En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

07.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 13 heures 52 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 17 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 20 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 20 heures 33 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 21 heures 23 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 21 heures 41 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 22 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 22 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 15 heures 31 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 16 heures 51 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 19 heures 24 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 21 heures 53 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 23 heures 31 min
© Reuters
Janvier 2015. Le monde entier assiste avec sidération aux attentats de Paris.
© Reuters
Janvier 2015. Le monde entier assiste avec sidération aux attentats de Paris.
Bonnes feuilles

Des Twin Towers à Charlie : pourquoi ce retour de l'idée du Califat sera difficile à déraciner en l’absence d’une alternative idéologique crédible

Publié le 15 mai 2015
Janvier 2015. Le monde entier assiste avec sidération aux attentats de Paris. Près de quinze ans après le 11 septembre, les modes d'action du terrorisme et ses acteurs ont beaucoup évolué et la radicalisation gagne les jeunes Occidentaux. Qui sont les nouveaux commanditaires ? Quelles sont leurs stratégies de recrutement ? Quelles solutions s'offrent à nous pour lutter contre cette radicalisation ? Extrait de "Terreur - la nouvelle ère, des Twin Towers à Charlie", de Mathieu Guidère, publié aux éditions Autrement (2/2).
Mathieu Guidère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Guidère est agrégé d'arabe et professeur des universités. Il a été tour à tour professeur résident à l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, puis professeur à l'Université de Genève, avant d'être nommé professeur d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Janvier 2015. Le monde entier assiste avec sidération aux attentats de Paris. Près de quinze ans après le 11 septembre, les modes d'action du terrorisme et ses acteurs ont beaucoup évolué et la radicalisation gagne les jeunes Occidentaux. Qui sont les nouveaux commanditaires ? Quelles sont leurs stratégies de recrutement ? Quelles solutions s'offrent à nous pour lutter contre cette radicalisation ? Extrait de "Terreur - la nouvelle ère, des Twin Towers à Charlie", de Mathieu Guidère, publié aux éditions Autrement (2/2).

Le seul moment où l’idéologie jihadiste a failli vaciller sur ses fondements est intervenu au cours du printemps arabe. Soudain, le doute s’est installé dans les esprits et dans les rangs des jihadistes : le jihad est-il vraiment le meilleur moyen de changer les régimes et le monde ? Comment expliquer que des foules pacifiques aient fait tomber des régimes que le jihad avait à peine affectés au cours de la décennie précédente ? Ne convient-il pas plutôt de s’engager dans l’arène politique ? Entre autres questions lancinantes posées aux leaders et aux idéologues. On le sait, les rangs des organisations jihadistes se sont clairsemés à l’issue de ce moment de doute, car beaucoup de leurs jeunes combattants ont quitté la clandestinité pour se lancer dans la bataille politique, en espérant conquérir le pouvoir par les urnes. Ils l’ont fait en faisant appel à une idée forte et nouvelle, qui a immédiatement prospéré sur le terrain et dans les esprits : la charia.

Ainsi, on a vu se multiplier à partir de 2011 les groupes portant le nom d’Ansar Al-Charia (Défenseurs de la charia), un peu partout dans le monde. De la Tunisie au Yémen, en passant par la Libye et l’Égypte, tous ces groupes n’appelaient plus au « jihad pour le jihad », objectif nihiliste s’il en est, mais au « jihad pour la charia ». Les anciens jihadistes avaient désormais une raison d’être et de mourir dans le tumulte de ce « printemps arabe », transformé en « hiver islamiste ».

Ces « Défenseurs de la charia » n’ont pas lâché prise, ils se sont battus en Libye, en Tunisie et ailleurs pour un retour à la loi divine, et ont rivalisé de propositions pour son application stricte et immédiate. Ils ont simplement hésité sur les modalités pratiques pour y parvenir, et ce sont d’abord leurs différends idéologiques qui vont faire échouer le projet d’un État islamique qui s’étendrait sur l’Afrique du Nord et le Sahel, en partant du foyer nord-malien. L’intervention française de 2013, en donnant un coup de pied dans la fourmilière jihadiste, n’a fait en réalité que traiter les symptômes et déplacer le problème vers d’autres territoires.

En 2014, la trouvaille du chef de Daech, Abou Bakr Al-Baghdadi, a consisté à donner à son organisation une appellation, « l’État islamique », qui crée par la magie des mots un horizon d’attente quasiment consensuel au sein de la mouvance jihadiste. Dans l’ère de la communication qui est la nôtre, c’est un « coup de pub » extraordinaire, relayé à peu de frais à l’échelle mondiale par des médias et des organes de presse qui manquent de distance et d’esprit critique. Ils oublient en particulier que la nouvelle entité n’a rien d’un « État » ni d’« islamique », et qu’elle s’est imposée au monde grâce aux images ultraviolentes dont nos sociétés sont abreuvées à longueur de journée.

Mais ce n’est pas tout : à la manière d’un Ben Laden dans les années 1990, Al-Baghdadi a planté une graine idéologique qui ne manquera pas de germer dans les années à venir, qu’il soit mort ou vif. Cette idée est celle du califat, qu’il n’invente pas mais qu’il fait renaître de ses cendres. Comme l’idée du jihad a germé dans les esprits pendant des décennies, celle du califat semble promue à un bel avenir.

Cette idée-là sera difficile à déraciner en l’absence d’une alternative idéologique crédible. Car la seule option militaire ne peut régler les problématiques psychosociales et géopolitiques nées des perceptions faussées et des constructions utopiques. Il faut un véritable travail intellectuel qui va au-delà des symptômes pour traiter les causes réelles du problème et qui permet d’éviter l’impression que l’histoire n’est qu’un éternel recommencement.

Extrait de "Terreur - la nouvelle ère, des Twin Towers à Charlie", de Mathieu Guidère, publié aux éditions Autrement, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires