En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 4 heures 48 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 44 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 10 heures 40 sec
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 41 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 26 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 5 heures 9 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 9 heures 52 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 26 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 13 heures 13 min
© Reuters
La France doit rebâtir sa stratégie économique.
© Reuters
La France doit rebâtir sa stratégie économique.
Riposte

Que peut faire la France pour éteindre le feu des marchés ?

Publié le 18 novembre 2011
Les taux pour le financement de la dette française ne cessent d'augmenter, révélant une faiblesse structurelle de l'endettement français détenu aux 2/3 par des investisseurs extérieurs contre 1/3 seulement pour des acteurs hexagonaux. Une proportion inverse à celle de l'Italie... Jusqu'où pourraient aller les marchés dans leur défiance vis à vis de l'économie française ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les taux pour le financement de la dette française ne cessent d'augmenter, révélant une faiblesse structurelle de l'endettement français détenu aux 2/3 par des investisseurs extérieurs contre 1/3 seulement pour des acteurs hexagonaux. Une proportion inverse à celle de l'Italie... Jusqu'où pourraient aller les marchés dans leur défiance vis à vis de l'économie française ?

La France sous le feu des marchés. Le titre est militaire, la réalité l'est aussi. Car c'est bien d'une bataille qu'il s'agit, pour la croissance et pour l'emploi. Une bataille qui passe aujourd'hui, plus que jamais, par la crédibilité, précisément parce que nous sommes sous le feu des marchés.

L'Allemagne emprunte aujourd'hui sur 10 ans à 1,82 % et la France à 3,69 %. Le double. L'écart entre les deux pays, qui n'existait pas il y a encore quelques mois, n'a cessé de se creuser. La raison ? Pas seulement l'effet de propagation depuis la Grèce, suite à une sorte de mécanique. Pas plus un complot américain ou anglo-saxon qui souhaiterait l'explosion de la zone euro. Pas seulement la faiblesse de la croissance qui pèse partout, et qui finit par nous atteindre.

Les dettes publiques soulèvent un problème de confiance

La crise est largement politique, marquée par les difficultés des démocraties européennes à expliquer, réagir, corriger cette crise de la dette. Aujourd'hui ce sont les AAA qui sont en jeu, notamment pour la France et l'Autriche. Parce qu'ils ont moins de croissance, des problèmes de dette interne et externe (Grèce et Italie pour la France, pays de l'Est pour l'Autriche) certes. Mais surtout parce qu'ils peinent à réagir et à convaincre.

Il ne s'agit pas, ici, de parler de despotisme des marchés contre la démocratie des peuples, mais bien de se dire que ces dettes qui inquiètent, ce sont des dettes publiques, autrement dit des dettes de certains peuples par rapport à eux-mêmes et par rapport à d'autres. L'Italie a ainsi deux tiers de sa dette publique qui est domestique et un tiers externe, la France un tiers interne et deux tiers externe. La question de la confiance se pose donc partout.

Les budgets de rigueur sont nécessaires, mais insuffisants

Cette question de confiance passe par un premier volet qui fait débat, mais qui est très partiel. Il s'agit des économies à faire, ou de la rigueur, ou encore de l'austérité.

Chacun se défend, conteste, demande aux autres de faire des efforts. Il le faudra bien, sachant que ces efforts ne seront acceptés que s'ils sont transparents et légitimes. Encore faut-il qu'ils suffisent, autrement dit qu'ils mettent l'économie, et la société, en état de rembourser. C'est toute la question de la croissance qui se pose ainsi. La diète publique est évidemment nécessaire, elle doit être bien calibrée, avec plus de réduction de dépenses que d'impôts... No comment.

Mais il faut surtout que la croissance tienne, que les entrepreneurs veillent investir, que les innovations se financent, et que les restructurations nécessaires se produisent.
Toute politique de désendettement est en forme de "J". En premier lieu un effet négatif, puis les forces de croissance reprennent le dessus. Mais si les marchés financiers poussent à montrer qu'il faut changer, ils n'aident pas à franchir le cap du rebond.

Aide toi, et les marchés t'aideront !

C'est là que la politique intervient, que la crédibilité des décideurs et de leurs plans fait la différence ! C'est là que les marchés nous attendent, non seulement dans la diète publique, mais dans notre capacité à mettre en œuvre une gymnastique privée efficace. Et comme rien n'est évidemment immédiat, c'est dans notre capacité à dessiner ce futur de reprise dans le temps, en France et en Europe, que se fera la différence. Et c'est seulement alors que les marchés aideront.

Diète et Gym en France, et ailleurs, ensemble et dans le temps, sans aller trop vite dans l'ajustement au risque de créer une récession, sans aller trop lentement, au risque qu'inquiéter et d'impatienter les marchés.

Il faut parler aux peuples, aux marchés, aux voisins, pour avancer ensemble. Des ajustements ont eu lieu, toutes les lignes ont déjà bougé, mais les conditions de sortie commune ne sont pas claires, le nécessaire partage des efforts dans le temps n'est pas connu, la mobilisation des entreprises et des salariés n'est pas évidente. Autant dire qu'elle n'est pas acquise.

La France sous le feu des marchés, c'est en fait la France qui doit rebâtir sa stratégie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 19/11/2011 - 23:36
Evidemment que la
Evidemment que la participation des peuples et des salariés n'est pas acquise: ils sentent bien qu'ils vont se faire arnaquer, une fois de plus!
gmilady
- 18/11/2011 - 18:02
@Kalinday
Et pourquoi pas instaurer un régime du type que celui qui a plongé l'Allemagne dans le gouffre en 1933 ?
gmilady
- 18/11/2011 - 18:00
Voter à gauche
Rendre la confiance aux français en élisant François Hollande en 2012 va remttre la France en mouvement, et on va commencer à prendre le droit chemin pour tenter d'effacer la situation catastrophique laissée par sarkozy...