En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jetez-moi aux chiens" de Patrick McGuinness : un roman décevant, ni un subtil polar, ni un grand livre sur le harcèlement

il y a 53 min 55 sec
pépites > Politique
Indicateurs positifs
Edouard Philippe a dévoilé les nouvelles mesures pour la phase 2 du déconfinement
il y a 3 heures 38 min
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 4 heures 33 min
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 5 heures 56 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 7 heures 3 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 8 heures 24 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 9 heures 17 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 11 heures 14 sec
light > Culture
Disparition
L’humoriste Guy Bedos est mort à l’âge de 85 ans
il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 4 heures 18 min
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 5 heures 8 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 9 heures 4 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 9 heures 30 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 10 heures 26 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 11 heures 56 min
© Reuters/Charles Platiau
74% des personnes qui se rendent au travail utilisaient une voiture en 2010.
© Reuters/Charles Platiau
74% des personnes qui se rendent au travail utilisaient une voiture en 2010.
Auto-boulot-dodo

Les Français sont loin d’avoir troqué l’auto pour les transports en commun : le mauvais pari du Grenelle pour lutter contre la pollution

Publié le 09 novembre 2015
D'après une étude de la Dares, 74% des personnes qui se rendent au travail utilisaient une voiture en 2010. Parallèlement, l'usage des transports en commun a baissé de 15% à 11% entre 1998 et 2010. Explications.
Yves Crozet est Professeur à l’Université de Lyon depuis 1992. Aujourd’hui en poste à Sciences Po Lyon (IEP Lyon). Il est membre du Laboratoire d’économie des Transports (LET) qu’il a dirigé de 1997 à 2007. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Crozet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Crozet est Professeur à l’Université de Lyon depuis 1992. Aujourd’hui en poste à Sciences Po Lyon (IEP Lyon). Il est membre du Laboratoire d’économie des Transports (LET) qu’il a dirigé de 1997 à 2007. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude de la Dares, 74% des personnes qui se rendent au travail utilisaient une voiture en 2010. Parallèlement, l'usage des transports en commun a baissé de 15% à 11% entre 1998 et 2010. Explications.

Atlantico : Malgré tous les efforts de promotion des transports en commun, une étude de la Dares montre que 74% des personnes qui se rendent au travail utilisent la voiture en 2010. Pourquoi ?

Yves Crozet : Ce résultat n’est pas une surprise, il résulte de deux facteurs structurels.

Le premier est que l’automobile, devenue grâce à sa souplesse le mode de transport dominant dans les années 1960-70, a encore des marges de progression, car pour beaucoup de déplacements, elle demeure le mode le plus performant. Et son coût a baissé avec la baisse tendancielle du prix des voitures, et récemment celle du pétrole.

Cela s’explique aussi par un effet de structure lié à la localisation des ménages et des entreprises. Les transports publics, et marginalement les deux-roues, voient leur part de marché augmenter dans les centres villes. Mais comme de plus en plus d’habitants et de firmes sont dans les périphéries, le trafic automobile progresse car les transports collectifs sont peu pertinents dans ces zones.

>>> Lire aussi - Couple : les longs trajets en voiture augmentent les risques de séparation

Ainsi, en région parisienne, près de 1,3 million de déplacements se font chaque jour entre la seconde couronne et Paris intra-muros, les deux tiers en transports collectifs. Mais dans le même temps, il y a plus de 8 millions de déplacements quotidiens au sein de la seconde couronne, dont près de 90% en automobile. Les progrès des transports en commun dans la première catégorie sont plus que compensés par la hausse des volumes de trafic dans la seconde. Ce phénomène se manifeste dans toutes les agglomérations françaises. Ainsi, Nantes, Strasbourg, Lyon ou Bordeaux  ont su réduire fortement la circulation automobile en centre-ville. Les transports en commun y rencontrent un grand succès. Mais le trafic automobile autour de ces agglomérations continue sa progression et la congestion routière y est parfois importante.

Comment prendre en compte cette données dans la lutte contre la pollution ?

Pour réduire la pollution liée aux transports de voyageurs, le Grenelle de l’environnement (2008-2009) avait opté pour un report modal de l’automobile vers les transports en commun (tramways, TGV, bus à haut niveau de service…). Mais les succès locaux indéniables obtenus par ces politiques n’ont eu que des impacts modestes sur les émissions puisque cela représente une faible part de la mobilité. Sans remettre en cause le principe du report modal là où il est pertinent (massification des flux), on se doit de rappeler que la réduction de la pollution passe d’abord par des efforts du mode de transport dominant, à savoir l’automobile. Ce que nous rappelle les données de la Dares, c’est que la transition écologique et énergétique, qui a remplacé le Grenelle de l’environnement, ne se fera pas principalement par le report modal. Elle passera surtout par deux voies simples.

La première est la réduction des émissions unitaires des véhicules. Suite au récent scandale du "Volkswagengate", les autorités publiques ont une superbe fenêtre d’opportunité pour accroître la pression sur les constructeurs, le feront-ils ? Il est aussi possible, grâce à un Bonus-Malus renforcé, d’accélérer le renouvellement du parc en incitant les acheteurs à réduire le poids et la puissance de leurs voitures.

La seconde est une amélioration du taux de remplissage des voitures, qui s’amorce avec le développement du covoiturage. Il se développe actuellement pour les moyennes et longues distances. Il faut maintenant, en organisant des parkings et lieux de rencontre entre conducteurs et passagers, encourager le covoiturage dynamique, c’est-à-dire de courte distance, en milieu urbain.

Entre 1998 et 2010, le recours aux transports en commun a baissé (de 15% à 11%), de même que celui de la marche à pied (de 17 à 7%). Le trajet dominile-travail a augmenté de 10 minutes depuis 1998. Quelles en sont les raisons ?

Ces deux éléments, l’évolution apparemment surprenante des parts modales d’une part et l’accroissement du temps passé dans les transports d’autre part ne sont pas étonnants. Ils résultent d’un mécanisme bien connu que l’on appelle "effet rebond" de la mobilité. Il se manifeste chaque fois que les services de transport offrent des opportunités nouvelles de déplacement. Ils n’ont rien à voir avec la crise ou la culture française. Ils ont un lien indirect avec l’urbanisation qui accroît les opportunités accessibles.

Ainsi, le développement remarquable de l’offre de transports en commun dans les grandes villes françaises a surtout induit un trafic nouveau, notamment en réduisant le recours à la marche à pied. Il a repoussé vers les périphéries le trafic automobile, il ne l’a pas fait diminuer à l’échelle de l’aire urbaine. C’est la raison pour lesquelles les mêmes villes qui ont tout fait pour chasser la voiture du centre-ville, celles citées ci-dessus, sont aussi celles qui ont des projets d’élargissement ou de création d’autoroutes de contournement.

La hausse du temps passé dans les transports ne vient pas essentiellement de la congestion comme on le croit souvent, mais du fait que la vitesse moyenne offerte par l’automobile en périphérie incite à allonger le trajet domicile-travail pour, par exemple, trouver un logement plus grand ou avoir un jardin. Le développement de l’offre TER ou le dézonage du Pass Navigo à Paris ont le même effet. Ils rendent moins coûteux les déplacements. La demande est donc plus forte et ce que l’on gagne en argent, on le réinvestit en temps de déplacement.  Contrairement à une idée reçue, un voyageur n’a pas pour objectif premier de réduire son temps de transport, mais de maximiser le ratio utilité apportée par le déplacement sur coût du déplacement (en temps et en argent). Quand le numérateur augmente, du fait d’opportunités nouvelles accessibles, le voyageur peut accepter une hausse de son coût de déplacement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 09/11/2015 - 19:57
Grenelle
Ce Grenelle était de toute façon une véritable fumisterie organisée par des fumistes, avec des fumistes. Il n'y avait donc rien à en attendre.
Car "Pourquoi-pas 31 " a tout à fait raison: plus on engraisse les grandes villes et plus on crée de nuisances, et dans tous les domaines. Mais ça va continuer, la "raison" n'est pas encore près de toucher politiques ou entreprises.
lexxis
- 09/11/2015 - 16:22
LA BANLIEUE A LA DERIVE...
Primo, il faut décréter d'utilité publique l'excellent ouvrage "La France périphérique" de Ch. Guilluy. Ensuite pour l'Ile de France, Paris n'est pas la seule destination de la Région et tant qu'on développera les transports uniquement pour les parisiens intra muros et les banlieusards travaillant à Paris, on ne pourra prétendre sérieusement contenir le recours à la voiture pour des gens qui ont le tort d'habiter et de travailler en dehors des schémas officiels. Enfin, sous le sinistre règne de Monsieur Huchon, les transports franciliens se sont considérablement dégradés et les horaires distribués indiquent de plus en plus souvent les heures auxquelles le voyageur peut pratiquement être sûr que son train n'arrivera ou ne partira pas. La climatisation est encore considérée trop souvent comme un luxe inaccessible et la SNCF n'a aucune honte à faire encore rouler de temps à autre des "petits gris" de plus de 50ans. Enfin dernier avatar que vient de révéler la dernière campagne de com: manifestement le harcèlement sexuel s'est confortablement installé dans nos transports publics, alors que pour l'instant il épargne encore la plupart des transports privés en véhicules individuels.
vangog
- 09/11/2015 - 13:49
Aux trois remarques précédentes, très justes, j'ajouterai...
que nous sommes arrivés à un stade de contre-productivité gauchiste proche du phénomène Laffer pour les impôts! toutes les mesures proposées par les partis archaïques aboutissent à des effets inverses au résultat désiré. Les préemptions autoritaire pour atteindre les quotas gauchistes de logement social aboutissent à d'avantage de bétonnage, d'avantage de risques d'inondations, une raréfaction des surfaces industrielles et agricoles, un renchérissement du parc privé, un éloignement des ménages aisés des centre-villes et la saturation des voies d'accès. Tout ceci contribue à d'avantage de pollution, d'avantage de chômage et d'avantage de dette, soit la trilogie imparable du gauchisme! Malgré les mises-en-garde de ceux qui démontrent les effets contre-productifs des COP successives, les gauchistes archaïques n'ont qu'une réponse: "augmentons ce qui ne fonctionne pas!"...affligeant, n'est-ce-pas?