En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 52 min 55 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 4 heures 31 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 23 heures 46 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 57 min 25 sec
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 4 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 19 heures 42 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 21 heures 57 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 22 heures 35 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 23 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

"Voltaire ou le jihad" : comment l'Occident s'emploie depuis plus de trente ans à déconstruire sa propre culture

Publié le 17 novembre 2015
Héritière de siècles de marche vers la lumière, la culture française doit aujourd’hui affronter une culture obscurantiste, celle du jihad mondial. À moins d’une prise de conscience radicale, l’issue du combat est fort douteuse. Sommes-nous vraiment les héritiers de Voltaire, ou glissons-nous vers la barbarie sans nous en apercevoir ? Extrait de "Voltaire ou le jihad", de Jean-Paul Brighelli, publié aux éditions de l'Archipel (1/2).
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Héritière de siècles de marche vers la lumière, la culture française doit aujourd’hui affronter une culture obscurantiste, celle du jihad mondial. À moins d’une prise de conscience radicale, l’issue du combat est fort douteuse. Sommes-nous vraiment les héritiers de Voltaire, ou glissons-nous vers la barbarie sans nous en apercevoir ? Extrait de "Voltaire ou le jihad", de Jean-Paul Brighelli, publié aux éditions de l'Archipel (1/2).

Dans son livre-testament, L’Homme dévasté[1], le philosophe Jean-François Mattéi analyse en détail la « déconstruction de la culture » – c’est le sous-titre – opérée par une poignée de penseurs animés des meilleures pires intentions dans les années 1960-70.

Si, comme disait Lénine, le gauchisme fut la maladie infantile du communisme, la déconstruction est la dégénérescence sénile du gauchisme. On croit un peu aisément que 1968 fut une révolte jeune – c’est ainsi qu’on nous la vendit, à l’époque. Idéologiquement, ce fut une insurrection de vieux briscards de la contestation intellectuelle qui virent dans l’émeute la justification de leur foi en un homme nouveau. Foucault, Derrida ou Deleuze avaient dépassé la quarantaine quand les barricades coupèrent la rue Soufflot, et tous trois furent les gourous de la déconstruction dans les deux décennies suivantes. Les précédant immédiatement, Sartre avait dépassé la soixantaine, Jean Genet s’en approchait. Non qu’il faille systématiquement préférer les jeunes aux vieux – seule compte l’acuité de l’esprit. Mais ce qui se joua dans les dix ans qui suivirent Mai 68 fut la résultante d’engagements bien antérieurs et de la déconfiture du PCF (qui gardait tout de même ce « F » dans son sigle, comme « français », et il l’était en effet, conformément à son esthétique stalinienne, mais qui vit son électorat fondre lentement et sûrement) au profit d’aventures idéologiques proches de la IVe Internationale et du trotskisme, dont les militants irriguèrent par la suite le PS, parti de toutes les démissions nationales.

>>>>>>>>>>> A lire également : "Voltaire ou le jihad" : comment l'islam fondamentaliste a pu s’insérer dans les cervelles des jeunes générations françaises

Camus, mort précocement, eût été sans doute le garant le plus sûr d’un humanisme qui ne se serait jamais incliné devant les slogans vides des anticolonialistes béats et des néotrotskistes adeptes de la révolution mondiale. La déconstruction, qui fut l’outil idéologique dont les insurrections d’opérette avaient besoin, est aussi un antihumanisme[2].

On se souvient que l’homme moderne a subi trois blessures narcissiques majeures. Copernic lui a appris qu’il n’était pas le centre de l’univers. Darwin lui a enseigné qu’il avait plus de parenté avec le protozoaire qu’avec Dieu (« Qui ça ? », devait ajouter Nietzsche quelques années plus tard). Et Freud lui révéla qu’il n’était pas « maître de lui comme de l’univers », mais qu’un bouillon de sorcières occupait son cerveau.

Michel Foucault (mais il ne fut pas le seul) en a ajouté une quatrième : il a dissous le « dérisoire concept d’homme », comme disait Althusser. Il a « réduit en cendres le mythe philosophique (théorique) de l’Homme ». Lacan n’avait pas d’autre objectif, ni même Lévi-Strauss : « Nous croyons que le but dernier des sciences humaines n’est pas de constituer l’homme, mais de le dissoudre », a pu écrire l’auteur de Tristes Tropiques. C’était peut-être en lien avec les grandes calamités de la guerre. L’entreprise totalitaire, expliquait Hannah Arendt, est « le désert en mouvement ». Là où le cheval des totalitarismes passe, l’homme ne repousse pas. On a ressenti après 1945 le besoin d’entraîner l’homme dans le cataclysme où il nous avait jetés. Bien fait pour lui. Il a détraqué le monde ? Traquons-le, détraquons-le à son tour. Tout le théâtre de l’absurde est sorti de ce sentiment de révolte contre l’homme qui avait fait Auschwitz et Hiroshima. Évidemment, on pouvait s’attendre à un retour de bâton. D’aucuns en ont eu marre d’attendre God(ot). Ils ont retrouvé Dieu – mais un dieu fondamental, un dieu des origines, le dieu qui demande à Abraham d’égorger son fils et qui n’arrête pas son bras. Deus irae.

Cette déconstruction du sujet, qui est aussi déconstruction de la raison, est, de l’avis même de ses promoteurs, une entreprise « barbare » : il s’agit de prendre et de raser la Rome de l’intellect. Derrida (qui introduisit le mot « déconstruction » pour rendre compte de la Destruktion heideggerienne de la métaphysique) tente la désagrégation de la structure ou de l’architecture des concepts fondateurs. Et Foucault explique que c’est dans la mort de l’homme que s’accomplit la mort de Dieu.

Fort bien. Du passé et du présent faisons table rase. Quel passé ? Mais la culture ! « Les déconstructeurs, ajoute Mattéi, s’en prennent à tout ce que la culture spirituelle de l’Europe avait réussi à édifier. La déconstruction est l’ennemie mortelle de toutes les formes d’édification. »

Je m’en voudrais d’avoir à rappeler que, depuis le xvie siècle et l’humanisme, la culture est ce qui édifie l’homme – au double sens du terme : ce qui le bâtit et ce qui lui donne foi en lui-même. « Je ne bâtis que pierres vives : ce sont hommes », dit Rabelais. Chaque œuvre – chaque œuvre d’art aussi bien – construit de la permanence, du repère, du durable dans la fugacité de la vie. La conscience occidentale a édifié son propre monument de certitude, de pérennité.

L’enseignement s’est bâti sur ce regard rétrospectif jeté sur le passé. Lorsque Montaigne écrit ses Essais en se référant sans cesse aux exempla que lui offre l’Antiquité, il inscrit son œuvre dans ce mouvement rétrospectif/prospectif : tout progrès procède d’un regard en arrière. Nous nous élaborons dans le sentiment d’une dette et nous construisons, de notre vivant, la dette de nos successeurs. Visiter un musée ou errer dans Palmyre, c’est signer mentalement une reconnaissance de dette, honorer ce ventre civilisationnel dont nous sommes issus. Les ruines antiques sont les os de nos parents, diraient Deucalion et Pyrrha, qui se chargèrent de reconstituer l’humanité en jetant derrière eux, selon la légende, les ossements de la Terre mère. Nous sommes les héritiers, et la civilisation consiste à enrichir l’héritage sans rien en jeter. Nous sommes portés par nos ancêtres et nous porterons nos enfants à notre tour.

Ainsi allaient les choses, avant qu’on ne renverse les idoles.



[1] Grasset, 2015.

[2] Cf. Luc Ferry et Alain Renaut, La Pensée 68 : essai sur l’antihumanisme contemporain, Gallimard, 1985.

Extrait de "Voltaire ou le jihad - Le suicide de la culture occidentale", de Jean-Paul Brighelli, publié aux éditions de l'Archipel, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez  ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 14/11/2015 - 20:14
Coupez les racines de l'Europe
"L’enseignement s’est bâti sur ce regard rétrospectif jeté sur le passé" -------------- Raison pour laquelle la ministre de l'éducation nationale (?) rend obligatoire l'étude de l'Islam, et facultative (on ne peut pas -encore - l'interdire) l'histoire de la Chrétienté médiévale et des Lumières : càd les fondements de notre culture. Pour qui roule Najat, avec la complicité de nos idiots utiles - ? J'ai ma petite idée
Deudeuche
- 14/11/2015 - 14:41
bon article mais quel est le rapport
avec ce vieux singe de Voltaire.