En direct
Best of
Best Of
En direct
Les centrales nucléaires bientôt des musées...?
Après l'Allemagne
Les centrales nucléaires françaises sont sûres... autant que les avions peuvent l'être
Publié le 09 juin 2011
La catastrophe de Fukushima a agi comme un électrochoc pour une opinion publique française traditionnelle confiante dans la sécurité de ses centrales. Comme en matière de sécurité aérienne, si la sécurité ne cesse de progresser, personne n'est en mesure d'exclure l'hypothèse d'un accident...
Jean-Paul Biberian est ingénieur en Physique Nucléaire et Électronique et maître de conférences de Physique à la Faculté des Sciences de Luminy.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Biberian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Biberian est ingénieur en Physique Nucléaire et Électronique et maître de conférences de Physique à la Faculté des Sciences de Luminy.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La catastrophe de Fukushima a agi comme un électrochoc pour une opinion publique française traditionnelle confiante dans la sécurité de ses centrales. Comme en matière de sécurité aérienne, si la sécurité ne cesse de progresser, personne n'est en mesure d'exclure l'hypothèse d'un accident...

Après plus de 40 années de fonctionnement, les centrales nucléaires françaises ont montré qu’elles étaient sûres. Mais c’était également le cas au Japon, en ex-URSS et aux États-Unis. A l’exception des trois accidents graves qu’ont connu ces pays, le reste de leurs centrales a bien fonctionné. Ceci nous montre que même si nos centrales nucléaires sont sûres, nous ne sommes pas à la merci d’un grave accident que  nous n’avions pas pris en compte dans nos estimations du risque.

Dans le cas d’un accident nucléaire de type Tchernobyl ou Fukushima, il a fallu évacuer une grande zone pour de très nombreuses années. Un quart de siècle après, de nombreuses personnes sont toujours déplacées en Ukraine, et pour longtemps encore. Au Japon, nul ne sait quand les habitants pourront rentrer chez eux, et s’ils le pourront même un jour. Un accident nucléaire n’est pas comparable aux autres accidents industriels. Après l’explosion d’AZF, d’ailleurs non élucidée, il n’y a eu aucun problème à réutiliser immédiatement l’emplacement de cet espace pour une autre activité. Ce n’est pas le cas après un accident nucléaire.

Peut-on rendre les centrales nucléaires françaises plus sûres ? Certainement oui, mais elles ne le seront jamais totalement. Plus le temps passe, et que leur nombre grandit, plus le risque s’accroit,  il ne diminue pas. Dans l’aviation, chaque accident permet d’améliorer la fiabilité des avions. Nous acceptons ce risque car il est limité, il ne concerne que quelques dizaines ou centaines de victimes, cela ne remet pas en cause l’avion, nous n’avons pas d’autre choix pour nous déplacer sur de grandes distances. Dans le cas du nucléaire, il y a des alternatives qui sont ou vont être développées.

Le destin funeste des ballons dirigeables

Dans l'histoire des technologies, ce n'est pas la première fois qu'une technologie se développe et est abandonnée. L'histoire du nucléaire ressemble à celle des dirigeables. Avant le nucléaire, les énergies renouvelables existaient comme les avions avant les dirigeables. Les dirigeables ont disparu, et l'aviation a pris le relais. Le nucléaire va disparaître, et de nouvelles énergies vont prendre sa place.

Les pays n’ayant pas accès au nucléaire ou qui l’abandonnent vont développer de nouvelles ressources énergétiques. C’est le cas de l’Allemagne, mais aussi de l’Italie, de l’Espagne, du Japon et de bien d’autres. Si nous persistons dans le nucléaire, nous allons rater les nouvelles technologies. Au lieu de faire Airbus, nous avons dépensé notre énergie et notre savoir-faire dans le Concorde qui a été un échec commercial, bien qu’un succès technologique. Ne continuons pas le Concorde nucléaire, faisons l’Airbus des nouvelles énergies.

Combien de temps, la France va-t-elle s'obstiner dans une technologie dépassée? La page du nucléaire est déjà tournée, il est temps de s'en rendre compte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LouisArmandCremet
- 10/06/2011 - 13:46
Etrange parallèle....(suite)
le problème des déchet ne se pose pas : réaction nucléaire de H² en He...
LouisArmandCremet
- 10/06/2011 - 13:45
Etrange parallèle....
Le parallèle réalisé dans cet artcicle m'a tosu l'air d'un sophisme. Le fait que les dirigeable ait été abandonnés, ne permet, en rien, je répète, en rien, de savoir si le nucléaire est une énergie d'avenir ou non.
L'argument des déchets radioactifs prend d'autant moins d'importance, que les recherches actuelles permettront certainement un jour d'arriver à la fusion nucléaire pour laquelle le
louisdewest
- 09/06/2011 - 18:01
nucleaire..
en passant aux nouvelles sources d'energie, cela ne nous empeche pas de continuer a travailler sur l'energie nucleaire qui a l'heure actuelle n'est pas aboutie..
comment retraiter les dechets et comment maitriser la fusion sont des questions que nous devons continuer a nous poser meme si nous mettons fin a l'exploitation de nos centrales, non?