Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une épave d'un navire de Vasco de Gama, perdue depuis des siècles, vient d'être retrouvée près d'Oman

L'Esméralda, pilotée il y a 500 ans par un oncle de l’explorateur portugais Vasco de Gama, renferme des trésors extraordinaires.

Histoire

Publié le
Une épave d'un navire de Vasco de Gama, perdue depuis des siècles, vient d'être retrouvée près d'Oman

Vasco de Gama arrivant à Calicut. Crédit wikipédia

Les côtes de l'île Al-Hallaniyah, au sud d'Oman, sont déchiquetées et très escarpées. Un bel endroit pour un naufrage. Et la réalité a rattrapé la fiction puisqu'une découverte qui met en émoi toute la communauté des archéologistes et des scientifiques : l’épave d’un navire piloté il y a 500 ans par Vicente Sodré, un oncle de l'explorateur portuguais Vasco de Gama et descendant du noble Frederick Sudley, a été retrouvée au large des côtes d’Oman.

L'Esméralda a sombré corps et âme

Cette épave est censée être celle de l'Esmeralda, qui faisait partie d'une flotte dirigée par le légendaire navigateur, lors de son deuxième voyage en Inde, entre 1502 et 1503, comme l'explique le Washington Post.

Pris dans une tempête survenue en mai 1503, l’Esmeralda a sombré dans les profondeurs marines. L'équipage ainsi que le capitaine ont trouvé la mort dans la catastrophe.

Premier navire des grandes découvertes

L'épave a été initialement localisée en 1998 et le ministère de l'Héritage et de la Culture (MHC) d'Oman, en collaboration avec la société britannique Blue Water Recoveries Ltd (BWR), dirigée par David Mearns, ont entrepris les travaux d'excavation de ce qui se présente comme le premier navire de la période des grandes découvertes européennes trouvé et examiné scientifiquement par une équipe d'archéologues. Professionnels, leurs remarquables résultats ont été publiés le 14 mars 2016 dans la revue Journal of Nautical Archaeology.

Comme le navire s'est échoué dans des eaux peu profondes, il ne reste que très peu d'éléments de l'embarcation.

Un vaste trésor archéologique

L'exploration de la zone a toutefois mené à la mise au jour d'un vaste trésor archéologique, livrant de précieux renseignements, et des milliers d'artefacts déterrés à partir du site de l'épave doivent encore être analysés.

Au total, plus de 2800 objets ont été remontés permettant de confirmer l’identité de l’épave. Parmi ce vaste inventaire, on compte notamment une cloche en bronze pourvue d’une inscription suggérant que la navire remonte à 1498, un disque en alliage de cuivre frappé des armoiries royales portugaises faisant certainement partie d'un astrolable, et extrêmement rare, un petit médaillon en argent connu sous le nom de pièce de monnaie de Dom Manuel I. Cette pièce de monnaie, appelée « Indio », commandée par Dom Manuel en 1499, était spécialement destinée à des échanges commerciaux avec l’Inde. Il n'en existait auparavant qu'un seul exemplaire au monde.

Les archéologues ont également retrouvé des pièces en or cruzado frappées à Lisbonne à la fin du 15ème siècle et des boulets de canon en pierre portant les initiales V.S. qui correspondraient au nom du commandant du navire Vincente Sodré.

De plus, de la grenaille de plomb disséminée sur le site a permis de géolocaliser les minerais qui proviennent des mines d'Espagne, du Portugal et d'Angleterre.

Les grandes explorations

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€