Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la Chine utilise les Balkans comme tête de pont pour installer ses positions en Europe

Angela Merkel a indiqué être concernée et même méfiante face à l’intérêt que porte actuellement la Chine pour certains pays des Balkans.

Politique

Publié le
Comment la Chine utilise les Balkans comme tête de pont pour installer ses positions en Europe

 Crédit Naohiko Hatta / POOL / AFP

Atlantico : Pourquoi Angela Merkel a indiqué être concernée et même méfiante face à l’intérêt que porte actuellement la Chine pour certains pays des Balkans ? Faut-il craindre, comme elle, une immiscion politique de l’Empire du Milieu par le biais des Balkans ?

Claude Meyer : Il est évident que l’Europe est cruciale pour la Chine du point de vue économique. Toute sa stratégie est effectivement différenciée selon le niveau de développement des pays, que ce soient les pays occidentaux, des Balkans ou de l’Europe de l’Est. Le problème devient cependant de plus en plus aigu avec la question des routes de la Soie dont les pays d’Europe orientale sont très friands, si j’ose dire, parce que cela leur permet de recevoir des investissements, de type infrastructures ou autres. Les pays de l’Europe occidentale sont aujourd’hui beaucoup plus réservés parce qu’ils y voient un canal d’une influence de plus en plus importante de la Chine sur le plan économique mais aussi sur le plan politique.

La Chine a en effet mis au point une stratégie qui consisté à profiter des divisions pour mieux régner. Elle divise les pays européens.

Quelle est la responsabilité de l’Europe dans cette « ingérence » économique et politique via les Balkans notamment ?

L’Europe est incapable de parler d’une seule voix. Elle offre un boulevard à la Chine en raison de ses divisions, parce que ses intérêts commerciaux, économiques sont très différents. Aujourd’hui l’Allemagne devient un peu plus réservé, mais elle a été pendant très longtemps extrêmement accueillante vis-à-vis de l’expansion chinoise. Elle a refusé par exemple des droits de douane sur les panneaux solaires lorsque ses intérêts le demandait. Et ses intérêts avec la Chine sont considérables : 9% de part de marché, me semble-t-il. Il y’a donc bien deux éléments dans la situation actuelle : une stratégie assez habile de la Chine qui consiste à profiter des divisions internes à l’Europe, et en face de cela, une Europe qui est incapable de définir une stratégie commune. Dans le cas des pays des Balkans, cette faiblesse est d’autant plus grande que certains pays ne sont pas, ou pas encore dans l’Union européenne. C’est le cas par exemple de la Macédoine où les investissements en infrastructure ont été très importants ces derniers temps mais qui pour autant compte rentrer prochainement dans l’UE. 

Cependant, Angela Merkel a exprimé sa méfiance, comme Macron lors de sa visite en Chine. Qu’est-ce qui a changé ?

Il commence à y avoir une prise de conscience, notamment sur le danger d’un certain nombre d’investissements. L’Allemagne l’a vu lors de la tentative de rachat de Kuka, une entreprise allemande qui fabrique des machines-outils et que voulait racheter des investisseurs chinois. Berlin avait geler ce rachat. Depuis cette tentative en 2016, elle regarde la Chine d’un oeil un peu plus circonspect. Et on a eu deux choses depuis : en décembre dernier, a été publié un énorme « pavé », définissant la stratégie européenne vis-à-vis de la Chine, avec notamment des critiques très féroces vis-à-vis de Pékin. D’autre part, on a observé un effort de coordination, notamment au niveau des investissements, sur la politique à adopter. Et ce parce que contrairement aux Etats-Unis, l’Europe ne possède pas d’organisme supranational capable de s’opposer à tel ou tel investissement qui menacerait soit la sécurité économique soit la sécurité au sens strict du terme. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par philippe de commynes - 24/05/2018 - 10:32 - Signaler un abus Merkel : faites ce que je dis, pas ce que je fait !

    Ainsi elle est (jusqu'à présent) pour les sanctions contre la Russie ...sauf quand il s'agit de gazoducs alimentant l'Allemagne. Elle est pour le libre-échange avec la Chine ( qui bénéficie tant à ses entreprises), mais que la Chine aie la prétention de s'immiscer dans son pré-carré Balkanique, ah là Non !

  • Par assougoudrel - 24/05/2018 - 10:47 - Signaler un abus Depuis des décennies les

    Balkans n'achètent que du made in Germanie et on comprend pourquoi la mère Merkel fait le groin. Celui qui avait des marks était chouchouté.

  • Par Atlante13 - 24/05/2018 - 17:34 - Signaler un abus Une conclusion semble s'imposer anse tout ça,

    c'est que l'UE est devenue un vrai foutoir de par l'irresponsabilité et l'incompétence de nos dirigeants, surtout des français plus occupés à faire du nombrilisme qu'a agir efficacement. Merkel en a profité, Juncker et d'autres aussi, pendant que nous nous laissions le pouvoir aux syndicats et partis de gauche, extrémistes ou pas, qui dictaient leurs conditions. Nous payons le prix de la lâcheté sociale et politicienne. France RIP.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Claude Meyer

Claude Meyer a conduit une double carrière de banquier international et d'universitaire spécialisé sur l'Asie. Actuellement conseiller au Centre Asie de l'IFRI, il enseigne l’économie et les relations internationales à Sciences Po.

Il est l'auteur de Chine ou Japon : quel leader pour l'Asie ? (Presses de Sciences Po - 2010)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€