En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 7 heures 59 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 8 heures 57 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 13 heures 55 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 15 heures 14 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 8 heures 30 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 9 heures 19 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 13 heures 9 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 14 heures 9 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 15 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 15 heures 15 min
Les bonnes recettes que François Hollande peut rapporter du Canada.
Les bonnes recettes que François Hollande peut rapporter du Canada.
Souvenirs de vacances

Réformes à l’érable : les bonnes recettes que François Hollande peut rapporter du Canada

Publié le 04 novembre 2014
François Hollande aborde ce mardi 4 octobre son dernier jour de déplacement officiel au Canada. Un pays qui s'est relevé depuis 1995 d'une crise sans précédent. La révolution "Klein" est aujourd'hui unanimement reconnue pour son efficacité en termes d'équilibre budgétaire. Et si dans le privé la concurrence force au changement, dans le public, il s'agit surtout de volonté politique.
Gérard Thoris est maître de conférence à Sciences Po. il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes (Paris, Armand Colin, 1997), contribue au Rapport Antheios et publie régulièrement des articles en matière de politique économique et sociale...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Thoris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Thoris est maître de conférence à Sciences Po. il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes (Paris, Armand Colin, 1997), contribue au Rapport Antheios et publie régulièrement des articles en matière de politique économique et sociale...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande aborde ce mardi 4 octobre son dernier jour de déplacement officiel au Canada. Un pays qui s'est relevé depuis 1995 d'une crise sans précédent. La révolution "Klein" est aujourd'hui unanimement reconnue pour son efficacité en termes d'équilibre budgétaire. Et si dans le privé la concurrence force au changement, dans le public, il s'agit surtout de volonté politique.

Atlantico : Cela faisait 27 ans qu'un président français n'avait pas foulé le sol canadien, le dernier en date étant François Mitterrand. Dans quelle mesure pourrait-on s'inspirer de la dynamique réformiste canadienne pour se donner les moyens d'atteindre une baisse significative des dépenses publiques ? Plutôt que de réformes et mesures qui touchent successivement des cibles données (et dont les plus défavorisées finissent souvent par payer le lourd tribut), faut-il comme au Canada toucher tout le monde en même temps, (classes moyennes, aisées, entreprises etc.) ?

Gérard Thoris : Plutôt que de voyager dans l’espace, on peut aussi rester en France et voyager dans le temps. C’est ainsi que, de 1938 à 1940, nous avons eu un Comité de réorganisation administrative dit "Comité de la Hache". Que peut-on y lire ? "Notre organisation administrative française remonte dans ses principes au début du dix-neuvième siècle. Depuis lors, des services se sont ajoutés, d’autres ont été supprimés […]. Mais il faut remarquer qu’à aucun moment le cadre administratif de la nation n’a été reconstruit d’une façon logique. Des réformes ont été entreprises, mais, sans exception, elles ont toujours été partielles et, par là, insuffisantes. La valeur des fonctionnaires n’est pas en cause. La compétence, le dévouement des agents de la République sont hors de pair. Mais leurs efforts se heurtent à une organisation vieillie" (1). Un bilan aussi pragmatique ne devrait trouver devant lui aucun barrage idéologique. Une mise en cale sèche de l’organisation des services de l’Etat est d’autant plus justifiée aujourd’hui que la révolution Internet a bouleversé l’économie des services, privés ou publics, que la décentralisation a été à l’origine de changements profonds dans l’organigramme des services publics et sociaux, etc.

Ce qui est certain, c’est qu’on ne se met pas à changer un modèle qui marche pour le plaisir. Il y faut une forme ou l’autre de contrainte. Dans le secteur privé, c’est la concurrence ; dans le secteur public, ce ne peut être qu’une volonté politique. La question devient : comment mettre sous pression l’ensemble des services publics et sociaux pour que le ratio qualité du service-prix s’améliore. Comme l’information nécessaire sur l’action à mener dans tel ou tel service n’est pas disponible, une solution consiste à mettre l’ensemble du système sous la pression d’une coupe aveugle et brutale exprimée en pourcentage des dépenses. Après, il y a ce que l’on dit et ce que l’on fait. Des arbitrages ultimes peuvent avoir lieu qui épargnent tel service au détriment de tel autre.

Nicolas Sarkozy s’y était essayé avec la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP). Il y avait une forte dose de volontarisme et une réelle volonté de partager les bénéfices attendus de l’opération avec les agents. Bref un système de carotte et de bâton qui n’est pas ce qu’on a fait de moins bien dans la gestion des hommes ! François Hollande s’est appuyé sur un rapport de l’Inspection générale des finances pour la transformer en "Modernisation de l’action publique" (MAP). Certainement, le reproche principal était que « la RGPP a été mal vécue par de nombreux agents de l’État » (2). Mais comment pourrait-il en être autrement ?

Prenons un exemple simple. Si les compétences des collectivités territoriales sont désormais bien spécifiées, il est évident qu’un agent qui dépendait d’une commune devra dépendre, par exemple, du Conseil général. Il n’est pas impossible que son bureau soit déplacé et que ses charges de transport augmentent. Mais est-ce une raison pour renoncer à sortir de la compétence générale des collectivités territoriales ?

Jean Chrétien, Premier ministre symbolique de cette série de réformes utilisa moins l'impôt pour combler les déficits que les coupes budgétaires. En quelques mois, le nombre de ministères était alors passé de 32 à 22, et le nombre de fonctionnaire diminuait de 20%. Deux années plus tard, ce sont près de 20 à 25% de réduction des dépenses que chaque ministère dû supporter, concrétisées par de forts départs à la retraite. Ainsi et jusqu'en 2008, le budget fédéral canadien connut des excédants budgétaires qui permirent de ramener la dette à 29% du PIB (contre 68% en 1994). Ces coupes budgétaires ne sont-elles pas l'alternative la moins explosive pour la France, dans un contexte de rejet de l'augmentation des impôts ?

Un ministre, cela sert à administrer. Or, le nombre de ministres dépend moins des besoins en services publics et sociaux que du besoin d’équilibrer la composition politique d’un Gouvernement. Ne voit-on pas régulièrement d’éminentes personnalités politiques renoncer à figurer au Gouvernement en simple Secrétaire d’État. On ne voit aucun Conseil d’administration de 30, voire 40 personnes mais on entend régulièrement les Présidents et autres Premiers Ministres envisager un cabinet restreint. Il est alors plus facile d’obtenir un consensus effectif lors des Conseils des ministres et on évite la cacophonie dans la communication ordinaire avec les médias. Or, un cabinet restreint, c’est un nombre de mesures restreint. Cela n’entraîne pas nécessairement une diminution des dépenses ; cela conduit à coup sûr à un arrêt de l’empilement réglementaire. Mais si les hauts fonctionnaires restent en place d’un cabinet à l’autre, leurs propositions de lois sont fin prêtes et ils peuvent être patients jusqu’à la signature de leur ministre de tutelle. Le changement de personnel administratif lors de changements de majorité politique permettrait peut-être aux ministres de travailler avec des compétences choisies et assurerait l’homogénéité du gouvernement et de la haute administration.

Pour revenir à l’alternative entre la hausse des impôts et la baisse des dépenses, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a essayé un compromis subtil entre les deux. S’il a échoué, c’est d’abord parce que les hausses d’impôts ont été ciblées. Il s’agissait d’une sorte de bombe à fragmentation dont les éclats étaient soigneusement dirigés vers les cibles nommément désignées par le pouvoir politique. Personne n’aurait dû être surpris puisque tout était noté d’avance dans le programme du PS. Le dernier éclat bien prévisible vient de tomber sur les dividendes de SAS. Le coup était dans la lignée de l’imposition au régime social des indépendants (RSI) des dividendes versés aux gérants majoritaires de SARL, effectif depuis le 1er janvier 2013.

Mais, pour mémoire, le mouvement était lancé depuis le moment où les cotisations sociales ont commencé à porter sur les revenus du capital. Quoiqu’il en soit, l’actualité montre que le Gouvernement n’est plus en mesure d’accroître les impôts. Comme il s’est volontairement privé d’un instrument perfectible de réduction des dépenses, on ne voit pas bien quelles sont ses marges de manœuvre.

Le premier poste de dépense du budget de l'Etat est dominé par les fonctionnaires, dont les effectifs dans les collectivités territoriales continuent d'augmenter sensiblement. Selon un sondage réalisé en avril, 71% des Français sont favorables à une diminution de leur nombre pour réduire les déficits. Rationnelles, politiques ou idéologiques, quelles sont les raisons de la retenue de l'éxécutif ?

Les Français sont d’accord avec tout ce qui ne les concerne pas. L’idée qu’il existe aujourd’hui un consensus sur un programme global cohérent, qui comporte nécessairement des compromis, est une idée fausse. Ici, ils sont d’accord avec une diminution du nombre des fonctionnaires, là ils souhaitent que leurs enfants le deviennent. La question, on l’a déjà vu, est celle de l’optimisation des services publics et sociaux car ce sont d’abord des prestations humaines et relationnelles.

Par contre, le périmètre des missions réservées à la fonction publique peut être modifié. C’est ainsi que, par exemple, Pôle emploi a été autorisé à faire appel à des opérateurs privés pour remplir certaines de ses missions. La Cour des comptes estime que "les évaluations font apparaître des résultats inférieurs à ceux obtenus par l’opérateur public". Mais les attendus de ce jugement méritent d’être lus dans leur entièreté. Tentons un exemple : "la sélection des attributaires des marchés s’est faite en grande partie sur des prix fortement orientés à la baisse, dans des conditions qui n’ont pas permis de s’assurer de garanties suffisantes quant à la capacité opérationnelle et technique des opérateurs à délivrer des prestations de qualité" (3).

En tout cas, certains pays dont la Suède ont réduit le statut des fonctionnaires aux seules fonctions régaliennes. En même temps, les services publics ont été confiés à des Agences qui ont fonctionné, osons le terme, comme des unités opérationnelles. Leur dirigeant avait la liberté de gestion, et du travail et du capital, mais il était lui-même révocable ad nutum. En France, nous avons entamé le travail avec la LOLF. Qui en parle encore ?

Augmentation de la TVA, déremboursement de plusieurs prestations de santé... de nombreuses mesures contre les déficits touchent in fine les plus démunis. En quoi une réforme de l'administration publique et une baisse du nombre de fonctionnaires pourrait-il être compatible avec notre "contrat social" ?

Notre Contrat social n’est plus respecté. Ainsi, le système de retraite repose sur le fait que les générations montantes prennent en charge la retraite de leurs aînés. Mais lorsque ceux qui sont aujourd’hui les aînés n’ont pas voulu faire d’enfants, le système par répartition ne fonctionne plus. Pour essayer de le faire vivre, la génération des aînés repousse l’âge de la retraite des puînés.

En attendant que cette politique donne ses fruits, elle fait appel à l’endettement. Il est donc largement temps de refondre notre système de retraite pour le rendre cohérent avec les faits de la dénatalité et du chômage des jeunes. Or, François Hollande et ses Premiers ministres ont clairement décidé de ne pas y toucher. Mieux, pour le passé, ils ont organisé le retour de la retraite à 60 ans pour un nombre significatif de salariés qui avaient connu des travaux pénibles. Pour le futur, ils ont inventé un "compte pénibilité" que personne ne sait gérer et dont personne ne connaît les conséquences en termes de coût dans un avenir prévisible.

Notre Contrat social n’est plus financé. Le régime de l’assurance maladie est déficitaire et aucune réforme de structure d’envergure n’a été entreprise depuis… qu’il aurait fallu le faire. Les projets ne manquent pas, mais ils sont rarement mis sur la table de manière convaincante. De toutes façons, ils auraient nécessairement un coût que, logiquement, toute la population devrait porter.

Ce qui touche le plus les démunis qui ont un travail, c’est l’absence d’augmentation de salaire, liée à une conjoncture très mal gérée au niveau de l’Union européenne comme au niveau de la France. Ce qui touche les plus démunis, ce sont les difficultés de trouver un travail, même aidé, puisque cela fait d’eux des ‘exclus’ de notre société d’abondance. Il faut reconnaître que les pouvoirs publics tentent de protéger ces populations en inventant, après la prime à la cuve, le chèque énergie… Cela ne relève pas de notre Contrat social puisque nous repassons ainsi de l’assurance à l’assistance. Souvenons-nous de ce mot de C. Chauveau : "l’assistance ne peut apporter souvent que des secours insuffisants et parfois lourds à la dignité humaine" (4). Reste que quand la situation des gens devient dramatique, on n’a plus le temps de philosopher avant de leur venir en aide.

(1) "Rapport relatif à la réorganisation générale, la délimitation et le regroupement des principaux services de l’État", AN F60 968, p. 9, cité par Marc Olivier Baruch, Servir l’État français : L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, 1997.

(4) "Loi sur les assurances sociales", Commentaire juridique, financier et administratif, Pars LGDG, 1928, p. 10-11

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 04/11/2014 - 12:57
Canada, Suède socio démocrate, Nouvelle Zélande travailliste
Des bénéfices du bon sens peut-on discuter? Peut être faut-il y ajouter du courage...