En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 2 heures 7 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 3 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 10 heures 39 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 12 heures 53 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 13 heures 46 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 3 heures 10 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 5 heures 25 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 12 heures 36 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 14 heures 3 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 14 heures 34 min
© Reuters
Jamais il n'y avait eu une telle unanimité chez les responsables politiques pour s'asseoir sur les règles et les contraintes budgétaires européennes.
© Reuters
Jamais il n'y avait eu une telle unanimité chez les responsables politiques pour s'asseoir sur les règles et les contraintes budgétaires européennes.
Atlantico Business

Les candidats à la présidentielle vont tous s’asseoir sur les règles budgétaires européennes, et après ?

Publié le 06 septembre 2016
Tous les candidats à la présidentielle, à droite comme à gauche, font des promesses qui vont les obliger à s’affranchir du pacte de stabilité, mais aucun ne dit comment, concrètement, cette liberté coûteuse pourra s’exercer après l'élection.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les candidats à la présidentielle, à droite comme à gauche, font des promesses qui vont les obliger à s’affranchir du pacte de stabilité, mais aucun ne dit comment, concrètement, cette liberté coûteuse pourra s’exercer après l'élection.

C'est quand même extraordinaire : jamais il n'y avait eu une telle unanimité chez les responsables politiques pour s'asseoir sur les règles et les contraintes budgétaires européennes.

Si l'on écoute bien Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et même Manuel Valls ou Emmanuel Macron, tous annoncent des procédures et des programmes de baisse d'impôts, ou des projets d'aides sociales et de soutiens économiques. Aucun ne se préoccupe du déséquilibre budgétaire et tous affirment crânement qu'il faudra négocier avec Bruxelles mais que la négociation sera rapide parce que "les projets politiques ne sont pas discutables par les eurocrates". Il faudra donc que Bruxelles se plie aux exigences. Bien sûr que Bruxelles écoutera, mais les partenaires européens n'accepteront pas de payer l'addition à notre place.

Les candidats de droite sont un peu moins arrogants. Certains parlent de la nécessité de réduire les dépenses publiques, comme François Fillon ou Nicolas Sarkozy, mais tous, comme Bruno Le Maire ou Alain Juppé, ont en réserve l'arme fiscale pour acheter des voix ou marquer leur volonté de faire repartir la machine économique. Et là encore, quand on fait les comptes, l'équilibre n'est pas protégé et le respect des contraintes budgétaires est suspendu à une conjoncture très incertaine qu'on occulte par des hypothèses un peu optimistes. Classique !

Tous affirment qu'ils iront à Bruxelles négocier une refonte des traités. Quant à l'extrême-droite, le Front national, et Marine Le Pen en tête, annonce des référendums sur l'Europe, le traité de Maastricht et l'euro. Ca promet !!!

C'est d'ailleurs assez curieux, cette démarche de responsables politiques qui se présentent avec un programme et qui promettent de faire valider ce programme par un référendum. Comme s'ils n'avaient pas confiance en ceux qui vont voter pour eux. A moins que ce ne soit l'inverse. Peut-être n'ont ils pas totalement confiance dans le programme qu'ils présentent. Du coup, ils essaient de le faire valider par le référendum. Comme si la légitimité de la présidentielle n'était pas suffisante.

Le vrai problème dans cette affaire est posé par la probabilité d'un débat après la présidentielle sur les modalités de financement des promesses faites. La France vit à crédit depuis plus de dix ans et son endettement est considérable. La France vit à crédit parce qu'elle trouve assez facilement des financements internationaux. Les dettes en euro sont acceptées dans le monde entier parce que les prêteurs d'argent ont la conviction que ces prêts sont garantis par l'Union européenne, et d'une certaine façon c'est vrai.

L'endettement français est garanti par notre proximité avec l'Allemagne ou par l'imagination de la Banque Centrale Européenne.

La France réussit à trouver des endettements parce que les taux d'intérêt sont très bas mais encore légèrement supérieurs à ce que le dollar offre. Pour l'instant, le rendement de l'euro est donc supérieur au rendement du dollar.

Imaginons que dans six mois ce soit l'inverse parce que les taux américains auront augmenté. Ce jour-là, l'Europe et les pays en Europe les plus endettés, comme la France, ne trouveront plus de financement. La panne sèche.

Les responsables politiques sont parfaitement conscients de ce piège qui peut se refermer du jour au lendemain et qui reviendrait à ruiner les épargnants investis en assurance-vie (l'enjeu est là), ce qui est inacceptable politiquement.

Les responsables politiques ont tous dans l'idée de demander une renégociation des traités. En clair, ils demanderont des facilités de crédit supplémentaires. Un peu comme une entreprise qui est en difficulté et qui va voir son banquier pour éviter d'être étranglée.

Ce que les responsables politiques ne disent pas, c'est que cette négociation ne sera possible que si nous apportons en échange des projets de coordinations politiques ou des hypothèques.

En d'autres termes, ceux-là même qui veulent prendre de la distance par rapport à l'Europe sont en train de se lier les pieds et les poings pour obtenir de la trésorerie.

La négociation, si négociation il y a, aboutira à plus d'Europe, plus de coordination, plus de fédéralisme. Les hommes politiques qui bombent le torse en disant qu'ils vont se battre avec Bruxelles ne disent pas comment ils le feront.

Leur marge est étroite. La seule façon de gagner en liberté serait d'être riche et dynamique. Ils n'en prennent pas le chemin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mado83@free.fr
- 06/09/2016 - 12:10
suitre
prêts à élire un Poutine, s'il s'en présentait un..En effet la République et ;l'Identité nationale sont devenus des marionnettes que l'on agitent de temps en temps.. cela me crève le coeur..
mado83@free.fr
- 06/09/2016 - 12:07
marchandage
les politiques sont devenus des "marchands de tapis" si tu me donnes çà, je te donnes çà.. lamentable. Les Français-électeurs sont dégoutés de leurs représentants et sera
J'accuse
- 06/09/2016 - 10:14
Ne lisons pas les programmes : ils sont tous bidon
Les programmes et promesses des candidats, quels qu'ils soient, n'ont pas pour objectif d'être viables et respectés, mais de séduire le plus grand nombre d'électeurs afin d'être élus. Une fois en place, le président "adaptera" son programme aux contraintes, par nécessité pragmatique, quitte à faire exactement le contraire, en refusant avec aplomb de reconnaître qu'il se renie. Si certains parlent de référendum, c'est parce que ça plaît, pas parce qu'ils en ont vraiment l'intention. Comprenons aussi qu'à part 2-3 candidats, ils savent avec certitude qu'ils ne seront pas élus, et donc promettre la lune ne mange pas de pain, avec le grand avantage de se préparer à critiquer le futur pouvoir tout à leur aise. Vous avez dit "démocratie" ?