En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 21 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 45 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 15 heures 56 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 9 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 41 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 19 heures 48 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 12 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 41 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 31 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 27 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 17 heures 59 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 11 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 44 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 19 heures 59 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 20 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 20 heures 46 min
© Reuters
Ça n'est pas par hasard si, dans la plupart des pays développés, on pratique le prélèvement à la source. Ensuite, et c'est un argument beaucoup plus fort, le prélèvement à la source va sans doute mécaniquement entraîner des hausses de salaires.
© Reuters
Ça n'est pas par hasard si, dans la plupart des pays développés, on pratique le prélèvement à la source. Ensuite, et c'est un argument beaucoup plus fort, le prélèvement à la source va sans doute mécaniquement entraîner des hausses de salaires.
Atlantico Business

L’impôt à la source qui sera appliqué dès 2018 devrait entraîner une hausse des salaires, mais personne n’ose en parler

Publié le 29 septembre 2016
Michel Sapin a présenté le projet de loi de finances, mais personne ne croit aux hypothèses retenues, sauf le prélèvement à la source qui va bouleverser beaucoup de pratiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Sapin a présenté le projet de loi de finances, mais personne ne croit aux hypothèses retenues, sauf le prélèvement à la source qui va bouleverser beaucoup de pratiques.

Le ministre de l'Economie a présenté le projet de loi de finances pour 2017, qui suscite évidemment beaucoup de commentaires critiques mais pas seulement. En revanche, il porte une réforme du prélèvement de l'impôt qui ne sera pas attaquée avec beaucoup de violence parce qu'elle va provoquer beaucoup de changements, et certains assez bénéfiques.

Les critiques portent principalement sur le choix des hypothèses de croissance et de déficit retenus. Personne en-dehors du gouvernement ne croit à ces hypothèses.

Côté croissance, Michel Sapin garde la prévision de 1,5% de croissance. C'est très optimiste compte tenu du ralentissement de la conjoncture depuis l'été et des incertitudes qui planent sur l'évolution des taux d'intérêt et de l'euro. Personne ne croit que les taux vont pouvoir rester à ce bas niveau très longtemps.

Par ailleurs, l'hypothèse d'un déficit budgétaire ramené à moins de 3% paraît imaginaire compte tenu des hausses de dépenses publiques, même si le budget 2017 ne touche pas aux impôts.

Politiquement, Michel Sapin a d'ailleurs profité de cette présentation pour tacler les programmes de l'opposition en affirmant qu'ils étaient irresponsables d'annoncer des baisses d'impôts sur les entreprises et sur les ménages. Ça ne pouvait pas tenir au regard des critères de Maastricht.

Tout le débat sur la politique économique se résume à cette querelle. La question est de savoir ce qui sera plus efficace au soutien de l'activité. Michel Sapin, avec la gauche, propose un soutien par la dépense publique en "arrosant" successivement les différentes catégories d'électeurs (fonctionnaires, médecins, agriculteurs, retraités, jeunes, etc.).

La droite, à quelques nuances près selon les candidats, propose une baisse de prélèvements pour redynamiser l'initiative économique et une baisse des dépenses de la sphère publique et sociale.

Le parti pris est totalement différent. D'un côté, une politique de la demande classique comme le préconisait Keynes au début du siècle dernier. De l'autre, des incitations sur l'offre et sur l'appareil de production pour créer de l'emploi et de la richesse.

Il est évident que la gauche préfère mettre le paquet sur l'indemnisation du chômage, plutôt que sur la création d'emplois.

Ce débat ne s'arrête pas à une querelle dogmatique entre des partisans de Keynes et des avocats de Schumpeter... Il porte également sur les conditions à remplir pour respecter le contrat européen.

Michel Sapin met un point d'honneur à présenter un budget qui corresponde à sa promesse de tenir les exigences théoriques de Bruxelles (un déficit inférieur à 3%). Il ajoute que la droite n'est pas dans les clous.

Il a raison, mais ça n'aura aucune importance l'année prochaine. L'Europe est évidemment en train de changer ses critères d'appréciation. L'obligation des fameux critères de Maastricht n'a donné aucun résultat en terme de redressement. Tout le monde est donc prêt à abandonner ces règles qui limitent le déficit à 3%. En revanche, ce que l'on sait avec certitude aujourd'hui, c'est que le redressement économique dépend des réformes de productivité et des réformes de structures. Bruxelles, à partir de l'année prochaine, sera plus attentive à l'engagement de réformes plutôt qu'au respect des normes comptables.

Ce changement ne fait pas les affaires de la gauche en France, puisqu'elle n'a pas engagé de réformes, donc la loi de finances l'ignore superbement. Les programmes de droite en tiennent compte au niveau des promesses. Reste à savoir si ces promesses de réforme seront tenues.

Une vraie réforme, en revanche, qui ne sera pas combattue ou alors très mollement et qui est assez courageuse, puisqu'elle porte sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu qui entrera bien en vigueur en 2018, à condition que la nouvelle équipe ne le déchire pas, ce qui serait une erreur. C'est une réforme historique. La France est l'un des derniers pays occidentaux à la mettre en œuvre. Nous sommes très en retard parce que les résistances au changement sont nombreuses dès qu'il s'agit de toucher aux impôts. La direction des impôts, les chefs d'entreprise, les contribuables... Tout le monde avait de bonnes raisons de s'y opposer.

Or, ce prélèvement à la source s'appliquera à tous les Français. Faut-il croire le gouvernement quand il affirme que le prélèvement à la source n'augmentera pas les impôts ? Sans doute, il n'y a aucune raison technique ou mécanique. La procédure sera beaucoup plus simple, encore que la digitalisation avait déjà simplifié les déclarations et le paiement. Les entreprises devront en revanche fournir un travail supplémentaire, mais beaucoup le font déjà, dans le cadre de la déclaration sociale nominative.

Dans la chaleur de la campagne, certains candidats peuvent crier qu'ils reviendront dessus, mais c'est peu probable pour deux raisons.

D'abord, la simplification est telle que beaucoup de contribuables verront leurs tâches allégées, et les sources d'erreurs diminuer. Ça n'est pas par hasard si, dans la plupart des pays développés, on pratique le prélèvement à la source.

Ensuite, et c'est un argument beaucoup plus fort, le prélèvement à la source va sans doute mécaniquement entraîner des hausses de salaires. Il va baisser le montant de la dernière ligne sur le bulletin de salaires. Le salarié aura l'impression de s'appauvrir en payant l'impôt. C'est vrai. Du coup, il se retournera vers son employeur qui peut céder à sa demande d'augmentation pour garder son collaborateur.

Les bas salaires n'en profiteront guère de toute façon, ils ne sont pas imposés. Les salariés appartenant à la classe moyenne ou cadres supérieurs et dirigeants peuvent bénéficier d'une compensation. Tout dépend du secteur, de l'activité et de la conjoncture, mais le chef d'entreprise peut avoir intérêt à calmer le jeu des revenus dont l'équilibre pourrait être un peu chamboulé par l'impôt à la source. Et si le chef d'entreprise cède à la pression, c'est qu'il pourra en digérer les effets dans son compte d'exploitation. On peut déclencher un mouvement vertueux de hausse de salaires, ce qui ferait du bien à tout le système.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 29/09/2016 - 18:16
§§§ Le salarié aura l'impression de s'appauvrir en payant l'impôt. C'est vrai. Du coup, il se retournera vers son employeur qui peut céder à sa demande d'augmentation pour garder son collaborateur. §§§ ☺ C'est une blague ? L'employeur va dire "tu veux que je paye tes impôts ? Même pas en rêve ! Même pas un peu !" Pour le reste les pays où le prélèvement à la source se pratique n'ont pas le fatras des niches fiscales et autres bizarreries françaises ! Personnellement à la source ou "comme avant" ça me va !
Ici Londres
- 29/09/2016 - 15:24
N'importe quoi...
tout est dit ci-dessus.
Fredja
- 29/09/2016 - 15:11
N'importe quoi !!
Mr Sylvestre, vos articles sont en général un peu plus sérieux... Déjà, dans le privé, c'est un salaire brut qu'on négocie, et le prélèvement à la source ne va rien changer. Par contre, vous passez sous silence le fait que le système va être une véritable usine à gaz, et que le but est de fusionner CSG et IR pour continuer à nous plumer ! Franchement, ce genre d'article n'est pas sérieux...