
Alexandre Del Valle dresse un bilan des "révolutions de couleurs" appuyées par nombre d’ONG américaines en Europe de l’Est et les relie à l’interventionnisme occidental en Irak ou en Libye puis au printemps arabe, devenu "hiver islamiste". Il dévoile de façon détaillée les stratégies et buts de guerre des islamistes, qu'ils s'agisse des pôles "institutionnels" et étatiques, véritables ennemis, ou des djihadistes, simple face immergée de l'iceberg. Après avoir exposé leur double matrice théocratique et totalitaire, l’auteur démontre que pour résister à cette offensive bien plus planifiée et massive qu’on l’imagine, l’Occident doit de toute urgence définir la Menace et l’Ennemi dans leur globalité puis revoir totalement ses alliances et visions stratégiques. Extrait de "Les vrais ennemis de l'Occident - Du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes", d'Alexandre Del Valle, publié aux éditions du Toucan / L'Artilleur (2/2).
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle dresse un bilan des "révolutions de couleurs" appuyées par nombre d’ONG américaines en Europe de l’Est et les relie à l’interventionnisme occidental en Irak ou en Libye puis au printemps arabe, devenu "hiver islamiste". Il dévoile de façon détaillée les stratégies et buts de guerre des islamistes, qu'ils s'agisse des pôles "institutionnels" et étatiques, véritables ennemis, ou des djihadistes, simple face immergée de l'iceberg. Après avoir exposé leur double matrice théocratique et totalitaire, l’auteur démontre que pour résister à cette offensive bien plus planifiée et massive qu’on l’imagine, l’Occident doit de toute urgence définir la Menace et l’Ennemi dans leur globalité puis revoir totalement ses alliances et visions stratégiques. Extrait de "Les vrais ennemis de l'Occident - Du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes", d'Alexandre Del Valle, publié aux éditions du Toucan / L'Artilleur (2/2).

Après le 8 mai 1945, le national-socialisme, banni d’Europe, trouvera donc un second souffle dans un monde arabo-musulman d’autant plus décomplexé qu’il se pose en victime du colonialisme européen, de l’impérialisme et du sionisme, donc des juifs, supposés être au centre de tout cet édifice hostile aux musulmans. Dans son rapport sur le procès en 1961 d’Adolf Eichmann, Hannah Arendt commenta les réactions dans les médias arabes : «… Des journaux à Damas et Beyrouth, au Caire et en Jordanie ne cachaient pas leur sympathie pour Eichmann ou leur regret qu’il n’ait pas fini le boulot . » Le passé pro-nazi était une source de fierté et les criminels nazis recherchés en Europe affluèrent dans le monde arabe. 

Depuis les pays arabes, les anciens nazis et leurs alliés arabes et islamistes firent publier quantité de littérature nazie, antisémite et conspirationniste. Les Frères musulmans reproduisirent même dans leurs publications et tracts les caricatures nazies de juifs tirées de la revue allemande Der Sturmer. Limitée au début, « la pénétration de l’antisémitisme de type chrétien et européen dans le monde arabe ne se développa véritablement que vers la fin des années 1950 et au début des années 1960 », explique Bernard Lewis.

Les premiers classiques antisémites qui eurent du succès en milieu arabo-musulman furent, outre Mein Kampf, Les Protocoles des Sages de Sion et Le Juif du Talmud du chanoine Rohling. Les Protocoles parurent pour la première fois en arabe le 15 janvier 1926 dans la revue Raqib Sahyun. Depuis, on ne compte plus les rééditions dans les pays musulmans. « La présentation du juif comme force démoniaque va beaucoup plus loin dans les publications arabes contemporaines que dans les écrits européens, mis à part ceux de la période nazie. La majorité des écrits sur les juifs d’hier et d’aujourd’hui n’est qu’un tissu de graves accusations couchées dans un langage injurieux. » Mais c’est surtout après le tournant de 1967 que l’antijudaïsme arabe s’accrut et que les thèses nazies et antisémites européennes commencèrent à être démocratisées avec la justification de la lutte contre les juifs-sionistes. L’action au Moyen-Orient de criminels nazis venus mettre leur expérience antijuive au service de leurs hôtes musulmans eut un grand impact. C’est en Égypte justement que la production de littérature antijuive adressée aux musulmans du monde entier et même au reste de la planète fut la plus abondante. On peut citer dans une période plus récente le parti et mouvement palestinien terro­riste Hamas (dominant le territoire de Gaza) dont la Charte fondatrice se réfère explicitement aux Protocoles des Sages de Sion : « Israël, parce qu’il est juif et a une population juive, défie l’islam et les musulmans, car la conspiration sioniste n’a pas de limites. Leur projet a été énoncé dans les Protocoles des Sages de Sion […], les ennemis juifs complotent depuis longtemps […] ils ont été à l’origine de la Révolution française […], de la Première Guerre mondiale et de la Seconde, au cours de laquelle ils ont réalisé d’immenses bénéfices. » Tout aussi significatif de la judéo­phobie, le premier tract du Hamas distribué en janvier 1988 commençait ainsi : « Oh tout notre peuple, hommes, femmes. Oh nos enfants : les Juifs frères des Singes, assassins des Prophètes, sangsues, bellicistes, vous assassinent, vous ôtent la vie après avoir pillé votre patrie et vos maisons, seul l’islam peut briser les Juifs et détruire leurs rêves. La libération ne sera pas complète sans le sacrifice, sans le sang, sans le djihad, qui continuera jusqu’à la victoire. » Ainsi, Mein Kampf figurait au 6e rang des meilleures ventes en territoire palestinien en 1999, et le traducteur de la version arabe, publiée avec l’autorisation de l’Autorité palesti­nienne, écrit dans l’introduction : « Adolphe Hitler n’appartient pas qu’au peuple allemand, c’est un des rares grands hommes qui ont pour ainsi dire arrêté le cours de l’Histoire et infléchi sa course. […] Le National-socialisme n’est pas mort avec la disparition de son héraut. Au contraire sa semence, se multiplie sous les étoiles. »

Ce recyclage de la judéophobie nazie en pays arabo-musulman aboutit à une banalisation des thèses antisémites et complotistes nationales-socialistes, puis des thèses négationnistes en parti­culier. Les premiers écrits révisionnistes-négationnistes apparus en France dès le lendemain de la défaite allemande, notamment sous la plume du chef de file du néofascisme français d’alors, le directeur de la revue Défense de l’Occident, Maurice Bardèche (popularisés d’ailleurs ensuite par l’ultragauche), trouvent leur source originelle dans les publications égyptiennes de Johann von Leers, alias Omar Amine. Bardèche conçut en effet ses ouvrages négationnistes à partir de la traduction de l’allemand et de l’arabe d’un des écrits de von Leers, qu’il admirait, notamment deux pamphlets : Nuremberg ou la Terre promise, puis Nuremberg II ou les Faux Monnayeurs, en 1948 et en 1950. Les juifs y sont accusés d’avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale, idée reprise dans la charte du Hamas. Les thèses négationnistes de von Leers-Omar Amine seront même intégrées par Nasser qui déclarera, le 1er mai 1964, dans une interview à l’hebdomadaire allemand : « Personne ne prend au sérieux les mensonges des six millions de juifs assassinés. »

L’idéologue majeur des Frères musulmans et des djihadistes, Sayyid Qutb, écrivit au début des années 1950 un opuscule judéophobe de quarante pages intitulé Notre combat contre les Juifs qui devint la référence majeure des islamistes de tous poils. En voici la teneur : « Les juifs devinrent les ennemis de l’islam dès qu’un État musulman fut établi à Médine. Ils complotèrent contre la communauté musulmane dès que celle-ci fut créée […]. Cette âpre guerre que les juifs nous ont déclarée […] dure sans interruption depuis quatorze siècles et enflamme, encore maintenant, la terre jusqu’en ses confins. » Il affirme également que les Juifs disposent d’une armée d’agents jusque dans les rangs des autorités religieuses islamiques ; qu’ils sont à l’origine du matérialisme, de la « sexualité animale », de la destruction de la famille et de la société (accusant Marx, Freud, la psychanalyse juive, Durkheim), qu’ils « se sont opposés au renouveau islamique » et sont à l’origine de la « disparition du Califat » (Atatürk étant un « juif » masqué). Qutb conclut en se félicitant qu’« Allah a envoyé Hitler pour punir les Juifs ». Déjà, dans son ouvrage le plus célèbre, Jalons, il les accusait de pratiquer l’usure « afin que toutes les richesses de l’humanité tombent aux mains de leurs institutions », puis de « comploter » pour « infiltrer tous les rouages politiques et mettre en oeuvre leurs néfastes projets ». En 1964, son appel à la haine envers les juifs fut réimprimé par Zayn al-Din al-Rakkabi, directeur de l’Imprimerie nationale saoudienne, qui y ajouta un commen­taire citant Les Protocoles des Sages de Sion comme « preuve de la véracité des accusations portées par Qutb contre les juifs ».

Aujourd’hui, le style des Protocoles des Sages de Sion est profondément ancré dans les mentalités et représentations arabo-islamiques jusqu’aux plus prestigieuses sphères politi­co-religieuses. Ainsi, dans son ouvrage de référence, le cheikh Mohammed Tantaoui, ancien dirigeant suprême de l’université islamique sunnite, al-Azhar (Égypte, Le Caire), intitulé Le Peuple d’Israël dans le Coran et la Sunna (1997), explique que « les juifs étaient derrière la Révolution française et celle d’octobre. Qu’ils provoquèrent les deux guerres mondiales. Qu’ils contrôlent l’économie et les médias mondiaux. Qu’ils cherchent à détruire la moralité et la religion, et à organiser la prostitution à travers le monde ». Tantaoui se félicite qu’« après la publication des Protocoles en Russie, quelque 10 000 juifs furent tués ». Il fait même référence, comme Qutb, à Mein Kampf  : « Si le juif, à l’aide de sa profession de foi marxiste, remporte la victoire sur les peuples de ce monde, son diadème sera la couronne mortuaire de l’humanité. Alors la planète recommencera à parcourir l’éther comme elle l’a fait il y a des millions d’années : il n’y aura plus d’hommes à sa surface. La nature éternelle se venge impitoyablement quand on trans­gresse ses commandements. C’est pourquoi je crois agir selon l’esprit du Tout-Puissant, notre créateur. »

Extrait de Les vrais ennemis de l'Occident, d'Alexandre Del Valle,  publié aux éditions du Toucan / L'Artilleur. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/10/2016 - 14:44
Le national-socialisme et le fascisme italien...
créations synarchistes de l’oligarchie financière internationale! Tout est parti du plan Schacht-Dulles-Morgan qui instaura les cartels de l'acier et de la chimie en Allemagne, qui soutiendront et seront les principaux bras armés économiques des socialistes Hitleriens, dans leur préparation à la guerre: le 30 septembre 1926, tous les sponsors du cartel se vantent d'un premier pas vers la formation « des Etats-Unis économiques de l’Europe »...
zouk
- 23/10/2016 - 11:58
Islamisme, antisémitisme
Une évidence, l'islamisme radical est un mouvement totalitaire qui ne peut supporter l'existence d'Israël, pas plus que les nazis ne pouvaient accepter l'existence d'un peuple juif, d'où le succès de Mein Kampf en pays arabes
Marie Esther
- 23/10/2016 - 11:40
toujours écoeurée
de voir avec quelle facilité leur propagande agit sur les esprits faibles.
Et l'Europe qui veut qu'Israël le seul pays des Juifs au monde fasse la paix avec des cinglés ? et puis c'est vrai que la France n'a pas vu le lien enrtre le Mont du Temple, le Kotel et les juifs en acceptant de parler de puissance occupant les lieux saints de l'Islam que sont l'Esplanade des Mosquées et le Mur d'Al Bouraq. comme Béthléhem, le Caveau des Patriarches,...
Dépouiller les juifs par peur et reconnaître que des conquérants sanguinaires ont raison.
Comme Poisson qui n'a rien trouvé de mieux que de tout mélanger et parler de Clinton avec le lobby sioniste, des banques, de la finance ...au lieu de parler de la majorité de ses soutiens qui sont arabes et surtout wahhabites sans compter Huma Abedin qui prend les décisions et dont la mère, Saleha Mahmood Abedin, est une professeure spécialiste de la charia, membre de l'International Islamic Council for Dawa and Relief, jugée pro-Hamas et basée au Caire.