En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 40 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 25 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 48 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 11 heures 4 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 40 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 5 heures 1 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 23 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 29 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 9 heures 4 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 11 heures 49 min
© DR
Quel Péguy, Nicolas Sarkozy célèbre-t-il ?
© DR
Quel Péguy, Nicolas Sarkozy célèbre-t-il ?
11 Novembre

En célébrant Péguy, Sarkozy peut fêter à la fois Jeanne d'Arc et Jaurès

Publié le 11 novembre 2011
Pour la première célébration de l'Armistice de 1918 après la disparition des derniers poilus, le président de la République a choisi de rendre hommage au lieutenant Charles Péguy, tombé sous la mitraille lors d'une charge en septembre 1914. Mais quel Péguy, Nicolas Sarkozy célèbre-t-il ?
Romain Vaissermann est ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégé de grammaire, docteur ès-lettres (La Digression dans l’œuvre en prose de Charles Péguy)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Vaissermann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Vaissermann est ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégé de grammaire, docteur ès-lettres (La Digression dans l’œuvre en prose de Charles Péguy)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première célébration de l'Armistice de 1918 après la disparition des derniers poilus, le président de la République a choisi de rendre hommage au lieutenant Charles Péguy, tombé sous la mitraille lors d'une charge en septembre 1914. Mais quel Péguy, Nicolas Sarkozy célèbre-t-il ?

Charles Péguy, mort au champ d’honneur le 5 septembre 1914, veille de la bataille de la Marne, connut bien des hommages. Son souvenir fut très présent entre les deux guerres, souvent associé aux célébrations d’Anciens Combattants. L’auteur fut même à la mode après la Seconde Guerre mondiale : le 12 janvier 1950, Vincent Auriol,Pprésident de la République, assiste au cinquantenaire de la revue créée et dirigée par Péguy de 1900 à 1914 : les Cahiers de la quinzaine. On célébra Péguy en 1964 pour le cinquantenaire de sa mort héroïque, en 1973 pour le centenaire de sa naissance. Il y eut, après cela, désaffection des officiels, jusqu’en 1994 où l’on vit François Léotard, alors ministre de la Défense, et François Bayrou, ministre de l’Éducation nationale, organiser une sincère et sobre cérémonie devant la croix élevée en l’honneur de Charles Péguy, à l’entrée de Villeroy, au lieu même où se rendra notre président demain.

Une jeunesse antimilitariste...

Après la Défense (et tant pis si le lieutenant mort au champ d’honneur s’était dans sa jeunesse déclaré farouchement antimilitariste) et l’Éducation nationale (et tant pis si celui qui a si bien fait l’éloge des « hussards noirs de la République » a refusé la carrière toute tracée de l’enseignement pour se faire éditeur), la Présidence de la République le célébrera donc, en des termes et des gestes que les spécialistes de la communication pourront après-coup analyser, en se souvenant qu’« un mot n’est pas le même chez un écrivain et chez un autre : quand un écrivain le sort de son ventre, un autre ne l’extrait que de la poche de son pardessus. »

Pour moi, qui juge l’annonce de cet hommage à Charles Péguy pour lequel j’ai reçu l’invitation le 9 novembre 2011 (tampon postal du 8, répondre avant le 10), pour moi donc une célébration de plus, fût-elle apparemment improvisée par les services de l’État, ne me choque pas et me réjouit même. Naïveté de trentenaire face à une sous-panthéonisation intéressée, et rusée, permettant de récupérer un auteur inclassable, aussi bien référence trotskyste que vénéré chez les frontistes ? Courte vue d’enseignant qui y voit la tant espérée revanche de Lagarde et Michard ? Faute grave pour un spécialiste de Péguy, de Péguy qui fut révolutionnaire moraliste, libertaire épris de vérité par-dessus tout, opposant à la politique la « mystique » qui lui donne naissance ? Au lieu de répondre à ces questions, je soulignerai plusieurs points.

D’abord, Péguy a voulu « réussir » et obtenir une reconnaissance, avant tout certes celle de ses pairs. Un lecteur hypercritique comme Henri Guillemin a même dépeint en Péguy un carriériste plus ou moins refoulé : passons sur l’exagération, un écrivain étant de toute façon bien au-dessus des réductions psychologiques auxquelles la critique veut parfois le soumettre. En réalité, une audience élargie n’aurait pas déplu à l’homme-orchestre des Cahiers de la quinzaine, bien au contraire. Souhaitait-il pour autant devenir un écrivain officiel ? Certes pas : le peut-il, ce dénonciateur de la pensée unique, auteur de nombreux dialogues, aux multiples pseudonymes ? D’ailleurs l’hommage d’un jour ‒ autant que la présence de Péguy dans l’intéressante Anthologie de la poésie française de Georges Pompidou parue en 1961 ‒ ne vaut pas récupération.

"Heureux ceux qui sont morts pour une juste guerre"

Après l’âge des survivants, vient nécessairement un temps où la littérature prend le relais. Alors on peut recourir à Péguy, comme à d’autres. Aussitôt victime de la Première guerre mondiale, Péguy n’en laisse pas des souvenirs mais des strophes prémonitoires, dans son long poème Ève, souvent (ré)citées : « Heureux ceux qui sont morts pour une juste guerre. / Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés… » Mais que nul ne fasse de Péguy un nationaliste, lui qui déclarait en août 1914 : « Je pars soldat de la République, pour le désarmement général et la dernière des guerres ! » La générosité de ses idées ne le cède en rien au courage de ses derniers instant, où, resté debout sous le feu ennemi, le lieutenant commande la charge de ses hommes.

Péguy sera-t-il, dans le discours de ce 11 novembre 2011, rattaché à Jaurès, que Nicolas Sarkozy avait mobilisé lors de sa campagne de 2007 et que Péguy admirait tant dans sa jeunesse socialiste, y compris quand notre Orléanais écrivait sa Jeanne d’Arc, dédiée à la « République socialiste universelle » ? C’est possible, le temps n’est heureusement plus, où l’on faisait de Péguy l’inspirateur de l’assassin de Jaurès.

Récupération pétainiste ?

Péguy sera-t-il renvoyé, pour plaire à l’électorat chrétien, à la foi qu’il retrouve peu à peu à l’âge adulte et qu’il manifeste publiquement à partir de 1910 ? Il est improbable que le discours de Latran soit repris, mêlant cette fois le glaive et le goupillon, au risque de rappeler l’honteuse récupération pétainiste de Péguy.

Écoutons donc sans allégations partisanes prématurées le discours prononcé sur la tombe de Péguy, attentif au ton autant qu’à son sens premier : « Ne me dites pas ce que vous dites, ni que vous dites ceci ou cela […]. Cela n’a aucune espèce d’importance. Le répertoire de ce que l’on a dit, de ce que l’on n’a pas dit, de ce que l’on a pu ou pouvait dire est en effet une œuvre morte. Ce n’est jamais, ce ne sera jamais qu’une œuvre et un travail sec d’enregistrements, une œuvre ou plutôt un travail scientifique, une opération de cimetière, un cortège de corbillards. Mais parlez-moi donc un peu, plutôt, parlez-moi donc seulement, dites-moi donc seulement un peu comment vous le dites, et que vous le dites comme ci, comme ça. Voilà ce que je vous demande. Et alors je vous écoute. » (Ch. Péguy, Un poète l’a dit, 1907).

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gmilady
- 13/11/2011 - 08:38
Pas Jaures...
Quand Sarko parle de Jean Jaurès, celà me hérisse le poil. Il est tou l'inverse de ce que fut le grand socialiste. C'est indécent qu'il puisse se servir de sa mémoire...
shaolin
- 12/11/2011 - 15:51
@alain jugnon Mais quel égo !
Vous avez certainement été un bon élève, vos connaissances sont infinies et votre culture n'a d'égale que votre égo sur dimensionné !!
Et pourtant vous n'êtes pas Président ? Étonnant non....
Mais peut être qu'un poste à grandes responsabilités ne vous intéresse pas !!!
Peut être même que vous préférez rester prof...
Me trompe je ?
alain jugnon
- 12/11/2011 - 12:26
Déni de réel
Je ne dénie rien de réel chez notre président. Ce fut un élève médiocre, c'est un dirigeant aux connaissances limitées et à la culture du même acabit. C'est un fait, pas une insulte.