En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

06.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 11 heures 50 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 13 heures 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 14 heures 38 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 17 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 18 heures 18 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 23 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 10 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 12 heures 28 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 14 heures 5 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 16 heures 32 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 21 heures 23 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 22 heures 16 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 23 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 10 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 10 heures
L'édito de Jean-Marc Sylvestre

Les bourses chutent, les banques s'effondrent. Et tout le monde s’énerve contre les banques centrales.

Publié le 10 février 2016
Les valeurs bancaires accusent une lourde dégringolade ; susceptible d'inquiéter de nombreux acteurs économique. En France, les trois grandes banques ont perdu le tiers de leur valeur boursière... Les banques s'effondrent et la croissance ne repart pas. Atone en Europe, fragile partout ailleurs.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les valeurs bancaires accusent une lourde dégringolade ; susceptible d'inquiéter de nombreux acteurs économique. En France, les trois grandes banques ont perdu le tiers de leur valeur boursière... Les banques s'effondrent et la croissance ne repart pas. Atone en Europe, fragile partout ailleurs.

La tempête a encore soufflé sur toutes les bourses mondiales et les banques ont commencé à craquer.

Depuis le début de l'année, les milieux financiers étaient inquiets. Depuis le début de la semaine, ils commencent à paniquer.

En un mois et demi, toutes les places financières sont en chute. A Paris, le CAC a perdu plus de 12%. La plupart des marchés financiers en Europe ont cédé de 10 à 20%.

Mais ce qui commence à paniquer tout le monde, c’est la dégringolade des valeurs bancaires. A Paris, les trois grandes banques, la BNP Paribas, La Société Générale, et le Crédit Agricole ont perdu près du tiers de leur valeur boursière. Entre 25% et 30%.

Si on prend l’ensemble des marchés financiers européens, on s’aperçoit que ce sont les valeurs bancaires qui entraînent l'ensemble de la cote à la baisse. En France, en Allemagne, en Italie, en Grande Bretagne.

La conjoncture globale est évidemment à nouveau très inquiétante. La croissance se tasse un peu partout dans le monde compte tenu des incertitudes énormes sur l’activité, la chute du prix du pétrole, et le ralentissement des émergents notamment la Chine.

Les banques, qui avaient pourtant amélioré leurs fondamentaux depuis 2008, qui sont l'objet d’un contrôle renforcé, qui ont des capitalisations importantes et des liquidités surabondantes, réagissent très mal à la fébrilité des marchés, les banques anticipent et craignent l'impact de la baisse d'activité.

En fait, ce qui plombe les banques aujourd'hui c’est la persistance des taux zéro ou négatifs.

Les banques gagnent leur vie sur le crédit, à condition de faire payer le crédit. Crédit aux particuliers, à l'immobilier et aux entreprises. Aujourd'hui, l'argent est gratuit et les demandeurs ne se bousculent pas au portillon.

La seule possibilité qu’elles ont de faire marcher leur commerce c’est de prêter de l’argent à long terme. Et les seuls emprunteurs à long terme, ce sont les Etats qui sont, déjà pour la plupart, surendettés. Du moins en Europe.

Ce qui est paradoxal c’est que les banques centrales n'ont jamais diffusé autant de liquidités, mais ces liquidités sont virtuelles. Elles sortent de la banque centrale en contrepartie de rachat de créances, et elles reviennent à la banque centrale en dépôt faute de circuler dans l'économie réelle. La boucle est bouclée et la banque n’a rien fait sauf à souscrire aux émissions d’emprunts d’État.

Dans ce jeu là, l'économie réelle qui ne demande rien n'a pas, non plus intérêt, à le faire. Avec des taux à zéro, il n’y a aucun risque, mais il n’y a aucun profit a espérer. Donc il n’y a pas de demande.

La crise pétrolière commence sérieusement à peser sur les anticipations d'activité. Entre Janvier 2014 et janvier 2016, le prix du pétrole est tombé de 110 dollars a 33 dollars le baril.

Pour les économies très dépendantes du pétrole, ce choc à la baisse a représenté une aubaine de compétitivité.

Seulement, le contrecoup de cette baisse de prix commence à se ressentir. Toute l’industrie pétrolière est mal en point.  Elle est obligée de fermer des puits, et de baisser les cadences de raffinage. Les banques européennes qui ont beaucoup financé les investissements pétroliers s’inquiètent d'un retour de bâton inéluctable.

Plus grave encore, la baisse des prix du pétrole a diminué les ressources des pays pétroliers. Sans ressources, les pétrodollars se sont fait plus rares. Or une partie du business des banques occidentales était alimentée par le recyclage des pétrodollars.

Enfin, c’est l'énorme déception pour le monde de la finance internationale, les banques centrales américaines, japonaise et européenne qui ont tout fait pour éviter que les économies ne retombent dans la crise, ont quasiment échoué. Elles ont déversé des tombereaux de liquidités, elles ont fait tomber les taux d'intérêt plus bas que terre.

La croissance n'est pas revenue. L’emploi est reparti, le chômage a reculé dans les économies un peu flexibles, mais la croissance est très fragile. En Europe elle est aphone.

Autre déception, l'inflation n’est pas revenue. L'ingrédient miracle pour laminer les endettements et faire repartir les machines n’a pas opéré.

Enfin, la générosité des banques centrales et la frilosité des gouvernements ont fait que la plupart des économies qui étaient mal gérées sont restées mal gérées. Pas de réformes de l'État. Des dépenses. Puisque l'argent ne coûte rien.

Avec un tel constat, les critiques contre les banques centrales s'accumulent parce qu’on sent bien qu’elles n'ont plus aucune possibilité de soutenir ou de relancer les machines.

En 2009, on a matché des politiques de relance budgétaire d’où la dette publique et des politiques monétaires d’où l'afflux de liquidités et des taux bas. Aujourd'hui on ne peut plus rien faire.

Le budget est étouffé, les banques centrales sont bourrées de créances d’État et les gouvernements n’ont pas la force demander un nouvel effort aux contribuables.

Il faudra pourtant traiter l'immense endettement d'une partie du monde.

Les Américains seront bien obligés de traiter la dette des ménages ; En général ça se finit très mal pour les ménages surendettés (cf en 2007 et 2008).

Les États européens seront obligés de traiter les dettes publiques et si possible pas par les seuls chômeurs.

La Chine, elle, devra traiter l’immense dette contractée par les entreprises chinoises au cours des dix dernières années et c’est pourquoi, elle se préparerait à engager une guerre des changes pour sortir de la zone à risque de récession.

Dans ce système explosif, les milieux financiers qui ont pendant longtemps profité des largesses des banques centrales, sont nombreux à considérer qu’elles sont désormais devenues inopérantes, incapables de redresser la situation en relevant les taux, impuissantes à restaurer la croissance et l'inflation.

Pour les banquiers, le comportement des banques centrales revient aujourd'hui à animer le seul marché de la dette publique pour éviter qu’il ne se sclérose. La banque centrale rachète des actifs pour soutenir leur prix, prête (ou plutôt donne) de l’argent aux banques pour qu’elles souscrivent de la dette d’Etat, que la banque centrale viendra racheter. Ce système est devenu fou.

La plaisanterie sur les marches depuis lundi était de se dire que si la BCE et le FED voulaient vraiment retrouver de l'inflation, il faudrait que les banquiers centraux rachètent du pétrole et qu’ils le stockent, au moins ça pourrait stabiliser les prix du baril.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 11/02/2016 - 08:51
@jybro@zouk
Vrai au niveau mondial, vrai pour les conséquences en France. Comment refaire partir la croissance mondiale? Par la géopolitique de la guerre. Ce ne sont pas les motifs de conflits qui manquent au M-O, en Asie, en Afrique.
vangog
- 11/02/2016 - 01:02
Grâce aux QE des banques centrales..
des fonds comme Blackrock ( Soros, Rothschild..) ont multiplié par dix leurs avoirs en quelques années, passant de 400 milliards à 4600 milliards de dollars...et, pendant que la finance internationale fait du lard, les classes moyennes et populaires sont laminées, en UE et aux USA. Rendons le pouvoir au peuples, en l'otant des mains crochues de ces banquiers avides, avant qu'il ne soit trop tard!
brennec
- 10/02/2016 - 13:03
Economie potagère.
Les opérateurs qui n'avaient rien a cirer de l'économie dite réelle et qui faisaient monter les cours a chaque mauvaise nouvelle, se feraient maintenant peur? Tout ça parceque le pétrole baisse? Les banques centrales n'ont qu'a distribuer leurs billets de monopoly pour que les banques achètent des action et des obligations, tout le monde sera content. Ceci dit avec la nouvelle économie sans cash, lorsque les banques tomberont on retrouvera la famine, plus d'échange possible... achetez un potager ça peut vous sauver la vie et rapporter gros!