Mais pourquoi les Israéliens ne se laissent-ils pas tuer sans se défendre ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mais pourquoi les Israéliens ne se laissent-ils pas tuer sans se défendre ?
©

Logique

Mais pourquoi les Israéliens ne se laissent-ils pas tuer sans se défendre ?

Le dégoût du monde entier pour Israël prend une tournure encore plus sombre.

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill est rédacteur en chef du magazine Spiked, et chroniqueur pour Big Issue et The Australian.

Voir la bio »

Il y a deux semaines, les forces turques ont lancé un assaut militaire dans la région de Duhok, au Kurdistan irakien. Les villageois ont été contraints de "fuir par la terreur" devant une pluie de bombes. Ce n'était que le dernier bombardement des Kurdes assiégés par la Turquie, membre de l'OTAN et alliée occidentale. Il n'y a pas eu de tendance en ligne. Il n'y a pas eu de protestations bruyantes à Londres ou à New York. Les Turcs n'ont pas été décrits dans les cercles d'influence comme des tueurs fous et assoiffés de sang. Les tweetos n'ont pas rêvé à voix haute de Turcs brûlant en enfer. The Onion n'a pas fait de satire sur le fait que les soldats turcs adorent tuer des enfants. Non, l'attaque de Duhok est passée pratiquement inaperçue.

Mais quand Israël s'engage dans une action militaire, c'est une autre histoire. Toujours. A chaque fois. La fureur anti-israélienne en Occident s'est intensifiée à un degré extraordinaire suite à l'escalade de la violence au Moyen-Orient ces derniers jours. Les protestations ont été instantanées et incendiaires. Des drapeaux israéliens ont été brûlés dans les rues de Londres. Les réseaux sociaux ont été inondés de condamnations. Un soldat de l'armée israélienne raconte l'histoire poignante et héroïque de la mort d'un enfant de 8 mois", a tweeté The Onion, avec des dizaines de milliers de likes. Israël doit être boycotté, isolé, rejeté de la communauté internationale, ont crié les gauchistes. Les politiciens occidentaux, dont Keir Starmer, se sont empressés de porter un jugement. « Quelle est la différence ? », disait une pancarte lors d'une marche à Washington, DC, montrant le drapeau israélien à côté du drapeau nazi. Les Juifs sont les Nazis maintenant, vous voyez. Ironique, n'est-ce pas ?

À Lire Aussi

Boycottez Israël, ça peut rapporter gros : la France a versé dix millions de dollars à une ONG palestinienne qui en fait la promotion

C'est la question à laquelle les militants anti-Israël n'ont jamais pu répondre : pourquoi traitent-ils Israël si différemment de toutes les autres nations sur Terre ? Pourquoi est-ce que l'on a envie de tuer des enfants quand Israël entreprend une action militaire, mais pas quand la Turquie ou l'Inde le font ? Pourquoi devons-nous nous précipiter dans les rues pour mettre le feu au drapeau israélien mais jamais au drapeau saoudien, malgré la guerre inadmissible de l'Arabie saoudite au Yémen ? Pourquoi est-ce seulement "mal" ou au pire "horrible" quand la Grande-Bretagne ou l'Amérique larguent des bombes au Moyen-Orient, mais du nazisme quand Israël tire des missiles sur Gaza ? Pourquoi vous contentez-vous de vous opposer à l'action militaire de certains États mais que vous détestez Israël, viscéralement, publiquement, bruyamment ?

Le jugement et le traitement d'Israël selon un double standard est l'une des facettes les plus inquiétantes de la politique mondiale du 21ème siècle. Ce double standard est apparu de manière flagrante ces derniers jours. Israël est maintenant le seul pays sur Terre dont on attend qu'il se laisse attaquer. Qu'il reste assis et ne fasse rien pendant que ses citoyens sont bombardés de pierres ou de roquettes. Comment expliquer autrement le refus de tant de personnes de placer les événements actuels dans un quelconque contexte, y compris celui d'un mouvement islamiste ouvertement antisémite - le Hamas - qui tire des centaines de missiles sur des zones civiles en Israël ? Dans ce contexte, se déchaîner uniquement contre Israël, maudire son peuple et brûler son drapeau parce qu'il a envoyé des missiles pour détruire les positions de tir du Hamas à Gaza, revient essentiellement à dire : "Pourquoi les Israéliens ne se laissent-ils pas tuer ?".

On ne s'attendrait pas à ce qu'une autre nation ne réagisse pas à un désordre interne - les partisans du Hamas ont déclenché des émeutes dans certains quartiers de Jérusalem et autour de la mosquée Al-Aqsa - ou à une attaque étrangère. Imaginez que l'île de Wight abrite un mouvement dont la constitution fondatrice exprime un dégoût pour tous les Britanniques de souche et qui tire régulièrement des centaines de missiles sur le Sussex, le Kent et le Hampshire. L'armée britannique ne réagirait-elle pas ? Bien sûr qu'elle le ferait. Mais la diabolisation d'Israël par les Occidentaux est maintenant si aiguë qu'on attend d'Israël qu'il encaisse les assauts militaires des islamistes radicaux dans son sud. Pour les activistes occidentaux qui trouvent l'existence même d'Israël odieuse, tout effort d'Israël pour protéger ses frontières ou ses citoyens est un affront à la paix et à la décence mondiales. Ils ne peuvent pas comprendre pourquoi Israël ne se déteste pas autant qu'ils le détestent, et ne se laissera donc pas punir par ses justes ennemis. Comment osez-vous vivre ?

En ce qui concerne Israël-Palestine, le contexte local est toujours écrasé par le récit et les préjugés des observateurs occidentaux. Ainsi, la violence actuelle est considérée comme découlant du "nettoyage ethnique" par Israël du quartier arabe de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est. La dernière crise israélo-palestinienne concerne le nettoyage ethnique", a déclaré MSNBC. Premièrement, les événements de Sheikh Jarrah, bien qu'ils soient indubitablement pénibles et désagréables, sont plus complexes que ne l'admettent de nombreux observateurs. Ensuite, et surtout, la description des tensions actuelles comme une bataille entre un Israël expansif et une communauté palestinienne assiégée néglige le conflit intra-palestinien qui se joue actuellement.

L'instabilité actuelle découle en grande partie de l'annonce faite par Mahmoud Abbas, il y a deux semaines, de l'annulation des élections en Cisjordanie. Abbas est le chef du Fatah et le président palestinien. Il est président depuis 2005. Son mandat était censé durer quatre ans, mais il a duré 16 ans. La démocratie a disparu dans les Territoires palestiniens. Comme le souligne un rapport, aucun Palestinien de moins de 34 ans n'a jamais pris part à des élections nationales. M. Abbas a déclaré que sa dernière annulation des élections était due aux désaccords sur Jérusalem-Est, mais beaucoup soupçonnent que sa véritable préoccupation est que le Hamas batte le Fatah et en vienne à dominer à la fois Gaza et la Cisjordanie. Les actions récentes du Hamas ont été principalement une réponse à Abbas et une tentative de positionner le Hamas comme le véritable représentant des Palestiniens contre Israël.

Et en cela, le Hamas a été pleinement et stupidement aidé par les obsessionnels anti-israéliens de l'Occident. L'hyper-moralisation des tensions actuelles par les Occidentaux, leur représentation du conflit comme une histoire en noir et blanc opposant le méchant Israël aux courageux défenseurs des Arabes de Jérusalem-Est, a énormément profité au Hamas dans son conflit de légitimité intra-palestinien avec le Fatah. Le lobby naïf anti-israélien contribue stupidement à élever une organisation islamiste radicale au rang de leader de tous les Palestiniens. En effet, certains militants anti-Israël se rallient même au répugnant slogan du Hamas "De la rivière à la mer, la Palestine sera libre", qui est essentiellement un appel à rayer Israël de la carte. Il s'agit là d'une consommation infâme du mariage impie entre la gauche occidentale et l'islam radical.

Voilà l'ironie des commentaires et de l'activisme anti-israéliens au 21e siècle : ils ont la forme de l'anti-impérialisme mais le fond de l'impérialisme. Voyez comment les militants qualifient Israël d'"État voyou", empruntant le langage de l'impérialisme occidental moderne. Observez comment ils appellent les puissances occidentales à isoler et à châtier Israël et à appliquer des sanctions à son encontre. Ou voyez comment, dans sa forme la plus extrême, l'activisme anti-israélien promeut une caricature raciale des Israéliens comme étant assoiffés de sang, comme étant uniquement dangereux, comme étant une menace très particulière pour la paix mondiale. Le sentiment anti-israélien adopte les postures de la libération nationale du 20ème siècle tout en poussant en fait un programme de chauvinisme occidental qui considère Israël comme un état clairement problématique qui a besoin de notre punition vertueuse.

Il n'y a rien de positif dans le dénigrement contemporain d'Israël. Dans sa naïveté, elle favorise la montée du Hamas. Dans son arrogance, il donne à l'Occident le pouvoir de déterminer le destin du Moyen-Orient. Tout cela ne fait qu'attiser les conflits et la haine pour l'avenir.

Cet article a été initialement publié (en anglais) sur le site Spiked

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !