En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 44 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 50 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 45 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 17 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 16 heures 58 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 46 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 1 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 42 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 13 heures 57 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 8 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 21 min
Atlantico Business

SNCF, EDF, chômage, déficits, endettement : les responsables politiques ne savent plus définir le rôle de l'Etat dans l'économie

Publié le 26 avril 2016
La gauche veut être de gauche et la droite n'ose pas être libérale. Au centre des débats : la place de l'Etat pour échapper à la conjuration de tous ceux pour qui "c'était mieux avant".
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche veut être de gauche et la droite n'ose pas être libérale. Au centre des débats : la place de l'Etat pour échapper à la conjuration de tous ceux pour qui "c'était mieux avant".

Le conflit social à la SNCF est de même nature que celui qui a miné l'équilibre d'Air-France. La quasi-faillite d'EDF s'inscrit dans la même racine que les difficultés de l'assurance maladie ou de l'Education nationale. Partout et tous les jours l'Etat en situation de monopole se retrouve sur la sellette. Et pour répondre à des dysfonctionnements, ni la droite, ni la gauche n'ont de solutions.

La gauche a toujours protégé des acquis sociaux, le fruit de ses conquêtes, mais ne comprend pas qu'en protégeant les "insiders", c'est-à-dire ceux qui vivent du modèle, elle rend le modèle de plus en plus fragile et inaccessible aux "outsiders" c'est-à-dire à ceux qui sont à l'extérieur, les chômeurs et toutes les catégories sociales en difficulté.

Quant à la droite, elle ne peut ouvrir ni les portes, ni les fenêtres du système puisqu'elle a peur que tout le monde s'enrhume. Résultat : le système est figé.

L'échec de la politique gouvernementale, la perte d'influence des partis traditionnels et la proximité de la campagne présidentielle ont donc mis l'Etat et le rôle de l'Etat au centre des débats. Fautes de résultats pour réagir aux grandes mutations de la modernité, le véritable enjeu est donc l'Etat, son périmètre, son influence et ses moyens.

Seulement, l'actualité récente se bouscule pour nous prouver que les responsables politiques ont perdu tout sens de l'orientation quant au rôle précis de l'Etat dans la gestion de la politique économique.

Quand on s'interroge sur les raisons qui ont mis EDF au bord de la faillite, on tombe très vite sur l'Etat, qui n'a pas su définir une stratégie. Plus grave, l'Etat s'est bourré de dividendes au point de cannibaliser le potentiel de développement.

Quand on s'inquiète de l'overdose des déficits budgétaires et sociaux, on en arrive très vite à revisiter l'ampleur des dépenses de fonctionnement comparée aux véritables missions de l'état.

Même réaction quand on dénonce le poids des prélèvements obligatoires. Alléger les impôts oui, à condition d'améliorer la productivité de l'Etat.

Même rhétorique quand on dissèque la plupart des conflits sociaux. A la SNCF comme à Air France, ou chez les intermittents du spectacle, on revendique pour conserver des statuts qui datent d'un demi-siècle. Où est le progrès si on passe son temps à regarder dans le rétroviseur ?

A chaque fois, on bloque le système avant même d'avoir évaluer l'impact que pourrait avoir la prise en compte de la modernité. La conséquence de ce conservatisme c'est qu'on réussit tant bien que mal à protéger les acteurs du système, mais on exclut ceux qui pourraient y participer.

Les "insiders" sont cheminots, pilotes d'avion, fonctionnaires de l'hôpital ou de l'Education nationale ou même chauffeurs de taxis.

Les "outsiders" eux, essaient de se faire une place sur le marché en acceptant une modernité qui est, quoi qu'on dise, très souvent plébiscitée par les clients.

C'est le client qui a choisi Uber. C'est le client qui va quitter Air France si le service se dégrade et optera pour un low cost. C'est le client chômeur qui ne réclame qu'une chose, trouver un job, un CDD ou un CDI, peu importe mais un job pour pouvoir se réinsérer dans le jeu social.

Face à cette situation les positions politiques sont hyper figées.

La gauche de la gauche considère que l'Etat n'en fait pas assez : pas assez de social, pas assez d'emplois publics, pas assez de réglementations, pas assez de contrôle, pas assez d'impôts pour les riches, pas assez d'allocations pour les pauvres …etc.

C'est sur ces thèmes-là que François Hollande veut essayer de rassembler les troupes qui pourraient lui signer un nouveau bail à l'Elysée.

La droite de la droite considère, elle, que l'Etat n'en fait pas assez dans le domaine de la sécurité, de l'autorité, de l'identité nationale et des valeurs de la souveraineté aussi…

Nous revenons là sur un clivage classique. Ce clivage correspond à une certaine réalité. Le problème, c'est que si on colle ce clivage-là sur la sphère économique, la sphère tombe en panne.

Pour une raison très simple, c'est qu'il n'y a pas "un process de gauche" et "un process de droite" pour créer de la richesse, de l'investissement et de l'emploi. Dans toute l'histoire de la pensée économique, il n y a qu'une seule et unique fonction de production. On devrait lire et relire Marx.

Du coup, entre la gauche très socialiste et la droite très autoritaire ou souverainiste, la crise a révélé et conforté des groupes importants de libéraux prêts à défendre des positions plus libérales sur le terrain économique.

On sent bien que pour les sociaux-libéraux que sont Manuel Valls ou des Républicains libéraux comme François Fillon, il faudrait moins d’Etat et plus d'entrepreneurs.

Plus d'entrepreneurs c'est plus d'innovation, d'investissements et d'emplois privés. Mais pour que ça marche vraiment, il faut aussi moins d'Etat, et donc moins d'impôts. Ou alors un Etat diffèrent, plus productif.

L'enjeu aujourd'hui est donc bien de définir le rôle de l'Etat, tracer des frontières entre le trop d'Etat qui protège au point d'asphyxier le système dans la conservation des acquis, et l'Etat minimum qui régule et qui libère pour permettre au système d'affronter la concurrence mondiale.

Sauf exception les responsables politiques ne veulent pas encore entrer dans ce débat là :

- La gauche de François Hollande veut se retrouver à gauche alors que c'est cette gauche de frondeurs qui a plombé son quinquennat.

- La droite se retrouve plus facilement sur les marges de l'autoritarisme, alors que c'est cet autoritarisme très jacobin, qui a empêché l'appareil industriel français de prendre le leadership de l'Union européenne et de se renouveler pour affronter la concurrence mondiale.

L'enjeu de la gauche traditionnelle est d'expliquer qu'elle peut être efficace tout en préservant le modèle social tel qu'il est, c'est-à-dire avec cette juxtaposition de régimes particuliers et spécifiques dans lesquels les acteurs pensent y trouver leur équilibre et leur bonheur. C'était déjà le pari de François Hollande. Il a échoué sur les deux tableaux. Sur le terrain de l'économie, la machine est complètement en panne. Et sur le terrain social, le modèle qui assure la redistribution est en faillite. Ajoutons que sur le terrain politique les militants ont le sentiment d'avoir été trahis. Ils l'ont été aussi. Cet échec n'a pas servi de leçon, puisque François Hollande veut reprendre le même programme.

L'enjeu pour la droite serait d'expliquer qu'elle doit être efficace sur le plan économique, ce qui lui permettra de financer un nouveau modèle de cohésion sociale. Audacieux pour conquérir des marchés nouveaux tout en étant conservateurs sur le terrain sociétal. Pas facile, les inventeurs du libéralisme économique (qui étaient français- ce que les manuels scolaires oublient de rappeler) étaient aussi libéraux libertaires. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 26/04/2016 - 11:28
Des entreprises mal gérées par
l'Etat ou par des énarques..On se demande si ces gens-là ne veulent pas la mort du pays..Nous devons leur demandes des comptes..
Il y a aussi Areva, Air France avec des syndicats réacs..Il nous faut des politiques qui doivent affirmer leurs valeurs, mettre les gens au travail, stopper l'assistanat, les subventions aux associations, et rendre nos entreprises prospères en baissant les charges
Vivement 2017!
Anguerrand
- 26/04/2016 - 06:26
Ils ne manquent pas d'air nos cheminots
Tous les avantages comme de hauts salaires, un retraite 10 ans avant les autres, une societe qui a des dizaines de milliards de dettes en parti dues à leurs grèves, et il craignent l'alignement de leur statut sur celui du privé. C'est ça l'égalité selon la CGT. Le contribuable est la, alors ils s'en foutent et vont reprendre un job chez des concurents, ils sont tellement usés !