Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que la diminution des inégalités mondiales depuis 6 décennies révèle de destructeur pour les démocraties occidentales

Alors que les inégalités globales et internationales tendent à diminuer, la progression des inégalités intra-nationales fragilise les démocraties occidentales

Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté

Publié le
Ce que la diminution des inégalités mondiales depuis 6 décennies révèle de destructeur pour les démocraties occidentales

Atlantico : Dans un tweet datant de ce 15 octobre, l'économiste Branko Milanovic publiait un graphique (ci-dessous), utilisant les dernières données disponibles de la banque mondiale, et indiquant : "Diminution des inégalités mondiales et internationales (1952-2016)". Comment expliquer de tels chiffres "globaux" et internationaux" dans un contexte de progression des inégalités au sein des différents pays, notamment occidentaux ? 

Evolution des inégalités dans le monde

Nicolas Goetzmann : Nous assistons en effet à un double phénomène. D'une part, la diminution des inégalités internationales, c’est-à-dire les inégalités de richesses entre les pays, et la diminution des inégalités "globales", c’est-à-dire entre les plus riches et les plus pauvres de la planète, c'est à dire sans tenir compte des nations. A l'inverse, les inégalités inter-étatiques ont évolué différemment sur cette même période. Elles ont baissé entre l'après-guerre et la fin des années 70 et ont recommencé à progresser, fortement, lors de la période dite "néolibérale" qui a débuté au début des années 80 et qui est toujours en vigueur.

Et un phénomène important est en train de survenir dans le paysage économique en raison de cette double tendance inversée, notamment souligné par l'économiste suédois Göran Therborn : alors qu'en 2000, 80% des inégalités entre les ménages dépendaient de la nation dans laquelle vous viviez, il y a aujourd'hui un renversement de tendance qui indique que c'est la classe sociale, et non plus la nation, qui pourrait prendre le relai de ce principal déterminant. Maintenant que la richesse des nations est en train de converger, ce sont les classes sociales qui sont en train de prendre le dessus. Du point de vue occidental, cette rupture se manifeste clairement dans un sens politique, aussi bien en France, qu'aux États Unis, ou ailleurs, entre les défenseurs de l'une ou l'autre classe, mais rarement dans un sens d'unification, ce qui produit cette scission au sein même des pays.

Quelles sont les principales causes de réduction des inégalités "globales" et internationales ?

Ici encore, la tendance est double. Il y a bien sur la très forte progression économique de la Chine, de l'Inde, ou d'autres pays émergents, qui ont eu pour effet de faire diminuer de moitié la proportion de personnes vivant dans une situation d'extrême pauvreté (de 30 à 15% de la population mondiale depuis le début du nouveau millénaire), mais il faut également tenir compte du très net ralentissement économique des pays occidentaux. Comme le rappelle Branko Milanovic ; toujours selon les derniers chiffres de la banque mondiale ; en 2016, 86 pays (comptant pour une population totale de 5.6 milliards d'individus) sont à leur pic historique de PIB par tête, alors que 79 pays (pour une population totale de 1.6 milliard d'individus) sont en dessous de leur pic de PIB par habitant. Il n'y a donc pas qu'une cause "positive" de la réduction des inégalités qui serait uniquement à chercher dans le développement des pays émergents, il y a aussi un phénomène de régression que l'on peut constater en occident, notamment suite à la grande crise de 2008.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 17/10/2017 - 08:45 - Signaler un abus A chaque fois que mr.

    A chaque fois que mr. Goetzmann publie un texte exposant cette idée, il se trouve un lecteur d'Atlantico, toujours le même, pour publier un commentaire disant : ''je me réjouis qu'il y ait désormais aussi des milliardaires en Chine, et je me contrefous que des millions de mes compatriotes français soient dans la misère et le désespoir'' ! Ce sinistre individu, (une crapule et/ou un crétin ?), doit probablement être un octogénaire, catholique intégriste, résidant dans un bel appartement du 16ème parisien. Une certitude : il a voté Fillon au premier tour de la présidentielle ! Et actuellement, il est en colère contre Macron : il n'est pas vraiment milliardaire, et une part importante de sa fortune est investie dans l'immobilier locatif !

  • Par ajm - 17/10/2017 - 14:46 - Signaler un abus Il y a deux phénomènes qui

    Il y a deux phénomènes qui agissent de concert: L'absorption et la délocalisation d'une grande partie de l'industrie occidentale vers la Chine qui a conduit à la disparition d'emplois semi-qualifiés dans nos pays.( moins nette tout de même en Europe du nord er centrale qui ont gardé la plus grande partie de leur tissu industriel). La progression plus faible de la productivité dans les economies matures ( malgré internet et l'informatique) qui du coup ne permet que des augmentations de rémunération faibles et ciblées dans les entreprises. Une forte

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€