En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 23 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 8 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 13 heures 47 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 23 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 7 heures 44 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 12 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 11 heures 47 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 32 min
La vie des autres

Loi sur les génocides : les quatre fautes des députés français

Publié le 27 décembre 2011
L’Assemblée nationale a voté jeudi dernier la proposition de loi pénalisant la négation des génocides. Une loi "fautive" selon le philosophe Eric Deschavanne.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Assemblée nationale a voté jeudi dernier la proposition de loi pénalisant la négation des génocides. Une loi "fautive" selon le philosophe Eric Deschavanne.

Qui a dit que l’union nationale n’était pas possible ? Tout dépend de la cause à défendre. S’il s’agit de l’intérêt et du destin de la France, il n’y a rien à espérer. Mais l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi sur la négation des génocides, qui complète la loi du 29 janvier 2001 relative au génocide arménien de 1915, vient de le démontrer avec éclat : l’électoralisme, la démagogie et l’obscurantisme peuvent contribuer à rassembler largement la droite et la gauche.

Ces lois sont fautives à quatre titres. Tout d’abord, c’est l’aspect le plus spectaculaire de l’affaire, elles constituent une hallucinante et gratuite injure publique adressée à un pays allié, la Turquie, qui se trouve être de surcroît la plus solide des démocraties que compte le monde musulman. Cette manière de « regarder en face » l’histoire des autres est proprement insensée, d’autant qu’elle n’a pas même la vertu de la cohérence, dans la mesure où si l’on veut ériger le Parlement français en donneur de leçons de morale universel, il n’y a aucune raison objective de ne pas dénoncer par nos lois l’ensemble des massacres de masse perpétrés un peu partout au cours de l’histoire : il y a largement matière à nous brouiller avec la Terre entière.

Tout le monde en convient : le consensus des parlementaires français, qui foulent ainsi au pied sans vergogne les intérêts diplomatiques et économiques de la France, ne s’explique que par la surenchère électoraliste. L’intérêt général ne pèse rien, à l’approche des élections, au regard des 500 000 voix de nos compatriotes d’origine arménienne. Un tel cynisme confine à l’incivisme.

Par-delà la dégradation des relations franco-turques qu’elle provoque, ces lois dévoilent en outre le caractère irrésistible de la pente communautariste sur laquelle glisse désormais sans retenue la classe politique française. La repentance peut avoir un sens lorsqu’elle constitue un retour sur sa propre histoire, afin de reconnaître des crimes que l’on avait préféré ignorer ou minimiser pour des raisons politiques : si les parlementaires français avaient souhaité s’inscrire dans cette logique, ils pouvaient par exemple reconnaître le génocide vendéen, longtemps « victime » du culte national de la Révolution française, ou bien dénoncer les crimes de la colonisation. Dans la mesure où elles ne concernent pas l’histoire de France, les lois relatives au génocide arménien trahissent la véritable raison d’être des lois mémorielles, qui est de donner satisfaction aux lobbies communautaires. Rien ne semble pouvoir arrêter l’alliance infernale de l’électoralisme et du communautarisme : c’est pourquoi le rapport de la mission sur les questions mémorielles, présidée par Bernard Accoyer, avait vocation à rester lettre morte, tout comme l’appel du député Jean Glavany mettant en garde contre « la course folle du communautarisme ». Longtemps la tyrannie de la majorité fut considérée comme le mal démocratique par excellence ; nous vivons désormais à l’ère de la tyrannie des minorités capables de mettre en place un chantage électoral efficace. Il faut voir dans ce triste épisode l’annonce de l’ethnicisation générale du débat public qui ne manquera pas de se produire dans les années à venir.

La troisième faute des députés français est constituée par la négation caractérisée du principe de la neutralité idéologique de l’Etat. La loi sur la négation des génocides porte en effet gravement atteinte à l’indépendance du travail des historiens et, d’une manière plus générale, à la liberté d’expression. Que signifie, en effet, nier un génocide ? Ignorer ou contester qu’un massacre ait eu lieu ? Ou bien refuser d’attribuer le label « génocide » à un massacre de masse dont on reconnaît par ailleurs la réalité ? Si tel est bien le cas, Bernard Lewis - l’un des plus grands historiens du monde musulman, et de la Turquie en particulier, mieux informé sur le sujet que tous nos députés réunis – pourrait se voir condamné à un an de prison s’il venait à défendre ses thèses sur le territoire français ! La loi sur la négation des génocides relève d’une forme d’inquisition démocratique consistant à soumettre les questions scientifiques à la censure moralisatrice des parlementaires et des juges. Pourquoi, du reste, s’arrêter en si bon chemin ? Si l’on considère par exemple que le réchauffement climatique est porteur de graves dangers pour la planète, ne faut-il pas d’urgence garantir par la loi le consensus des climatologues sur le sujet, de manière à s’assurer, en les expédiant au cachot, du silence des « climatosceptiques » ? La veine obscurantiste inaugurée par nos députés pourrait avoir de beaux jours devant elle.

Le déclin de la France n’est pas seulement économique : le reniement de l’esprit des Lumières en constitue un autre signe fort, aussi inquiétant que la désindustrialisation. Il est humiliant d’entendre le Premier ministre turc, même si, bien entendu, la mauvaise foi se mêle à son propos, nous renvoyer à notre inconséquence : comment peut-on à la fois rappeler le caractère inconditionnel de la liberté d’expression dans l’affaire des caricatures de Mahomet et imposer par la loi une pensée officielle sur des questions historiques pour lesquelles il importe plus que tout de laisser la discussion ouverte ? La leçon a une portée symbolique d’autant plus grande qu’elle émane d’un pays historiquement francophile, qui doit pour une part au rayonnement philosophique et politique de la France le fait d’être aujourd’hui laïc et démocratique.

Enfin, et c’est peut-être la plus grave des quatre fautes, nos députés, par l’exploitation électoraliste qu’ils font de la mémoire martyre de nos compatriotes d’origine arménienne, s’assoient sur la seule exigence morale qui devrait, sur ce sujet, prévaloir : favoriser le rapprochement du peuple arménien et du peuple turc. L’enjeu mémoriel est de conduire les Turcs à reconnaître l’ampleur du drame vécu par les Arméniens. Ce n’est pas en jetant de l’huile sur le feu qu’on y parviendra, mais en incitant historiens turcs et arméniens à s’arracher aux passions nationalistes pour faire réellement de l’histoire. Il était devenu possible en Turquie, ces dernières années, de discuter la question du génocide. Le gouvernement turc s’est montré favorable à la constitution d’une commission mixte d’historiens – certes refusée par nombre d’Arméniens au motif qu’il s’agirait d’une ruse négationniste. Plutôt que de s’appuyer sur ces signes d’ouverture pour encourager les initiatives portant vers la réconciliation, la France, à travers la démarche balourde de ses parlementaires, choisit aujourd’hui de torpiller celles-ci et de faire régresser, en radicalisant l’opinion turque, la cause qu’elle prétend défendre. Seuls ceux qui veulent éloigner la Turquie de l’Europe et raviver la guerre des civilisations s’en réjouiront.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Magali
- 28/12/2011 - 23:00
Bien, mais incomplet: qu'en est-il de l'Union européenne?
Dans un débat qui passionne la classe politique française, où chacun s'interroge sur l'opportunité de légiférer ou non sur l'Histoire, il serait de bon ton de rappeler aux politiques et aux journalistes qu'une fois de plus, notre droit national nous est imposé par l'Union.

http://contrelacour.over-blog.fr/article-l-ue-est-partout-meme-dans-la-loi-reprimant-le-negationnisme-95237419.html
DEL
- 28/12/2011 - 16:54
bégaiements de l'Historiette?
Certains régimes modifiaient l'histoire en modifiant des photos officielles, ou en la réécrivant; le notre surécrit l'histoire en interdisant de parler de certains évènements? Ils se rejoignent tous, en voulant de fair INTERDIRE la parole du citoyen...Partis communistes et UMP mènent donc le même combat: celui de la vérité sortant de la bouche des "élus".
PaulH75
- 28/12/2011 - 14:45
Intéressez vous au négationnisme
4 fautes :
- " hallucinante injure etc" : considérez-vous que la loi Gayssot fait injure à l'Allemagne ?
- "repentance" : il n'y a aucune repentance de la France ;
- vous retardez de 10 ans, la loi "mémorielle" date de 2001. Celle-ci est une loi qui combat le négationnisme
- la "commission" : Faurisson et Ahmadinejad la réclame aussi pour la Shoah.

La passion pour la Turquie vous égare.