En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 54 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 49 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 18 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 21 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 6 heures 59 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 19 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Les entrepreneurs parlent aux Français

Pourquoi la France ne doit plus avoir peur de l'argent des autres

Publié le 16 mars 2015
Le privé doit prendre des risques, fiscalement d'abord. Mais, il doit aussi faire entrer un argent qui coule à flot ailleurs. En Chine notamment.
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le privé doit prendre des risques, fiscalement d'abord. Mais, il doit aussi faire entrer un argent qui coule à flot ailleurs. En Chine notamment.

On  n'a encore rien inventé de mieux que l’argent. S'il ne sonne pas, on trébuche. Et pendant que les uns trébuchent, les autres courent. Devant. J’aimerais que la France soit devant. J’aimerais que nos entrepreneurs soient des leaders mondiaux, dont la musculature sera offerte en partage, à un écosystème qui ne demande qu’à développer de gros biceps internationaux.

Est-ce le rôle de l’Etat que de nous mettre devant ? Non. L’Etat n’en a, ni la légitimité, ni désormais, les moyens. Il doit simplement concentrer ses moyens, là où le privé décide d’investir. Pour abonder et massifier.

Le rôle du privé ? Oui, mais l’investissement français est loin des besoins d’un pays qui souhaite jouer en 1ère division. Moyens trop faibles, épargne désespérément éloignée de la PME française, pratiques d’investissement d’un banal et d’un mimétisme affligeant, dont chacun se plaint, en dehors de quelques rares boutiques d’investissement qui "osent oser". Des tickets trop petits, sous-valorisés, qui donnent peu de chances aux entrepreneurs de réussir et les démotive. Quand un Blablacar ou Sigfox lève 100M, le tout Paris frissonne d’excitation, persuadé d’avoir touché le Graal, quand ces levées sont monnaie courante aux USA, Israël ou Corée. Et encore, les Chinois viennent de mettre eux, 530M dans l’un des concurrents, donc notre brave Blablacar, risque de rester un gentil succès d’estime bien tricolore, quand nous pourrions avoir un leader mondial bien en couleur.

L’Etat doit simplement rendre le sol fertile, car ce soit disant "argent public" dont nous les politiques nous rabattent si souvent les oreilles, n’est autre que notre argent, que nous leur déléguons, bien obligés, sous forme de taxes et charges diverses au nom d’une solidarité bien nécessaire, mais devenue calamité, par une mauvaise gestion bien avérée. Il doit donc écouter ce que dit le marché, le privé. Je sais, le privé c’est laid dans un pays dont les charges sont à plus de 50% liées au public, mais il faut s’y habituer. Le monde est tiré par le privé, et alourdit par le public. Et le privé, c’est vous et moi. Et nous sommes doués d’intelligence, de vision et surtout, capable d’observer le monde et son fonctionnement.

Le privé doit prendre des risques. Il faut l’y inciter. Fiscalement, mais pas seulement. Il faut lui donner un sens du risque et le mettre en concurrence afin qu’il soit incité à sortir d’habitudes soporifiques et trop classiques. Pour cela, rien de mieux que de faire rentrer un argent qui coule à flot ailleurs, et cet argent pour le moment, est ailleurs justement. Là où la croissance que nos économistes trouvent un peu molle, ferait déjà notre bonheur.

La Chine notamment. Il n’y a aucun problème à prendre l’argent là où il est du moment que cela dope notre place d’acteur mondial, les emplois et le savoir-faire français. Cette conception de l’identité capitalistique nationale, est totalement dépassée, les grands pays l’ont bien compris et les USA et Israël prouvent chaque jour, que l’argent étranger contribue à la réussite nationale tout autant que l’argent "local". Il n’a définitivement ni odeur, ni nationalité. Soit il est là, soit il ne l'est pas.

Cette année, ce sont plus de 80 opérations, portant sur des valorisations en milliards de dollars, qui se sont déroulées aux USA, avec l’arrivée des investisseurs étrangers. Et qui vont, non pas asservir les USA, mais bien les renforcer. En effet, ce sont dès lors des technologies américaines (et souvent Israéliennes), qui vont ainsi s’imposer au Monde et prendre le contrôle en Asie. Laissant nos quelques beaux bébés français, resplendissants certes, comme de bien faibles nains dans un monde de géants. Regarder nos pieds en évitant de nous comparer, nous permet de maintenir l’illusion, mais l’illusion ne crée pas la croissance. des châteaux de cartes.  Un jeu de cartes sans atout maître.

Il faut donc mettre notre puissance, notre créativité en ordre de marche, et entamer un tour du monde en 80 jours, afin d’aller séduire les investisseurs de tous les pays, d’attirer les meilleurs talents mondiaux en leur offrant une terre d’investissement fertile, la France. Selon un mauvais jeu de mot, pas forcément besoin de "Verne" pour trouver un "Jules" en matière d’investissement !

Notre pays, a toujours été prompt, jusqu’alors, à détenir en valeur cortex, les meilleurs concepts mondiaux, mais incapable de les traduire en produit et suprématie mondiale. Il est temps de le faire. Devenant l’aimant à milliards, sortons un peu de la seule obsession Qatari, il existe bien d’autres puissances, riches à milliards, et ces milliards seront nos fertilisants. Nos PME et start-up françaises, dans les domaines du médical, des nanos, du e-commerce, du digital, du logiciel, de l’énergie, ont la capacité de nous donner des champions mondiaux. Il ne leur manque que le carburant, ou comme dirait Audiard, "le flouse", "l’artiche", "la fraîche", afin d’avoir les moyens de leur ambition. De taille suffisante, nos entreprises attireront les talents et les charmes de la France, viendront compléter l’avantage compétitif que nous aurons quand un talent étranger devra choisir d’aller dans un pays ou un autre.

Chiche pour la Chine ? Cessons de brider notre croissance et mélangeons-nous au monde. Enfin. Afin de mieux en devenir le principal acteur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 16/03/2015 - 18:20
ça devrait s'appeler j'ai fait un rêve cet article
Parce que chez nous un étranger qui veut investir il vient voler le boulot des français (CF Vignobles bordelais) et si l'on veut du boulot faut reconstruire les méninges de toute notre administration et de toute notre Éducation nationale. Le marxisme et le protectionnisme sont les 2mamelles françaises et ça se traduit dans les offres politiques du moment....