Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Brexit : David Cameron a-t-il remporté la grande victoire qu'il prétend ? On peut en douter...

David Cameron s'est déclaré "très satisfait" de l'accord entre les pays de l'Union européenne sur le nouveau statut du Royaume-Uni. Mais est-ce une telle victoire diplomatique ? Sur de nombreux points, le Royaume-Uni n'a pas obtenu ce qu'il demandait...

Yes or No?

Publié le
Le Brexit : David Cameron a-t-il remporté la grande victoire qu'il prétend ? On peut en douter...

C'est dans la soirée du vendredi 19, à la dernière heure, que les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont annoncé un accord unanime avec la Grande-Bretagne. David Cameron avait promis dans sa campagne de réelection une renégociation des termes de l'accord de son pays avec l'Union européenne, suivie d'un référendum pour savoir si la Grande-Bretagne restait dans l'UE ou non. Pour Cameron, soit l'UE consentait à un nouvel accord, soit le Royaume-Uni devait partir. A entendre David Cameron, cette fut pour lui un triomphe diplomatique : il a obtenu ce qu'il voulait et, en conséquence, il ferait campagne contre le Brexit dans le référendum britannique. 

Pourtant, tout le monde n'est pas de cet avis.

Le premier ministre belge a mis les pieds dans le plat, déclarant que "Nous sommes très, très loin de la position britannique de départ." 

Qu'en est-il réellement ? 

Politico Europe a préparé une infographie qui recense ce qu'il en est réellement. Elle fait la liste de : ce que les Conservateurs avaient promis pendant leur campagne ; ce que David Cameron avait proposé ; la réponse de Donald Tusk, président du Conseil européen ; et ce qui fut dans l'accord final. 

Cameron avait demandé une renégociation sur quatre sujets : la gouvernance économique, la souveraineté, la compétitivité, et l'immigration.

Gouvernance économique

La Grande-Bretagne avait trois demandes principales : une pause de l'intégration économique, ne pas avoir à participer à de quelconques efforts de "renflouages", de banques ou de pays de la zone euro, et avoir sa souveraineté en matière de réglementation financière, sujet très important étant donné la City. 

Sur le renflouage, la position britannique l'a emporté. Sur l'intégration économique, c'est en demie-teinte : un pays non membre de la zone euro ne "peut pas empêcher" l'intégration économique des pays membres de la zone euro. Et, surtout, sur la réglementation financière, c'est la position européenne qui l'a emporté. La réglementation financière se fera à partir d'un "système de règles unique" ; si la Grande-Bretagne pourra avoir sa propre réglementation, celle-ci devra se conformer au droit européen. La Grande-Bretagne n'a pas de droit de véto ; elle peut seulement demander au Conseil européen une "discussion" des règles européennes qui peuvent impacter sa "stabilité financière". 

Or, l'idée qu'une réglementation financière unique mettrait en difficulté la City, et donc la compétitivité britannique, est un des grands arguments des partisans du Brexit. Gageons qu'ici Cameron n'a pas remporté la partie.

Souveraineté 

Dans sa campagne électorale, le Parti conservateur britannique avait promis de grandes choses : réformer la bureaucratie européenne ; donner aux parlements nationaux un droit de véto sur les règles européennes ; et se retirer de l'engagement d'"union toujours plus forte" présent dans les traités de l'Union. Cameron avait demandé la fin de l'engagement d'"union toujours plus forte" ainsi que la reconnaissance de la souveraineté de la Grande-Bretagne dans le domaine de la sécurité nationale. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mike Desmots - 20/02/2016 - 16:45 - Signaler un abus pourquoi cette question inutile ..?

    Il est évident ...que le doute est permis chez les perdants ...et les gagnants gentlemen british forcément ..pourrons vous revendre en okaze le .mode d'emploi....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€