En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 40 min 36 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 25 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 8 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 51 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 25 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 51 min 39 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 47 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 43 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 59 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 43 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 46 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Les entrepreneurs parlent aux Français

Trois bonnes raisons d'adopter le contrat de travail unique

Publié le 28 octobre 2014
Alors que le Premier ministre a qualifié de potentiellement "intéressante" la mise en place d'un contrat de travail unique, proposé notamment par le nouveau Nobel d’Économie Jean Tirole, la piste d'un assouplissement du marché du travail a déjà été évoquée en plusieurs occasions par Emmanuel Macron qui prépare actuellement son projet de loi sur l'activité.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Premier ministre a qualifié de potentiellement "intéressante" la mise en place d'un contrat de travail unique, proposé notamment par le nouveau Nobel d’Économie Jean Tirole, la piste d'un assouplissement du marché du travail a déjà été évoquée en plusieurs occasions par Emmanuel Macron qui prépare actuellement son projet de loi sur l'activité.

Chaque semaine, ou presque, le libéralisme sort timidement la tête de son trou. Chaque semaine, il tente une fière percée, dans la mêlée du dogmatisme de l’aile gauche. Celle qui pense qu’une politique de gauche doit être imposée même si elle est vouée à l’échec, car il est plus important, pour gagner des élections, de promettre que de tenir.

Cette timide mais persistante percée libérale n’est pas le fait de la droite, mais de l’ami de la réussite libérale à gauche, Emmanuel Macron. Au rythme où il s’essaie à cet exercice, il est clair qu’il va lui falloir un abri qui ne portera plus le nom de PS. Cet écho aux sorties Vallsiennes est donc particulièrement bien huilé. La Valls de Vienne libérale à 2 mains en quelque sorte… Chaque semaine, il tente depuis sa bande de Gaza à lui de tirer une roquette sur un front situé à gauche, roquette souvent interceptée par la bien-pensance Lilloise, le plat pays de la pensée, par un dôme anti-bombe répondant au joli prénom de "Martine et les Frondeurs" ! Si seulement les roquettes de l’été dernier à Gaza pouvait avoir la même légitimité et être composées de terroristes comme Macron, alors nous pourrions, pour une fois, les approuver !

Au menu, le chômage et ses modalités. Et le contrat de travail. On rêve ! Pour nous, qui avons milité sans relâche auprès d’une droite atteinte de surdité sur le sujet, la réforme viendra peut-être d’un gouvernement aveugle !! Un miracle, vite passez-moi le Vatican, nous assistons à un phénomène extraordinaire, au sens propre du terme.

La question est bien sûr de savoir si le rêve se transformera en réalité. Et surtout, quel sera le contenu de cette nouvelle réalité. Car il y a fort à parier que l’arrivée de ce contrat unique ouvrira l’appétit des syndicats, qui trouveront là une occasion de passer quelques mesures ineptes mais leur permettant de crier victoire auprès de leurs derniers soutiens les plus radicaux. Car ces syndicats-là, si ils ne portent pas la barbe, présentent tous les stigmates du "djihadiste du contrat de travail" à la française.

Pourquoi le contrat unique est-il si indispensable ? Parce qu’il est unique dans le monde d’avoir des contrats de travail aussi différents. Est-ce parce que Noël approche et qu’il faut faire un cadeau au Medef, qui aime surement les cheminées bien remplies d’1 million d’emplois ? Parce la voie unique permet de ne pas se tromper de sens ? A ces questions stupides, 3 réponses intelligentes. En tous cas, nous l’espérons :

Réponse 1 : Tous les jeunes, qui se voient proposer stages, boulot au rabais et CDD divers, aimeraient ne plus être considérés comme des sous-citoyens. Et bénéficier du même contrat que leur papa ou leur maman. Et ainsi pouvoir se présenter devant la banque ou le propriétaire du logement de leur rêve sans se faire discriminer du fait d’un manque de longueur de leur appendice juridique. Le CDD est une plaie, qui créé des citoyens de seconde zone, dotés d’une sous-catégorie de contrat. Cela doit cesser. Armé du même contrat que tout le monde, il pourra ainsi plus facilement consommer, se lancer, être respecté et faire en sorte que l’on ne le juge plus sur la longueur mais sur la compétence acquise. Ce qui en France serait une avancée colossale.

Réponse 2 : Tous les entrepreneurs, ceux des PME françaises que nous représentons, le crient, le hurlent, à tous ces technocrates et politiques, qui se réfugient derrière des rapports d’experts, pointant, avec moultes courbes, analyses brillantes et langages incompréhensibles, à quel point le doute subsiste sur l’effet que ce contrat aurait sur l’emploi. Et que selon un principe stupide, mais bien acquis dans notre pays, celui de précaution, mieux vaut ne rien faire que de tenter ce qui risquerait de marcher.

La vérité, c’est que si l’on donne à nous, entrepreneurs, un contrat unique, permettant de débaucher facilement en cas de difficulté, alors, oui, nous nous y engageons, nous embaucherons plus et plus vite. Sans hésitation.

Pour ceux d’entre nous qui sont en croissance, nous embaucherons encore plus, en anticipant notre croissance, sans crainte de l’échec.

Pour ceux dont la situation et la visibilité est courte, c’est-à-dire l’essentiel des PME françaises, qui ont une visibilité, dans ce brouillard économique, limitée à quelques semaines, alors le fait de prendre des salariés, afin d’assumer les quelques contrats qu’ils signent, ne sera plus regardé comme un risque. Et dès lors ils se lanceront, plutôt que d’user jusqu’à la corde leurs salariés actuels afin qu’ils assument toujours plus, sans pouvoir se reposer sur des recrutements tous frais.

Pour ces milliers de commerçants et artisans, notamment du bâtiment, qui refusent d’embaucher, car ils fonctionnent au "projet", au "contrat", ils pourront enfin recruter plutôt que de refuser des projets qui leur imposeraient d’embaucher une personne dont ils n’auront plus besoin quelques mois plus tard. Et ce flot permanent, entre ceux qui débaucheront à la fin de leur contrat (si ils n’en signent pas d’autres entre temps) et ceux qui en signeront et auront besoin de salariés, permettra une fluidité, qui profitera bien entendu en premier lieu aux plus démunis et aux plus jeunes.

Réponse 3 : Parce que pour une fois, il faut oser. Pour une fois, il faut tenter. Pour une fois, il faut avoir l’ambition d’essayer ce qui n’a jamais été essayé. De réaliser que la complexité en toute chose est l’ennemie du progrès, de la réussite, de l’agilité et du succès. On n’a jamais vu une économie, comme n’importe quel acte humain d’ailleurs, se couronner de succès du fait d’un surcroît de difficulté. A moins que nos gouvernants nous pensent sadomasochistes et souhaitent rester nos meilleurs bourreaux, la simplicité ne peut qu’accoucher du progrès. Pour tous. Et pas seulement, comme tentent de le faire croire avec une mauvaise foi qui confine à la bêtise ultime, pour faire un cadeau aux "patrons". Non ! Le cadeau de noël sera pour les entreprises et leurs salariés et surtout pour les chômeurs. Qui cesseront d’être vus comme un risque et enfin vus comme une opportunité, un investissement.

Quand le quart de notre jeunesse et un nombre honteux de séniors sombrent dans le chômage, massivement, chaque jour, ne pouvons-nous pas tenter une autre voie et enfin nous donner cette chance de voir si cela marche ? Est-ce si douloureux de tenter et de faire le bilan ensuite ? Si le pari n’est pas tenu, il sera toujours temps de revenir en arrière. Mais je peux vous le jurer, mais pas cracher (de très mauvais goût de cracher sur son PC un dimanche soir), libérez-nous de la rigidité, qui sied aux cadavres, mais pas à une économie vivante, libérez-nous de la complexité et vous aurez l’emploi. Vous verrez que libérés de leurs chaînes, les "entrepreneurs esclavagistes" amèneront la croissance qui manque à notre petit déjeuner quotidien. A nous, Français. Libérez les libéraux, vous libérerez la croissance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOCE64
- 28/10/2014 - 12:27
le liberalisme
Le Libéralisme avant d'être une doctrine économique ... et d'abord !!
une philosophie de la responsabilité de la liberté individuelle.
Ecrit par JF REVEL dans le magasine Le Point
Mais c'était avant que n'arrive le très grand journaliste Français : F.O.G inutile de dire de qui il s'agit .... n'est-ce pas ...?
Jardinier
- 27/10/2014 - 20:34
"Libérez les libéraux, vous libérerez la croissance."
Pas mal comme formule.