En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
A écouter le Président de la République, tout va bien. Mais Manuel Valls va devoir faire face à un congrès agité.
Des paroles, des paroles...
Areva, chômage, taux d’intérêt, croissance… les (pas si) belles histoires de François Hollande
Publié le 06 juin 2015
Cette semaine, le gouvernement a encore essayé de cacher la vérité sur des dossiers essentiels. Nucléaire, croissance, chômage, taux d’intérêt : le gouvernement continue de raconter n’importe quoi et le pire, c’est que l’opposition laisse dire.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, le gouvernement a encore essayé de cacher la vérité sur des dossiers essentiels. Nucléaire, croissance, chômage, taux d’intérêt : le gouvernement continue de raconter n’importe quoi et le pire, c’est que l’opposition laisse dire.

A écouter le Président de la République, tout va bien. Et ceux qui critiquent la situation sont "des grincheux aigris qui ne croient plus dans le pays". Fermez le ban, tout est dit.

Le congrès socialiste qui se déroule ce week-end va pourtant infliger au Premier ministre l’obligation de s’expliquer. Pour Manuel Valls c’est l’épreuve de vérité. Ou bien il caresse dans le sens du poil les militants pour éviter la fronde interne, ou bien il confirme son virage social-démocrate avec son complice Emmanuel Macron. Ramener le calme à la veille des vacances l’obligera à raconter des histoires mais va hypothéquer son avenir aux yeux des français. Il sait très bien que François Hollande a raté son quinquennat en faisant une campagne fondée sur le mensonge.

La semaine qui vient de se passer, nous a offert un bouquet de dossiers où la gouvernance française n’a pas osé dire la vérité aux Français.

1° Le dossier Areva est complètement vérolé. La France a besoin d’une industrie nucléaire puissante. A la fois pour garantir l’alimention en électricité (c’est un gros avantage de compétitivité sur l’Allemagne) ; elle en a besoin pour répondre au potentiel de croissance dans les pays émergents. Ce besoin est incontournable. Personne n’ose le reconnaitre par peur de se faire remonter les bretelles par les écologistes qui sont contre tout .

Areva est au bord de la faillite, des erreurs graves ont été commises dont les effets se sont ajoutés à l’impact de la conjoncture. Il y a des responsables au sein même du pouvoir. Areva va coûter plus cher que Jérôme Kerviel, ou le Crédit lyonnais autrefois. Silence de plomb sur les responsabilités.

Areva va céder l'activité réacteurs à EDF. Le rapprochement correspond à l’évidence, que seuls "les égos des dirigeants" empêchaient de réaliser. Mais pour financer ce rapprochement, EDF va devoir augmenter ses tarifs. Le pouvoir politique refuse de l’admettre publiquement parce qu'il s’est engagé à ne pas toucher au prix de l’électricité. Il n’y aura pourtant pas d’autres choix. C’est ça ou une augmentation des impôts. Personne ne le dit.

Areva va aussi avoir besoin d’une recapitalisation. En termes clairs, 2 milliards d’argent frais au minimum. Tout le monde le sait, mais personne ne sait d’où viendra l’argent, le budget ou les fonds d’investissement étrangers. C’est un vrai choix. Personne dans la classe politique n'a envisagé de s’adresser à des fonds européens que ça peut intéresser. Apres tout, la perspective de construire une Europe du nucléaire n’est pas aussi absurde.

Le dossier Areva est un dossier truffé d’hypocrisies. Pourquoi ? Parce qu’on estime que le peuple n’est pas capable d’en comprendre toutes les subtilités, les effets et les impacts.

Sur l’emploi, c’est le brouillard le plus total. Les chiffres sont tombés en début de semaine et ils sont catastrophiques. Le gouvernement et le Président reconnaissent que la situation est mauvaise mais pensent qu'elle va s’améliorer compte tenu de la politique économique et des reformes lancées. C’est impossible, le gouvernement n’a lancé aucun chantier de réforme. Rien sur la mobilité, rien sur les 35 heures (à moins que les délègues socialistes ne décide de tout changer ce week end mais... faut pas rêver), rien sur la formation et l’apprentissage, peu de choses sur l’assouplissement des conditions de départ qui serait pourtant la première porte à ouvrir pour faciliter l’embauche. Un patron d’entreprise créera des emplois que si, et seulement si, il peut débaucher en cas de difficultés sans être obligé de faire une guerre de tranchée dans les salles des prud’hommes. Donc, rien … si pardon, l’annonce de créer 100.000 emplois aidés supplémentaires. Des emplois aidés... oui des emplois qui seront financés sur le budget.  

Sur la croissance et l’activité, c’est le championnat de France de l’incohérence. Personne n’est d’accord sur les chiffres et sur les raisons d’une légère amélioration. La reprise semble se confirmer, on va passer de 0% à 1% ou à 1, 5%. Très bien... et heureusement, qu'il y a un frémissement parce qu'avec des taux d’intérêt à zéro, des prix du pétrole ultra-light, un euro qui s’allonge, et un plan massif de relance par la BCE, on ne pouvait pas avoir des conditions aussi bonnes. Plutôt que de reconnaitre que les conditions de l’environnement sont très favorables, le Président de la République passe son temps à nous expliquer que cette conjonction favorable est le résultat de son action, et de son dynamisme. On rêve… Alors qu'il devrait au contraire tout faire pour accompagner cette reprise et l’amplifier par des réformes internes. On marche sur la tête. Parce que cette croissance-là ne crée pas d’emplois. Elle n’en créera pas avant 3 ans et encore si l’environnement se maintient au beau fixe. Ce qui n’est pas garanti.

Les taux d’intérêt en fin de semaine sont passés au-dessus de 1%. Idem partout en Europe. Beaucoup d’experts considèrent qu'on a là, les premiers signes avant-coureurs d’un krach obligataire. Vendredi matin, le Trésor a émis pour 4 milliards d’euros d’obligations à 10 ans mais a dû consentir un taux de rendement de 1,25%. Cette hausse est très rapide puisqu'en 5 jours, les taux ont pratiquement doublé. Elle est forte puisque on se retrouve à des niveaux qu'on connaissait il y a un an. Elle touche tous les pays d’Europe, y compris l’Allemagne.

Alors on en connait les raisons, le risque de hausse des taux aux Etats-Unis, même si tous les acteurs allument des cierges pour calmer la réserve fédérale, mais surtout les incertitudes sur la Grèce. Le défaut probable de la Grèce est gérable mais va secouer les créanciers. La remontée des taux est une très mauvaise nouvelle pour les Etats endettés qui sont obligés de se refinancer, mais c’est une bonne chose pour l’économie. L’argent va enfin revenir sur des activités à risque, c’est-à-dire les entreprises, mais surtout va squeezer les budgets publics et obliger les Etats à regarder la vérité en face.

Tout le monde craint ce krach sur les obligations, mais qui le dit au niveau de l’Etat et surtout que fait-on pour en amortir le choc ? Réponse, rien !

Le problème le plus inquiétant dans cette affaire n’est pas que le gouvernement et sa majorité fragile ne veuillent pas bouger une oreille. On a compris que François Hollande ne fera rien qui puisse agacer ses derniers électeurs. Le plus grave, c’est que l’opposition, elle, n’apporte pas de réponses a ces problèmes qui concernent autant les Français que les problèmes sur l’islam.

Le mariage gay à gauche, la cohabitation entre les religions pour la droite sont des dossiers importants. Mais ils sont surtout importants parce qu’ils sont clivants. Ils permettent de poser des marqueurs de droite ou de gauche. L’opinion publique, elle, a besoin qu'on s’empare des dossiers économiques et sociaux. Elle a besoin de pouvoir travailler et de sécuriser l’avenir. C’est la raison pour laquelle les hommes (et les femmes) qui font de la politique ont de moins en moins de crédit et d’audience. L’opinion publique n'a pas besoin de mesures estampillées gauche ou droite. Elle a besoin de mesures efficaces qui délivrent des résultats tangibles et concrets. Les jours qui passent nous amènent la démonstration que ni la gauche au pouvoir, ni la droite, ne sont capables de s’inscrire dans ce type de cahier des charges. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Philippine
- 07/06/2015 - 09:49
Mr Sylvestre a raison sur toute la ligne .......
et même , je pense qu'il n'est pas assez alarmiste pour aviser les Français de ce qui les attend. On comprend, par conséquent que le peuple soit tellement désespéré qu'il en est tétanisé et n'attend plus RIEN de personne ( droite et gauche confondus ). C'est une situation absolument inédite dans notre pays et l'accablement de notre nation doit un peu ressembler à la débâcle de 1940,toutes proportion gardées, bien sûr !
Mike Desmots
- 07/06/2015 - 08:06
@canesta ,d'abord mes conneries comme vous dites..
sont excusez moi... supérieures à votre perspicacité et/ou à votre maturité politique ...alors ,prenait une page blanche , faites la somme des 28 gouvernements entièrement marxo/socialiste en UE....! , puis ..., faites la somme de tous les membres de la nomenklatura ,sous le règne du président normal, et dites moi où réside le dogme marxo/socialiste habillé en costume BCBG....? et je réfléchirais si je dois accepter vos excuses....
Ganesha
- 07/06/2015 - 01:12
Mike Desmots
''le dernier gouvernement entièrement marxo/socialiste en Europe'' J'espère qu'au moins vous êtes rémunéré pour écrire de pareilles conneries ! Vous êtes un ''Troll'' !