En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 7 heures 24 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 9 heures 20 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 10 heures 31 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 13 heures 45 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 14 heures 59 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 7 heures 38 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 48 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 11 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 17 heures 13 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
Atlantico Business

Cet autre conflit social aussi violent qu’affligeant qui oppose les réformistes et les contestataires au sein du monde syndical

Publié le 15 juin 2016
Arrêtons de nous raconter des histoires. La dernière journée de manifestation contre la loi El Khomri a montré le fossé et la violence qui opposent désormais les syndicats réformistes comme la CFDT aux syndicats contestataires comme la CGT ou Sud.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arrêtons de nous raconter des histoires. La dernière journée de manifestation contre la loi El Khomri a montré le fossé et la violence qui opposent désormais les syndicats réformistes comme la CFDT aux syndicats contestataires comme la CGT ou Sud.

Les syndicats français se partagent en deux mondes, et la journée de mobilisation a encore montré que le clivage entre les deux mondes était d’une violence inouïe. Une incroyable haine s’est installée entre la CFDT et la CGT, entre ceux qui voudraient réformer le modèle social pour le sauver en l’adaptant aux mutations des formes de travail et ceux qui contestent les changements et s'agrippent aux avantages acquis par 50 ans de luttes sans accepter d’imaginer les progrès du changement.

Arrêtons de nous raconter des histoires, le monde syndical qui a mobilisé hier dans les grandes villes a pu le faire en rameutant des permanents CGT ou Sud-rail d’un peu partout en France pour les concentrer dans les centres des grandes villes régionales et à Paris.

Les manifestants étaient en service commandé contre la loi El Khomri, mais comme la loi El Khomri ne dérange plus personne étant donné qu’elle a été vidée de son contenu au gré des débats et des navettes, les manifestants ont défilé contre le risque d’une nouvelle convention collective à la SNCF, alors que la négociation en cours a d'ores et déjà été annulée.

En fait, les manifestants protestaient contre tout et contre rien, contre les bas salaires, les conditions de travail, la faiblesse des prestations, contre les promesses non tenues, contre le risque de revenir sur les 35 heures, contre le risque de changer l’âge de la retraite, contre le gouvernement Valls, contre le président de la République. Contre tout... et rien.

C’était la journée de la paranoïa sociale. En plus, comble de l’hypocrisie, la grande majorité de ceux qui étaient en grève ou dans la rue n’étaient absolument pas concernés par les projets de réforme. Ils étaient fonctionnaires ou salariés de la fonction publique.

Alors, arrêtons une bonne fois pour toute de nous raconter des histoires et de faire semblant de les croire.

Le climat social et les manifestations mobilisaient principalement tous ceux qui dans les syndicats estiment que leur puissance de négociation est en péril par la modernité ou par l’évolution des technologies. Les semaines que nous venons de traverser ont montré à quel point le monde syndical était fracturé de l’intérieur.

Le monde syndical, comme la totalité de la société, est soumis au changement. La mondialisation, le progrès technologique, la révolution digitale, la concurrence qui s’impose à tous, tous ces facteurs ont profondément modifié les organisations du travail et même les modes de rémunérations.

Face à ce changement, certaines organisations syndicales ont fait le pari de ne pas refuser ou nier les changements mais de trouver des modes d’organisation du travail et des conditions qui permettent d’affronter les évolutions et de négocier des conditions qui préservent les intérêts des salariés tout en étant compatibles avec les contraintes du changement. Pour ces organisations syndicales, les changements ne doivent pas être des porteurs de douleur ou de sacrifices dans l'entreprise, mais au contraire, ils doivent pouvoir être des facteurs de progrès social. La CFDT est devenu le chef de file des syndicats réformistes.

A l’opposé, des syndicats comme la CGT ou Sud se sont arc-boutés sur la protection des avantages acquis depuis des lustres, refusant par exemple de considérer que les entreprises sont désormais confrontées à l'air du grand large, que la durée de vie, liée au progrès, s’est considérablement allongée, et que la formation permet d’adapter les salariés à des fonctions nouvelles. La position de ces syndicats plus conservateurs s’est traduite par une contestation systématique du changement.

Les premiers syndicats ont en permanence recherché le compromis. Les seconds ont préféré se loger dans une culture du conflit. A tel point que la CGT ou Sud ont beaucoup de mal à arrêter les mouvements contestataires à partir du moment où le conflit n’a pas de raison d'être. Et le gouvernement, pour faire cesser la pagaille, a déminé toutes les sources de conflit.

La loi El Khomri, et particulièrement son article 2, a servi de révélateur des antagonismes. Des clivages quasi-idéologiques. L'article 2 de cette loi Travail organise l’inversion de la hiérarchie des normes, à savoir qu’elle reconnaît qu’un accord conclu au niveau de l’entreprise à une majorité de 50% avait la primauté sur un accord signé au niveau de la branche.

Les accords de branches sont au cœur du modèle social français. Ils ont aussi servi d'outils de développement de certaines grandes syndicales françaises comme la CGT.

L’écosystème actuel a tendance à privilégier la capacité et la liberté que peut avoir une entreprise pour s’adapter à la conjoncture et à l’évolution de la société. Ce qu’a très bien compris la CFDT, dont l’offre syndicale correspond à ce besoin. Le résultat, c’est qu’au niveau des entreprises et particulièrement des moyennes entreprises, la CFDT gagne des positions au point de devenir dès cette année le premier syndicat de France.

Cette situation, ce changement dans les rapports de force, explique que les syndicats contestataires se soient durcis et radicalisés pour drainer une partie des salariés particulièrement mécontents ou assurés de leur situation. La bataille s’est déplacée du champ de l’économie et du social à celui de la politique.

Cette guerre-là n‘est pas sans effets. Les enjeux financiers sont énormes, dans la mesure où les syndicats sont co-gérants des organismes sociaux. En perdant du pouvoir, la CGT perd ses moyens de vivre, et même de survivre dans certaines branches professionnelles.

Pour beaucoup, cette guerre syndicale préfigure le changement d’organisation du modèle social. Une usine à gaz par où transitent plus de 800 milliards de budget et qui n’est pas sans impacter la compétitivité de toute l’économie. Mieux vaudrait s’entendre, mais on ne peut s’entendre qu'avec des partenaires qui acceptent la culture du compromis.

Le quinquennat de François Hollande aura réussi ce tour de force de fracasser la gauche, puis de poser les bases d’une refondation du monde syndical.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 16/06/2016 - 08:29
Avec laCGT, FO, SUD, MARXISME PAS MORT
On en est toujours à la lutte des classes, la France est le dernier pays avec cette mentalité. Le jour où comme en Allemagne il est possible de cogérer une entreprise dans l'intérêt de tous....
Fondation pour l'innovation politique
- 15/06/2016 - 13:02
La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017)
En France, la gauche radicale est en phase de déclin, accompagnant la chute de la gauche socialiste. Depuis 2012, elle a multiplié les interventions dans les domaines politiques, sociaux et culturels. Dans la note « La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017) », Sylvain Boulouque analyse les forces politiques, sociales et électorales d’une gauche radicale morcelée en différents courants et en différentes orientations, montrant ses domaines et ses champs d’intervention réguliers, ainsi que son influence et de son audience. Retrouvez cette analyse sur le site de la Fondation pour l'innovation politique : http://goo.gl/FKdXMr
Flobio_21
- 15/06/2016 - 12:01
Et l'état d'urgence
Je rappelle que nous sommes en état d'urgence national, les manisfestations ne sont pas sencés être autorisées. La