En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 3 min 56 sec
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 31 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 18 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 19 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 21 heures 40 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 23 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 jour 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 15 min 22 sec
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 1 heure 5 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 18 heures 31 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 23 heures 12 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 1 jour 19 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 14 heures
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

Trop de chômage ? Supprimons l’emploi !

Publié le 18 janvier 2016
L’homme ne souhaite pas un emploi mais une activité qui soit la plus rémunératrice possible, quelles qu’en soient les conditions, au mépris même de sa dignité, pourvu que le travail puisse déboucher sur la richesse ou une richesse plus substantielle.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’homme ne souhaite pas un emploi mais une activité qui soit la plus rémunératrice possible, quelles qu’en soient les conditions, au mépris même de sa dignité, pourvu que le travail puisse déboucher sur la richesse ou une richesse plus substantielle.

Au temps des chercheurs d’or, quand un filon était tari on passait à un autre. Et quand la région n’avait plus rien à donner, on passait à autre chose et ils cherchaient alors une autre martingale.

Sans qualification pour la plupart, ils étaient les seuls à pouvoir exercer ces métiers pénibles et incertains, à défaut d’autre option que la chance, pour obtenir la richesse.

On pourrait donc retenir de cette époque, de toute époque d’ailleurs, que l’homme ne souhaite pas un emploi mais une activité qui soit la plus rémunératrice possible, qu’elle qu’en soient les conditions, au mépris même de sa dignité, pourvu que le travail puisse avec l’aide du destin, déboucher sur la richesse ou une richesse plus substantielle.

Le court terme l’emporte alors sur le long terme, le pari sur la certitude, sans considération pour le confort et la sécurité, sans réel patron, mais en interaction avec des demandeurs, totalement soumis aux règles du marché. Exploité aussi, mais laissant cette réflexion aux intellectuels, qui en bout de chaîne, portent les bagues et montres faites de l’or qu’il a cherché. Selon lui, seul le destin l’exploite et c’est lui qui exploite le destin le jour où la pépite de l’année, se glisse entre ses doigts et se loge enfin entre ses mains.

La société n’accepte pas cela. Pas la France c’est certain. C’est même exactement l’inverse. L’incertitude doit être bannie. On fait le pari qu’il vaut mieux une vie terne et pauvre, qu’un risque pris pour un retour incertain. Mieux vaut étouffer les volontés de richesse, trop aléatoires, afin de privilégier le bonheur du plus grand nombre. Mieux vaut encadrer le travail, ses conditions, la relation à l’autre. On préfère gérer à la place de l’individu, sa relation au long terme qu’il a, il est vrai, du mal à gérer, persuadé qu’il est immortel, qu’on verra bien plus tard et que demain est un autre jour. Les USA ont fait un pari différent. Les 2 produisent de la richesse, et de la pauvreté. De l’insécurité et du confort. De l’espoir et du désespoir.

En clair, aucun système n’est parfait. Leur point commun à ce jour, est le rejet unanime du système, des élites. Preuve que le bonheur organisé, quel qu’en soit le mode d’organisation, n’est plus le désir des habitants de cette planète. Les humains des pays développés crient leur envie d’être entendu, face à ces systèmes qui ne leur conviennent plus. Ils veulent remplacer le trop par le moins, le haut par le bas, l’arrogance par l’écoute. Une société dotée d’une branche de coudrier, afin de sentir les vibrations de l’homme sous la couche normative et le poids des oligarchies. Comme le poisson qui sort la tête de l’eau pour trouver un oxygène peut être mortel, mais différent. Un oxygène qu’il a choisi lui même.

En France, seul pays qui voit le temps passer comme la vache voit le train, sans jamais y monter, le chômage s’installe et semble un mal insubmersible quand les pays qui nous entourent retrouvent des couleurs. Alors, à l’heure où le gouvernement dit « que nous allons voir ce qu’on va voir », ou Manuel Valls à crié chez Ruquier, devant une audience bien choisie, plus populaire, sa prochaine réforme qui va ramener la décision sur le travail au plus près de l’individu et de l’entreprise, et alléger « l’enclumé » code du travail !

Comme chacun, je suis à l’écoute. « Aware » dirait le grand philosophe et penseur Jean Claude Van Damne ! Mais comme disait également, Jean d’Ormesson, « je crois en Dieu, je ne crois pas en Dieu, bref je doute en Dieu ». Mais laissons leur la présomption de bonne foi et d’innocence et attendons les mesures. Attendons de voir si ces mesures prendront la mesure du problème et de la solution que tout le monde connaît depuis des années sans jamais vouloir l’appliquer, faute de courage.

Mais peut être, devrions nous nous demander si nous ne ferions pas mieux, pour supprimer le chômage, de supprimer le travail. Explication de texte en quelques mots pour alimenter vos maux de tête en ce lundi de reprise. Car pour l’accepter il faut écouter en même temps John Lennon, chantant « Imagine », scandant « imagine there’s no more countries, is it so hard ? », éventuellement accompagné d’un des derniers bons bordeaux avant que le réchauffement climatique ne les gâte.

Reprenons le cas de notre mineur, chercheur d’Or. Il ne veut pas de conditions de travail, il veut s’enrichir. Se moque du long terme. Se soumet à la loi du marché. Accepte l’exploitation si il existe une chance de succès pour échapper à sa condition. Sacrifie demain à aujourd’hui. Et passe à autre chose, sans protection, si nécessaire. Il fait partie de cette partie de la population inadaptée à l’évolution de la société, ce chômage de masse et de longue durée, qui touche ceux qui ne peuvent pas suivre.

Alors disons lui « fais ce que tu veux comme tu veux ». Le « deal » est simple, une activité peu ou non fiscalisé, soumise à des règles minimalistes, une fiscalité quasi nulle et des charges sociales inexistantes ou presque. Il touche une rémunération dont le brut et le net sont quasi identiques. Augmentant ainsi son salaire de plus de 20%. L’entreprise qui l’emploie, au lieu de payer le double de son salaire net en charges patronales, aura donc une charge totale proche du brut et économisera 2000eur sur ce même salaire. Ce qui lui permettra d’augmenter ses marges, ses investissements et un nombre d’emplois ou d’activités, supérieur. Chacun prend la responsabilité de payer ou non un montant pour sa santé, sa retraite, son chômage. Et consomme plus, ou épargne plus. Ou les 2. La consommation est accrue, les entreprises libérées du droit du travail, mais les salariés qui n’en sont plus peuvent travailler pour qui ils veulent sans exclusivité, selon une organisation sur laquelle ils s’entendent. Si ils veulent travailler après avoir quitté leur travail à 17H, ils le peuvent, idem le dimanche, la nuit. Je sais, c’est « hard to imagine »…

Dès lors la consommation augmente, car les revenus disponibles sont plus importants. Reste donc une capacité pour l’Etat, obligé faute de ressources volées au peuple depuis 30 ans, de se « refaire » sur une TVA accrue, qui offrirait un taux allégé sur les produits les plus basiques, afin de ne pas pénaliser les plus démunis. Ainsi la TVA, déjà la plus grosse ressource de l’Etat deviendrait sa ressource essentielle, afin d’assurer un service « socle » et offrir une protection à l’individu, contre son gré, car il faudra néanmoins maintenir une base obligatoire de solidarité, car les cigales génétiquement imprévoyantes, doivent être préservées contre elles-mêmes pour éviter des situations dramatiques qui se retourneront contre tous, à un moment ou un autre.

Bref, un monde totalement libre, avec le danger qui l’accompagne, mais qui répondrait à un besoin mondialement exprimé, de faire « ce que je veux, comme je veux », en tous cas d’essayer et de voir. La plus grande victime serait surement l’Etat, et la classe gouvernante. Mais c’est un risque qui ne chagrinera personne. Beaucoup de liberté, moins de travail, plus d’activité, plus de revenu individuel, le tout compensé par un socle indestructible et non négociable de solidarité et de droits fondamentaux, qui permette de maintenir une large partie de ce qui fait notre force. Notre modèle social, qui permette une éducation qualitative, mais aussi opérationnelle, dans laquelle l’aptitude et le savoir-faire l’emporteraient pour une large partie de la population, sur le diplôme. Un diplôme qui était le passeport pour une vie professionnelle sans accroc et une garantie contre le chômage. Mais cela c’était avant.

Les études pour une large partie, seraient plus courtes et alternantes, afin d’assurer l’opérationnalité du savoir. Assurant ainsi une fluidité forte et générant moins de frustrations. Ces frustrations que les étudiants, les jeunes éprouvent quand ils ont étudié longtemps, comme on le leur avait demandé, pour n’hériter que du chômage ou d’un faible salaire. Ou d’un emploi précaire. Ou pire, d’un emploi d’avenir, ces emplois qui ne sont pas des emplois et n’ont pas d’avenir !

Cela nécessiterait de réinventer la société. Totalement. Avec un rapport à l’organisation de la société et la place de l’individu totalement transformé. La force de l’habitude, qui par médiocrité intellectuelle se réfère toujours à « avant » et à ses « références », s’oppose à une telle réflexion, mais l’arrivée de l’activité liée au numérique, qui crie l’envie d’une activité avant celle d’un emploi et de sa cohorte d’acquis, mériterait qu’on se pose la question et que l’on teste. Peut être est ce idiot, saugrenu, sauvage. Peut être pas. Citez moi un système parfait ? La réponse repose dans l’essai. Chiche ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 19/01/2016 - 22:30
Réponses
Les devoirs fondamentaux sont le respect de la liberté de chacun, le respect de la propriété de chacun et le respect du droit à la justice de chacun. Quant aux décisions communautaires elles se feraient par le respect de la majorité au travers de referendums multiples à vote secret que ce soit national, local, professionnel etc..
Quant au dieu éléphantesque de service dont la population neuronale cérébrale est à peu près égale à celle qui contrôle son sphincter anal je le laisse nager dans ses miasmes.
Ganesha
- 19/01/2016 - 09:27
Sylvester Stallone
Article bizarre ! Mais intéressant ! Après avoir lu le haut de la page 2, on est convaincu : l'avenir, c'est une ''Loi de la Jungle'' féroce, digne de Sylvester Stallone dans ''Rambo'' ! Ce qui fait évidemment éjaculer le commentateur ''Macho Fasciste'' de service ! Mais, ensuite, nous nous voyons proposer, sans le nommer, le ''Revenu de Base'' !
Semper Fi
- 19/01/2016 - 00:30
Question subsidiaire :
Dans cette économie libérale parfaite, quel serait le socle de devoirs fondamentaux de chacun ?