En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 23 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 1 heure 36 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 27 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 28 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 23 heures 2 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 23 heures 59 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 14 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 3 heures 43 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 18 heures 49 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 19 heures 57 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 21 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 23 heures 8 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 1 jour 44 min
Trans-Amérique Express

Séquestre budgétaire : comment Obama s’est piégé tout seul

Publié le 03 avril 2013
L’entrée en vigueur des coupes budgétaires automatiques mandatées par le "sequester" est une défaite pour Obama. Une défaite qu’il s’est infligé tout seul puisque c’est lui qui a proposé le principe de telles coupes mais également parce qu’il a refusé tout compromis sur les impôts.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’entrée en vigueur des coupes budgétaires automatiques mandatées par le "sequester" est une défaite pour Obama. Une défaite qu’il s’est infligé tout seul puisque c’est lui qui a proposé le principe de telles coupes mais également parce qu’il a refusé tout compromis sur les impôts.

Depuis le 1er mars, les Etats-Unis sont entrés dans « l’ère du séquestre ». Le « sequestre » signifie que le budget national devra être amputé de plus de mille milliards de dollars au cours des dix prochaines années, et de 85 milliards tout de suite.

Où cet argent sera-t-il pris ? Pour moitié dans le budget du Pentagone et pour moitié dans les dépenses dites « discrétionnaires », c’est-à-dire celles qui ne sont pas « obligatoires » comme le paiement des retraites, des allocations sociales ou des dépenses de santé... Ces coupes toucheront tous les services, selon le principe d’égalité aveugle inscrit dans le « séquestre ».

Un principe dénoncé par beaucoup et en tout premier lieu par le président Obama. Toutefois, c’est lui-même  qui l’a institué en 2011. C’est aussi lui qui s’est enfermé dans un refus de tout compromis et qui se retrouve aujourd’hui pris à son propre piège.

Le « séquestre » est le deuxième volet de ce que les américains  appellent la « falaise fiscale » (« fiscal cliff ») et que l’on a traduit parfois en français par « mur budgétaire » (comment une « falaise » devient un « mur » lorsqu’on change de langue fait partie des merveilleux mystères de la traduction). Il s’agit d’une loi appelée « Budget Control Act », signée par le président Obama le 2 août 2011, qui contenait trois parties : 1, le relèvement du plafond de la dette américaine ; 2 et 3, la promesse conjointe de hautes d’impôts et de coupes généralisées dans les dépenses gouvernementales si, au 31 décembre 2012, un accord sur la réduction du déficit budgétaire n’avait pas été trouvé entre la Maison blanche et le Congrès.

Ce sont ces coupes généralisées qu’on appelle en anglais « sequestration » ou « sequester ». A l’époque la proposition en avait été faite par la Maison Blanche elle-même en la personne de Jack Lew, alors directeur de cabinet d’Obama (« chief of staff ») et aujourd’hui, secrétaire au Trésor. Le principe était déplaisant et arbitraire. Mais c’est justement ce qui faisait son attrait. Il était si déplaisant que les élus se mobiliseraient pour l’éviter.

C’est du moins ce que l’on croyait. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé.

Aucun accord de réduction budgétaire n’a été trouvé entre août 2011 et novembre 2012, date de l’élection présidentielle. C’était à prévoir. Réélu en novembre Barack Obama s’est estimé en position de force et a rejeté tout compromis sur le volet « revenus » des négociations quand celles-ci ont repris. En clair, il tenait à ce que les impôts soient augmentés. Les Républicains, engagés auprès de leurs électeurs à rejeter toute hausse d’impôts ont résisté tant qu’ils ont pu, mais fini par céder. C’était fin décembre. Le président avait remporté une victoire.

Toutefois le volet « dépenses » des négociations avait été mis de côté. Les élus s’étaient donné deux mois pour parvenir à s’entendre. Cette fois, c’est Obama qui souhaitait le plus un accord. Les Républicains étaient moins demandeurs, des économies mêmes aveugles étant toujours mieux que pas d’économie du tout. Du coup ils ont rendu au président la monnaie de sa pièce en refusant tout compromis.

Faute d’accord, le « séquestre » est entré en vigueur le 1er mars.

Mardi 26 février, le président a tenté de mobiliser l’opinion publique en évoquant lors d’une conférence de presse les conséquences dramatiques du séquestre, pour des millions d’Américains.  Il a qualifié les coupes à venir de « brutales » « sévères », « arbitraires », un « travail au hachoir » qui va « éviscérer » certains budgets dont l’éducation, l’énergie, etc.  « Des milliers de parents ne trouveront plus de crèche pour leur enfant » dit-il. Il a également évoqué des criminels relâchés dans la nature, des immigrants clandestins foulant les frontières, des pompiers sans camions ou échelle,  des appels d’urgence laissés sans réponse…

Le tableau apocalyptique peint ce jour-là par le président n’a convaincu personne. Pas même le New York Times, habituellement favorable à la Maison Blanche, qui cette fois a qualifié l’intervention présidentielle de « campagne d’hystérie ».

Il est vrai que depuis le 1er mars le ciel n’est pas tombé sur la tête des Américains. Et pour cause. Le séquestre représente une réduction de 2,3% d’un budget qui en 2012 était de 3,6 « trillions » de dollars (un  « trillion », en anglais équivaut à mille milliards, soit  3 600 000 000 000 dollars)

Pas un Américain ne croit que dans un telle somme on ne puisse trouver quelques « saines » économies. Le problème est que les gestionnaires des différents services gouvernementaux sommés de procéder à ces coupes sont devant un dilemme. La logique économique voudrait qu’ils commencent par couper dans le superflu. A rogner sur les bords. C’était même le but de la manœuvre. Couper un peu de gras partout. Rationaliser les opérations gouvernementales sans pénaliser tel ou tel service. Mais la logique politique leur demande au contraire de couper au cœur. De rendre ces coupes le plus visible possible et le plus pénible possible pour les Américains afin de démontrer à la fois l’idiotie de la manœuvre et l’importance de la dépense.

Ainsi Janet Napolitano, qui dirige le ministère de la Sécurité Nationale (Department of Homeland Security)  s’est empressée de dire qu’elle devrait réduire les effectifs des personnels de sécurité dans les aéroports ce qui allait allonger les temps d’attente et désorganiser le transport aérien. Comme si parmi les deux cent quarante mille employés de ce ministère personne n’était moins essentiel que ces employés.

Ainsi le département de la Marine (Navy) a retardé le déploiement du porte-avions Harry Truman dans le Golfe persique, prévu dans le cadre des sanctions contre l’Iran, à cause du « séquestre ». Comme si parmi les dizaines de mission qu’elle remplit chaque jour, avec ses trois cents navires, trois mille sept cents avions, et quatre cent mille engagés et réservistes, aucune ne fut moins importante que l’engagement américain à contenir les ambitions militaires nucléaires de l’Iran.

Le Washington Times notait le 4 mars que, au moment où la Navy gardait son porte-avions à quai pour faire des économies, le gouvernement fédéral diffusait quatre cents offres d’emplois, dont cent-vingt pour le seul département de la Défense. Et trois pour l’étude du « ver cotonnier » !

Devant de telles incongruités, les Républicains ont laissé au président la prérogative de désigner lui-même les coupes. Obama a refusé. Les Américains sont désormais convaincus d’être les otages de l’entêtement idéologique de leurs élus, à commencer par le président, incapable de s’élever au-dessus de la mêlée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Deckard
- 06/03/2013 - 23:03
Et dire qu'à écouter la
Et dire qu'à écouter la presse française, ce type était considéré comme le messie.....
Liberte5
- 06/03/2013 - 22:41
Un petit dictateur.
Très bon article qui démontre qu'Obama loin d'être un démocrate est un gauchiste qui refuse tout compromis avec les républicains.Il veut conduire les USA au socialisme. Il a voulu aller jusqu'au bout d'un coup de force pour gagner par K.O. Les républicains n'ont pas cédé et ils ont eu raison.Il fallait donner un coup d'arrêt à cette dérive autoritaire.
Gégé Foufou
- 06/03/2013 - 18:47
Tiens, tiens
les américains sont comme nous ils s'aperçoivent des "bienfaits" du socialisme.
Bien venus au club