En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
L'édito de Jean-Marc Sylvestre

Les bourses chutent, les banques s'effondrent. Et tout le monde s’énerve contre les banques centrales.

Publié le 10 février 2016
Les valeurs bancaires accusent une lourde dégringolade ; susceptible d'inquiéter de nombreux acteurs économique. En France, les trois grandes banques ont perdu le tiers de leur valeur boursière... Les banques s'effondrent et la croissance ne repart pas. Atone en Europe, fragile partout ailleurs.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les valeurs bancaires accusent une lourde dégringolade ; susceptible d'inquiéter de nombreux acteurs économique. En France, les trois grandes banques ont perdu le tiers de leur valeur boursière... Les banques s'effondrent et la croissance ne repart pas. Atone en Europe, fragile partout ailleurs.

La tempête a encore soufflé sur toutes les bourses mondiales et les banques ont commencé à craquer.

Depuis le début de l'année, les milieux financiers étaient inquiets. Depuis le début de la semaine, ils commencent à paniquer.

En un mois et demi, toutes les places financières sont en chute. A Paris, le CAC a perdu plus de 12%. La plupart des marchés financiers en Europe ont cédé de 10 à 20%.

Mais ce qui commence à paniquer tout le monde, c’est la dégringolade des valeurs bancaires. A Paris, les trois grandes banques, la BNP Paribas, La Société Générale, et le Crédit Agricole ont perdu près du tiers de leur valeur boursière. Entre 25% et 30%.

Si on prend l’ensemble des marchés financiers européens, on s’aperçoit que ce sont les valeurs bancaires qui entraînent l'ensemble de la cote à la baisse. En France, en Allemagne, en Italie, en Grande Bretagne.

La conjoncture globale est évidemment à nouveau très inquiétante. La croissance se tasse un peu partout dans le monde compte tenu des incertitudes énormes sur l’activité, la chute du prix du pétrole, et le ralentissement des émergents notamment la Chine.

Les banques, qui avaient pourtant amélioré leurs fondamentaux depuis 2008, qui sont l'objet d’un contrôle renforcé, qui ont des capitalisations importantes et des liquidités surabondantes, réagissent très mal à la fébrilité des marchés, les banques anticipent et craignent l'impact de la baisse d'activité.

En fait, ce qui plombe les banques aujourd'hui c’est la persistance des taux zéro ou négatifs.

Les banques gagnent leur vie sur le crédit, à condition de faire payer le crédit. Crédit aux particuliers, à l'immobilier et aux entreprises. Aujourd'hui, l'argent est gratuit et les demandeurs ne se bousculent pas au portillon.

La seule possibilité qu’elles ont de faire marcher leur commerce c’est de prêter de l’argent à long terme. Et les seuls emprunteurs à long terme, ce sont les Etats qui sont, déjà pour la plupart, surendettés. Du moins en Europe.

Ce qui est paradoxal c’est que les banques centrales n'ont jamais diffusé autant de liquidités, mais ces liquidités sont virtuelles. Elles sortent de la banque centrale en contrepartie de rachat de créances, et elles reviennent à la banque centrale en dépôt faute de circuler dans l'économie réelle. La boucle est bouclée et la banque n’a rien fait sauf à souscrire aux émissions d’emprunts d’État.

Dans ce jeu là, l'économie réelle qui ne demande rien n'a pas, non plus intérêt, à le faire. Avec des taux à zéro, il n’y a aucun risque, mais il n’y a aucun profit a espérer. Donc il n’y a pas de demande.

La crise pétrolière commence sérieusement à peser sur les anticipations d'activité. Entre Janvier 2014 et janvier 2016, le prix du pétrole est tombé de 110 dollars a 33 dollars le baril.

Pour les économies très dépendantes du pétrole, ce choc à la baisse a représenté une aubaine de compétitivité.

Seulement, le contrecoup de cette baisse de prix commence à se ressentir. Toute l’industrie pétrolière est mal en point.  Elle est obligée de fermer des puits, et de baisser les cadences de raffinage. Les banques européennes qui ont beaucoup financé les investissements pétroliers s’inquiètent d'un retour de bâton inéluctable.

Plus grave encore, la baisse des prix du pétrole a diminué les ressources des pays pétroliers. Sans ressources, les pétrodollars se sont fait plus rares. Or une partie du business des banques occidentales était alimentée par le recyclage des pétrodollars.

Enfin, c’est l'énorme déception pour le monde de la finance internationale, les banques centrales américaines, japonaise et européenne qui ont tout fait pour éviter que les économies ne retombent dans la crise, ont quasiment échoué. Elles ont déversé des tombereaux de liquidités, elles ont fait tomber les taux d'intérêt plus bas que terre.

La croissance n'est pas revenue. L’emploi est reparti, le chômage a reculé dans les économies un peu flexibles, mais la croissance est très fragile. En Europe elle est aphone.

Autre déception, l'inflation n’est pas revenue. L'ingrédient miracle pour laminer les endettements et faire repartir les machines n’a pas opéré.

Enfin, la générosité des banques centrales et la frilosité des gouvernements ont fait que la plupart des économies qui étaient mal gérées sont restées mal gérées. Pas de réformes de l'État. Des dépenses. Puisque l'argent ne coûte rien.

Avec un tel constat, les critiques contre les banques centrales s'accumulent parce qu’on sent bien qu’elles n'ont plus aucune possibilité de soutenir ou de relancer les machines.

En 2009, on a matché des politiques de relance budgétaire d’où la dette publique et des politiques monétaires d’où l'afflux de liquidités et des taux bas. Aujourd'hui on ne peut plus rien faire.

Le budget est étouffé, les banques centrales sont bourrées de créances d’État et les gouvernements n’ont pas la force demander un nouvel effort aux contribuables.

Il faudra pourtant traiter l'immense endettement d'une partie du monde.

Les Américains seront bien obligés de traiter la dette des ménages ; En général ça se finit très mal pour les ménages surendettés (cf en 2007 et 2008).

Les États européens seront obligés de traiter les dettes publiques et si possible pas par les seuls chômeurs.

La Chine, elle, devra traiter l’immense dette contractée par les entreprises chinoises au cours des dix dernières années et c’est pourquoi, elle se préparerait à engager une guerre des changes pour sortir de la zone à risque de récession.

Dans ce système explosif, les milieux financiers qui ont pendant longtemps profité des largesses des banques centrales, sont nombreux à considérer qu’elles sont désormais devenues inopérantes, incapables de redresser la situation en relevant les taux, impuissantes à restaurer la croissance et l'inflation.

Pour les banquiers, le comportement des banques centrales revient aujourd'hui à animer le seul marché de la dette publique pour éviter qu’il ne se sclérose. La banque centrale rachète des actifs pour soutenir leur prix, prête (ou plutôt donne) de l’argent aux banques pour qu’elles souscrivent de la dette d’Etat, que la banque centrale viendra racheter. Ce système est devenu fou.

La plaisanterie sur les marches depuis lundi était de se dire que si la BCE et le FED voulaient vraiment retrouver de l'inflation, il faudrait que les banquiers centraux rachètent du pétrole et qu’ils le stockent, au moins ça pourrait stabiliser les prix du baril.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 11/02/2016 - 08:51
@jybro@zouk
Vrai au niveau mondial, vrai pour les conséquences en France. Comment refaire partir la croissance mondiale? Par la géopolitique de la guerre. Ce ne sont pas les motifs de conflits qui manquent au M-O, en Asie, en Afrique.
vangog
- 11/02/2016 - 01:02
Grâce aux QE des banques centrales..
des fonds comme Blackrock ( Soros, Rothschild..) ont multiplié par dix leurs avoirs en quelques années, passant de 400 milliards à 4600 milliards de dollars...et, pendant que la finance internationale fait du lard, les classes moyennes et populaires sont laminées, en UE et aux USA. Rendons le pouvoir au peuples, en l'otant des mains crochues de ces banquiers avides, avant qu'il ne soit trop tard!
brennec
- 10/02/2016 - 13:03
Economie potagère.
Les opérateurs qui n'avaient rien a cirer de l'économie dite réelle et qui faisaient monter les cours a chaque mauvaise nouvelle, se feraient maintenant peur? Tout ça parceque le pétrole baisse? Les banques centrales n'ont qu'a distribuer leurs billets de monopoly pour que les banques achètent des action et des obligations, tout le monde sera content. Ceci dit avec la nouvelle économie sans cash, lorsque les banques tomberont on retrouvera la famine, plus d'échange possible... achetez un potager ça peut vous sauver la vie et rapporter gros!