En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 33 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 2 heures 54 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 3 heures 3 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 4 heures 17 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 16 heures 1 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 2 heures 58 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 5 heures 8 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 6 heures 31 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 7 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 16 heures 13 min
© Reuters
Jamais il n'y avait eu une telle unanimité chez les responsables politiques pour s'asseoir sur les règles et les contraintes budgétaires européennes.
© Reuters
Jamais il n'y avait eu une telle unanimité chez les responsables politiques pour s'asseoir sur les règles et les contraintes budgétaires européennes.
Atlantico Business

Les candidats à la présidentielle vont tous s’asseoir sur les règles budgétaires européennes, et après ?

Publié le 06 septembre 2016
Tous les candidats à la présidentielle, à droite comme à gauche, font des promesses qui vont les obliger à s’affranchir du pacte de stabilité, mais aucun ne dit comment, concrètement, cette liberté coûteuse pourra s’exercer après l'élection.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tous les candidats à la présidentielle, à droite comme à gauche, font des promesses qui vont les obliger à s’affranchir du pacte de stabilité, mais aucun ne dit comment, concrètement, cette liberté coûteuse pourra s’exercer après l'élection.

C'est quand même extraordinaire : jamais il n'y avait eu une telle unanimité chez les responsables politiques pour s'asseoir sur les règles et les contraintes budgétaires européennes.

Si l'on écoute bien Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et même Manuel Valls ou Emmanuel Macron, tous annoncent des procédures et des programmes de baisse d'impôts, ou des projets d'aides sociales et de soutiens économiques. Aucun ne se préoccupe du déséquilibre budgétaire et tous affirment crânement qu'il faudra négocier avec Bruxelles mais que la négociation sera rapide parce que "les projets politiques ne sont pas discutables par les eurocrates". Il faudra donc que Bruxelles se plie aux exigences. Bien sûr que Bruxelles écoutera, mais les partenaires européens n'accepteront pas de payer l'addition à notre place.

Les candidats de droite sont un peu moins arrogants. Certains parlent de la nécessité de réduire les dépenses publiques, comme François Fillon ou Nicolas Sarkozy, mais tous, comme Bruno Le Maire ou Alain Juppé, ont en réserve l'arme fiscale pour acheter des voix ou marquer leur volonté de faire repartir la machine économique. Et là encore, quand on fait les comptes, l'équilibre n'est pas protégé et le respect des contraintes budgétaires est suspendu à une conjoncture très incertaine qu'on occulte par des hypothèses un peu optimistes. Classique !

Tous affirment qu'ils iront à Bruxelles négocier une refonte des traités. Quant à l'extrême-droite, le Front national, et Marine Le Pen en tête, annonce des référendums sur l'Europe, le traité de Maastricht et l'euro. Ca promet !!!

C'est d'ailleurs assez curieux, cette démarche de responsables politiques qui se présentent avec un programme et qui promettent de faire valider ce programme par un référendum. Comme s'ils n'avaient pas confiance en ceux qui vont voter pour eux. A moins que ce ne soit l'inverse. Peut-être n'ont ils pas totalement confiance dans le programme qu'ils présentent. Du coup, ils essaient de le faire valider par le référendum. Comme si la légitimité de la présidentielle n'était pas suffisante.

Le vrai problème dans cette affaire est posé par la probabilité d'un débat après la présidentielle sur les modalités de financement des promesses faites. La France vit à crédit depuis plus de dix ans et son endettement est considérable. La France vit à crédit parce qu'elle trouve assez facilement des financements internationaux. Les dettes en euro sont acceptées dans le monde entier parce que les prêteurs d'argent ont la conviction que ces prêts sont garantis par l'Union européenne, et d'une certaine façon c'est vrai.

L'endettement français est garanti par notre proximité avec l'Allemagne ou par l'imagination de la Banque Centrale Européenne.

La France réussit à trouver des endettements parce que les taux d'intérêt sont très bas mais encore légèrement supérieurs à ce que le dollar offre. Pour l'instant, le rendement de l'euro est donc supérieur au rendement du dollar.

Imaginons que dans six mois ce soit l'inverse parce que les taux américains auront augmenté. Ce jour-là, l'Europe et les pays en Europe les plus endettés, comme la France, ne trouveront plus de financement. La panne sèche.

Les responsables politiques sont parfaitement conscients de ce piège qui peut se refermer du jour au lendemain et qui reviendrait à ruiner les épargnants investis en assurance-vie (l'enjeu est là), ce qui est inacceptable politiquement.

Les responsables politiques ont tous dans l'idée de demander une renégociation des traités. En clair, ils demanderont des facilités de crédit supplémentaires. Un peu comme une entreprise qui est en difficulté et qui va voir son banquier pour éviter d'être étranglée.

Ce que les responsables politiques ne disent pas, c'est que cette négociation ne sera possible que si nous apportons en échange des projets de coordinations politiques ou des hypothèques.

En d'autres termes, ceux-là même qui veulent prendre de la distance par rapport à l'Europe sont en train de se lier les pieds et les poings pour obtenir de la trésorerie.

La négociation, si négociation il y a, aboutira à plus d'Europe, plus de coordination, plus de fédéralisme. Les hommes politiques qui bombent le torse en disant qu'ils vont se battre avec Bruxelles ne disent pas comment ils le feront.

Leur marge est étroite. La seule façon de gagner en liberté serait d'être riche et dynamique. Ils n'en prennent pas le chemin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mado83@free.fr
- 06/09/2016 - 12:10
suitre
prêts à élire un Poutine, s'il s'en présentait un..En effet la République et ;l'Identité nationale sont devenus des marionnettes que l'on agitent de temps en temps.. cela me crève le coeur..
mado83@free.fr
- 06/09/2016 - 12:07
marchandage
les politiques sont devenus des "marchands de tapis" si tu me donnes çà, je te donnes çà.. lamentable. Les Français-électeurs sont dégoutés de leurs représentants et sera
J'accuse
- 06/09/2016 - 10:14
Ne lisons pas les programmes : ils sont tous bidon
Les programmes et promesses des candidats, quels qu'ils soient, n'ont pas pour objectif d'être viables et respectés, mais de séduire le plus grand nombre d'électeurs afin d'être élus. Une fois en place, le président "adaptera" son programme aux contraintes, par nécessité pragmatique, quitte à faire exactement le contraire, en refusant avec aplomb de reconnaître qu'il se renie. Si certains parlent de référendum, c'est parce que ça plaît, pas parce qu'ils en ont vraiment l'intention. Comprenons aussi qu'à part 2-3 candidats, ils savent avec certitude qu'ils ne seront pas élus, et donc promettre la lune ne mange pas de pain, avec le grand avantage de se préparer à critiquer le futur pouvoir tout à leur aise. Vous avez dit "démocratie" ?