En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Gouverner c'est prévoir

Prévisions de croissance : responsables cachés de la dette ?

Publié le 18 août 2011
L'INSEE a livré son verdict vendredi : la croissance de la France est de 0% au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent. L'incertitude sur les prévisions de croissance de la France pour 2012 demeurent. L'objectif est pour l'instant toujours fixé à 2,25% pour le gouvernement, mais les analystes tablent plutôt sur 1,7%. Et si les prévisions régulièrement trop optimistes de ces dernières années étaient en partie responsables de la dette publique ?
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'INSEE a livré son verdict vendredi : la croissance de la France est de 0% au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent. L'incertitude sur les prévisions de croissance de la France pour 2012 demeurent. L'objectif est pour l'instant toujours fixé à 2,25% pour le gouvernement, mais les analystes tablent plutôt sur 1,7%. Et si les prévisions régulièrement trop optimistes de ces dernières années étaient en partie responsables de la dette publique ?

Atlantico : De quoi parle-t-on au juste lorsqu'on évoque les "prévisions de croissance" ?

Jean-Marc Daniel : Il existe deux types de prévisions de croissance :

  • Celles faites par l’INSEE, publiées deux fois par an, aux mois de mars et d’octobre. Un recalage de ces prévisions est effectué en juin et en décembre.
  • Celles qui servent à calculer les recettes fiscales qui font partie du rapport économique et financier qui vient en complément de la loi de finance. Elles reposent sur une base de trois ans : vous avez la prévision sur l’année fiscale à venir et des projections sur les deux années d’après. Ces prévisions sont à la fois en volume mais ce sont aussi des prévisions d’inflation.  

 

Un point de croissance représente 7 à 8 milliards d’euros. Si vous surestimez votre croissance d’un seul point, vous obtenez donc une surestimation de rentrée fiscale de 7 à 8 milliards qu’il faut corriger si vous voulez ramener le déficit budgétaire à ce qu’il était initialement prévu.

Une fois les prévisions faites et la loi de finance votée, ces hypothèses sont transmises dans le cadre du pacte de stabilité de croissance à Bruxelles. Depuis quelques temps, ces prévisions étant plus optimistes que la réalité, Bruxelles a réagi. En effet, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) fait elle-même des perspectives de croissance. Dans son dernier commentaire sur la France, elle formulait notamment un reproche important : selon l’OCDE, le gouvernement français surestimerait de façon systématique sa croissance et donnerait donc une vision de la réalité de l’économie française erronée.

Mais cette organisation indique que les États-Unis ont eux-aussi une croissance moins forte que celle qu’ils avaient annoncée. La France est, par conséquent, moins montrée du doigt qu’auparavant. Elle n'est qu'un mauvais élève parmi d'autres

.

A quoi attribuez-vous ces difficultés de croissance ?

Le problème c’est le que chômage ne se réduit pas aussi vite que dans les grandes sorties de crise habituelles. Dans la croissance, il y a un noyau dur qu’on nomme croissance tendancielle (1,5 % en France). Il existe des phases ou l’on est au-dessous, d'autres au-dessus. Sur l'année passée, on est ramené pratiquement à une croissance de 1,6 % - 1,7%. On suit donc la tendance, mais nous devrions nous situer au-dessus puisque l’on dispose de réserves de chômage : en effet, le chômage étant élevé, on peut imaginer qu'une main d’œuvre est à disposition, prête si vous la mettez au travail à générer de la croissance. Ainsi, en général, quand on sort d’une récession, l’effet de réduction du chômage porte la croissance à un point au-dessus de la tendance.

 

Le gouvernement était-il de bonne foi par rapport à ces prévisions optimistes ?

Dans le chiffre de cette année, il était de bonne foi. Dans les projections précédentes, où il affichait 2,5% comme objectif, il y avait sûrement une composante politique.

Quand on regarde à moyen termes, les objectifs de ce que l’on appelle l’agenda 2009 en Europe, la France devrait tourner autour de 2,5%. Le gouvernement ne peut pas, pour des raisons de crédibilité politique, afficher des taux de croissance inférieurs à ceux entérinés dans la stratégie de Lisbonne. En pratique, personne ne peut considérer que cet objectif est, dans la situation actuelle de l’économie française, accessible. Mais on ne peut pas le dire car il faut qu’on soit crédible au regard nos engagements européens.

 

Existe-t-il un lien entre ces prévisions de croissance trop optimistes et la dette budgétaire qui se creuse ?

Oui, car, comme je vous le disais, dès que vous baissez votre prévision de croissance d’un point, vous perdez automatiquement 7 à 8 milliards de recettes fiscales.

Si vous suivez l’évolution du déficit budgétaire anticipé, il avait été voté pour l’année 2011 à 6% du PIB. La fin de l’année 2010 et le début de l’année 2011 ont été relativement favorable en termes de croissance et donc, au moment où le parlement a adopté ces hypothèses économiques pour préparer le budget de l’année 2012, le déficit budgétaire correspondait à 5,7 % du PIB. Ce chiffre est désormais hypothétique, le deuxième et le troisième trimestre n’ayant pas été très bons.  L’économie française qui avait commencé à recréer des emplois fin 2010, début 2011, est dans une phase de stabilisation sur le marché du travail.

 

Aurait-il été plus prudent de formuler des prévisions de croissance plus basses ?

Certains vous diraient que si l’on ne prévoit pas une croissance importante, on n’est pas dans la logique du discours européen, de l’agenda 2020 du redressement. Mais la prudence aurait été effectivement d'envisager une croissance un peu plus basse.

Au XIXe siècle, dans une situation similaire, on aurait prévu une croissance nulle. On aurait tablé sur des recettes fiscales identiques à celles de l’année précédente. Si celles-ci se révélaient finalement supérieures aux prévisions, le résultat n'aurait été que du bonus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bobocleaner
- 19/08/2011 - 11:59
si vous croyez encore que c'est un débat droite gauche
oui la droite a été nulle et la gauche aussi. leur variante de gaspillage et d'endettement ont fait plaisir a leurs électorats respectifs mais nous ont emmené vers la faillite. desindustrialisation, emploi public financé par la dette, dépenses non maitrisé etc
la différence c'est que si Sarko applique le programme de la droite au lieu de faire de la com on s'en sort. Avec le PS on est foutu.
luc.b
- 19/08/2011 - 09:38
Le bilan de la droite depuis 1993 est nul.
La droite est au pouvoir depuis 1993 (sauf de 1997 à 2002).

Il y a 4,3 millions de demandeurs d’emploi.
La dette est passée de 600 à 1650 milliards d’euros (la dette a peu augmenté avec Jospin).
Nous avons la pire crise du logement depuis 1945.
Un déficit commercial de 51,4 milliards d’euros en 2010.
Un déficit de la Sécurité sociale de 23,9 milliards d’euros en 2010.
Ravidelacreche
- 18/08/2011 - 18:12
L'incertitude sur les prévisions
C'est comme les statistiques ou le Bikini:
ça montre l'essentiel mais ça cache le principal.