En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis

02.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

03.

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

04.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

05.

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

06.

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

07.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Mauvaise nouvelle
Réchauffement climatique : la fonte de la calotte glaciaire du Groenland a atteint un point de non-retour
il y a 5 heures 30 min
pépites > International
Menace
Le Pentagone crée une unité d'étude des ovnis (pas forcément extraterrestres)
il y a 6 heures 50 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Le Haut conseil de santé publique recommande le port du masque dans tous les lieux clos collectifs
il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
Nuances

Trump président impulsif, incendiaire... mais souvent efficace ?

il y a 9 heures 57 min
pépite vidéo > International
Tendresse
Beyrouth : une association réunit les victimes de l'explosion avec leurs animaux de compagnie
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Santé
Avec modération

L’abus de yoga serait-il mauvais pour la santé ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Histoire
Mémoires d'outre-tombe

Série de l'été : les femmes qui ont changé l'Histoire. Aujourd’hui, Charlotte Corday

il y a 12 heures 36 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Comment Facebook et les géants de la Silicon Valley nous manipulent pour que nous leur abandonnions toujours plus de données privées

il y a 12 heures 56 min
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Europe
Mobilisation
Bélarus : Loukachenko s’est entretenu avec Poutine, le Kremlin assure que les "problèmes en cours" vont être bientôt résolus
il y a 6 heures 23 min
pépite vidéo > Religion
Célébrations
15 août : à Lourdes, une messe de l’Assomption en petit comité
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Là où chantent les écrevisses", une enquête policière envoûtante à lire absolument.

il y a 9 heures 22 min
pépite vidéo > Sport
Historique
Ligue des champions : revivez les 10 (!) buts du match où le Bayern Munich a humilié Barcelone
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Santé
Vecteur

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Santé
Mode inutile

L’eau de coco : impact positif zéro sur votre santé

il y a 12 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Charlotte Casiraghi & Dimitri, Laure Manaudou & Jérémy attendent leurs 2èmes enfants, Benjamin Castaldi son 4e; Sean Penn fait un mariage à la Lavoine, Vitaa flambe, Jenifer Lawrence fait des pertes; Bradley Cooper et l’ex de Ben Affleck sont très amis
il y a 12 heures 49 min
décryptage > International
Bruit de vagues en Méditerranée

Mais qu’est-ce que les Turcs font dans l’OTAN ? Et s’ils y sont qu’y faisons-nous encore ?

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 1 jour 4 heures
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Les chefs d’entreprise ont un pied dans la reprise, mais rien n’est gagné

Publié le 14 décembre 2015
La reprise de la croissance révélée au 1er trimestre s’est prolongée sur le deuxième. L'Insee prévoit même pour 2015, une croissance de 1,2 % sur l'année. Ce résultat ne signe pas un retour durable de la croissance. Il prouve simplement que, quand on s’occupe un peu des entreprises, ça commence à bouger partout. Le seul problème, c’est que cette équation économique n’est pas très politiquement correcte à gauche.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La reprise de la croissance révélée au 1er trimestre s’est prolongée sur le deuxième. L'Insee prévoit même pour 2015, une croissance de 1,2 % sur l'année. Ce résultat ne signe pas un retour durable de la croissance. Il prouve simplement que, quand on s’occupe un peu des entreprises, ça commence à bouger partout. Le seul problème, c’est que cette équation économique n’est pas très politiquement correcte à gauche.

La prévision de l’Insee est identique à celle de la banque de France et meilleure que celle du gouvernement. Mais c'est plutôt en fin d'année que le PIB devrait décoller significativement avec une hausse prévue par l'Insee de 0,3 % au troisième trimestre et 0,4 % au quatrième trimestre. En revanche, il faudra attendre 2016 pour que la courbe du chômage finisse par s'inverser même si l'institut prévoit une stabilisation des chiffres à la fin de l'année. L'Unedic et l'OCDE seraient eux, plus confiants et attendent une baisse du nombre de demandeurs d'emplois dans la deuxième partie de l'année.

Soyons bref, il ne s’agit pas d’une reprise. On est là, face à un frémissement qui euphorise le gouvernement sur l’air de dire : "vous voyez, tout arrive, on vous l’avait bien dit". Mais cette petite musique laisse les patrons très prudents même s’ils reconnaissent que les choses vont un peu mieux.

En fait, les chefs d’entreprise sont dans la situation des types qui se tapent la tête contre les murs pendant près de 5 ans et qui constatent qu'en s’arrêtant, ils se sentent mieux. Le fait nouveau au deuxième trimestre c’est que les entreprises sont enfin entrées dans le jeu de la reprise.

Au premier trimestre, la croissance a été tirée essentiellement par la consommation, on l’a d’ailleurs bien vu dans les chiffres du Commerce extérieur puisque les importations ont augmenté, malgré la baisse des prix du pétrole. Ce qui prouve, une fois de plus, notre manque de compétitivité. Quand la France relance sa demande, cette demande relance les importations chinoises. D’où la conviction de beaucoup d’économistes que la reprise autoproclamée par le pouvoir serait un feu de paille.  

Or, les chiffres du 2e semestre, prouvent que les moteurs de l’investissement et de l’exportation se sont allumés un peu à coté de celui de la consommation. L’alignement des planètes a fini par avoir un peu d’effet.

1. La baisse des prix du pétrole a bénéficié d’abord aux automobilistes parce que la facture d’essence s'est notoirement allégée, mais a fini par toucher aussi les transporteurs et les industriels gros consommateurs d'énergie (les entreprises du bâtiment par exemple).

2. La baisse de l’euro depuis un an a fini par redonner un peu de tonus à ceux qui exportent en dehors de la zone euro. L’effet commence à se voir. Quant à ceux qui commercent avec les autres pays de l’euro, ils ont bénéficié des reprises de croissance en Europe du Nord, en Allemagne et surtout en Europe du Sud, l’Italie et l’Espagne qui sont sortis du gouffre.

3. Enfin, la baisse des prix de l’argent a encouragé les investisseurs qui se sont ruées sur les valeurs boursières d’où la hausse des indices alimentée en plus, par l’abondance des liquidités mis en place par la  BCE. Beaucoup d’argent par cher a fini par engendrer un début d’effet richesse qui change un peu le climat.

Tous ces facteurs favorables ne doivent rien au gouvernement français qui n’a eu, qu’à attendre que les vents se mettent à souffler pour faire marcher les moulins. Cela dit, il faut reconnaitre aussi que les entreprises ont enfin perçu l’impact des paquets cadeaux du gouvernement avec un emballage très pro-business, confectionné par le couple Valls-Macron : le CICE a été versé, pour beaucoup d’entreprises moyennes dans le bâtiment ou la mécanique par exemple, il a représenté les résultats de l’année.

Par ailleurs, la baisse des cotisations sociales et l’amortissement accéléré, ont permis aux entreprises de préserver des emplois qui auraient été en difficultés et les ont incité à changer de matériel, ce qu’elles n’avaient pas fait depuis 6 ans. L’investissement a été activé dans le processus de croissance.

C’est important parce que le système a besoin d'investissements pour décoller et s’inscrire dans le cercle vertueux de la logique d’offre. C’est plus important que d’attendre les bras croisés sur une reprise de la demande qui, de toute façon, sera limitée compte tenu du déficit budgétaire et qui profite principalement à nos concurrents étrangers.

Cela dit, cet effet de reprise est très faible (2% à 3%), pour l’investissement, ce qui fabrique une croissance limitée à 1% et ne génère aucun emploi. Pour avoir une croissance économique de 3% et commencer à créer des emplois, il faudrait un boom des investissements d’entreprise entre 6 et 10 % sur une année. Seulement, pour avoir un tel boom, il faudrait reconstituer les marges d’autofinancement, ce qui n’est encore tout à fait le cas.

La situation actuelle permet seulement de freiner les baisses d’emplois. D’où la prudence des instituts de conjoncture, y compris l’Insee, par rapport aux perspectives d’amélioration sur le front de chômage.

Ce diagnostic ne permet pas aux socialistes de pavoiser. Ce résultat est imputable pour 2/3 à la croissance de nos partenaires qui est contagieuse, et pour un tiers à l’annonce des mesures favorables aux entreprises. Ce qui prouve, contrairement à ce que pensent les socialistes, que les mesures favorables aux entreprises réussissent à doper un peu la croissance. En clair, ce qui est bon pour un chef d’entreprise peut être bon pour l’ensemble de l’économie.

Ce résultat peut permettre d’espérer, dans un an ou deux, une amélioration de la situation de l’emploi. Il donnera raison aux sociaux-libéraux. Mais ce résultat va aussi fracturer la majorité de François Hollande qui l’a combattu et mis à mal.

Si le président de la République avait compris dès le départ qu'une économie ne marche que si l'on s’occupe des entreprises, et s’il avait su le faire comprendre à ses amis de gauche qui ont pris le pays en otage, on ne serait pas dans l’état où nous sommes. Obliger de se battre pour gagner des morceaux de croissance, et l'on aurait pas à s’agenouiller devant deux malheureux trimestres de croissance et prier le ciel pour que cela dure. "Pourvu que ça dure", disait la mère de Napoléon... mais c’était bien avant Waterloo.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires