En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 15 min 9 sec
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 heure 23 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 3 heures 3 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 5 heures 10 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 6 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 23 heures 49 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 38 min 59 sec
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 heure 41 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 3 heures 36 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 6 heures 1 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 23 heures 55 min
© Sony Pictures Releasing France
© Sony Pictures Releasing France
Bonnes feuilles

Cette gauche qui nous désintègre : quand les Noirs servent à blanchir des idéaux

Publié le 18 mai 2014
L'ancienne porte-parole de Manuel Valls Zohra Bitan prend la parole pour faire ses adieux à une certaine gauche, condescentante et sirupeuse avec les enfants de l'immigration et de la banlieue. Extrait de "Cette gauche qui nous désintègre", publié chez François Bourin éditeur (2/2).
Zohra Bitan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre fondatrice de La Transition, Zohra Bitan est cadre de la fonction publique territoriale depuis 1989, ancienne conseillère municipale PS de l'opposition àThiais (94), et était porte-parole de Manuel Valls pendant la primaire socialiste de 2011...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancienne porte-parole de Manuel Valls Zohra Bitan prend la parole pour faire ses adieux à une certaine gauche, condescentante et sirupeuse avec les enfants de l'immigration et de la banlieue. Extrait de "Cette gauche qui nous désintègre", publié chez François Bourin éditeur (2/2).

En 2012, lors des élections législatives, Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste, avait consacré un point presse à ce qu’il avait appelé « les candidats de l’égalité ». L’occasion était trop belle pour ne pas le souligner, le dire, le clamer, comme un pied de nez au FN qui présentait lui aussi sa nouvelle génération de militants ! « Nous aussi, on a les nôtres et ils sont bien de chez nous, Zohra, Mamadouh, Brahim, Youri… ». Tant mieux pour la République, pour notre pays, pour la politique… Et pour le succès de la discrimination positive, concept poussé sous le quinquennat Sarkozy (2007-2012) et qui ne dit jamais son nom à gauche !

Concluant son laïus enthousiaste, Benoît Hamon avait cru bon de préciser : « Ils se font élire sur leurs idées ». Alors la question qui m’est venue à ce moment-là, c’est : à quoi bon citer ces candidats et particulièrement, ceux-là, les mettre en avant, marquer leur particularisme, égrener le nom et prénom de certains pour finalement les ramener dans le troupeau des socialistes ?

Tout comme la question identitaire qui frappe les Français issus de l’immigration, le PS semble lui aussi atteint d’une espèce de schizophrénie où, à la fois, il revendique d’intégrer ces militants sur le même pied d’égalité que les autres, mais ne rate aucune occasion de les exhiber comme des trophées exotiques, des touches de couleur pour preuves irréfutables de sa capacité d’assumer ces « pas comme les autres » ! Pourquoi ne les dissout-il pas tout simplement dans le grand ensemble des candidats socialistes, et qu’importe le sexe, le territoire, l’origine sociale ou ethnique ? Intégrer des bronzés dans ses rangs passe aussi par une nécessaire invisibilité, comme preuve d’égalité. Mais là est le dilemme qui asticote ces belles âmes : une Noire ou un Arabe qui passent inaperçus sur l’affiche, ça n’apporte rien comme preuve d’être de gauche. Faut se faire respecter dans sa générosité, bien étaler son catéchisme actif de lutte contre les discriminations.

Quand les Noirs servent à blanchir des idéaux

« Les candidats de l’égalité… » Avec le speech de Benoît Hamon, je découvrais donc la nouvelle appellation qui venait encore nommer une catégorie de militants politiques. Nous sortions à peine de l’appellation « minorité visible », après avoir enterré tour à tour, « issue de la diversité » et « issue de l’immigration ». C’est fou ce que la classe politique a besoin de toujours nous identifier, de nous circonscrire en nous nommant, comme si nous devenions tout à coup visibles en nous qualifiant avec un tas de termes techno. On parla même d’un « pack diversité », formule extraordinaire trouvée par Christophe Borgel, le monsieur Élections du PS. Car le cru électoral de 2012 a été un gros succès pour le Parti socialiste, qui a vu huit députés colorés entrer à l’Assemblée nationale. Enfin, le PS avait des « élus » et pas n’importe lesquels ; ceux du fruit de l’égalité ! Ces parlementaires étaient la récolte de trente ans de combat pour l’égalité, pour la diversité, pour une France multiculturelle et pour la lutte antiraciste ; huit députés ! Rien que ça ! La France avançait à grand pas, et le PS pouvait enfin rattraper la honte de son retard sur la question : Rachida, Rama et Fadela, du mandat précédent, étaient enfin dépassées

Dans un article du Monde, titré « Législatives : la diversité progresse peu », paru le 30 novembre 2011, j’avais répondu à la journaliste Sylvia Zappi. Extraits : « Le PS continue à avoir du mal avec ses Arabes et ses Noirs ! », réagit Zohra Bitan, conseillère municipale à Thiais (Val-de-Marne). Cette ancienne porte-parole de Manuel Valls lors de la primaire réfute pourtant le « pack diversité » décidé par la direction socialiste : « vingt-cinq ans après la Marche des beurs et autant d’années de militantisme au PS, on est encore obligés de mettre le pétard sur la tempe des premiers fédéraux pour avoir des femmes et des colorés. »

Décrocher la possibilité de siéger avec les Blancs, les autorisés, les élites. Alors, avec huit députés bronzés, le risque de se « reproduire entre eux » devient tout à coup la possibilité de se reproduire en couleur. Il aura fallu attendre trente ans ! Trente ans pour que ce parti daigne repeindre un peu son élitisme.

Extrait de "Cette gauche qui nous désintègre", de Zohra Bitan, publié chez François Bourin éditeur, 2014. Pour acheter ce livre cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
solognitude
- 18/05/2014 - 23:58
Voyons voir......
Cheminade?
vangog
- 18/05/2014 - 15:17
Si vous êtes dégouté par le clientélisme gauchiste
et la discrimination électorale positive, sachez qu'il existe un parti qui ne fait aucune discrimation entre les Français, ne met en avant aucune minorité visible, ne choisit pas ses stratégies électorales, en fonction de petits terranovistes de la pensée unique et reste fidèle à ses idées....
Ce parti, c'est, c'est....
Allez, je vous laisse deviner, car on va encore dire que je fais de la pub pour mon camp...
Et puis, c'est si facile: il est le seul en France!