En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 34 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 9 heures 59 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 13 heures 47 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 15 heures 52 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 32 sec
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 15 heures 46 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 5 heures
Mises à nu

Déclarations d’intérêts des députés et sénateurs : du faux déballage au vrai malaise

Publié le 25 juillet 2014
La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a mis en ligne jeudi 24 juillet pour la première fois les déclarations d'intérêts et d'activité des 900 députés et sénateurs français.
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a mis en ligne jeudi 24 juillet pour la première fois les déclarations d'intérêts et d'activité des 900 députés et sénateurs français.

L’exercice de pseudo transparence voulu par Mou-Président pour créer une diversion au moment le plus critique de l’affaire Cahuzac a produit depuis hier son premier écran de fumée. Mais gare : cette vapeur peut un jour devenir toxique !

Tout d’abord, observons que cette obligation de déballage ne vaut pas pour l’ensemble du patrimoine, qui permettrait pourtant, pour peu qu’il soit honnêtement révélé, de confronter les dires à la réalité. Seules les participations dans des sociétés doivent être déclarées. Les acquisitions dans des conditions parfois très avantageuses de biens immobiliers et leur évaluation ridiculement minorées, activité prisée des ministres qui, eux, doivent les mentionner, échappent aux obligations déclaratives des parlementaires. Vous ne saurez donc pas comment il se fait que votre député a eu la main suffisamment heureuse pour se dégotter cette charmante villa avec vue sur la mer dans un endroit huppé avec ses modestes revenus parlementaires.

Comme les députés et sénateurs, surtout à gauche, mettent souvent un point d’honneur à ne pas détenir d’actions (le capitalisme c’est sale) et se réfugient dans l’immobilier, un élément crucial pour apprécier la cohérence des déclarations manque ainsi à l’appel.

Mais passons rapidement sur cette incohérence car, de toute façon les fraudeurs réels ou supposés se fichent pas mal des déclarations à fournir aux commissions Théodule, comme le récent scandale Benguigui (qui n’a toujours pas démissionné du Conseil de Paris) l’a montré.

Sur le fond, si l’on admet que ce petit monde soit sincère dans ses dires, qu’y a-t-il de choquant dans les faits révélés ? A mon sens deux choses.

Tout d’abord les activités de conseil (avocats, communicants, etc) sont clairement le refuge de ceux qui cherchent à faire du gras en dehors du Parlement. Le problème est qu’elles sont celles qui mettent le plus en situation de fragilité face aux lobbies et corporations. Ces derniers peuvent, de manière sophistiquée, employer des députés ou des sénateurs par des voies détournées en leur confiant tel contentieux ou telle gestion d’image. Si une activité devait être interdite à un élu, c’est bien celle là. En revanche, qu’il continue à se colleter avec les dures réalités du métier de chef d’entreprise industrielle, ma foi, ce serait une bonne chose pour lui faire comprendre la situation dramatique de la France.

L’autre facteur gênant est le portrait d’une classe politique endogamique et professionnalisée à l’excès. L’emploi des conjoints et rejetons flirtent parfois avec le grotesque. Retenons l’exemple d’Yves Jégo dont l’épouse a été placée dans la douleur en position éligible au Conseil de Paris, provoquant des chicayas et hurlements chez les centristes de la capitale. Et bien on apprend qu’au surplus ce conjoint admirable était également collaboratrice parlementaire de son mari. Il faudra du temps pour tout inventorier mais on peut d’ores et déjà relever avec amusement la confirmation de l’omniprésence de Nadia Copé auprès de son époux ou le renvoi d’ascenseur dont bénéficie celle du socialiste François Lamy. Elle se trouve être également directrice de cabinet du président du conseil général de l’Essonne, Jérôme Guedj, suppléant de ... Lamy à l'Assemblée nationale. 

Jacques Bompard, apparenté FN, a à ses côtés un certain Yann Bompard et un autre Guillaume Bompard. C’est ce qu’on appelle un hasard patronymique cumulatif !

Tout cela montre un microcosme de politiciens professionnels, élus à vie ou entendant le devenir et le rester, qui commencent leur carrière comme assistant parlementaire, sont à la fois conseillers municipaux et fonctionnaires d’autres collectivités territoriales (un cas très fréquent qui échappe aux déclarations publiées hier), puis deviennent parlementaires. Cette classe politique pléthorique est très dépendante de sa réélection et donc des appareils de parti auxquels elle adhère. Elle est fragile face aux lobbies, peu au fait de la technicité des problèmes puisque n’ayant que peu d’expérience autre que celle de la politique et, finalement, faible face au pouvoir exécutif. Et c’est bien là que réside l’une des causes du mal français qui ne pourra être traitée que par davantage de démocratie directe et par l’interdiction, pour tout individu, de vivre plus de 20 ans au total d’activités politiques, propositions que je fais dans mon dernier ouvrage :"Français prêts pour votre prochaine révolution ?".

A lire de l'auteur de cet article : "Français, prêts pour votre prochaine révolution ?", de Serge Federbusch, publié chez Ixelles, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 26/07/2014 - 06:58
LA PAILLE ET LA POUTRE
Il est de bon ton dans le monde politique et par voie de conséquence dans les médias de s'indigner de la faculté pour les élus venant du secteur privé de poursuivre leurs activités et notamment celles de conseils durant leur mandat.

Or l'expérience montre dans plusieurs secteurs que les élus fonctionnaires ne sont pas insensibles de la part du pouvoir à de fructueuses nominations, voire à d'insistantes sollicitations de la part du secteur privé. Par ailleurs, s'il suffit aux élus privés de développer une vigilance particulière quant à leurs donneurs d'ordre pour échapper à tout grief, il n'en va pas de même pour l'armée des élus fonctionnaires, qui se trouve quotidiennement dans un conflit d'intérêt consommé et incontestable. En effet, ces gens qui sont censés servir par priorité l'intérêt public, sont en effet extrêmement à la défense et même quand c'est possible à l'amélioration de leurs propres intérêts. Des exemples? Le recrutement de 60 000 enseignants pour une Education Nationale qui se traine au fond des classements européens, la suppression de la journée de carence en assurance-maladie, le maintien bec et ongles d'avantages retraites exorbitants et non cotisés...
Enjoy
- 25/07/2014 - 19:41
Tous pourris ? lorsqu'on dit cela
on nous traite de "populiste" mot très en vogue et très apprécié des bobos blindés ... mais c'est juste la vérité , ces gens là n'ont pas d'honneur , ce sont des hyènes .