En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 6 min 8 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 46 min 30 sec
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 1 heure 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 10 heures 15 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 17 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 20 heures 23 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 22 heures 45 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 25 min 20 sec
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 1 heure 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 10 heures 34 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 22 heures 33 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 22 heures 46 min
Trans-Amérique Express

Séquestre budgétaire : comment Obama s’est piégé tout seul

Publié le 03 avril 2013
L’entrée en vigueur des coupes budgétaires automatiques mandatées par le "sequester" est une défaite pour Obama. Une défaite qu’il s’est infligé tout seul puisque c’est lui qui a proposé le principe de telles coupes mais également parce qu’il a refusé tout compromis sur les impôts.
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’entrée en vigueur des coupes budgétaires automatiques mandatées par le "sequester" est une défaite pour Obama. Une défaite qu’il s’est infligé tout seul puisque c’est lui qui a proposé le principe de telles coupes mais également parce qu’il a refusé tout compromis sur les impôts.

Depuis le 1er mars, les Etats-Unis sont entrés dans « l’ère du séquestre ». Le « sequestre » signifie que le budget national devra être amputé de plus de mille milliards de dollars au cours des dix prochaines années, et de 85 milliards tout de suite.

Où cet argent sera-t-il pris ? Pour moitié dans le budget du Pentagone et pour moitié dans les dépenses dites « discrétionnaires », c’est-à-dire celles qui ne sont pas « obligatoires » comme le paiement des retraites, des allocations sociales ou des dépenses de santé... Ces coupes toucheront tous les services, selon le principe d’égalité aveugle inscrit dans le « séquestre ».

Un principe dénoncé par beaucoup et en tout premier lieu par le président Obama. Toutefois, c’est lui-même  qui l’a institué en 2011. C’est aussi lui qui s’est enfermé dans un refus de tout compromis et qui se retrouve aujourd’hui pris à son propre piège.

Le « séquestre » est le deuxième volet de ce que les américains  appellent la « falaise fiscale » (« fiscal cliff ») et que l’on a traduit parfois en français par « mur budgétaire » (comment une « falaise » devient un « mur » lorsqu’on change de langue fait partie des merveilleux mystères de la traduction). Il s’agit d’une loi appelée « Budget Control Act », signée par le président Obama le 2 août 2011, qui contenait trois parties : 1, le relèvement du plafond de la dette américaine ; 2 et 3, la promesse conjointe de hautes d’impôts et de coupes généralisées dans les dépenses gouvernementales si, au 31 décembre 2012, un accord sur la réduction du déficit budgétaire n’avait pas été trouvé entre la Maison blanche et le Congrès.

Ce sont ces coupes généralisées qu’on appelle en anglais « sequestration » ou « sequester ». A l’époque la proposition en avait été faite par la Maison Blanche elle-même en la personne de Jack Lew, alors directeur de cabinet d’Obama (« chief of staff ») et aujourd’hui, secrétaire au Trésor. Le principe était déplaisant et arbitraire. Mais c’est justement ce qui faisait son attrait. Il était si déplaisant que les élus se mobiliseraient pour l’éviter.

C’est du moins ce que l’on croyait. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé.

Aucun accord de réduction budgétaire n’a été trouvé entre août 2011 et novembre 2012, date de l’élection présidentielle. C’était à prévoir. Réélu en novembre Barack Obama s’est estimé en position de force et a rejeté tout compromis sur le volet « revenus » des négociations quand celles-ci ont repris. En clair, il tenait à ce que les impôts soient augmentés. Les Républicains, engagés auprès de leurs électeurs à rejeter toute hausse d’impôts ont résisté tant qu’ils ont pu, mais fini par céder. C’était fin décembre. Le président avait remporté une victoire.

Toutefois le volet « dépenses » des négociations avait été mis de côté. Les élus s’étaient donné deux mois pour parvenir à s’entendre. Cette fois, c’est Obama qui souhaitait le plus un accord. Les Républicains étaient moins demandeurs, des économies mêmes aveugles étant toujours mieux que pas d’économie du tout. Du coup ils ont rendu au président la monnaie de sa pièce en refusant tout compromis.

Faute d’accord, le « séquestre » est entré en vigueur le 1er mars.

Mardi 26 février, le président a tenté de mobiliser l’opinion publique en évoquant lors d’une conférence de presse les conséquences dramatiques du séquestre, pour des millions d’Américains.  Il a qualifié les coupes à venir de « brutales » « sévères », « arbitraires », un « travail au hachoir » qui va « éviscérer » certains budgets dont l’éducation, l’énergie, etc.  « Des milliers de parents ne trouveront plus de crèche pour leur enfant » dit-il. Il a également évoqué des criminels relâchés dans la nature, des immigrants clandestins foulant les frontières, des pompiers sans camions ou échelle,  des appels d’urgence laissés sans réponse…

Le tableau apocalyptique peint ce jour-là par le président n’a convaincu personne. Pas même le New York Times, habituellement favorable à la Maison Blanche, qui cette fois a qualifié l’intervention présidentielle de « campagne d’hystérie ».

Il est vrai que depuis le 1er mars le ciel n’est pas tombé sur la tête des Américains. Et pour cause. Le séquestre représente une réduction de 2,3% d’un budget qui en 2012 était de 3,6 « trillions » de dollars (un  « trillion », en anglais équivaut à mille milliards, soit  3 600 000 000 000 dollars)

Pas un Américain ne croit que dans un telle somme on ne puisse trouver quelques « saines » économies. Le problème est que les gestionnaires des différents services gouvernementaux sommés de procéder à ces coupes sont devant un dilemme. La logique économique voudrait qu’ils commencent par couper dans le superflu. A rogner sur les bords. C’était même le but de la manœuvre. Couper un peu de gras partout. Rationaliser les opérations gouvernementales sans pénaliser tel ou tel service. Mais la logique politique leur demande au contraire de couper au cœur. De rendre ces coupes le plus visible possible et le plus pénible possible pour les Américains afin de démontrer à la fois l’idiotie de la manœuvre et l’importance de la dépense.

Ainsi Janet Napolitano, qui dirige le ministère de la Sécurité Nationale (Department of Homeland Security)  s’est empressée de dire qu’elle devrait réduire les effectifs des personnels de sécurité dans les aéroports ce qui allait allonger les temps d’attente et désorganiser le transport aérien. Comme si parmi les deux cent quarante mille employés de ce ministère personne n’était moins essentiel que ces employés.

Ainsi le département de la Marine (Navy) a retardé le déploiement du porte-avions Harry Truman dans le Golfe persique, prévu dans le cadre des sanctions contre l’Iran, à cause du « séquestre ». Comme si parmi les dizaines de mission qu’elle remplit chaque jour, avec ses trois cents navires, trois mille sept cents avions, et quatre cent mille engagés et réservistes, aucune ne fut moins importante que l’engagement américain à contenir les ambitions militaires nucléaires de l’Iran.

Le Washington Times notait le 4 mars que, au moment où la Navy gardait son porte-avions à quai pour faire des économies, le gouvernement fédéral diffusait quatre cents offres d’emplois, dont cent-vingt pour le seul département de la Défense. Et trois pour l’étude du « ver cotonnier » !

Devant de telles incongruités, les Républicains ont laissé au président la prérogative de désigner lui-même les coupes. Obama a refusé. Les Américains sont désormais convaincus d’être les otages de l’entêtement idéologique de leurs élus, à commencer par le président, incapable de s’élever au-dessus de la mêlée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Deckard
- 06/03/2013 - 23:03
Et dire qu'à écouter la
Et dire qu'à écouter la presse française, ce type était considéré comme le messie.....
Liberte5
- 06/03/2013 - 22:41
Un petit dictateur.
Très bon article qui démontre qu'Obama loin d'être un démocrate est un gauchiste qui refuse tout compromis avec les républicains.Il veut conduire les USA au socialisme. Il a voulu aller jusqu'au bout d'un coup de force pour gagner par K.O. Les républicains n'ont pas cédé et ils ont eu raison.Il fallait donner un coup d'arrêt à cette dérive autoritaire.
Gégé Foufou
- 06/03/2013 - 18:47
Tiens, tiens
les américains sont comme nous ils s'aperçoivent des "bienfaits" du socialisme.
Bien venus au club