En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 15 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 17 heures 31 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 19 heures 19 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 12 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 16 heures 10 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 12 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 15 heures
© Reuters
© Reuters
Jeu de lois

Considérer l'antisémitisme et le racisme comme "circonstance aggravante d'un délit" : une fuite en avant juridique contre-productive

Publié le 28 janvier 2015
Lors de son discours au mémorial de la Shoah ce mardi 27 janvier, François Hollande a dégainé l'artillerie législative lourde contre le racisme et l'antisémitisme. Une surestimation juridique qui occulte l'insuffisance de décisions politiques fortes sur la question.
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son discours au mémorial de la Shoah ce mardi 27 janvier, François Hollande a dégainé l'artillerie législative lourde contre le racisme et l'antisémitisme. Une surestimation juridique qui occulte l'insuffisance de décisions politiques fortes sur la question.

Atlantico : Considérer l'antisémitisme et le racisme comme des circonstances aggravantes d'un délit, est-ce nouveau ?

Gérald Pandelon : Ces délits sont déjà lourdement réprimés par une législation datant de la fin du XIXème siècle. Sur le fond, je ne crois pas que l aggravation de la réponse pénale réglera quoi que ce soit en termes de nécessaire pacification. Bien au contraire, cette nouvelle législation qui fera du juge la plume de l'historien renfermera davantage de risques de conflits dans une société déjà fortement divisée. Dans ce contexte, c'est la passion et non la raison qui risque de constituer la réelle source du droit. À terme, le risque existe que la multiplication de revendications catégorielles vienne neutraliser, in fine, l'acte de juger, en le rendant impossible.

A-t-on vraiment besoin sur ces questions d'alourdir l'arsenal juridique déjà en place ?

Non. C'est même absurde de le penser. En effet, comme indiqué précédemment, notre arsenal juridique est suffisant. Par conséquent, non seulement l'aggravation est inutile mais s'avèrera contraire aux ambitions affichées du Garde des Sceaux si l'objectif recherché est de ramener à la raison les éléments les plus racistes ou antisémites de la population. Il s agit, en réalité, d'une pure opération de récupération politique vide de sens, comme souvent lorsqu'il s agit de légiférer trop hâtivement. Car si nos gouvernants estiment que le seul fait de considérer l'antisémitisme et le racisme comme des circonstances aggravantes d'un délit va régler la situation, c'est la preuve définitive qu'ils n'ont rien compris à l'évolution de nos sociétés. À moins que ce ne soit encore que pure démagogie...

Quelles conséquences cette tendance à la surjudiciarisation de la question a-t-elle concrètement ? A-t-elle complexifié les procédures ? Pour quels résultats ?

Ce qui est à l'œuvre dans ce phénomène de surjudiciarisation c'est moins une complexification des procédures que leur lourdeur. Faudra-t-il, en pareilles circonstances, et compte tenu de la difficulté soulevée par ces questions et de leur caractère particulièrement sensible, saisir un juge d'instruction dans le cadre de l'ouverture d'une information judiciaire ou choisir un "circuit court", sous la forme d une COPJ (convocation par officier de police judiciaire), voire une comparution immédiate ? Comment concilier la réponse pénale avec l'état de nos finances publiques dans un contexte où font défaut des magistrats, des greffiers, etc. ? Cela posera encore la question des moyens. En réalité, comme très souvent, l'idée d une aggravation des infractions en relation avec des propos de nature antisémite et/ou raciste risque de se heurter à la réalité, à savoir l'impossibilité matérielle pour les tribunaux de traiter de ces questions qui relèvent, à mon sens, au moins autant de l'éthique que du droit.

Que peut la réponse juridique face aux causes profondes du problème ? En légiférant, les pouvoirs publics s'exonèrent-ils d'agir en profondeur, aux racines du mal ?

La réponse juridique ne m'apparaît pas réellement appropriée car il ne rentre pas dans les missions du juge d'écrire  l'histoire mais de rendre la justice. De plus, il est particulièrement naïf de croire que le traitement pénal de ces délits permettra de régler cette difficulté à laquelle la société française demeure confrontée. En effet, les thuriféraires de cette aggravation de l'arsenal juridique savent pertinemment qu'il n'y a que le politique qui puisse réellement impulser, par son action, une réelle volonté de "vivre ensemble" ; or, la communication institutionnelle fondée sur des actes de langage vides de sens n'entretient qu'un rapport très lointain avec une réelle communion nationale. En effet, les causes profondes du problème sont, à l'évidence, ailleurs et protéiformes. Il est aujourd hui de plus en plus difficile de faire cohabiter des communautés antagonistes dans un contexte international de fortes tensions.

Pire, constate-t-on des effets pervers à l'inflation juridique sur le sujet ?

Non seulement cet arsenal juridique ne réglera rien mais il risque même, à rebours des louables intentions du législateur, d'aggraver la situation en renforçant ce que je pourrais nommer une dynamique du tabou. En effet, de plus en plus de personnes risquent de considérer que l'on ne peut plus rien dire sans être taxé de raciste ou d'antisémite, ce qui apparaît d'ailleurs paradoxal dans une France édifiée sur l'idée de liberté. Or, le tabou va créer un abcès, donc de la frustration, par conséquent une fronde encore plus importante des gouvernés, ou certains d'entre eux, envers les gouvernants, et contribuer à créer davantage de racisme et d'antisémitisme que ce que l'excès législatif espérait, par sa sévérité accrue, juguler ou empêcher. Car c'est davantage le non-dit qui crée l'hétérophobie que la libre possibilité de placer des mots sur des réalités, sans encourir les foudres de la justice pénale.

Comment en sortir ?

En premier lieu, par l'éducation. D'abord, dans le cercle familial, ensuite, à l'école. Les jeunes ont besoin de repères qui font précisément défaut dans nos sociétés individualistes aliénées par la peur. Il faudrait apprendre à se comprendre puis à se respecter. Cela ne signifie pas verser dans une sorte d'angélisme, mais, au contraire, regarder la réalité en face. Sans cette pédagogie mutuelle de l'effort, nous assisterons, tôt ou tard, a une guerre civile entre communautés en France.

En second lieu, il faudra, sans démagogie et avec réalisme, expliquer que la France ne peut plus ni accueillir sur son sol toute la misère du monde ni continuer à importer sur son territoire des conflits qui ne la regarde pas directement. Il faut que nos gouvernants aient le courage de dire ce qu'une écrasante majorité de Français pensent désormais et agir en conséquence. C'est l'inaction sur ces sujets sensibles qui est à l'origine d'une aggravation de la situation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 28/01/2015 - 22:25
Pauvre de nous
vangog - 1200 mots ne m'auraient pas suffit, s'il avait fallu que j'énumère le pedigrée de tous les dictateurs. Qu'ils soient de droite ou de gauche, ils ont été et resteront d'affreux sanguinaires.
dav4abe
- 28/01/2015 - 15:55
Ouin Ouin les socialistes m'ont fait bobo
Vous n'en avez pas assez de pleurer, toujours à chercher un bouc-émissaire. Si la France est ds cet état déplorable, c'est sûre c'est de la faute des politiques, mais qui les ont élus, qui mangent leurs paroles comme des petits pains, qui est prêt à vendre père et mère pour son candidat chéri, c'est vous. A croire que vs êtes comme ceux que vous adorez critiquer, attendant bien sagement qu'on vous serve la bonne soupe, des assistés ?!?
ELLENEUQ
- 28/01/2015 - 14:08
@vangog
Mais on oublie Mussolini, le sosie de Valls et ancien secrétaire du PS italien (comme Flanby, bizarre non ?) mais il n'était pas sanguinaire, seulement très con. Il est vrai qu'il a forcé les italiens à travailler un peu, ça c'était bien sûr impensable et inexcusable ....