En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 10 heures 27 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 10 heures 58 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 11 heures 51 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 16 heures 50 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 17 heures 11 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 18 heures 37 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 18 heures 40 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 10 heures 41 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 11 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 12 heures 18 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 12 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 13 heures 44 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 17 heures 10 sec
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 18 heures 40 min
© Reuters
Les indicateurs de balance commerciale ne sont pas forcément pertinents pour analyser la compétitivité.
© Reuters
Les indicateurs de balance commerciale ne sont pas forcément pertinents pour analyser la compétitivité.
L'indicateur n'indique rien

Coût du travail, balance commerciale, compétitivité : ces totems qui ne veulent en fait pas dire grand-chose

Publié le 27 mars 2014
Parce qu'avoir une balance commerciale excédentaire ne signifie pas que le marché intérieur n'est pas souffrant et que le coût de la main d’œuvre en Allemagne progresse également mais est freiné par les autorités en place... Certains indicateurs souvent considérés comme absolus sont à prendre avec des pincettes.
Francesco Saraceno est économiste senior au sein du département Innovation et concurrence de l'OFCE. Il est également signataire de la tribune : The economist warning. Vous pouvez le suivre sur son compte twitter : Francesco Saraceno.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francesco Saraceno
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francesco Saraceno est économiste senior au sein du département Innovation et concurrence de l'OFCE. Il est également signataire de la tribune : The economist warning. Vous pouvez le suivre sur son compte twitter : Francesco Saraceno.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parce qu'avoir une balance commerciale excédentaire ne signifie pas que le marché intérieur n'est pas souffrant et que le coût de la main d’œuvre en Allemagne progresse également mais est freiné par les autorités en place... Certains indicateurs souvent considérés comme absolus sont à prendre avec des pincettes.

Atlantico : Les indicateurs de balance commerciale sont-ils réellement pertinents quand il s'agit d'estimer le caractère compétitif d'un pays ? Un état qui présente un excédent commercial est-il nécessairement compétitif ?

Francesco Saraceno : Il faudrait commencer par dire qu'aucun indicateur ne peut capturer une notion aussi complexe que la compétitivité. L’excédent commercial en est un très bon exemple, parce qu'il ne fait qu'enregistrer l’excès d’épargne (s'il est positif) ou de dépenses d'une économie. Or, un excédent commercial important peut simplement résulter d'une crise de demande interne (par exemple suite à une récession, comme c'est le cas en Grèce). Une grande partie des déficits commerciaux de la périphérie de la zone euro ont été réabsorbés depuis 2009. Mais on a encore du mal à comprendre si ceci est lié au cycle, ou à une amélioration de la compétitivité obtenue par la déflation salariale, comme l’espèrent les partisans de l’austérité et des reformes structurelles. Je penche plutôt pour la première explication.

Que dire du coût du travail ? S'agit-il d'un indicateur de compétitivité pertinent ? Pourquoi ?

Le coût du travail se compose du salaire et des impôts payés par les firmes. Il est clair qu'une fiscalité excessive sur le travail nuit à la compétitivité. Mais il faut relativiser cet impact, parce que la fiscalité peut financer des biens publics (éducation, infrastructures matérielles et immatérielles, recherche de base) qui peuvent eux-mêmes porter des bénéfices au système productif dans son ensemble. Ceci pour dire que le coût du travail a le grand défaut de se concentrer sur la compétitivité-prix qui n'est qu'un aspect de la compétitivité d'un pays. Nos voisins allemands en sont un très bon exemple. Leur succès sur les marchés globaux ne se fait pas grâce à leurs prix, mais grâce à leur capacité à se situer sur des segments de marché où la qualité est importante, et la valeur ajoutée élevée.

Finalement, qu'est-ce qui permet vraiment de juger de la compétitivité d'un pays ? Quels sont les indicateurs auxquels se référer ?

Encore une fois regarder à l'Allemagne peut aider à répondre. Le succès allemand d'aujourd'hui s'est construit avec le développement d'un système industriel fortement intégré avec le système bancaire qui en assurait un flux de financement stable (cette forte intégration est une des raisons, par ailleurs, qui expliquent les résistances allemandes vis-à-vis de l'Union Bancaire), et avec un "système pays" (soit au niveau fédéral que au niveau des Länder) qui en garantissait le succès en réunissant toutes les conditions pour une économie productive et dynamique. La compression des salaires et les reformes du marché du travail ont en fait eu un impact assez marginal dans l'essor des exportations allemandes, et en fait selon certains commentateurs pourraient même à terme nuire à la compétitivité allemande, en provoquant une baisse (qu'on observe déjà) de l'investissement et de la qualité du "capital humain". La compétitivité d'un pays se construit en menant une politique industrielle active, en exploitant la complémentarité de l'investissement public (par exemple dans la recherche de base) et de l'innovation privée, et en assurant que firmes et travailleurs sont protégés des chocs macroéconomiques et financiers. Ceci est simplement impossible à capturer avec un ou même plusieurs indicateurs !

Au vu et au su de ces éléments, comment expliquer la situation actuelle de la zone euro ? Que traduisent ces indicateurs de la réalité ?

La situation de la zone euro est très préoccupante. L'ajustement des pays de la périphérie s'est fait exclusivement par l’austérité et par  la déflation salariale. Comme on le disait plus haut ceci a pu permettre de réabsorber les déficits de la périphérie, mais les coûts que ces pays ont supportés vont avoir un impact de long terme sur leur capacité à exporter et sur leur dynamisme. Quand dans un pays comme la Grèce investissement (brut!) chute de 60% entre 2007 et 2013,  ceci veut dire que son stock de capital est en train de fondre, tout comme son capital social et humain (la lecture du rapport Lancet sur l'impact de l’austérité sur la santé publique en Grèce est écœurant). En fait en regardant les classements du World Economic Forum sur la compétitivité, même en escomptant tous les défauts qu'ils peuvent avoir, on remarque que depuis 2006 la compétitivité de toutes les économies de la périphérie s'est détériorée. Comme j'ai pu le remarquer, ceci veut dire que la zone euro est en train de sortir de la crise sans avoir résolu aucun des déséquilibres structurels qu'elle avait en 2007. Quand le prochain choc frappera, on risque de vivre une deuxième crise de cette ampleur. Les effets pourraient être désastreux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 28/03/2014 - 08:58
Enfin ! faites la meme chose avec le taux de chomage
le taux de chomage , le taux de chomage des jeunes .

au regard des taux de travail a temps partiel, des durées moyennes de temps de travail a temps partiel
Pays bas : tauxde chomage 7% avec 50% de salariés a temps partiel et 19h en moyenne par semaine .
France : 11% / 18%/ 24h
Allemagne : 5% / 26%/ 18h


les taux d'activité des jeunes , les taux de scolarisations des jeunes .
UK : 20% de taux de chomage des jeunes (15-24 ans), 900.000 chomeurs de 15-24 ans (12% de la tranche d'age) et 52% de scolarisation a 18 ans
France : 25% / 700.000 (9% de la tranche d'age) / 77%
Allemagne : 7% / 350.000 (5% de la tranche d'age) / 82%

Mais on nous tresse des couronnes sur le dynamisme britannique (12% de la tranche 15-24 ans au chomage), neerlandais (la moitie des salariés a temps partiel avec 50% d'un temps complet) ou allemand (sur qu'avec une natalité en berne , la rareté est meme une bénédiction pour les immigrés ingénieurs espagnols portugais itlaiens ou francais ou main d'oeuvre de l'industrie alimentaire prvenant de l'espace de l'ex urss actuelle ue )
ignace
- 27/03/2014 - 17:33
Bon article ...merci
.....