En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 40 min 22 sec
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 9 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 jour 40 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 3 heures 46 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 4 heures 29 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 23 heures 21 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 1 jour 21 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 jour 57 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Le concours d'innovation d'Anne Lauvergeon ou comment mal concrétiser une bonne idée

Publié le 06 décembre 2013
François Hollande a lancé un "concours mondial d’innovation", dont l’initiative figurait dans le rapport de l'ancienne patronne d'Areva Anne Lauvergeon, remis au président en octobre dernier.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a lancé un "concours mondial d’innovation", dont l’initiative figurait dans le rapport de l'ancienne patronne d'Areva Anne Lauvergeon, remis au président en octobre dernier.

Une idée que je développe à longueur de chroniques depuis des mois est celle de la nécessité d'innovations de rupture et d'un rôle possible de l'Etat pour amener ces innovation, via le mécanisme d'un concours ou d'un prix pour l'innovation.

Deux sujets sur ces thèmes à lire ici :

L'avenir intéresse-t-il encore quelqu'un ? Inventaire des mesures folles et nécessaires pour sauver la France

La France va-t-elle rater la révolution de l'université en ligne ?

Ai-je donc bondi de bonheur à l'annonce d'un concours mondial d'innovation organisé par l'Etat français et chapeauté par Anne Lauvergeon ?

Au début, oui. Puis j'ai vite déchanté.

En réalité, cette approche du concours d'innovation est exactement contraire à celle qui est nécessaire et n'apportera strictement rien.

Pourquoi ?

Tout d'abord - et disqualifiant d'entrée - est le montant indigent des subventions. 200 000 euros pour commencer, puis 2 millions d'euros pour une poignée de projets.

Si on réfléchit à une innovation de rupture comme des meilleures batteries pour des véhicules électriques, ou de l'énergie photovoltaïque plus efficace, pourquoi ces innovations n'existent-elles pas ? Est-ce parce qu'il manque 2 millions d'euros pour investir ? Bien sûr que non. Le marché pour de telles innovations est gigantesque et les investisseurs sont là. A titre de comparaison, selon Chausson Finance, au premier semestre 2013, 421 millions d'euros ont été investis dans le capital risque en France. Ce ne sont pas quelques enveloppes de 2 millions d'euros qui vont changer quoi que ce soit.

Pour créer des innovations de rupture, il faut des chiffres de rupture. Il faut des chiffres qui créent une ruée vers l'or de la part des inventeurs, entrepreneurs et investisseurs. On parle de dizaine de milliards d'euros. (J'explique pourquoi ce n'est pas fou plus bas.)

Mais, surtout, c'est la méthode employée qui garantit l'échec du projet. En effet, un vrai concours d'innovations de rupture doit prendre la forme d'un prix. C'est-à-dire que deux critères doivent être remplis : le prix ne peut être versé qu'après la réalisation du projet ; et ce prix doit être fixé sur des critères objectifs.

Autrement dit, le prix prendrait la forme de : la première organisation ayant créé une batterie pouvant tenir dans tant de centimètres cubes et pouvant déployer tant de charge électrique, etc. recevra X milliards d'euros.

C'est essentiel pour la raison suivante : l'Etat n'est juste pas capable d'évaluer les mérites d'une innovation de marché, et n'est certainement pas capable d'être un investisseur à haut risque ou d'amorçage. Il se trompe toujours. Ce qu'il faut, c'est une grosse carotte pour que les investisseurs privés donnent les 200 000 euros et 2 millions d'euros dont les divers projets ont besoin de démarrer.

Ce caractère objectif et post facto du prix est le seul moyen de garantir que cet argent public serve à la création de vraies innovations de ruptures au lieu d'une politique industrielle ou d'un capitalisme de copinage ou d'un effet d'affichage (qui sont ce à quoi se limite le concours d'innovation adopté par le gouvernement). L'objectif est de créer le marché, pas de s'y substituer.

Ce caractère objectif et post facto permet également à l'Etat de dégager des financements énormes sans complexe : à partir du moment où l'invention est effectivement réalisée, l'Etat est sûr d'être gagnant en versant le prix. L'usage de la dette publique pour l'investissement est le seul sur lesquels s'accordent tous les observateurs économiques, et il s'agirait là d'un investissement “garanti” puisque des prix ne seraient versés qu'à des inventions réalisées. Des centaines de milliards de dette publique, les quelques dizaines qui seraient ainsi déboursées seraient les mieux dépensées. Et la croissance générée par de vraies innovations de rupture la renfloueraient rapidement (imaginons l'impact économique si, par exemple, la France devient la Silicon Valley de l'impression en 3D).

Voilà, en quelques mots, la structure que doivent prendre des prix d'innovation qui peuvent espérer créer de vraies innovations de rupture. Tout le reste n'est que bavardage et com'.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Thibs
- 09/12/2013 - 00:33
2 millions d'euros pour une poignée de projets
4 millions d'euros pour l'Humanité!!
Alby
- 08/12/2013 - 21:46
La rupture ou plutôt la fracture
Mme Lauvergeon defend des intérêts en priorité de multinationale et d'un cercle de décideur, en aucun cas une stratégie pour sortir du gouffre que le pays est en train de prendre.
Analyse stratégique:
http://anthonylegoff.com/2013/12/07/anne-lauvergeon-cette-erreur-strategique/
courageux_anonyme
- 07/12/2013 - 21:52
Bla-Bla-Bla-Bla bureaucratique
Si une innovation est bonne, elle n'a nullement besoin de fonctionnaires pour trouver des investisseurs.
Lisez le mensuel Capital de décembre. Le pays le plus innovant en Europe est la Suisse, un pays qui n'a pas tous ces organismes bureaucratiques de la France énarchique.
Quant à Madame Lauvergeon, avec la casserole d'Uramin qu'elle traîne derrière elle, elle ferait mieux de se faire oublier. Mais peut-être que Jean-Yves Haberer du Crédit Lyonnais n'était pas disponible.