En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Medvedev se met au badminton

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 1 heure 19 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 2 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 49 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 7 heures 51 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 28 min 43 sec
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 1 heure 33 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 2 heures 40 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 3 heures 25 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 6 heures 17 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 8 heures 40 min
© NobMouse
© NobMouse
Des efforts, il faut continuer

Nouveau record du nombre de ruptures conventionnelles en 2015 : pourquoi c’est un signe que l’économie a besoin d’aller plus loin dans l’assouplissement du contrat de travail

Publié le 30 décembre 2015
En hausse par rapport à l'année précédente, les ruptures conventionnelles semblent avoir le vent en poupe. Dispositif apprécié par les patrons mais également par les employés pour la sécurité juridique qu'il est censé apporté, celui-ci est encore à améliorer. D'autant plus que certaines dérives sont déjà constatées, notamment chez les seniors pour lesquels la rupture conventionnelle est utilisée comme une pré-retraite.
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En hausse par rapport à l'année précédente, les ruptures conventionnelles semblent avoir le vent en poupe. Dispositif apprécié par les patrons mais également par les employés pour la sécurité juridique qu'il est censé apporté, celui-ci est encore à améliorer. D'autant plus que certaines dérives sont déjà constatées, notamment chez les seniors pour lesquels la rupture conventionnelle est utilisée comme une pré-retraite.

Atlantico : Le ministère du Travail a publié il y a quelques jours les chiffres liés aux ruptures conventionnelles pour la période janvier-novembre 2015 qui sont en hausse par rapport à 2014, considérée comme l'année record en la matière (+20 000 par rapport à la même période en 2014, pour s'établir à 319 848). Cette hausse doit-elle être interprétée comme le signe d'une efficacité de ce dispositif visant à assouplir la rupture du contrat de travail ? Quelles seraient éventuellement les améliorations à apporter à ce dispositif ? 

François Taquet : Effectivement, la rupture conventionnelle ne cesse de se développer depuis sa création en août 2008. La barre des 2 millions de ruptures a même été franchie en octobre 2015. On relèvera que ce système est né d’un accord national interprofessionnel approuvé par l’ensemble des syndicats (hormis la CGT). Il est intéressant de constater que ceux qui ont approuvé ce processus il y a quelques années sont les premiers à le critiquer aujourd’hui. Soyons clair : si ce système a été adopté, c’est avant tout parce qu’il permettait de faire échec à un fléau français : celui de l’insécurité juridique en matière sociale (une législation monstre et changeante, une jurisprudence rétroactive, des indemnités de licenciement abusif non plafonnées, des délais de contestation longs…). Il est d’ailleurs remarquable de constater que les autres pays européens, qui ne sont pas atteints des mêmes imperfections que le système français, ne connaissent pas ce mode de rupture. Qui plus est, les professionnels du droit savent qu’avant 2008 existaient des processus de licenciement transactionnel permettant de garantir également l’intérêt des parties. La loi de 2008 n’a fait qu’entériner des pratiques antérieures, en les simplifiant.

Quels sont les objectifs poursuivis par la rupture conventionnelle depuis sa mise en place ? Quelle est sa singularité en tant que dispositif visant à assouplir les règles du licenciement en France ? 

La rupture conventionnelle n’est pas un licenciement. Elle est une espèce de troisième voie originale entre la rupture à l’initiative de l’employeur (licenciement) et celle à l’initiative du salarié (démission). Dans le cadre d’un Droit où la complexité est la règle, où même la ministre du Travail ne s’y retrouve plus, le but est de créer moins de complexité en garantissant  la sécurité juridique pour l’employeur et le droit à l’assurance chômage pour le salarié. Et on notera que la jurisprudence est venue apporter sa pierre à l’édifice en rejetant dans la plupart des cas les demandes de nullité formulées par les salariés. Finalement, les entreprises ont trouvé dans ce mode de rupture la sécurité juridique dont elles ont nécessairement besoin.

Dans quelle mesure les chiffres évoqués plus haut peuvent-ils et doivent-ils inciter le gouvernement à aller plus loin dans l'assouplissement des règles et démarches régissant le marché du travail ? 

Je persiste à penser que cette rupture conventionnelle est révélatrice d’un mal français. C’est parce que le Code du travail est source de complexité et d’insécurité juridique que la rupture conventionnelle est autant prisée. Faites une législation sociale, plus simple, plus compréhensible, moins changeante et moins la rupture conventionnelle sera nécessaire. Encore une fois, l’étude du droit comparé est révélatrice sur ce point. Cependant, force est de constater que malgré les annonces, on ne change rien et on ne simplifie rien. Et ce n’est pas en se débarrassant du problème auprès des partenaires sociaux que la solution sera trouvée. Que les pouvoirs publics assument leurs responsabilités en créant un cadre juridique clair et qui protège les parties.

Encore aujourd'hui, le coût du licenciement constitue l'une des principales raisons avancées par les entrepreneurs pour expliquer leur frilosité à embaucher. Plutôt que la rupture conventionnelle en l'état, ne conviendrait-il pas de passer directement à un mode de rupture unique régi par le contrat unique de travail ? N'est-ce pas la réelle solution ? Peut-on espérer une avancée du gouvernement sur le sujet du contrat de travail unique ? 

Le contrat de travail unique est une piste de simplification intéressant proposée en 2007 par le président Sarkozy, mais jamais réalisée. Ce qui est clair, c’est que la France ne peut pas rester avec 38 formes de contrat de travail. Peut-on encore soutenir que le CDI est la norme lorsque l’on sait que les trois quarts des recrutements se font en CDD. Nous avons un Droit du travail totalement déconnecté de la réalité et paradoxalement, des syndicats peu représentatifs et conservateurs. Sans aller jusqu’au contrat de travail unique, il serait indispensable de faire le ménage en la matière et d’offrir aux entreprises un cadre juridique sécurisant. Ce qui n’est guère le cas aujourd’hui ! Ce qui est paradoxal dans ce pays, c’est que plus on parle de simplification, plus notre droit se complexifie !

Les ruptures conventionnelles représentent 25% des fins de contrats chez les 58-60 ans, faisant dire aux syndicats que la rupture conventionnelle sert en fait de déguisement aux pré-retraites. Les syndicats proposent ainsi une nouvelle taxe sur les indemnisations de rupture des seniors afin d'alimenter les caisses de retraite des régimes complémentaires de l'Agirc-Arrco. Est-ce là une mesure réellement efficace pour lutter contre ce phénomène qui coûte beaucoup d'argent aux caisses de retraite ? 

Là encore, on est face à un réflexe qui est très français : plutôt que de modifier un système, de le faire évoluer, on préfère taxer. Sans refaire la genèse de la rupture conventionnelle, deux mesures ont impacté récemment ce système : d’abord un délai de carence plus important pour les salariés vis-à-vis de l’assurance chômage ; ensuite, l’obligation pour les employeurs de payer un forfait social de 20%, Aujourd’hui, les syndicats réclament qu’une cotisation soit instaurée sur les ruptures conventionnelles des seniors pour alimenter les caisses (vides) de l’Agirc-Arrco. Sans d’ailleurs savoir si une éventuelle taxe aurait une incidence quelconque sur le nombre de ruptures conventionnelles formalisées. Après tout, on se souvient que la soumission de la rupture conventionnelle au forfait social n’avait été d’aucune influence en la matière. Plutôt que de créer des taxes, qui vont encore complexifier notre droit,  il serait plus utile que les partenaires sociaux mettent leur énergie à adapter notre législation du travail à l’économie du XXIème siècle comme le font nos partenaires européens (Allemagne, Italie…). Mais la France en est très loin, faute de volonté politique.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Medvedev se met au badminton

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/12/2015 - 10:31
Les gauchistes ne savent pas procéder par abstraction..l
ils ne savent procéder que par accumulation complexe! Il faudra donc attendre les patriotes pour réformer le code du travail et le remplacer par un code du travail simple, débarrassé des dogmes marxistes, et prenant exemple sur des codes du travail efficaces et justes, comme le code du travail Suisse, par exemple.