En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 32 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 2 heures 39 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 3 heures 59 sec
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 6 heures 50 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 22 heures 45 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Femme voilée au conseil régional : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 40 min 51 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 5 heures 14 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 6 heures 19 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 6 heures 36 min
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 22 heures 31 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 23 heures 2 min
© Pixabay
Le gouvernement est toujours incapable de voir les causes structurelles de la stagnation française.
© Pixabay
Le gouvernement est toujours incapable de voir les causes structurelles de la stagnation française.
L'optimisme de volonté

Avant il croyait au pouvoir des cycles, maintenant à celui de la croissance américaine : le gouvernement toujours incapable de voir les causes structurelles de la stagnation française

Publié le 04 novembre 2014
Selon Le JDD, des proches du président estimeraient que "tout est en place pour la reprise". Sans le dire, ces derniers tableraient sur une reprise économique à la mi-2015, entraînée par le rebond aux États-Unis et les premiers effets des ­réformes. Mais le chaînon manquant à la reprise de croissance est toujours là, et le tournant vers une politique de compétitivité a été pris sans actionner tous les leviers en même temps.
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Voir la bio
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Le JDD, des proches du président estimeraient que "tout est en place pour la reprise". Sans le dire, ces derniers tableraient sur une reprise économique à la mi-2015, entraînée par le rebond aux États-Unis et les premiers effets des ­réformes. Mais le chaînon manquant à la reprise de croissance est toujours là, et le tournant vers une politique de compétitivité a été pris sans actionner tous les leviers en même temps.

Atlantico : Le gouvernement croyait auparavant au retour de la croissance via les cycles économiques et mise aujourd'hui sur des effets d'aubaine de la croissance américaine (3,5%). Qu'en est-il dans les faits ? Dans le contexte actuel, la France peut-elle profiter du rebond outre-atlantique ? 

Denis Ferrand : Plus qu’une impulsion directe de la croissance via la demande en provenance des Etats-Unis, c’est le décalage dans le timing de la politique monétaire qui peut créer des conditions propices à un petit surcroît de croissance en Europe en général et en France en particulier. Les hausses de taux seront plus précoces aux Etats-Unis qu’en zone euro, créant les conditions favorables à une nouvelle dépréciation de l’euro versus dollar.

Le modèle macroéconomique Mésange, calibré toutefois sur des référentiels antérieurs à la période de crise ouverte en 2008, retient par exemple que, dans le cas de la France, une dépréciation permanente de 10 % de l’euro occasionne un surcroît de PIB de l’ordre de 0,5 point au terme d’un an et de 0,8 point à deux ans.

Ce sont des estimations probablement maximales des effets positifs à attendre à court terme d’une dépréciation du taux de change. Toutefois, attendre de l’extérieur la réponse à notre absence de croissance supposerait que notre capacité à prendre les vents porteurs soit rétablie. Or s’il y a un point qui a fait défaut à la croissance depuis plus de quinze ans, c’est bien celui de notre compétitivité, notamment à l’exportation, avec en illustration un fléchissement durable de nos parts de marché, fléchissement qui s’est encore prolongé dans les premiers mois de 2014. Il n’y a pas de ce point de vue d’ores et déjà des signes tangibles d’amélioration de notre compétitivité.

Lire les perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode

Philippe Waechter : Les gouvernements successifs depuis le début de la crise ont sous-estimée celle ci. Il y avait toujours l’idée que la dynamique macroéconomique habituelle allait reprendre ses marques. Cette analyse a été déjouée puisque 7 ans après le début de la crise le PIB par tête en France n’a toujours pas retrouvé son niveau de 2007.

Mon sentiment est que la zone Euro a eu le même raisonnement sinon comment comprendre les politiques d’austérité mises en place en 2011 et 2012, comment appréhender de façon rationnelle la double hausse de taux d’intérêt d’avril et juillet 2011 si ce n’est qu’en considérant que la crise était passée. L’analyse qui consiste à faire de la période une crise cyclique permet d’ imaginer que rapidement les choses reprendront leur place et qu’il ne sera pas nécessaire de bouleverser l’ordre établi.

Pourtant, le monde bouge à toute allure et la crise n’est en fait que la manifestation de ce désajustement de l’économie européenne par rapport à cet environnement changeant.

Quant à attendre aujourd’hui l’avènement d’une croissance forte et durable en provenance des Etats-Unis, il faut faire l’hypothèse que le commerce mondial sera à nouveau la courroie de transmission et qu’il repartira rapidement à la hausse. Ce n’est pas le cas puisqu’il progresse très lentement depuis l’été 2011 et même aujourd’hui avec une croissance robuste outre-Atlantique on ne perçoit pas de dynamique haussière sur les échanges.

Cette hypothèse fait resurgir l’idée aussi que la zone euro n’a pas les capacités de créer une croissance plus autonome. Or c’est une situation à laquelle on doit forcement réfléchir. En effet même si l’économie est globale il faut trouver les moyens pour disposer d’une croissance plus autonome. Les américains font cela très bien avec un marché intérieur puissant.     

Sur ce point, la réflexion doit porter sur une croissance autonome dont l’échelle est européenne où à celle de la zone Euro. Le faire chacun dans son coin comme cela est parfois évoqué serait la pire des choses puisque cela mettrait en place des stratégies d’opposition entre les pays de la zone. Rien de tel pour défaire très vite ce qui a été mis en place avec en plus l’apparition de tensions. Ce serait déstabilisant.

De la théorie des cycles à l'espoir d'une croissance "importée"... Souffrons-nous d'une mauvaise appréciation des facteurs pro croissance en France ?

Denis Ferrand : La difficulté vient précisément du retard que l’on a mis à percevoir l’enjeu décisif du problème de compétitivité notamment à l’exportation. Notre chaînon manquant est vraiment là et le tournant vers une véritable politique de compétitivité n’a été pris que de manière progressive sans actionner tous les leviers (coût du travail, de l’énergie, stimulation de l’innovation, encouragement au capital risque…) en même temps.

Entretemps, c’est un potentiel d’investissement relatif qui s’est érodé avec le recul des marges dans les secteurs confrontés à la concurrence internationale et qui ne sont pas que dans l’industrie. Il a manqué d’une lecture et surtout d’une réponse en profondeur et faisant système à ce handicap de compétitivité.

Philippe Waechter : L’évolution de l’activité est perçue comme une succession de cycles sans rupture. Or là probablement il y a eu une rupture et de ce fait le cadre de réflexion doit être d’une autre nature.

On a pu avoir un aperçu d’une prise en compte de cette possible rupture avec le CICE et le pacte de responsabilité. L’idée était à la fois de prendre acte des déséquilibres en place durant et avec la crise mais aussi d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises. Cependant, la construction de ces mesure  est devenue  tellement complexe que le message claire de changement d’orientation n’est plus lisible

Quels freins nationaux structurels nous faut-il encore lever ?

Denis Ferrand : Aujourd’hui, outre le défaut de compétitivité, le frein majeur qui est à desserrer est celui du caractère aberrant de notre fiscalité du capital. L’architecture de celle-ci aboutit, dans un environnement de taux très bas comme pour la rémunération des placements sur une obligation d’Etat par exemple, à une imposition marginale du revenu du capital supérieure à 100 %. Il s’agit là d’un véritable non-sens économique, véritablement désincitatif à la prise de risque et à l’investissement.

C’est ce frein qui est à desserrer en priorité au moyen d’une convergence progressive de la fiscalité du capital vers les standards européens, ainsi que les allemands l’ont fait dans les années 2000 quand ils ont pris comme référence dans l’évolution de leur fiscalité sur le capital les taux moyens pratiqués en Europe.

Philippe Waechter : Je crois qu’il y a plusieurs niveaux à examiner. Le premier est de se rendre compte que l’équilibre du monde a changé et que l’économie française même si elle reste puissante dans certains domaines est concurrencée dans d’autres par des pays qui étaient perçus comme émergents. La concurrence a changé

L’autre point est de rendre l’économie beaucoup plus flexible afin d’amortir les chocs négatifs mais aussi d’amplifier les chocs positifs. La Suède a très bien réussi à faire cela. Il faut une économie en alerte capable de saisir les opportunités.

Une crise c’est un changement radical de support de la croissance. Les secteurs qui marchent bien avant sont rarement ceux qui tirent la croissance après. La flexibilité que j’évoque est de permettre d’avoir cette capacité à transférer des ressources des secteurs qui vont moins bien vers ceux qui vont bien car ce sont ces derniers qui vont engendrer de la valeur ajoutée, des emplois et des revenus. Cela passe par une capacité à se mobiliser et pas simplement sur le marché du travail. C’est une dynamique collective.

Il y a aussi des améliorations à faire sur la concurrence et pas simplement dans les professions protégées comme cela a été évoqué récemment.

La France a bénéficié pendant très longtemps d’une sorte de dynamique autonome sur laquelle elle se greffait et  qui se traduisait spontanément par une croissance élevée dans les années 60 et d’environ 2% pendant une trentaine d’année jusqu’à la crise. Cette dynamique n’est plus spontanée, il faut la mettre en oeuvre, la créer désormais.

Quels freins conjoncturels nous faut-il encore vaincre ?

Denis Ferrand : Le principal frein conjoncturel est à rechercher dans la situation du secteur de la construction. Le secteur est doublement pénalisé. Il pâtit d’une part de la chute de l’investissement en logements qui à lui seul  a déjà coûté 0,4 point de PIB sur un an, c’est-à-dire quasiment autant de ce que l’on pourrait attendre au maximum d’une dépréciation du taux de change sur un an.

Il est désormais handicapé, d’autre part, par la chute qui s’est amorcé de l’investissement public, notamment en provenance des administrations publiques locales. L’emploi dans le secteur de la construction avait résisté jusqu’à présent au retournement d’activité. En 2014, le niveau d’activité dans le secteur est inférieur de 17 % à son niveau maximal atteint en 2008. L’emploi du secteur (salarié et non salarié) n’a pour sa part reculé « que » de 5 % environ. Si une nouvelle chute d’activité devait se manifester, il est peu probable que l’emploi dans le secteur en resterait immunisé.

Philippe Waechter : Je crois que l’on doit tous se mobiliser car il n’y a rien d’automatique dans la dynamique de production. Tout doit se construire.

L'Etat doit-il d'un coté cesser d'étouffer les entreprises via un allègement généralisé du coût du travail et une simplification du code du travail ? De l'autre, doit-il soutenir davantage son tissu productif, les TPME, les startupers... ? 

Denis Ferrand : Des mesures dans le sens d’un allègement du coût du travail entrent progressivement en application. On peut regretter le timing toujours très long entre le moment de l’annonce et le moment de la mise en œuvre des mesures. Le Pacte de Responsabilité avec ses mesures très progressives est symptomatique des décalages : le discours sur l’urgence des réformes se réconcilie mal avec le temps effectif de leur mise en œuvre. La direction est la bonne, le mouvement est un peu lent, en somme.

Philippe Waechter : Votre question traduit bien la complexité de la situation française. Il faut tout faire pour alléger le poids de l’Etat mais dans le même temps souhaiter une intervention plus marquée.

Je crois que l’Etat que l’on a est avant tout une construction collective qui a fonctionné tant que la dynamique de croissance était robuste. Aujourd’hui cette dernière ne fonctionne plus et il est nécessaire de penser autrement le modèle social dans lequel on vit. C’est aussi cela la crise, réfléchir collectivement à une façon de faire. En d’autres termes,’ quel est l’Etat que l’on souhaite. Je ne crois pas que l’on ait eu cette discussion en France. L’Etat a un poids élevé aujourd’hui, mais est-ce incohérent avec une sorte d’objectif et de filet de sécurité que personne ne veut remettre en cause.

Quels freins européens pèsent également dans la stagnation économique française ? La BCE est-elle la solution de la dernière chance pour soutenir investissement et croissance ? Et vaincre la menace de déflation ?

Denis Ferrand : On ne peut tout attendre de la BCE qui a déjà fait beaucoup dans un contexte qui s’est révélé extraordinairement complexe. Elle a effectué un véritable aggiornamento dans les pratiques de sa politique monétaire qui s’est confronté à des oppositions farouches qu’elle n’a pu surmonter qu’à pas comptés. Elle a préservé des marges d’interventions qu’elle est désormais en mesure de mobiliser. Les critiques sur la lenteur et l’ampleur des interventions de la BCE sont justifiées au regard des mouvements adoptés par les autres grandes banques centrales. Elles doivent toutefois prendre en compte l’exercice d’équilibriste auquel confine la définition d’une politique monétaire commune dans une zone économique aussi hétérogène tant en matière de dynamique économique que de doctrines économiques.

Ensuite, assurer les conditions d’une bonne transmission de la politique monétaire ne garantit pas forcément de son efficacité. La menace de la déflation ne saurait être jugulée en l’absence de redémarrage du crédit. Il y a quelques indications positives sur ce front. Elles ressortent toutefois plus d’indications de nature qualitative (les enquêtes auprès des établissements de crédit qui soulignent en zone euro qu’un redressement du crédit est en voie de s’opérer) et ne s’observent pas jusqu’à présent dans les données quantitatives (les flux de crédit au secteur privé sont toujours en recul). Toutefois, face au risque de déflation il ne faut toutefois pas perdre de vue que si les tensions baissières sur les prix sont élevées, la dynamique de la demande interne s’installe lentement. Le redressement progressif des ventes au détail dans l’ensemble de la zone euro ne reflète pas d’ores et déjà une mécanique déflationniste à l’œuvre. En outre, la trajectoire des revenus des ménages mais également des sociétés non financières est redevenue haussière par l’intermédiaire, d’une part, de la hausse de l’emploi en zone euro (0,5 % sur un an) qui compense le ralentissement des salaires par tête et, d’autre part, des hausses de prélèvement désormais bien moindres qu’en 2012-2013.

Par ailleurs, les situations des patrimoines financiers des ménages comme des entreprises ont été sensiblement améliorées avec notamment des niveaux de liquidités disponibles comparés aux niveaux de dette qui n’ont jamais été aussi favorables. Les conditions d’un redémarrage de l’investissement se réunissent ainsi progressivement. Il lui manque le catalyseur premier qu’est la confiance et des perspectives moins obscurcies. La légèreté dont nous avons fait preuve en France depuis des années quant au respect de nos engagements européens en matière de finances publiques n’a de ce point de vue pas créé la condition d’une confiance. Restaurer une partie de notre crédibilité perdue est de ce point de vue tout aussi clé que peut l’être l’impératif de renforcement d’un système productif lourdement fragilisé.

Philippe Waechter : La BCE ne peut pas tout faire. Elle l’aimerait probablement mais elle met déjà en place une politique monétaire très accommodante. Peut elle aller au delà ? Aujourd’hui pas forcément si elle met en place l’ensemble de sa stratégie monétaire et notamment les apports de liquidité.

Le reste c’est aussi un dessein collectif à mettre en oeuvre. 

Propos recueillis par Franck Michel / sur Twitter

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 04/11/2014 - 16:54
Tous les,freins sont serrés....
L'argent ne rapporte plus aux retraités, les salariés sont sonnés de taxes et d'impôts, les PME passent leur temps à répondre aux circulaires et questions de l'administration et à attendre les contrôles fiscaux....les fonctionnaires achètent des télés et des appareils d'importation, les grands groupes expatrient leurs centres de décision. Les jeunes se tirent...et le roi Solex va parler jeudi....
Texas
- 04/11/2014 - 13:46
Nos tares économiques..
... sont parfaitement identifiées depuis longtemps . Celles des politiques restent à faire , en commençant par : absence de visions , procrastination , consensus et déficit de Testostérone .
Anguerrand
- 04/11/2014 - 12:07
L'euro n'a rien avoir dans la stagnation
C'est bien la politique de la France qui est responsable de notre situation. Certains pays qui ont eu une économie moins puissante que la notre se portent très bien avec l'euro. L'euro est en train de régulièrement baisser, voyons nous une amélioration de notre commerce extérieur? Et bien non au contraire. Les causes viennent de politique socialistes depuis 81 , Mitterrand ; nationalisations, 5/6 semaines de congés, aides sociales, 35 heures/ RTT, retraite ramenée de 65 à 60 ans, et bien sur l'augmentation effarante des impôts et taxes qui étranglent les français et l'économie française chaque jour un peu plus. Si Hollande pense que l'économie française peut redémarrer " naturellement" il se trompe, comme d'habitude, et prions pour que l'augmentation des intérêts de la dette n'explosent pas comme le prévoient certain économistes fin 2015. 1 point d'augmentation c'est 3 milliards à trouver chaque année donc dans la poche des français. Le retour au franc serait une catastrophe, la dette libellée en € devrait être remboursé avec un franc qui perdrait environ 30% de sa valeur en quelques jours, donc une dette augmentée du même taux.