Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Afghanistan : dix ans après, retour sur l’embuscade d’Uzbin

Premier épisode d'une série en trois volets du colonel Michel Goya sur l'embuscade d'Uzbin en Afghanistan, qui fera dix morts chez les soldats français et 21 blessés.

Talibans

Publié le
Afghanistan : dix ans après, retour sur l’embuscade d’Uzbin

 Crédit THIBAULD MALTERRE / AFP

Premier épisode d'une série en trois volets du colonel Michel Goya sur l'embuscade d'Uzbin en Afghanistan qui a opposé les FIAS  (Force internationale d'assistance et de sécurité) composées de Français, Américains et Afghans à des talibans et insurgés de Hezb-e-Islami Gulbuddin. Une embuscade qui entraînera la mort de dix soldats français ainsi que leur interprète et fera 21 blessés dans nos rangs.

Article initialement publié sur "La Voix de l'épée".

Je suis allé pour la première fois à Kaboul durant l’été 2006. Cette période correspondait à de grands changements. Il y avait alors en Afghanistan cette situation étrange où les forces armées d’une même coalition étaient séparées en deux opérations différentes et parallèles.  Ces deux opérations correspondaient aux visions divergentes du département d’Etat, qui voulait faire du Nation Building, et de la Défense, qui ne voulait faire que combattre. Le tout s'appuyait sur une stratégie globale américaine largement improvisée, et comme d’habitude, totalement ignorante des réalités locales.

Il y avait donc l’armée qui faisait la guerre le long de la frontière pakistanaise, celle de l’opération Enduring Freedom, et celle qui aidait à la construction du « nouvel Afghanistan », la Force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS ou plus communément ISAF). Dans les faits, l’ISAF, armée principalement par les membres non-Américains de l’OTAN (40 000 soldats européens au plus fort de l’engagement, sans par ailleurs la moindre vision commune européenne), restait longtemps confiné à Kaboul par les Seigneurs de la guerre afghans, premiers alliés des Américains. La plupart d’entre eux ne souhaitaient pas en effet avoir trop d’interférences dans leurs affaires. Ils étaient favorables à l’aide économique, qui permettait de construire de belles villas à Dubaï, mais moins aux importuns. La « sous-traitance » de la sécurité leur convenait bien et effectivement selon leurs rapports les choses semblaient ne pas trop mal se passer, y compris dans les provinces pashtounes du Sud et de l’Est.
 
Après des années, l’ISAF avait pu finalement étendre son action dans les zones calmes du Nord et de l’Ouest d’abord, où allaient se réfugier les Allemands et les Italiens. Et puis en 2006 elle a pris en compte le reste du pays. Les contingents britanniques, canadiens, néerlandais et danois, pour ne citer que les principaux, s’engageaient dans les provinces pashtounes du Sud, avec la ferme intention d’y étendre les bienfaits de la stabilisation. Il n’était nulle part question de combat mais plutôt d’appui aux Equipes provinciales de reconstruction (PRT), ces organismes de coordination des moyens de la gouvernance et du développement mis en place dans chaque province. Le ministre britannique de la défense déclarait même qu’il espérait qu’aucune cartouche ne soit tirée durant les trois ans de la mission.
 
La surprise fut totale. Les soldats de Sa Majesté, très insuffisants en nombre et assiégés partout, tirèrent finalement plus de 500 000 cartouches et 13 000 obus en six mois. Quant aux autres nations engagées, adeptes des missions de maintien de la paix ou de stabilisation, ce fut un choc. Quelqu'un leur avait menti et cette guerre dont ils ne voulaient pas entendre parler les avait pris par surprise. C’est dans ce contexte que le Canada demanda l’aide de la France.
 
La position de la France en Afghanistan était alors, à l’instar de beaucoup, celle de l’engagement symbolique. Il était difficile après les attaques du 11 septembre 2001 de ne pas montrer sa solidarité avec les Etats-Unis en n’étant pas présents à leurs côtés mais dans le même temps il n’était pas question non plus pour le Président Chirac de prendre de srisques. Tout au plus, après la crise avec les Américains en 2003 avait-on accepté, en geste de bonne volonté, d’engager 300 hommes des Forces spéciales dans la province sud de Kandahar à la frontière du Pakistan (Task Force Arès). Pour le reste on refusait de constituer une PRT française, à la différence de tous les autres alliés. Les équipes de conseillers, OMLT (Operational Mentoring Liaison Team), venaient d’être mises en place mais la France refusait alors d’en envoyer dans les bataillons afghans. Les règles d’engagement de nos chasseurs-bombardiers étaient si restrictives qu’ils ne frappaient quasiment jamais.
 
Nous étions depuis le début de l’intervention centrés sur Kaboul avec un dispositif de formation, par ailleurs très efficace, des cadres de l’armée afghane (Epidote) et un petit bataillon (le BATFRA), qui faisait de la « présence » dans la capitale et ses abords. Nous étions clairement dans la continuité des opérations de stabilisation pratiquées en Bosnie depuis 1995 et au Kosovo depuis 1999 à ce détail près que ces deux opérations balkaniques se déroulaient « après » la paix et non pendant une guerre qui continuait.
 
 
Dans le cadre de la réorganisation de l’ISAF, nous étions très satisfaits de rester à Kaboul dans le nouveau « Commandement de la capitale » dont nous assurerions la direction tournante avec les Italiens et les Turcs. Il y a avait juste un petit district, la Surobi, à prendre en compte aux sorties Est de Kaboul. Il fut décidé que ce serait à la charge de la nation alors au commandement de la zone.
 
Nous étions très clairement dans le camp des combattants non-pratiquants et entendions le rester, avec même l’idée de se retirer le plus vite possible. Mais dans le même temps, nous étions fiers de ne pas afficher de « caveats », ces restrictions d’emploi (« nos hélicoptères ne prennent pas d’afghan à bord », « nous ne faisons pas de maintien de l’ordre », etc.) qui empoisonnent la capacité opérationnelle des forces en coalition. Prenant prétexte de cette absence officielle de restrictions, les Canadiens, alors très en difficulté dans la province de Kandahar, demandaient à ce que l’on engage à leurs côtés la compagnie d’infanterie du BATFRA. Après quatre jours de tergiversations, la France refusait, suscitant une belle période de French bashing au sein de certains de nos Alliés.
 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Goya

Michel Goya est colonel dans l'armée de terre, aujourd'hui retiré du service actif. Il est désormais consultant en stratégie et organisation.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€