En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

07.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 min 33 sec
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 45 min 53 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 1 heure 17 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 1 heure 41 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 2 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 3 heures 21 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 4 heures 3 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 41 min 3 sec
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 1 heure 2 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 3 heures 44 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 4 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 34 min
© Reuters
Le lundi 31 mars, l’INSEE publiait les chiffres de déficit français, 4.3% au lieu des 4.1% prévus par le gouvernement.
© Reuters
Le lundi 31 mars, l’INSEE publiait les chiffres de déficit français, 4.3% au lieu des 4.1% prévus par le gouvernement.
Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Déficit français : merci l'Europe ! Si la BCE respectait l'objectif d'inflation inscrit dans les traités européens, la France aurait pu tenir ses objectifs budgétaires

Publié le 03 avril 2014
Alors que la France s’illustre une nouvelle fois par son incapacité à faire la moindre économie nécessaire au rétablissement des comptes publics, les critiquent pleuvent. Mais à Francfort, la Banque centrale européenne n’est pas exempte de critiques sur cette même question.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la France s’illustre une nouvelle fois par son incapacité à faire la moindre économie nécessaire au rétablissement des comptes publics, les critiquent pleuvent. Mais à Francfort, la Banque centrale européenne n’est pas exempte de critiques sur cette même question.

Au Lendemain des élections municipales, le lundi 31 mars, l’INSEE publiait les chiffres de déficit français, 4.3% au lieu des 4.1% prévus par le gouvernement. La nouvelle fut noyée dans la défaite. Mais de nombreux responsables européens ont pu faire entendre leur voix, comme le relate le journal Les Echos :

Le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, le Finlandais Olli Rehn ouvrait le bal :

Il est  "essentiel que le pays (La France) agisse de manière décisive pour assurer la soutenabilité de ses finances publiques à long terme"

Wolfgang Schäuble, le très influent ministre des finances allemand poursuit :

Je vais me référer à ce qu'Olli Rehn, le membre de la Commission compétent a déjà dit : la France connaît ses obligations, et elle sait qu'elle a déjà obtenu deux prolongations de délai"

Puis pour finir, le président de la Bundesbank, Jens Weidmann :

"Les règles budgétaires que nous avons mises en place en réaction à la crise forment aujourd'hui un ensemble de règles très complexes…()…qui est central pour le fonctionnement et la stabilité de l'Union"

Malheureusement pour eux, il aurait peut-être été préférable de se taire sur ces points. Car s’il est avéré que la France n’a pas respecté ses engagements en manquant de tenir son budget à 4.1% du PIB, et ce, en raison de la réelle incapacité du gouvernement à réaliser toute économie, il existe une faille béante dans la rhétorique.

Car la France n’est pas la seule à ne pas respecter les règles. La Banque centrale européenne, de son côté, est aujourd’hui totalement en dehors des objectifs qu’elle s’est elle-même fixée. Alors que la doctrine de la BCE est de « stabiliser » les prix à un niveau de 2% ou proche de 2%, les chiffres publiés le 31 mars font état d’une inflation à 0.5% en zone euro, soit le quart de ce qui est prévu. Factuellement, la BCE est en faute.

Cette situation pourrait relever de l’anecdote si les deux « affaires » n’étaient pas liées. En effet, si la BCE avait rempli son rôle en permettant à l’inflation et donc à la croissance de progresser de façon plus soutenue, le budget de la France aurait été tenu. En effet, inflation et croissance sont les deux faces de la même pièce, une pièce qui s’appelle la demande : pas d’inflation, pas de croissance.

Dans le cas d’espèce, et en retenant l’hypothèse d’une BCE qui aurait rempli son rôle en tenant le niveau d’inflation à 2%, et après révisions de la progression du PIB, de l’impact sur les recettes fiscales, mais aussi sur les dépenses, le déficit de la France aurait été inférieur aux prévisions de 4.1% sur PIB. Et ce sans même comptabiliser les impacts indirects d’une plus forte croissance en France sur le niveau des prestations sociales par exemple.

Manuel Valls, et son nouveau ministre de l’économie, Arnaud Montebourg disposent ici d’un argument difficilement contestable. Si la BCE respectait son mandat, au lieu de se réfugier derrière son indépendance pour justifier son manquement, la France aurait été plus à même de respecter le sien.

En critiquant ouvertement le contexte budgétaire français, Olli Rehn, Wolfgang Schäuble, et Jens Weidmann n’ont fait qu’ouvrir la voie à une virulente réponse contre le manquement de la Banque centrale européenne. La prise serait d’autant plus facile en raison de la montée en puissance des « euro critiques » ou autres « euro exigeants » au sein du nouveau gouvernement. Notamment lorsqu’Arnaud Montebourg déclarait en février dernier  "Euro-critique, ça veut dire que nous, on pense que l'Europe ne fait pas son boulot dans un certain nombre de domaines".

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
atlantique
- 08/04/2014 - 16:46
Phrase totalement ubuesque
" En effet, si la BCE avait rempli son rôle en permettant à l’inflation et donc à la croissance de progresser"

Lier inftation et croissance est un mensonge...
2bout
- 04/04/2014 - 10:57
Mauvaise foi
Quand on veut tuer son chat, on l'accuse ...
Janv 2013 : 1.8 %
Moyenne annuelle : 1.5 %
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/table.do?tab=table&init=1&plugin=1&language=en&pcode=tec00118
Chewbacca
- 04/04/2014 - 10:02
Tartuffe
0.9% en 2013.